Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1
Bienvenue à Konoha High School !
Depuis les événements dramatiques de 2011, beaucoup de choses ont changées... Une étrange bactérie du fond des océans vint semer la zizanie et les humains ne sont plus vraiment pareils... La ville de konoha, 25 ans plus tard, sous le signe du chaos et d'un régime totalitaire, venez vivre l'aventure !
Oserez-vous vivre dans un monde où la normalité n'existe plus ?



 

Partagez | 
 

 Sable, Crabes & Revue Porno || PV Shao,Arm&Sachiko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Sable, Crabes & Revue Porno || PV Shao,Arm&Sachiko   Sam 24 Juil - 20:43

BIIP. BIIP. BIIP.

Trois coups. Trois fois. Aigu et strident, criant dans son oreille. Un murmure, un léger grognement. Une main qui se lève, une main qui tripote une table de chevet avant de s’écraser sur un petit boitier noir. La main ne bouge plus, se contentant de rester sur cet objet. Celle qui la contrôle n’a pas envie de faire l’effort de la faire revenir vers elle. Et pourtant.. La silhouette se relève dans l’ombre de la pièce. Couverture glissant vers le sol en suivant le mouvement que ses frêles jambes font pour que les petits pieds touchent le plancher. Ses bras s’étirent vers le haut, un léger craquement au niveau de sa clavicule est audible, mais que pour elle. Dans cette petite pièce, elle est seule, comme partout ailleurs. Dans son studio, il fait noir, tout est fermé, rien est ouvert. Il n’y a que son cadran, classique boitier noir lumineux, qui affiche quatre chiffres d’un rouge écarlate qui reflètent une lueur tamisée vers son visage. Ses doigts se replient formant un simple point qui frottent ses yeux encore endormit. Sa bouche s’ouvre, un léger bayement en ressort. Il est trop tôt encore. La marmotte veut retourner dans ses couvertures, se cacher dans la chaleur. Cependant, il y a lui. Sa seule raison de se lever lorsque le coq n’a même pas encore chanté.

L’eau qui roule sur sa peau, frémissant sur le bord de ses lèvres et de son menton, hésitant à tomber pour suivre le mouvement des autres gouttes pour finalement atterrir dans le fond de cette douche et de se faire avaler par ce trou qui recueille l’eau. La main de la gamine ferme les robinets et sort de cette petite douche. Un nuage de chaleur s’engouffre dans la pièce. Serviette autour de la taille, sa main balaie le miroir de cette buée, observant son pauvre reflet dans l’objet cristallin. Les cheveux collants contre son visage, ses yeux brillants parmi cette peau moins blanche qu’à l’habitude due aux nombreuses sortis qu’elle faisait sur la plage, mais un sourire sur ses lèvres. Depuis environs deux semaines, elle n’avait plus ces affreux bandages contre la cheville, le poignet, le cou et partout ailleurs sur son corps. Lentement, elle reprenait force et même un peu plus de confiance en elle qu’avant. Mais restait qu’il la hantait encore dans ses nuits, que la situation au niveau de ses relations sociales n’avait pas vraiment changé, que malgré les deux mois écroulés depuis son arrivée, elle n’avait rencontré que quelques personnes et une seule pouvait être qualifié de plus proche malgré qu’il ne s’était pas vraiment vu ces derniers temps. Mais aujourd’hui, elle pourrait le voir. Du moins, si la gamine se dépêchait pour se préparer, elle arriverait à temps.

