Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1
Bienvenue à Konoha High School !
Depuis les événements dramatiques de 2011, beaucoup de choses ont changées... Une étrange bactérie du fond des océans vint semer la zizanie et les humains ne sont plus vraiment pareils... La ville de konoha, 25 ans plus tard, sous le signe du chaos et d'un régime totalitaire, venez vivre l'aventure !
Oserez-vous vivre dans un monde où la normalité n'existe plus ?



 

Partagez | 
 

 Help me.. { Pv Shaolan }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Help me.. { Pv Shaolan }   Ven 29 Jan - 6:17


Elle restait là, le regard noyé dans le noir. Un noir habituel, celui de sa chambre. Une teinte d’un bleu cyan illuminait son regard qui semblait, à cet instant même, normal pour une fois. Son cadran, simple petite boîte clignotait les deux même chiffres depuis toujours puisqu’elle ne l’utilisait jamais, même pour savoir l’heure, il lui était inutile. Pourtant, à ce moment présent, il éclairait son petit minois d’enfant aux traits terrifié, inquiet, mais avec une légère touche de bonheur bien caché. Que devait-elle ressentir en ce moment? Elle l’ignorait totalement, mais pourtant, ses yeux ne pouvaient se décrocher du bord de son lit. Il y a peu de temps, une quinzaine de minute environs, non? Son oncle était venu la voir. Elle regardait la forme qu’avait pris son matelas lorsqu’un poids supplémentaire s’était rajouté. Un sorte de creux non désiré qui reprenait lentement sa forme d’origine. Pourtant, ce n’était pas ce changement qu’elle observait. Non, la gamine voyait juste encore et encore la même scène.

Il y a peu de temps, elle était en train de dormir. Pour une fois, la nuit semblait l’avoir enveloppé, dans un monde noir et creux. Froid et sombre. Vide et triste. Mais c’était son monde, celui qui était que néant. Et pourtant, elle aimait y être.. Étrange? La gamine se sentait juste bien. Elle était incapable de rêver depuis l’accident. Ses nuits étaient toujours noires et banales. Pendant plusieurs jours, elle a refusé à son corps de dormir.Les scènes revenaient encore et encore. La voiture. Son sang. Son père. Leur voiture. Son bonheur brisé.. Pourtant, son oncle était venu. D’une geste délicat, il lui avait secoué l’épaule. Lentement, juste pour la réveiller. Les mots qui a dit était tout aussi doux. Murmuré et chaleureux, mais il disait tout de même ceux qu’elle ne voulait pas entendre. C’était le temps de partir, d’aller vers ce monde..

Cette nuit-là, son corps avait fini par s’écrouler sur l’oreiller. Elle était trop épuisée pour résister. Son sommeil fût à peu près réparateur, si l’on prend bien compte qu’elle avait à peine eu un bon trois heures de sommeil. La gamine décida finalement de se lever, enfilant une simple jupe plutôt courte de style écossaise d’une simple couleur bleue marine sur lequel était brodé une petite bande d’un beige, allant plus vers le blanc, légèrement ondulé. Une paire de collant noir en dessous puis il ne lui restait qu’à trouver un haut. Elle enfila une chemise d’un blanc éclatant par-dessus ses sous-vêtements et ajouta un petit veston par-dessus. Elle attrapa rapidement ses écouteurs, les plaçant sur ses oreilles avant de sélectionner une musique à faire jouer en répétition. En ce moment, le titre d’une seule sembla lui être parfaite pour le moment. Run de Snowpatrol.. Run. Courir. Pouvait-elle le faire? Pouvait-elle simplement ouvrir la fenêtre et courir ailleurs? Échappé à ce monde? Elle avait accepté de plein gré d’aller dans cette école et finalement, elle ne voulait plus y aller.. Comment allait réagir les autres élèves? La situation allait-elle un peu changer ou resterait-elle la même que celle qu’elle connaît depuis toujours?

Son oncle vint cogner à la porte de sa chambre et l’ouvrit. Il regarde l’énorme valise qui regroupait tout ce qu’elle avait dans cette chambre et l’amena. Maintenant.. Elle n’avait plus le choix. L’adolescente attrapa le sac de son ordinateur portable, son lecteur Mp3 et attrapa une cravate qu’elle avait sorti pour aller avec le reste de ses habits avant de fermer la porte à tout jamais de sa chambre..

