Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1
Bienvenue à Konoha High School !
Depuis les événements dramatiques de 2011, beaucoup de choses ont changées... Une étrange bactérie du fond des océans vint semer la zizanie et les humains ne sont plus vraiment pareils... La ville de konoha, 25 ans plus tard, sous le signe du chaos et d'un régime totalitaire, venez vivre l'aventure !
Oserez-vous vivre dans un monde où la normalité n'existe plus ?



 

Partagez | 
 

 L'hôpital m'excite X_x (xD) [PV : Yun]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: L'hôpital m'excite X_x (xD) [PV : Yun]   Lun 14 Juin - 20:23

Tout seul, recroquevillé sur mon banc, j’attendais que la douleur passe. Je pensais que la situation ne pouvait pas être pire, mais comme si le ciel voulait se moquer de moi, il se mit à pleuvoir. Qu’est ce que je donnerais pour pouvoir sautiller partout !
Je massais nerveusement mon thorax tandis que la foule passagère s’éparpillait. Les nuages se compactèrent de plus en plus pour ne laisser qu’un drap noir et menaçant au dessus de ma tête. J’essayais de réfléchir à un moyen de rentrer vite, en cherchant désespérément une petite pièce qui pourrait traîner dans mes poches… A la place, je trouvais quelque chose de beaucoup mieux ! Mon portable ! Je m’en emparais et chercha le numéro de Moon dans le répertoire. J’appuyais sur la touche verte et porta l’objet à mon oreille, grimaçant de douleur… Sa sonnait, mais personne ne répondait. Alors je recommençais, une fois, puis deux, mais toujours rien. « Aller, répond… Pourquoi tu ne décroche pas ?! Encore avec une fille hein ? Sale veinard ! Frère indigne ! Aller !!!! J’me vengerais, t’as intérêt de répondre ! *BIIIP* STHHH* ZIUUUP* Hein quoi ? » Je regardais mon écran et à mon grand désespoir, il était noir. J’essayais de le rallumer, mais il se rétreignit quelques secondes après. Il ne me manquait plus qu’une pane de batterie…

J’avais froid et mon corps tout entier tremblait se qui contracta ma cage thoracique… La rue était maintenant quasiment vide, et je ne pu pas plus me retenir de crier et même, de pleurer. Il m’était difficile de savoir si c’était de véritables larme, ou bien l’effet de la pluie, mais les sentiments y étaient.
Je ne pouvais plus rester assis, il fallait au moins que je me mette à l’abri. Je poussais une nouvelle fois sur mes jambes, et comme précédemment, la douleur devint encore plus vive. J’essayais de marcher le tronc baissé, en regardant de temps en temps où j’allais.
Plus loin, des marches couverte sous un préau devant une banque m’interpella. Ce serait mon unique chance de passer une nuit au sec… Enfin presque, parce que j’étais entièrement mouillé. Mes cheveux ruisselants se collaient à mon visage, me brouillant la vue. Ma bouche crispée retenait une effroyable envie de vomir. Et mes jambes ne supportaient plus mon poids… Je sentais une grande perte d’énergie et un mal de crâne intense. Je poussais mes cheveux en arrière et découvrit que se n’était pas eux qui brouillaient ma vue, mais bel et bien un baisse de tension. Sans crier garde je m’affalais par terre, en plein dans une flaque. Encore conscient, je m’aidais de mes bras pour me retourner sur le dos avant de perdre connaissance.
~
Ah… Je me sens si bien… Si chaud… Où est passé la douleur ? Où suis-je ? J’entends des voix de femmes, et je peux imaginer leurs corps rien qu’avec ça. Elles sont jolies, l’une blonde, l’autre rousse… Des formes magnifiques qui ressortent sous un bel uniforme, des lèvres pulpeuses… Oh, elles se rapprochent… Elles me touchent… C’est si agréable…


- Monsieur ? Ça va ? Comment vous sentez-vous ?

Hein ? J’entrouvris les yeux et fixa les demoiselles… Elles étaient jolies, mais en aucun cas comme je les avais imaginé. Ni sexy, ni d’uniforme… Je marmonnais, entre mes dents « Laichez moi dormir… » et tendis qu’une d’elle s’en allait en riant, l’autre remit en place quelque chose sur mon bras, avec comme l’autre, un sourire étrange sur son visage.