À la fin de l’événement qui prenait place pour les fêtes de l’école, Konoha in Wonderland où on faisait une quête afin de retrouver la couronne que le lapin avait perdue dans la ville, les gagnants et ceux ayant incarné le fameux personnage de ce conte pour enfants avaient le droit à un magnifique séjour sur une île paradisiaque. Ayant incarnée le lapin toujours en retard, Rim avait donc la possibilité d’y aller. Elle aurait sûrement refusé, surtout gêné par le costume qu’elle avait porté pendant l’événement, mais une personne qui troublait son esprit depuis son arrivée avait également la chance d’y aller. Si c’était pour passer un peu de temps avec lui, elle pouvait bien y aller. Séchant ses cheveux avec sa serviette, elle retourna dans sa chambre en évitant les îles de vêtements qui se multipliaient sur le plancher. Heureusement, il lui restait encore une bonne quantité de vêtements propres et bien rangés dans les tiroirs de sa table de chevet. Elle enfila une simple camisole à bretelle dites Spaghetti aux motifs de roses subtils et d’un orange-doré qui se faisait traverser par des bandes orangés par-dessous un simple soutien-gorge rouge. Ajoutant une petite jupe d’un rouge vin à volant de trois couches qui arrêtaient à la mi-cuisse avec une fine boucle dans le haut, puis un collier ras-le-cou orangé qui était agrémenté d’une petite marguerite qui faisait lien avec cette petite barrette dans ses cheveux où l’on en retrouvait deux, Rim avait l’air d’une petite fille sans pour autant faire trop gamine. La japonaise regarda ses rallonges d’un blond semblable aux blés des champs pendant un long moment, ignorant si elle devait les mettre ou non. Après tout, cela faisait plusieurs fois qu’elle ne les mettait plus et puis, n’est-ce pas mieux de montrer qui l’on est vraiment sans se cacher derrière la mode? Elle prit les mèches, se leva et se contenta de les jeter dans la poubelle.

L’heure du départ étant fixé à cinq heure et demi du matin, il restait une bonne vingtaine de minutes à l’adolescent pour disparaître de sa chambre. Ses valises ayant été faite la veille, elle n’eut qu’à attraper de petites ballerines rouges et son sac pour partir. La bateau parti, la gamine à l’intérieur. Les gens présents étaient des gens qu’elle ne connaissait pas, mais au moins, ils étaient moins nombreux que ceux qui allaient au musée. Rim commença à se promener sur le pont du navire, sans trouver cette fameuse personne. Elle descendit à l’intérieur du bateau pour ni trouver personne. Déçue de ne pas l’avoir aperçu, elle espérait avoir fait erreur et s’était assise dans un coin sur le pont. Malgré qu’elle avait dormi cette nuit, elle fût prise d’un étrange sommeil et ce fût le noir total jusqu’à ce que..

Une étrange sensation glissant contre ses jambes, passant entre ses orteils avant de disparaître et de revenir. S’éveillant lentement, Rim se crut encore dans un rêve en remarquant qu’elle était couchée dans le sable, autour de coquillage et d’un crabe qui semblait s’approcher dangereusement de sa petite personne avec les pinces claquants au-dessus de sa tête. Laissant un petit cri l’échapper, elle se releva en titubant pour heurter quelqu’un chose qui la fit trébucher, une branche sûrement. Rim se releva légèrement observant ses pieds dénudés où les petites chaussures qu’elle avait auparavant avait disparu, mais ce petit malheur se fit vite oublier quand elle remarqua ce qui l’avait fait trébucher. Les joues devenant d’un rouge écarlate, un sourire se dessinant sur ses lèvres, elle s’approcha lentement de Shaolan et le secoua légèrement. Aucune réponse ne survint de ce dernier et elle remarqua alors la présence de deux autres personnes qui semblaient encore endormit. Le crabe qui avait continuer sa petite route vers elle ne l’effraya pas cette fois-ci. S’il pouvait pincer Shaolan, sûrement se réveillerait-il.. ? Attrapant un vrai bâton cette fois, Rim s’approcha du crustacé pour lui donner un petit coup, trop faible pour le briser, mais assez fort pour l’envoyer sur le ventre du jeune homme pour lequel elle s’excusait de cette action mentalement. Il fallait plus qu’attendre voir s’il allait le pincer pour le réveiller ou charger vers la blondinette, à moins qu’il aille s’en prendre aux deux autres ronfleurs?
Revenir en haut Aller en bas
Arata Aya Kitsako
@ Kaiki niveau 2 - Membre du comité des élèves@ Kaiki niveau 2 - Membre du comité des élèves
avatar


Féminin Scorpion Coq
Messages : 825
Age : 24
Métier désiré : Rien pour le moment
Humeur : Cela dépendra de la météo !