Elle traversa rapidement la distance entre la voiture et la maison, jetant sa veste, son foulard et la cravate sur le banc avant de s’installer dans le chaud du véhicule. Son cousin était assis à l’avant, sa cousine à côté d’elle, mais elle ne les regarda pas vraiment. Elle finit par laisser sa tête contre la vitre du véhicule et ferma les yeux, ne pensant qu’à ce qui pourrait arriver de bien dans cette école.. Lorsque son oncle annonça qu’ils étaient arrivés, Rim ouvrit lentement les yeux, observant le reste de sa famille se dépêcher à sortir, sourire aux lèvres avec la seule envie de découvrir cette école. Soupirant, elle attrapa la cravate pour l’attacher autour de son cou , enfilant rapidement sa veste puis le foulard. Sa porte s’ouvrit, son corps se glissa à l’extérieur, entouré du vent frais de l’hiver et des flocons qui tombaient du ciel d’un gris pur. Elle attrapa ses valises et se dirigea là où il fallait qu’elle aille..
Rim releva légèrement la tête, observant le ciel et ses épais nuages gris. Ils étaient là haut, n'est-ce pas? Son père. Sa mère. Peut-être ses vrais parents aussi.. La japonaise attrapa son Ipod pour changer de musique, mais elle ne le fit pas. Ses yeux restés fixé sur la date qu'il affichait. Une date qu'elle aurait voulu oublier. Une date qu'elle n'aimait pas. Le 14 février.. La Saint-Valentin. Une fête stupide qui était rendu commercial. N'était-ce pas supposé être la journée de l'amour? Pourquoi est-ce que sa mère l'avait abandonné à ce moment là alors? Pourquoi ne pas avoir donné l'amour qu'elle aurait mérité? Pourquoi accorder tant d'importance à une fête aussi banale? La sienne était sans importance. L'amour n'existait pas pour elle. Heureusement, son oncle avait bien compris lorsqu'elle lui avait dit qu'il n'avait pas à lui donner de présent à sa fête. Elle ne voulait pas qu'on lui rapelle cette date.. Un jour, elle pourrait l'accepter, mais pas aujourd'hui.. Elle secoua la tête et baissa les yeux pour observer face à elle.

L’école était plutôt jolie, mais les élèves étaient-ils aussi accueillant que leur bâtiment? Un sac sur les épaules, la valise tenue dans sa main et ses écouteurs dans les oreilles, la musique continuait de résonner dans ses oreilles. Elle se rendit rapidement vers la secrétaire, disant ce qu’elle voulait pour finalement aller dans sa chambre. Rim ne fit pas grand-chose dans la pièce. Personne n’y était à son soulagement, elle se contenta de prendre le lit qui semblait vide et de mettre ses bagages dessus. Passant devant un miroir sur pied, elle ne plut s’empêcher d’aller s’observer. Avec la manteau, elle semblait être bien normal. Elle n’avait pas l’air de cette petite créature maigrichonne qu’elle représentait. Sa peau d’une teinte ivoire faisait ressortir les iris brillant comme deux rubis. Pourquoi ne pas acheter des lentilles de couleur si elle voulait passé inaperçu? Elle ne voulait pas. Ces choses lui faisaient peur. Ces petits objets.. Elle lui donnait l'impression qu'une partie d'elle allait disparaître. Après tout, n'avait-elle pas enduré tout cela depuis son enfance? Pourquoi renoncerait-elle aujourd'hui, après les efforts que son père avait faits pour que les autres l'acceptent.

Elle secoua la tête et observa ses cheveux. Aujourd’hui, elle n’avait pas installer ses rallonges. Manque de temps surtout.. Elle passa sa main droite dedans, démêlant quelques mèches tout en observant son poignet. Un bandage bien visible qui l’était encore plus lorsqu’elle portait une camisole. Le réel départ de ce dernier commençait à son épaule pour couvrir son bras en entier. Sa joue droite était également recouverte jusqu’à la base de sa mâchoire de petits carrés blancs faisant office de pansements. Finalement, si elle se mettait en pyjama, soit un boxer et une camisole, elle avait l’air d’une sorte de momie.. Son cou était recouvert, son bras droit en entier, son poignet gauche, sa joue droite et même sa cheville gauche. Espérons simplement que les élèves n’étaient pas du genre à jouer du coude pour aller à leur cour..

