Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1
Bienvenue à Konoha High School !
Depuis les événements dramatiques de 2011, beaucoup de choses ont changées... Une étrange bactérie du fond des océans vint semer la zizanie et les humains ne sont plus vraiment pareils... La ville de konoha, 25 ans plus tard, sous le signe du chaos et d'un régime totalitaire, venez vivre l'aventure !
Oserez-vous vivre dans un monde où la normalité n'existe plus ?



 

Partagez | 
 

 A shattered star; Lou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: A shattered star; Lou   Lun 1 Mar - 10:27



Get a playlist! Standalone player Get Ringtones


    .: WE.CRY :.

    . Nom. Elle n’a pas de nom. Car ce mot, si court, peut refléter tant de choses. Elle a oublié qui elle était. A oublié son véritable sourire, là-bas. N’ayant que très peu de souvenirs de sa famille biologique, son nom s’est perdu au fil du temps. Un nom n’exprime que ta terre natale. Son nom à elle, il a brûlé dans les flammes.

    . Elle, Il’lou. La joie d’avant, les couleurs des lumières du nord, les jours de sourire, les yeux brillants d’étoiles. Helaku, « jour ensoleillé ». Etu, « le soleil ». Deux mots amérindiens, deux mots. Lou, « lumineux », « sage ». Telle une étoile sage. Qui brille, sans demander, sans se battre contre les pensées.

    . Petite étoile, Lou? C’est que les gens ne s’arrêtent pas pour te saluer. Les gens, ils te regardent de travers. Parce que t’es une gamine. Les gens, ils sont tous méchants. Presque tous. Les surnoms, c’est qu’entre les amis. Mais les amis, où sont-ils, lorsque tu es toute seule? Parce qu’elle est une Lou seule, et qu’elle le restera encore. Parce que tu le resteras.

    . Compter les secondes, compter les minutes, les heures… est-ce qu’une telle chose existe réellement? Elle, elle a vécu 12 printemps. Elle en a vu 12, de ses yeux faiblement illuminés. C’est là que les fleurs renaissent, que le flot de l’eau bourdonne à nouveau, que ceux qui ont dormi tout l’hiver sortent le bout de leur museau. C’est là que les oursons dévalent les collines en roulades effrénées. Et ça recommence à chaque fois. Toujours. Et les nouveaux printemps défilent devant ses yeux, sans qu’elle ne sache les compter.

    . On t’identifie par une date, et elle te suivra toute ta vie. Pourquoi fêterait-on la venue d’un être? Parce qu’on l’aime? Mais elle n’a pas besoin de ça. Tu n’as pas besoin d’une telle chose. Elle ne voudrait que le bien des autres. Tant qu’ils sont bien, les lunes avancent, pour elle. Un 12 décembre n’est pas utile à savoir. Elle continue à errer avec les fantômes du passé. Une date ne fait rien d’autre que ça. Elle te ramène les souvenirs.

    . 1ère année… tant de chiffres, tant de mots, pour te classer, pour t’enfermer dans une catégorie. Mais tous le sont. Il faut suivre le courant de la chute, parce qu’en étant une rose sans épines, le courage de lutter s’endort rapidement, et ne s’éveille qu’en de courts instants.

    .: NOT.LAUGHING.ANYMORE :.

    Elle est comme un chien errant, qui se nourrit de ce qu’il trouve pour subsister. Avoir droit à un morceau de pain dans ce monde est rare. Il faut payer pour recevoir. Manger pour vivre. Elle mange très peu, laissant le reste à qui en a réellement besoin. De ce fait, elle n’est pas très solide. Mais elle avance continuellement, elle avance comme elle le peut, plaçant son bien-être après. Elle ne prend pas le soin dont une jeune fille aurait besoin. L’image d’une fille plus petite que la moyenne se trouve dans les reflets. Ce qui frappe avant tout, c’est ce visage, ce visage si doux mais si abattu. Les traits ne fondent rien, mais ils montrent innocence et douceur. Elle ne demande rien. Cette gamine ne demande jamais rien. Elle reste petite, mais elle n’a jamais rien demandé. Rien demander, sauf de le retrouver. De retrouver Jesse. Qu’il revienne, c’est tout ce qu’elle a demandé. Mais tu sais qu’il ne reviendra pas. Cours, cours, car c’est tout ce qui te reste. Cours, poursuivie par le son de sa voix