Fiche d'identité
Pouvoir: Télékinésie / Aucun
RP en cours:
MessageSujet: Re: Sable, Crabes & Revue Porno || PV Shao,Arm&Sachiko   Dim 25 Juil - 6:39

    Un vide noir, total. Juste un bruit régulier dans les oreilles, comme une douce berceuse qui vous pousserez à vous endormir paisiblement. Une douce chaleur apaisante semblait accompagner la douce berceuse du déplacement des vagues. Des vagues ? Mais pourquoi des vagues ? Rien d’important de toute manière… Rien n’avait plus d’importance, tout semblait être rien et tout à la fois. Le noir complet, la confusion totale. Comme si tout n’était qu’absurde mélange dans l’esprit. Une voix qui semblait être la sienne raisonna dans sa tête.

    - Que se passe-t-il ? Quels sont ces bruits ? …

    Sachiko se releva difficilement, le soleil lui tapant sur les yeux et sa peau d’albâtre. Sa main se porta automatiquement à son front, une atroce douleur lui transperçant par pour par le crâne. Ses yeux rouges sang scrutèrent les environs. Une simple plage ? Vide qui plus est… Elle se trouvait assise l’ombre du feuillage d’un palmier semblait-il. Pourquoi s’était-elle donc endormie sur la plage ? Elle n’en savait fichtre rien à vrai dire. Son regard semblait vide et perdu vers l’horizon. Derrière elle on pouvait constater l’étendue d’une forêt dont elle ne voyait pas le bout et face à elle une mer à en perdre le bout de l’horizon.
    Durant bien dix bonnes minutes, elle resta assise ainsi sans bouger ni même broncher. Ce mal de tête ne semblait pas vouloir la quitter dirait-on. Lorsqu’elle s’était frotté le front, une vive douleur physique l’avait transpercée encore plus. S’était-elle cognée ? Elle n’arrivait pas à s’en souvenir malgré les recherches internes dans la mémoire. Elle ressentait comme un vide à combler au fond d’elle, mais à la fois une bienfaisance absolue. Comment expliquer cet étrange ressenti ? Impossible je crois bien. Son corps semblait bien dans cette position, et la flemme de bouger s’empara d’elle comme le sommeil le ferait dans un moment tardif de la journée. C’est alors qu’elle soupira. Non longuement, juste un soupir assez bref. Une forme étrange attira alors son attention… Un sac de tissu, noir ? Fermé sur le haut par des ficelles servant également se sangle afin d’en faire un sac à dos. Penchant la tête sur le côté, la jeune Uchiwa observa cette étrangéité durant bien deux minutes avant d’avoir la curiosité nécessaire de l’ouvrir. Ses gestes n’étaient pas brusques, voir même plutôt lent. Mais sa mobilité était largement réduite par le mal qui la traversé mélangé à celui de la chaleur. Cet étrange boulet semblait contenir deux ou trois trucs utiles à la survie ainsi qu’une… Comment ça s’appelle déjà ? Ah oui, une corde à sauter. Un seul truc semblait la dérangeait. Pourquoi une corde à sauter et quelque chose qui semblait être un kit de survie ?