- Quelqu’un a appelé une ambulance, vous étiez dans un sale état. Ne bougez pas trop, vous avez deux côtes cassées, des contusions, quelques égratignures et vous avez attrapé un gros rhume… Nous allons vous garder jusque demain matin pour vos soins, si vous avez mal où si vous voulez vous lever, appuyez sur se bouton. Tenez, je vous le mets là… A toute à l’heure.

Elle referma la porte derrière elle, et je parcourais la pièce du regard. J’essayais de me rappeler… J’avais mal et froid, je suis tombé et après plus rien… Donc, quelqu’un a appelé les pompiers et je suis à l’hôpital… Oh non, pas ça !
J’essayais de me redresser, mais impossible. J’attrapais la télécommande du lit et leva le dossier. Je regardais mon bras où y était posé une perfusion et suivit le petit tube transparent qui me liait à une poche. Si je n’avais plus mal, c’était certainement parce qu’elles m’avaient injecté de la morphine (à faible dose quand même)… Je comprenais maintenant l’objet de leurs hilarités…
Je n’osais pas poser mes yeux sur mon entre-jambe, de peur d’avoir raison… Je vous défends de rire, ce n’est vraiment pas marrent ! La morphine provoque chez moi une excitation précaire et me fait bander… Oui, vous avez bien entendu !
Quelqu’un entra et je me dépêchais de faire une boule de couverture pour dissimuler la bosse dans mon caleçon. Et là, comme si la foudre s’acharnait sur moi, une magnifique infirmière entra pour me donner mon plateau repas.


- Vous avez faim ?
- Euh… non, vraiment pas.
- Mais il faut se nourrir pour reprendre des forces… Je vous le mets à côté du lit.
- M…Merci. Euh…
- Oui ?
- Est-ce que vous auriez autre chose à part de la morphine ? Je crois que je suis… allergique.
- Ah bon ? Pourtant vous ne…
- Si si, je vous assure !
- D’accord… Attendez une minute je reviens.

Elle revient comme promit, quelques minutes après avec une autre poche qu’elle mit à la place de l’ancienne. Je fis un léger signe de la main pour la remercier et elle ressortit à mon plus grand soulagement. Mais la bosse était toujours belle et bien là.
Peu être que si je mangeais… Je zieutais alors le repas pour en retirer le menu. Je me pris le visage dans les mains, complètement désespéré par la situation. En plat, une omelette d’huître ! Des huîtres quoi ! Tellement réputés pour leurs vertus aphrodisiaques ! Et en dessert, petit suisse avec banane… J’ten foutrais moi des bananes !
Quelqu’un tapa de nouveau à la porte. Oh non, par pitié !
Je fis redescendre le dossier de mon lit et tira le plateau pour cacher mon entre jambe puis me fourra sous les couvertures pour faire mine de dormir. La porte s’ouvrit et on entra. J’ouvris un œil et reconnus Yun.
Mais qu’est ce qu’elle faisait ici ? Je me mis à bander de plus belle… Aucune présence féminine ne m’était favorable, en plus que je n’avais pas fricoté depuis quelques mois et ça ne m’arrangeais pas, mais alors pas du tout ! En fait, depuis Lin je n’avais eu personne d’autre… M’enfin passons !
Elle parla, mais je ne compris pas un seul mot. J’étais trop occupé à me répéter « imagine ta grand-mère en string, imagine ta grand-mère en string, imagine ta grand-mère en string ! ».
Quelque chose me titillait les narines et j’avais une folle envie d’éternuer. Sauf que si j’éternuais, ma couverture était compromise, je serais obligé de faire mine de me réveiller. J’essayais de retenir ma respiration mais rien n’y faisais. Yun était maintenant tout près du lit, et l’odeur de ses vêtements me firent… ah, ah aaaaah…


- Atchouuuu’ !

Et merde… J’ouvris doucement les yeux et lui adressa un sourire tout fait en me redressant.

- Yun ?