    Ses yeux sont d’un bleu fabuleux, presque qu’hypnotique, incroyablement expressifs. Comme les siens l’étaient. Expressifs et angéliques. Ils sont teintés de lueurs particulières, passant d’étoiles à innocence. Ils flamboient et montrent le ciel comme l’eau. On n’a jamais pu identifier le bleu qui s’y lit, parce qu’il change constamment. Il s’agence avec ce que Il’lou voit, et selon ce qu’elle ressent. C’est bien ce qui rend ses yeux si particuliers, même si chacune des particularités de ses yeux restent intouchables et inconcevables. Ses cheveux sont de la couleur de la lumière, blonds. Mais ce n’est qu’une teinte, parce qu’ils semblent changer selon l’environnement. Ils ne s’y fondent pas, mais restent en harmonie. Tout comme un individu devrait l’être avec l’autre. Tout comme l’être humain devrait rester en harmonie avec la nature. Comme les hurlements faisant écho dans la montagne, sa voix reste empreinte de mélancolie et de douceur. Ses mots ne sont pas forts, ils ont des tons faibles, des tons à peine audibles parfois.

    À l’intérieur de murs, Lou ne se sent presque jamais bien, ou du moins, elle ne le montre pas. C’est pour cette raison que sa démarche est maladroite et mal assurée, d’une timidité infantile, la plupart du temps, et qu’elle se sent souvent enfermée à l’intérieur d’un bâtiment. Cependant, son cœur est à l’extérieur, dans la forêt, tout comme son âme. Et c’est là qu’elle se sent à l’aise, c’est là qu’elle sait se déplacer et suivre les pistes. Elle lit sur le sol, sur les feuilles, sur l’écorce. Elle connaît le royaume naturel. Mais pas celui de la société, des routes et recoins. Elle a beaucoup de difficulté à s’orienter dans ces endroits, ça l’effraie même. La gamine se perd souvent, car elle ne sait pas reconnaître ces endroits, et n’y est pas habituée. Tout ce qu’elle trouve pour s’orienter, ce sont les arbres. S’il n’y a plus d’arbres, ou peu, le monde devient chaos. Le monde est chaos. Le monde est devenu chaos après lui.

    Des vêtements parfois colorés, qui se veulent représenter l’allégresse. Ils restent petits et peu chauds, mais ils laissent le froid passer, le vent souffler, pour oublier la chaleur accablante de l’incendie. Ils dessinent l’arc-en-ciel des autres. La petite peut porter des jupes, et quelques décorations dans les cheveux. Malgré tout, elle garde en tout temps sur elle une pièce de vêtement terne, pour rappeler qu’il n’existe pas que l’arc-en-ciel. Peu de gens remarquent cette pièce de vêtement, qu’elle soit foulard, chandail ou souliers.

    Lou ne prend pas le temps de se soigner, autant psychologiquement que physiquement. Elle a l’habitude de courir parmi les arbres, et il n’est pas rare qu’elle revienne avec des égratignures. Quel que soit le degré de mal, elle tentera de ne pas s’en préoccuper. Ce ne sont que des blessures, et elles guériront avec le temps. Ce même temps qui peut guérir le mal physique, mais très peu le mal qui s’est gravé dans le cœur.


Dernière édition par Lou le Dim 9 Mai - 20:51, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A shattered star; Lou   Lun 1 Mar - 10:33

    .: I'LL.BE.YOUR.STAR :.

    Lorsque le temps s’effrite, que les ailes perdent leurs éclats, que le saut de l’ange s’écrase sans prendre son envol, c’est l’âme qui crie. Elle hurle en silence, timide comme l’oiseau qui vole seul, sans jamais chanter. Fragile comme le roseau dans la tourmente. Effrayée comme le suricate fuyant les serres de l’aigle. La farandole de couleurs dans le ciel patine devant ses yeux émerveillés, pour éveiller, un instant, un sourire au coin de ses lèvres. Ce sourire d’ange, ce sourire qui efface les pleurs de la Terre, avant de s’évanouir et de sombrer à nouveau dans la pénombre des jours, des années, des siècles. Le monde qui l‘entoure l’intimide, elle reste seule, dans son monde. Car tu n’es qu’une perle de lune, après tout. Comme une étoile qui s’éteint. Une étoile qui ne sait plus pourquoi elle brille, pourquoi elle a brillé. Tu es perdue, comme il s’est perdu.