    - Une corde à sauter…

    Bien sûr, elle avait surtout parlé pour elle-même plus que pour quelqu’un d’autre, elle l’avait même pensé plutôt que dit. De toute manière, qui l’écouterait ? … Tiens, c’est vrai, qui ? Elle tourna la tête sur les côtés et vit une blondinette s’occupant d’un garçon plus grand aux cheveux semi-long bruns en bataille. Ce visage lui était comme familier mais sans plus que ça. Quand à la blondinette, absolument rien. Ne voulant pas accentuer le mal de tête, elle préféra ne pas chercher plus longtemps qui il pouvait bien être. Sachiko tourna donc sa tête de l’autre côté, pour voir s’il y avait d’autres personnes encore, tout en se demandant pourquoi ce jeune homme était inanimé. A sa grande surprise, elle ne trouva qu’une personne à ses côtés. Un brun aux cheveux mi-long, une légère barbe naissante, les traits apaisés et comme endormis. Une carrure assez importante, accentuant la grandeur du corps. Sachant que la blondinette s’occupait de l’autre, elle se préoccupa de celui-là. Son cœur battait une étrange chamade à sa vue, une sensation de bien être lui parcourant tout le corps. Elle fixa son visage avec amour et compassion quand un flash lui revint tout simplement. La même tête face à elle, encadrée d’yeux bleus pétillants et d’un sourire chaleureux et si apaisant. Ce visage, par sa propre initiative, s’était rapproché de plus en plus, jusqu’à ce que leurs lèvres s’atteignent. Par la suite elle revoyait les lèvres de ce jeune homme bouger, dans une pénombre étoilée, et prononçant les mots « Armado Kitsako ». Son nom ? Ceci apparu comme une évidence déjà longuement acquise pour la jeune femme. Mais voir cet homme ainsi allongé, comme mort, lui provoqua un immense pincement au cœur, des plus désagréables. Son regard s’afficha donc en premier lieu inquiet. Sa bouche s’entrouva comme pour dire quelque chose, mais rien n’en sorti alors. Son bras frêle et timide s’aventura jusqu’au corps inerte de cet Armado. Tout d’abord, elle l’atteint, puis comme par surprise que son corps soit encore chaud, sa main se retira aussi sec. Mais elle ne put s’empêcher de la remettre quelques secondes après. Ce geste la rassura, de sentir la chaleur traverser encore tout son corps… Il était vivant.

    - Dieu soit loué…

    Avait-elle chuchoté en souriant amèrement. Elle se pencha pour s’avancer plus vers son corps mais senti une nouvelle douleur encore plus atroce lui traverser son bras d’appui. Elle grimaça et regarda aussi sec sous la manche de sa veste qui semblait lui coller à la peau. Un bandage ? Elle comprenait mieux la douleur mais ne se souvenait plus pourquoi elle l’avait. Un autre truc la gênât. Comme un amputé pourrait ressentir un membre fantôme, elle avait la même sensation mais au niveau des cheveux. Elle toucha de sa main valide sa chevelure qui était courte. Où était le problème donc ? Elle ne voyait pas… [Pour voir la coupe, cliquez dans ‘’Photo de classe’’ sur ma sign’] D’un geste plus calculé et plus lent, elle se dirigea donc au plus proche du corps de son amant et posa ses mains sur le buste du jeune homme pour poser sa tête sur celles-ci. Entendre son cœur battre était la plus belle des mélodies qu’elle ait pu entendre. La chaleur et le contact du physique bien formé de son jules lui procurait une réelle sensation de bien être intérieur, de… Comment dit-on déjà ? Bonheur.

    - Réveilles-toi… Je t’en prie… Ouvre les yeux… Parle-moi… Réponds-moi…

    Elle avait chuchoté ces mots, en désespoir de cause. Son esprit par les yeux clos, commençaient à s’en aller vers les bras de Morphée. Cette étrange fatigue l’avait prise d’un seul coup. Sans savoir dire pourquoi, ni comment, son esprit semblait anormalement vide de… Tous souvenirs ? Son cœur semblait même apaisé de la disparition d’un bon paquet de poids lourds à supporter. Son visage semblait apaisé et la voilà endormie. Elle souriait sous le battement du cœur de son aimé. Il y a pourtant à peine une semaine et demie, son air était redevenu plus névrosé qu’avant. Après que sa curiosité l’ait emportée sur les secrets de famille, elle ne s’était toujours pas remise de sa découverte. Itachi avait raison, elle en avait lu la preuve. Après ces violentes découvertes, son expression était devenue plus froide et la distance qu’elle s’appliquait à mettre avec les autres s’étaient naturellement distancée. Il n’y a qu’avec Armado qu’elle n’était pas tellement distance mais restait tout de même seule dans sa déchirure. Jamais elle n’avait coutume de confesser ses malheurs aussi facilement.

Revenir en haut Aller en bas
http://yoshiphotograph.tumblr.com/
 

Sable, Crabes & Revue Porno || PV Shao,Arm&Sachiko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le sable ça coooolle. [Pv Londo S.]
» Poussière et sable
» La révolution des crabes.
» Aventure des mercenaires du sable
» Groupe #3 : Un grain de sable ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1 :: Corbeille V.3/V.4 :: Event :: KOH-no-Lanta 3# :: Île déserte :: Plage-