Pfff… Mais genre… La bosse dans mon pantalon me faisait perdre les pédales. Et comme le « imagine ta grand-mère en string » n’avait pas l’air de marcher, il me fallait trouver autre chose. J’étais bouillonnant, presque fiévreux et j’imaginais mon teint roussir. Toutes les femmes qui verraient ça me prendraient pour un mec ingrat… sauf que pour une fois ce n’était pas fait exprès. Le nouveau produit que m’avait injecté l’infirmière me faisait tourner la tête et je me sentais un peu shooté. Mais lui, *regard noire sur son entre jambe* n’avait pas l’air un brin fatigué.
Je fis de nouveau une boule de drap que je plaçais au bas de mon ventre et poussa le plateau repas en faisant signe à Yun de le mettre au pied de mon lit. Il fallait me changer les idées, et rien ne valait une bonne discussion.


- Euh… Assied toi. Comment t’as sus que j’étais ici ?

Je tremblais un peu, par pur anxiété.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'hôpital m'excite X_x (xD) [PV : Yun]   Lun 14 Juin - 22:02

Yun n'avait pas eu le courage de repartir chez elle et faire comme si tout allait bien, car c'était loin d'être le cas. Laisser repartir Ha Jin dans un tel état avait été complètement inconscient de sa part et elle le savait pertinemment. Alors pourquoi l'avait-elle fait? Probablement parce qu'elle savait que le jeune homme était obstiné et qu'il ne servait à rien de lui tenir tête. Mais dans ces circonstances il aurait mieux valu qu'ils se prennent la tête plutôt que de risquer que Ha Jin s'évanouisse a tout moment à cause de la douleur. Si, du moins, il avait réussi à faire plus de 10 mètres. La demoiselle avait donc rebroussé chemin et avait cherché son ami en direction de l'université. Rien. En plus, le ciel s'était rapidement couvert et il n'avait pas fallu beaucoup de temps pour qu'il pleuve. Évidemment, Yun n'avait rien prévu...

N'ayant pas retrouvé Ha Jin à l'université, elle était revenue dans la rue commerçante. Et là, une ambulance. Tiens tiens ! Elle s'approcha, inquiète, et bien sûr qui est-ce qu'elle reconnu sur le brancard? Ha Jin pardi. Elle soupira et se rapprocha d'avantage, ne quittant pas le jeune homme des yeux. Il était inconscient visiblement. C'était tellement surprenant... Elle voulut aller parler avec le médecin et l'infirmière mais l'ambulancier lui lança un regard... assez mal attentionné. Elle s'arrêta et baissa les yeux sur sa robe... blanche, légère... et donc transparente quand elle prend l'eau... Il ne manquait plus que ça ! Heureusement que ses sous vêtements n'étaient pas comme sa robe. Elle fit mine de s'asseoir sur un banc derrière un stand. Au moins l'ambulancier ne pourrait plus la mater. Elle fouilla dans son sac et prit sa veste avant de se la mettre. Elle commençait à avoir vraiment froid ainsi trempée et tremblait de tous ses membres. Même si elle continuait à se prendre la pluie, au moins sa veste cachait le tout. C'est beau les trench. Avant qu'elle ne se soit relevée, l'ambulance était déjà repartie. Génial... La petite chinoise soupira et alla à l'arrêt de bus le plus proche. Par chance, un bus desservant un arrêt à proximité de l'hôpital passait par là et il ne devait pas tarder. Heureusement car Yun se les caillait vraiment, d'autant plus que le vent s'était levé.

Durant le petit quart d'heure de trajet, la demoiselle eut un mal fou à se réchauffer et ses tremblements ne voulaient pas cesser. A ce train là elle aurait droit à une bonne grippe et une semaine au lit. Une fois à l'hôpital, les choses commencèrent à déraper un peu. Imaginez les regards des secrétaires et des gens qui patientaient dans la salle d'attente. Ca n'avait rien de gratifiant, et Yun pria pour devenir un microbe. En plus, il lui fallut négocier pendant de longues minutes avec une secrétaire pour obtenir le numéro de chambre de Ha Jin. Elle n'avait quand même pas fait tout ce chemin sous la pluie pour qu'on la renvoie chez elle quand même ! C'est donc énervée qu'elle obtint le numéro de chambre du jeune homme. Elle emprunta l'ascenseur pour se rendre au 2e étage. Lorsqu'elle en sortit, deux longs couloirs de chaque côtés semblaient s'étirer à l'infini. Allez savoir de quel côté se trouvait la chambre qu'elle cherchait. Quelqu'un passait par là.