    L’innocence d’une vie, elle l’est. Incapable de briser le cœur d’un autre, de faire du mal. Les remords de l’incendie rongent son âme, son cœur, et jamais plus elle n’aurait la force de revivre situation pareille. C’est une blessure dans l’esprit qui ne guérira pas. Qui ne guérira jamais, parce que tout est de ta faute. Il s’en est allé par ton unique faute. Les visages des gens si heureux passent dans les ruelles. Pourquoi les gens sont-ils si heureux? N’as-tu jamais été si heureuse, toi aussi? Pour une enfant qui perd tout dans le feu, ses sourires heureux se perdront aussi. Les sourires d’aujourd’hui ne reflèteront jamais les sourires d’hier. Car ceux d’aujourd’hui, ils écrivent comment les flammes ont tué les fleurs, les arbres, et les vies. Même le soleil l’écrit. Le soleil a vu toutes les histoires. Même caché derrière les nuages, il les a vues, ces histoires. Et même après avoir regardé des centaines d’histoires déchirantes et sombres, il brille toujours. Sans jamais pleurer devant les gens. Comme elle. Elle brille pour les autres. Uniquement que pour les autres. Même si elle a peur, même si le moindre recoin abrite de l’ombre, elle veut qu’ils sourient tous, qu’ils n’aient pas un cœur glacé, comme le sien. Qu’ils soient heureux. Et pas des êtres traqués par l’invisible. Mais qu’elle soit traquée par l’invisible, elle reste comme une lumière douce, qui éclaire faiblement, mais qui éclaire quand même. En ayant la seule volonté de donner aux autres quelques brins d’espoir de jours meilleurs. Comme il n’en aura jamais plus. Quelqu’un de si naïf ne fera que rester entre l’ombre et la lumière. Naïve de croire qu’il reviendra peut-être, un jour. Naïve face aux autres, face à la foule. Naïve face au monde qui change, qui évolue, en la laissant, elle, dans sa coquille, recroquevillée constamment contre elle-même, comme si elle avait un aura assez fort autour d’elle. Alors que cet aura cèdera très facilement. Parce qu’elle est incapable d’être assez forte pour se protéger de l’extérieur, et qu’elle a été incapable de le protéger du feu rougeoyant. Ce sont comme des fantômes qui hantent un cœur sans épines. Qui reviennent constamment pleurer les lamentations autour d’un être qui tombe de plus en plus profondément dans un gouffre.

    Cœur en or, gros comme le monde. Elle ne demande rien, rien du tout. « Rien » est le néant. « Rien », représente l’infinité de l’obscurité. Comme le « rien », chaque mot recèle des mystères. Et un cœur en or, doux comme l’agneau, qui ne demande rien. Tu es incapable de te défendre, parce qu’il est parti. Mais ton cœur reste pur et sincère. Tu ne veux plus décevoir. Elle part dans ses rêves, elle aime l’infinité des confins de l’imaginaire. Là où seuls les songes peuvent te transporter. Là où personne n’est jamais allé, là où personne n’ira jamais. Le seul endroit qui ne t’enfermera pas. Qui ne te fera jamais prisonnière. Car les murs dissimulent ta peur de rester emprisonnée. Ces murs qui ne laissent pas l’horizon percer les étendues. Tu es Sipweyâsiw, une enfant enlevée par le vent, peut-être. Ou est-ce l’ouragan qui lui a enlevé son sourire. Un sourire. Si simple, mais si mystérieux. Tous abritent leur propre sourire. Mais ceux qui l’ont perdu, qui le leur a prit? Et reviendra-t-il, un jour…? Le sien, il a brûlé aussi, comme tout le reste. Peut-être il sera sauvé, son sourire. Mais si un sourire peut être sauvé, alors pourquoi ne pourrait-il pas l’être, lui… Chaque aube, c’est un combat contre les peurs. Contre les peurs du monde. La peur des monstres sous le lit. La peur de faire du mal. La peur de perdre une autre fois, ce qu’elle a de cher. Comme les rêves s’envolent, quand on n’arrive pas à les attraper et à les presser contre notre battement.