Elle boutonna sa veste et reparti vers l’extérieur, baisant la tête pour être sûre d’être inaperçu. Elle ne sentit aucun regard contre elle à sa grande joie, mais elle aurait préféré rester à l’intérieur. Son manteau d’une couleur crème n’était pas très épais, suffisant pour une température ne dépassant pas le moins dix degré celsius. Elle serra son foulard de la même couleur et du même motif que sa jupe contre son cou, créant de petits nuages de fumés par cette petite bouche empli de dents pointus avant de traverser la rue. Une simple traverse était tracé devant l’établissement et pourtant, elle fit encore l’erreur. Un pied avança sur les tracés blancs et le klaxon d’une voiture suivie d’un crissement de pneu la fit reculer très rapidement sur le trottoir. Le chauffard la regarda d’un air frustré avant de continuer son chemin. Soupirant, Rim recula un peu plus de la route pour finalement frapper quelque chose. Elle ferma les yeux, effrayé par ce qu’elle venait de frapper, se retourna brusquement en reculant du sens contraire en s’excusant. Son pied droit parti vers l’avant, le second ne tarda pas à suivre. La gamine ouvrit un œil en réprimant un petit cri de douleur. La glace noire, pire ennemi d’une maladroite comme elle.. Lentement, elle leva les yeux, observant le jeune homme face à elle d’un regard plutôt effrayé et incertain.. Allait-elle se mériter une magnifique baffe pour l’avoir accrocher ou qu’à une main pour l’aider à se relever?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Help me.. { Pv Shaolan }   Mer 17 Fév - 4:36


Tout était noir. Le néant total comme si quelqu’un avait renversé un encrier d’encre chinois sur le monde entier. Je tentai de faire un pas vers l’avant. Il me semblait bien que j’avais avancé mais l’environnement qui m’entourait ne m’en donnait pas l’impression. Regardant autour de mois rapidement, je sentais la panique me monté à la gorge et l’a brulé à petit feu. L’air me manquait et rapidement, ma respiration devint saccadé et irrégulière. Avait-on refermé le couvercle dans la boite où je me trouvais ? Pris de panique, mes jambes réagirent seule et je me mis à courir comme jamais n’avait courut. Courant et courant sans fin, sur place. Infiniment, à la recherche que quelque chose ou de quelqu’un. Un signe, une présente, un touché … mais, si finalement, la chose que je cherchais n’existait tout simplement pas… ? M’arrêtant brusquement de courir, je m’agrippai le gorge avec une pression assez frémissante qui allait de sur le bord de la strangulation volontaire jusqu’au chatouille jusqu’as que soudain, un énorme frisson m’envahit entièrement, crispant mon corps vers l’arrière, me faisant lâcher mon coup. Haletant, une lueur dessina soudain ma silhouette dans l’obscurité totale. Étais-ce moi qui émanais cette lumière ? Étais-je entrain de devenir un ange ? Non, pour moi, l’enfer était plus approprié. Secouant rapidement la tête de gauche à droite pour signifié mon refus, je remarquai soudain une lueur derrière moi. Surpris, je me retournai brusquement et j’écarquillai les yeux. Vêtue d’une mince robe de soie blanche et entouré de rubans rosâtre qui semblait sentir les fleurs de cerisiers au printemps, une jeune fille à la chevelure chatait/beige clair me regardait avec un regard tendre. Totalement hors de moi, je reculai d’un pas vers l’arrière, mais lorsque je me rapprochai brusquement, tentant de touché le bord de ses joues, celle-ci disparut brusquement dans une explosion de pétale rose qui se désintégra avec le temps. Essayant d’en attrapé avec mes mains, je me remis à courir. Courant et courant pour ne rien d’avoir, en fin de compte …