-Euh.. excusez-moi...
-Oui?

La personne se retourna, il s'agissait d'un médecin. Loin d'être déplaisant.

-De quel côté se trouve la chambre ***?
-Sur votre droite, au fond.
-Merci beaucoup.
-Vous êtes trempée jusqu'aux os, vous ne voulez pas...
-Merci ça ira.


Ils échangèrent une sourire et Yun s'éloigna. quelle cruche, elle aurait pu se rincer l'œil et se faire cajoler par un beau et gentil toubib et elle préférait s'en aller au plus vite. Décidément la logique chez elle devenait de moins en moins performante. Elle n'eut aucun mal à trouver la chambre de Ha Jin. Elle toqua et entra, espérant qu'il ferait chaud dans la pièce. Le jeune homme était allongé sur le lit, relié à une perfusion. Il semblait dormir. Elle se rapprocha un peu, serrant ses vêtements froids et dégoulinant contre elle. un éternuement indiqua alors à la demoiselle que son ami n'était pas vraiment endormi. Il se redressa et lui sourit.

- Yun ?

Il était fiévreux, ce qui pouvait se comprendre si il s'était pris la même rincée que Yun. D'ailleurs, elle serait bientôt dans le même état que lui. Elle lui rendit son sourire et regarda un peu la pièce, avant de déposer un plateau repas au pied du lit. Elle ne remarqua donc pas le petit manège de l'étudiant.

- Euh… Assied toi. Comment t’as sus que j’étais ici ?

Yun s'assit sur un tabouret près du lit. Les tremblements d'anxiété de Ha Jin n'étaient rien à côté de ceux qui secouaient Yun, frigorifiée.

- Je t'ai vu quand ils t'ont mis dans l'ambulance.

Elle sourit timidement et baissa les yeux, les bras croisés sur sa poitrine et les jambes croisées. Cette posture sûrement bizarre n'avait qu'un but: la réchauffer. Pas très efficace...

- Alors? C'est grave?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'hôpital m'excite X_x (xD) [PV : Yun]   Mar 15 Juin - 17:14

- Je t'ai vu quand ils t'ont mis dans l'ambulance.

Je mis un peu mon problème de côté en fixant Yun, inquiet. Elle tremblait de tout ses membres en serrant ses bras contre sa poitrine et je n'eus pas de mal à deviner que le froid en était la cause. La température ambiante de la chambre devait s'élever à 26 degrés, ce qui était pour moi amplement suffisant... Mais pour elle qui était trempé, ce devait être une autre histoire. Une vague de culpabilité m'envahit soudain. Elle avait dû marcher un bon moment sous la pluie pour me voir embarqué par l'ambulance... Et même si c'était pour calmer sa conscience qu'elle était venue, j'en étais la cause primaire...

- Alors, c'est grave ?

Je répondis machinalement d'un air absent, complètement absorbé pas son cas.

- Euh... Non, juste un gros rhume et des côtes cassés...