    Les papillons s’effacent, les libellules s’endorment. Mais il y aura toujours un brin d’herbe, une fleur, pour rassembler le courage pour continuer d’avancer. Le courage, qu’est-ce que c’est… on ne peut pas le voir. On ne peut pas l‘entendre. Mais on peut le sentir qui se cale contre nous. Le courage, qui leur murmure constamment, aux autres. « Relève-toi, et souris ». On ne l’entend pas qui leur murmure. Mais on le sait. Elle, Lou, ne croit pas connaître le courage. Elle ne sait plus si ce mot existe encore. Mais elle voit la planète avec ses yeux à elle, sans pouvoir réellement l’affronter. La planète aura toujours plus de courage qu’elle n’en aura. Pour une étoile qui est tombée, le ciel semble trop loin, trop haut, intouchable. Cependant, elle demeure étoile tant qu’elle se relève. Sinon, elle deviendra poussière. De la simple poussière d’étoile, qui se fera emporter par le vent. Une étoile comme toi est si facile à briser, pourquoi ne l’es-tu pas encore? Peut-être parce qu’elle veut demeurer un arc-en-ciel pour les autres. Peut-être parce qu’elle brille faiblement encore, grâce à ces souvenirs de rires et de regards éblouis, enchantés. Mais les lueurs s’éteignent. Se dissipent et s’évaporent. Peu à peu.

    ( Dans les yeux bleus, on peut y voir des lueurs y passer. Ses émotions s’y cachent. Il suffit d’apprendre à lire, et il est facile de deviner les « moitiés de vérité » ou les cachotteries de Lou. Elle a peur de l’obscurité. En effet, les monstres sous le lit ne sont pas disparus dans son cas, et rien qu’un coin sombre la rend instable. De plus, elle a peur des gens, elle a peur d’aller vers eux et elle est extrêmement timide, même si au final elle colore la vie des autres. Elle est apiphobe, c'est-à-dire qu’elle tremble devant les abeilles ou tout autre insecte pouvant piquer. Attachée à un tel point à la nature, elle déteste les espaces fermés. Elle ne manque pas une occasion de passer du temps avec les animaux. Elle y court dès qu’elle peut, et elle adore dessiner ce qu’elle voit. Elle a souvent la tête ailleurs. )


    .: WHEN.SHE.FALLS :.


i. Prologue of a hidden path

    Cette histoire ne se trouve pas dans les livres. C’est un secret, une vie de mensonges. Un jeu de cache-cache.

    Les ombres terrassaient le soleil et ses couleurs, le vent se mêlait aux milles feuilles des arbres, ces arbres qui demeuraient muets face à la pluie, face au secret qu’elle gardait. Le crépuscule gardait les ténèbres sur les immenses maisons, pourtant si froides et hautaines. L’une d’elles se montrait particulièrement de sa majestueuse façade, glaciale et frigide. Elle cachait tant de rancœur, de détresse. Mais personne n’avait jamais rien dit. On continuait à voir la maison et leurs habitants comme des respectables, des civilisés. Qui aurait voulu se lever contre leur parole? Pas un. Mais le mystère demeurait planant, comme l’aigle traquant continuellement sa proie. Comme elle l’était. Traquée. Tu n’es qu’une étoile tombée, après tout.


ii. When the sun shines no longer for you

    Les cris retentissaient. Elle tremblait, les mains sur les yeux, recroquevillée. Qu’est-ce que c’était? Des hurlements, des coups qui la faisaient frissonner. Enfermée, perdue. C’était comme si la peur plantait ses griffes dans son cœur. Lui, il restait là, debout, la colère et le feu dessinant son regard. Tout était noir autour de lui, il était une pénombre emprisonnant la lumière, si faible soit-elle, de la petite Lou, abandonnée au sol. Ses mots à lui déchiraient l’air, fendaient la pièce. Qu’est-ce qu’elle avait osé faire pour le rendre aussi haineux, son père? Elle ne savait pas. Personne ne le savait. Il frappait pour libérer la rage qu’il avait. C’était toujours comme ça.