Le soleil éclairait déjà la chambre depuis quelque heure maintenant. Une grande majorité des élèves devaient déjà être debout à l’heure qu’il était. En cours même, mais il y avait quelqu’un qui manquait à l’appelle. Un jeune homme à la chevelure noisette… Tremblant de tous ses membres, prenant brusquement une grande respiration, les yeux caramel de ce jeune homme en question s’ouvrirent soudain. Regardant de toute les directions, tremblant de la rétine, le jeune homme respira quelque grande bouffé d’air avant de fermé les yeux quelque instant avant de se redressé, retiré les couvertures sur le côté d’un mouvement rapidement et de mettre les jambes sur le bord du lit, touchant le sol du bout des orteils. Ce n’était pas la première fois qu’il rêvait à elle, mais jamais cela n’avait été aussi intense ce dit-il dans sa tête avant de soupiré longuement et de mettre une main sur son front, déplaçant les mèches de devant ses yeux quelque instant avec de se lever. Faisant quelque pas tremblant, le jeune homme tourna la tête vers le réveil posé sur son bureau. 09h43. Hum. Il avait manqué le début du premier cours. Art plastique … Ce n’était pas une si grande perte se dit-il en levant les épaules tout en se dirigeant vers son bureau. Ouvrant le premier tiroir, il agrippa le pantalon brunâtre de l’uniforme scolaire, la chemise blanche et les balança sur son lit. Prenant une pair de bas quelconque, le jeune homme finit par se tourné vers le pantalon et la chemise, les saisi d’un mouvement brusque et les jeta dans le tiroir. Il n’avait pas du tout envi d’aller en cours aujourd’hui. Tant pis. Il était déjà en retard et il n’avait pas de cours important. Tirant le deuxième tiroir, il sortir une pair de pantalon noir et un t-shirt beige et les enfila rapidement. Il se dirigea ensuite vers la porte, pris sa veste noir rayé brun semi-foncé et sortit de la chambre.

Descendant rapidement jusqu'à l’étage principal, le jeune homme réussit à évité tout les professeurs qu’il vit sur son passage et se dirigea vers le coin des cases des élèves. Passant deux ranger sans y prêté attention, en se glissa rapidement dans la troisième et alla vers le centre. Déverrouillant son cadenas rapidement, lorsqu’il ouvrit la porte, une petite montagne de lettre et de boite allèrent s’étendre par terre. Déconcerté, le jeune homme recula de quelque pas en voyant autant de chose dans son casier. Se penchant calmement pour se saisir de l’un des lettres au papier étrangement rose ou rouge, celui-ci l’examina et lu en lettre soigner le nom « Shaolan » sur chacune d’elle. Tenant maintenant toute les lèvres dans une main, Shaolan agrippa ensuite la jeune boite présente dans tout ce tralala. Il l’a secoua un peu, écoutant le bruit de cognement que cela créait et amena la boite jusqu'à son nez et en renifla l’odeur. Chocolat noir…Carte rose… Oh non ! Plaçant rapidement les lettres et la boite dans sa case, Shaolan sortit rapidement son portable et regarda quelle date c’était aujourd’hui. 14 Février. La Saint-Valentin. Soupirant, celui-ci fixa le tas de chose inhabituel dans sa case et les repris en mains pour ensuite se dirigé vers la poubelle. La Saint-Valentin, quelle fête inutile. Il y avait des choses beaucoup plus importantes dans la vie que de donner des chocolats et des cartes qui sentent la rose à la personne que l’on aime. Jetant les cartes, Shaolan était tout de fois un peu surpris. Il avait des admiratrices et il ne le savait même pas. Enfin, il s’en foutait un peu. Fixant en silence les lettres au fond de la poubelle, il ouvrit son sac et glissa la boite de chocolat à l’intérieur. Les lettres, elle n’avait pas d’importance à ses yeux puisqu’il ne voulait pas créer de lien avec les autres, mais la boite de chocolat, elle pourrait être utile s’il avait faim.

Refermant finalement sa case en ayant sortit tout ses livres d’école qu’il avait prit la veille pour faire un devoir de mathématique, Shaolan se dirigea d’un pas rapide vers la première place où il allait en se levant, la cantine. La pièce était vide. Seules les tables longues occupaient à elle seule la présence qu’il y avait. Dans quelque heure, les gens allaient se battre pour s’y assoir mais pour l’instant, personne ne criant « HEY ! ON ÉTAIT LÀ AVANT » ou « VA VOIR AILLEUR IDOT ! » Il la sale à lui tout seul. Prenant un plateau dans les raques, Shaolan passa devant la cuisinière et lui demanda une assiette d’Onigiri au saumon, des dango, un jus de fraise et des ananas. Lorsque tout ce qu’il demanda fut sur l’assiette, celui-ci alla s’assoir à l’une des tables et commença à mangé calmement. Cela faisait maintenant 3 ans, se disait-il-en finissant ses onigiris. Frissonnant faiblement, cette conclusion le mena à repensé à son rêve. L’apparition de Sakura en forme de fantôme. Normalement, les rêves qu’il faisait d’elle était des souvenirs, mais s’était la première fois qu’il faisait un telle rêve. Secouant la tête pour essayer de ne plus y pensé, il finit son repas en n’y repensant plus et alla porter son plateau ainsi que les assiettes avant de sortir de la pièce, la paille du contenant de jus toujours à ses lèvres.