Je ne savais pas pourquoi je prêtais autant d'importance au milieu d'où elle venait, mais de la voir ainsi me fendait littéralement le cœur. Que moi je sois cloué au pieu pendant une semaine ne me dérangeait pas du tout, d'ailleurs j'en doutais fort car j'avais développé comme une sorte d'immunité au froid à force d'y être exposé. Mais elle, avait dû vivre dans son château bien au chaud avec le chauffage à fond dans sa chambre l'hiver pour le pas attrapé froid. Même si je me doutais que ma vision du monde des riches était très idéaliste, au fond ce devait être pareil. Je tendis le bras pour toucher son front, sans réfléchir. Là, je sentis comme la foudre traverser mes veines. Et c’est repartit…De nouveau, la bosse dans mon caleçon me fit mal, et j’étais envahit par des bouffés de chaleur. J’essayais de ne pas la regarder, mais c’était assez difficile étant donné sa proximité. La pluie avait humidifié ses cheveux, et sa robe par la même occasion, se qui amplifiait l’odeur féminine de la jeune femme et lui donnait un air plus sexy que jamais. La voir trembler ainsi éveillait chez moi un sentiment de réconfort érotique insensé. Cette situation était des plus embarrassantes… Je me mettais à déformer la réalité et à fantasmer. L’image est un peu utopiste, mais c’était un peu comme si Yun était entouré d’un millier d’étoiles et qu’elle était sous le feu des projecteurs avec la musique de Sex Bond derrière… J’étais conscient que si je restais ainsi, mes hormones me commanderaient totalement, et j’étais capable de sauter sur ma nouvelle amie pour la manger toute crue. L’ironie du sort, c’était que tout à l’heure, quand elle avait plaisanté en disant que j’en étais bien capable, elle ne se rendait pas compte de la vérité des choses.
J’imaginais alors plusieurs possibilités… Une, la virer en prétendant que j’étais fatigué… Mais je l’écartais tout de suite, Yun avait quand même fait un sacré chemin pour savoir comment j’allais. En plus il fallait qu’elle se réchauffe…
Le deuxième c’était d’aller me « vider » en prétendant aller au toilettes… Non, trop dégoûtant en sachant qu’elle serait juste derrière la porte…
Le troisième équivaudrait à laisser libre cours à mes intentions hormonales et la réchauffer corporellement… Putain mais Ha Jin ! Ressaisit toi !
Bon, celle là serait totalement recalée… Alors la dernière et certainement la meilleurs solution qui s’offrait à moi serait d’aller prendre une douche froide !
Mais elle entrainait beaucoup d’obstacles et d’inconvénients… Il fallait que je me lève, que j’arrive à marcher avec cette banane dans le caleçon sans qu’elle le voie, et que j’invente quelque chose pour ressortir de la sale de bain avec le corps totalement mouillé.
Un frémissement émanent de la jeune femme me fit sursauter. Quand je l’avais touché, son front était déjà chaud… Ses yeux brillants m’indiquaient que la fièvre n’allait pas tarder.
Et comme vous avez pu vous en apercevoir, je suis quelqu’un qui agit et qui réfléchit après… Alors j’attrapais mes couvertures que j’arrachais de mon lit, me hissa bord du matelas pour me lever et entourer la jeune femme de mon plaids.
Et après m’être aperçus que je n’avais plus rien pour cacher mon bas ventre, je me retournais avant qu’elle n’eu levé la tête. Je n’avais aucune idée de si elle l’avait vu ou pas. J’avais le bassin légèrement penché vers l’avant, à cause de mes côtes qui me faisait toujours souffrir et mon visage était devenu rouge.
Je marchais en crabe, accroché à ma perfusion que j’entrainais avec moi et m’enferma dans la salle de bain.
A travers la porte que je pris soins de verrouiller, je prononçais ses quelques mots d’un air étrange. Mélangé entre de la souffrance, du désir et de la honte.


- Euh… Je… J’ai transpiré aujourd’hui, et j’ai peur que ça se sente… Je prends une douche et je reviens. Désolé.

Chez moi, le problème c’est que quand j’ai envie, que ce soit dû à la morphine ou pas, je ne me retiens jamais. Et là, c’est un peu comme quand on est sevré de nicotine pendant un long moment, et qu’on vous en met sous le nez, tout à fait à votre portée… Je dégrafais avec nervosité la robe de chambre blanche que les médecins m’avaient enfilé et me mis sous la poire de la douche que j’avais réglé au plus froids, sans même chercher à retirer mon caleçon. Mon corps tremblait de haut en bas, mais je sentais petit à petit mon désir disparaître. L’eau froide m’apparu comme si j’avais mis les doigts dans la prise, et il m’était difficile de rester dessous. Mais après quelques minutes je commençais à m’habituer à la température glaciale.