Dernière édition par Lou le Dim 9 Mai - 20:55, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A shattered star; Lou   Lun 1 Mar - 10:41

iii. He gives you one hope…


    - You’re… you’re bleeding.

    La voix de Jesse s’éleva jusqu’aux oreilles de la fillette, qui n’avait pas bougé, immobile contre le mur, tassée sur elle-même. Elle secoua nerveusement et chétivement la tête, sanglotant, pour répondre à ses mots. Le grand frère prit sa main froide et tremblotante entre ses doigts, et l’entraîna à l’extérieur, elle qui avançait avec ses jambes frêles et chancelantes. Maintes fois elle s’effondra, retenue par le bras solide de son frère, qui continuait à marcher malgré tout, le vent balayant ses cheveux. Ses mèches camouflaient son visage aigri et emplit de mépris.

    Il s’arrêta dans une ruelle sombre et sans vie, se plaquant contre le mur d’un bâtiment, laissant sa sœur s’écrouler à côté de lui. Il plongea ses beaux yeux émeraudes dans ceux meurtris de Lou, qui fuyait son regard, dissimulant sa peur et son mal.


    - Hey. Look at me. I’m not going to let him…
    - …
    - Listen. I will talk to him. To mom. I’m not going to let you in this stupid game of who’s going to do the more harm.
    - No.. no… don’t…

    Sa voix fragile se leva dans un murmure étouffé et tourmenté. Elle était fatiguée, ses yeux bleus se perdaient dans la nuit.

    - You know I love you. I hate him. I hate her. They’re always throwing you in cage. Y’know, I’d like to take you with me… but I can’t. My world is not a world for such a little thing like you.

    La voix de Jesse était étranglée, alors qu’il tentait de rester maître de lui-même, de garder son sang-froid. Jesse était plongé dans l’univers des bagarres et de la drogue, portant tout un dossier criminel sur son dos, mais il n’avait que de la douceur et de la protection pour sa sœur. Il ne comptait plus les jours où il avait voulu lui montrer à se défendre, à tenir tête aux autres. Mais elle n’était pas capable. Il était si gentil, pourtant, tu restais inutile et incapable de faire quoi que ce soit, comme tu l’es toujours. Si Jesse était le rebelle et l’insoumis, Lou elle était le souffre-douleur des autres. Il avait été le seul à lui parler et à la faire sourire, le seul à prendre sa défense, le seul qui avait vraiment été là pour elle. Lui et sa sœur étaient les deux membres à part de la famille, le délinquant et la proie.

    Ils retournèrent vers la maison, comme deux vagabonds. Oubliés, ils marchèrent comme deux silhouettes perdues dans le noir de l’obscurité.


iv. …and then it falls

    Le lendemain, les cris glissèrent à nouveau dans l’écho des murs, réveillant la fillette aux yeux endormis et effrayés. Des tremblements secouèrent la demeure comme ils la secouèrent elle. Des vases se brisaient comme une tornade aurait balayé son passage.

    - How dare you…!
    - Sh*t up! You have no right on her!
    - Stop trying to change everything, you foolish boy. Just leave now!

    La porte frappa, tambourinant dans les hurlements du vent s’engouffrant à l’intérieur. Les paroles de son frère, si rudes, peinées et révoltées furent les dernières qu’elle entendit de lui. La journée suivante, on vint sonner à la porte. La seule chose qu’ils trouvèrent à dire, c’était qu’ils étaient désolés, et que Jesse Kylan était décédé dans une fusillade, cette nuit. Les parents avaient organisé des funérailles, seulement pour sembler bouleversés et attristés.


v. No more blowing of the wind

    Pourtant, ils restèrent tous de marbre, leur visage froid et leur sourire cruel peignant les murs de la maison. Ces murs qui enfermaient le secret des chocs et des blessures. C’était comme si le silence martelait les cœurs. Comme si la lueur de la lune n’arrivait plus à traverser les fenêtres si fragiles mais pourtant si fermes. L’âme perdue dans les landes, elle voulait se sauver, elle voulait partir loin, courir, car tu ne mérites rien. Le ciel se perd dans son intensité, alors que les vagues de l’eau s’endorment sous le souffle des tempêtes. Loin d’ici, la brise sera douce et caressante, mais jamais pour toi. Étoile ou poussière d’étoile? Dis-moi qui tu es, dis-moi lorsque tu te perdras, dis-moi que je puisse le savoir, pour mieux t’enfermer dans la cage du noir.

    Ta voix de porcelaine, ta voix fragile, peut-elle encore chanter? Les jours sont noirs, tu as froid, la voûte, tu ne l’as plus vue… depuis des lunes. Tu trembles, je le sens, je le sais. Tu hésites constamment, tu as peur. Tu as peur. Tu as tellement mal que ton âme se déchire comme si des milliers de lames l’avaient traversée. Qu’est-ce qu’un sourire? Qu’est-ce qu’une vie… Tu t’effondres sur le sol à chaque coup, tu tombes sous chaque poids, tu as peur, tu sens tes forces t’abandonner. J’aimerais tant te voir ne plus te relever…


vi. Lost and weak


    - Jesse… he… he’s not coming back?…
    - It’s your entire fault.

    Illusions. Murs. Cage. Tu y es disparue, abandonnée, inutile. C’est ta faute.

    - Hey, kid. Run… run, and never come back.

    Ne reviens jamais. Perds-toi, et restes-y. Les jours tombent, le ciel s’endort sous les nuages. Le rêve l’étouffe, la pluie lui vole sa voix et son regard… le coulis de l’eau ne s’entend plus.

    Les trois demeuraient un à côté de l’autre, leurs yeux posés sur la petite Lou devant eux, écrasée par leur aura, leur être, leur ton, leur note. Mehgan ne voulait pas avoir à se placer contre les autres, alors elle suivait leur flot. Neven et Dewi n’attendaient que Jesse ne soit plus là. Et il ne l’était plus. Jamais personne n’était là pour elle, mais la fillette voulait être là pour eux. Si elle pouvait subir tout le mal du monde à la place des autres, elle le faisait sans rien dire.

    « Je me suis fait mal, j’ai tombé, je me suis noyée dans l’abîme. »


    .: ALONE.THERE :.

    Famille adoptive depuis l'âge de 2 ans.

    Spoiler:
     

    .: ME.IN.THE.SONG :.

    . Lou. Du Canadwaah. Avec Vancouveeer. <3 (etetetet Crosby il est cool .w.)
    . Miiih… je saaissaiis pas trop, 6/10.
    . Il y a longtemps, Amby, Zu’ & Caleb qu’étaient inscrits tous les trois, alours je suis venue aussi.
    . Lelelele code c’est « Ok by Amby' ».


Dernière édition par Lou le Dim 9 Mai - 20:57, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A shattered star; Lou   Lun 1 Mar - 17:26

Et après tu admires mes présentations? Pfffh x)
Revenir en haut Aller en bas
Arata Aya Kitsako
@ Kaiki niveau 2 - Membre du comité des élèves@ Kaiki niveau 2 - Membre du comité des élèves
avatar


Féminin Scorpion Coq
Messages : 825
Age : 24
Métier désiré : Rien pour le moment
Humeur : Cela dépendra de la météo !

Fiche d'identité
Pouvoir: Télékinésie / Aucun
RP en cours:
MessageSujet: Re: A shattered star; Lou   Lun 1 Mar - 20:38

NUL ! ARCHI-nul ! Non mais franchement regarde moi ça, c'est nul, recommence !! =o

Tellement nul, que pour la peine je te valide =P

Spoiler:
 





//!\\Lou souhaitant modifier une partie de sa fiche, merci de ne pas la déplacer dans "fiche validée" je m'en occuperais en temps voulu, merci
Revenir en haut Aller en bas
http://yoshiphotograph.tumblr.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A shattered star; Lou   

Revenir en haut Aller en bas
 

A shattered star; Lou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Star Wars Pocket Models TGC
» sable, caniche star
» [Partenariat] Star Wars: Clone Wars Rpg
» Hogan critique The Rock! Star Jersey Shore dans le ring ++
» Les livres Star Wars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1 :: Corbeille V.3/V.4-