Ah… J’allais mieux… Mes pensées s’éclaircissaient… Je pouvais enfin avoir les idées claires…
Pour être certain que l’excitation n’allait pas de nouveau m’envahir, je restais encore un peu la tête sous le jet d’eau.
Je repensais à Yun qui se trouvait derrière le mur et qui tremblait. J’étais toujours inquiet, est ce qu’elle allait mieux ? Etait-ce grave ? Je me demandais même pourquoi je me sentais si concerné par elle. Un sourire m’échappa. Peu être qu’elle ressemblait à Ga Eul (sa sœur) et j’espérais que ce soir ça.
Quelques minutes plus tard, j’éteignis l’eau et me sécha les cheveux. Mon visage croisa le miroir et je pris peur en me découvrant. Ma lèvre inférieure avait légèrement bleuit, et mon arcade était dessiné par un long trait bleu marine. Je me bornais à remettre mes cheveux humides dans le bon sens, mais abandonna très vite. Je me rhabillai et après avoir respiré un bon coup ressortit dans la chambre.
Yun était toujours là. Je m’avançais comme je pouvais, toujours le torse penché (on aurait dit un petit vieux avec sa canne, sauf qu’à la place j’avais une perfusion). Après m’être réinstallé au fond du lit, je daignai enfin lever les yeux vers la jeune femme.
Soulagé, je découvris que la douche froide avait fait son effet. Je n’éprouvais plus que de l’inquiétude fondé (je crois) envers elle.
Je vis son regard se poser sur ma robe de chambre blanche et baissa les yeux. Je me demandais si elle avait vu tout à l’heure… Et surtout si elle était choquée. Mais à la place, je découvris que mon caleçon trempé avait imbibé le bas le la chemise. Mes idées toujours farfelues imaginèrent que Yun avait pensé que je m’étais uriné dessus. Tout de suite je me justifiais alors qu’elle ne me demanda rien.


- Je ne me suis pas soulagé dessus ! J’ai euh… Oublié d’enlevé mon sous-vêtement quand je me suis lavé et…ah… ah… ATCHOUUUM’ !

Juste le temps de me retourner douloureusement, et je me rendais compte de la connerie de ma phrase…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'hôpital m'excite X_x (xD) [PV : Yun]   Mar 15 Juin - 19:02

Bien qu'il fasse chaud dans la chambre, Yun était toujours frigorifiée. Logique, ses vêtements lui collaient à la peau. Elle aurait tout donner pour enlever ne serait-ce que sa veste qui pesait ainsi mouillée. Mais elle était trop gelée pour bougée. Ses dents claquaient et des vagues de tremblements la submergeaient quand elle n'arrivait pas à les contrôler. Ca en devenait gênant... Ha Jin lui expliqua ce qu'on lui avait diagnostiquer et Yun hocha simplement la tête. Il y avait largement pire mais bon, ce n'était pas non plus le mieux. Surtout qu'avec des côtes brisées, il ne pourrait plus faire grand chose. D'ailleurs elle se demandait comment il faisait pour ne pas hurler à la mort dès qu'il éternuait. Sa perfusion devait être remplie de morphine ou un truc dans le genre, ça devait expliquer pas mal de choses. Il est vrai que Yun n'était pas très habituée à endurer le froid comme en ce moment même. Elle n'avait pas grandi dans un château telle un princesse, mais dans un grand appartement confortable. Très. Peut-être trop. Enfin, il est clair que les factures de chauffage n'étaient pas un problème pour ses parents alors il est clair que l'hiver c'était largement assez chauffer, comme l'été la clim marchait tout le temps. Ha Jin tendit le bras et effleura son front. Il devait déjà témoigner de l'état dans lequel se trouvait la demoiselle, car elle sentait venir le mal de tête et les éternuements. Un moment perdue dans ses pensées, elle resta à fixer l'extérieur tout en cherchant à calmer ses tremblement. Un instant de lucidité, elle remarqua que Ha jin la fixait avec des yeux... bizarres.

-Qu'est ce qu'il y a? C'est bon je vais bien.

Pas vraiment en fait mais bon, tant qu'à le cacher elle serait tranquille. Ha Jin l'enroula alors dans ses couvertures. Elle lui lança un regard incompréhensif mais il lui avait tourné le dos. Il prit sa perfusion et alla dans la salle de bain. Qu'est ce qu'il pouvait bien trafiquer? Elle soupira et leva les yeux au ciel. On se plaint que les femmes sont compliquées mais alors les hommes ne valent pas mieux.

- Euh… Je… J’ai transpiré aujourd’hui, et j’ai peur que ça se sente… Je prends une douche et je reviens. Désolé.
-Ok...

Sa voix commençait à s'enrouer et à devenir faible. Ce n'était pas bon du tout. Elle attendit d'entendre l'eau couler et enleva la couverture. Garder ses vêtements devenaient un supplice. Elle retira donc sa veste et sa robe et les déposa sur le tabouret avant de s'enrouler de nouveau dans la couverture. Elle s'installa ensuite dans un fauteuil à côté du lit, vers la baie vitrée, recroquevillée pour avoir plus chaud. Petit à petit ses tremblements cessèrent et la douce sensation de la chaleur l'envahit. Enfin... Mais c'est aussi souvent à partir de ce moment que le rhume se déclenche. Une suite d'éternuements aigus pris donc la petite chinoise, lui foutant un bon mal de tête. Elle soupira en grimaçant et se tint la tête. C'était bien le moment de tombé malade... Surtout qu'une bonne envie de dormir commençait à la saisir. A quand les sueurs froides ou les bouffées de chaleur? Pas pour très longtemps.

Au bout d'un petit moment, Ha Jin revint s'allonger dans son lit. On aurait dit qu'il avait pris 60 ans d'un coup. C'est marrant à voir. Mais Yun était trop mal en point pour le charrier et pour en rire. Intérieurement ça marchait bien. Au delà, c'était trop demandé. Elle devait avoir une tête à faire peur et des yeux vitreux. Ah bordel, elle aurait dû suivre le beau toubib. Il aurait eu la tête du blond dans Dr House, alors là ça aurait été le paradis. Arrête un peu tes conneries Yun, et reviens sur terre. Dans son état, un peu de réconfort n'aurait pas été vain, c'est clair. Mais c'était peut-être trop en demander. Quoi que pour l'instant tout ce qu'elle s'était se glisser sous une bonne couette et pioncer. Des paroles venant de Ha Jin et un éternuement la sortir un peu de ses pensées.

-A tes souhaits. Désolée, j'ai pas entendu ce que t'as dit.

Si ce n'était pas important, tant pis, autant laisser tomber. La petite chinoise avait à présent le nez qui coulait, ce qui la fit de nouveau éternuer. Elle n'avait jamais aimer la pluie, mais alors là c'était le summum. C'est alors qu'une infirmière entra dans la chambre pour vérifier que Ha Jin allait bien. Bien sûr, elle remarqua qu'il n'avait plus de couverture et qu'en plus de ça il était trempé. Il expliqua la situation avec un malaise évident. Ca en devenait comique. L'infirmière lui conseilla d'aller se changer puis elle repartit chercher une autre couverture, une chemise de nuit sèche et des médicaments pour l'état de Yun.

-T'es encore pas passer loin du ridicule toi. Fit-elle remarquer avec un sourire.

Elle étouffa un énième bâillement, et peu après l'infirmière revint avec tout le nécessaire. Cette dernière posa la couverture sur le lit et donna le vêtement au jeune homme qui partit se changea dans la salle de bain.

-Voilà mademoiselle, de quoi stabiliser un peu votre état. Mais vous devriez tout de même voir un médecin.
-Pas la peine...


Ha Jin revint s'allonger dans son lit, et à ce moment là un médecin entra sûrement pour voir comment se portait son patient. C'était le beau gosse qu'avait croiser la jeune chinoise un peu plus tôt.

-En fait je pense que vous avez raison.

Yun se leva et fit en sorte de garder sa couverture bien en place pour qu'on ne voit pas ses sous-vêtements. Bon, c'était comme un maillot de bain mais tout de même. La demoiselle souhaita un bon rétablissement à son ami coréen qui s'était déjà endormi. Décidément... Elle sourit et quitta la chambre après avoir récupérer ses vêtements toujours détrempés, suivant docilement le beau toubib dans une salle de consultation.


[SUJET TERMINE]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'hôpital m'excite X_x (xD) [PV : Yun]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'hôpital m'excite X_x (xD) [PV : Yun]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hôpital de l'Universite d'Etat d'Haiti : état des lieux
» Un premier Scanner à l'hôpital Bernard Mevs
» Hôpital de Caen
» L U L L A B Y •• faire l'amour dans les champs excite les fleurs.
» Bureau du médecin de l'aile civile de l'hôpital d'Artois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1 :: Corbeille V.3/V.4-