Les mains dans les poches, Shaolan parcourut l’étage sans faire de bruit, bougeant un peu sa langue dans sa bouche, ayant encore le gout du jus de fraise sur ses papilles gustatives. Il était entrain de pensé à ce qu’il pourrait bien faire aujourd’hui puisqu’il n’allait pas en cours lorsqu’une forme attira son regard. C’était d’une couleur vive et c’était presque impossible de ne pas la remarquer ou, devrait-je dire, des les remarqué. Accroché aux murs de l’école, il y avait une quantité énorme de cœur qui les décorait. Des petits, des moyens, des gros… Rouge, rose, bleu et même blanc. Horreur ! L’école s’était-elle transformée en cœur géant ? Oh et il y avait en plus des banderoles accroché prêt du plafond. Shaolan n’aimait pas cette fête, non parce qu’il ne l’a trouvais pas jolie, mais parce que tout le monde devenait très étrange cette journée là. Une forme obsession pour les cœurs se créait, du rose, du rouge, tout beau, tout jolie, tout mignon. Oh et les cadeaux à n’en plus finir. Ça l’énervait tout ça et, essayant d’échappé à tout cela, celui-ci ce précipita rapidement vers la porte principal du lycée pour ouvrit à la volé pour s’y glissé encore plus rapidement.

Enfin, il était sortit de tout cela. Accoté sur la porte du lycée qu’il venait de quitté l’environnement, Shaolan prit une grande respiration et commença à marché calmement l’allé principale. Il avait toujours préférer sortir dehors que de resté à l’intérieur. L’ambiance du lycée lui semblait prisonnière à son égare et la seule façon se n’en échappé était de simplement d’ouvrir la porte d’entré. Quittant son appuie, les mains dans les poches, Shaolan commença à se laissé porté où ses jambes le mènerais. Il se surprit à zigzagué quelque fois, mais arriva rapidement au portail et sursauta brusquement lorsqu’un bruit de frein et de klaxon se fit entendre. Le bruit strident des pneus qui se frotte durement vers l’asphalte donna un désagréable frisson au jeune homme et celui-ci traversa rapidement le portail pour atteindre la rue en face de l’école lorsqu’il entra soudain en collision avec quelqu’un ou quelqu’un chose. Écarquillant les yeux sur la surprise du choque, Shaolan les baissa ensuite vers ce qu’il avait heurté. Une chevelure blonde se dessina sur ses iris, mais disparut soudain de son champ de vision. D’un mouvement presque instinctif, Shaolan saisi la taille de la personne qui semblait être entrain de chuté et la sauva d’un atterrissage sur le sol dur et froid. Prenant quelque minute pour prendre conscience de la situation, Shaolan baissa ensuite les yeux vers la personne aux cheveux blonds et leva faiblement les sourcils en lui associant finalement un visage. Un visage d’enfants. Des cheveux blond court allant jusqu'à épaules et des yeux d’un rouge qui ne laissa hypnotiser. Se rouge rubis, clair et sombre à la fois. Il ne savait pas pourquoi, mais il n’arrivait pas à se détaché des yeux de la jeune fille qu’il tenait entre ses bras. La bouche entre ouverte, il resta ainsi quelque instant jusqu'as qu’il revient un peu plus à lui et qu’il remarque la lueur de crainte qui aimantait les yeux de la jeune fille. Levant les sourcils en faisant cette constatation, Shaolan la rapprocha de lui et lui fit un câlin pour essayé de la réconforté. Pourquoi avait-il fait cela ? Lui qui, pendant trois ans, avait essayé par tous les moyens de ne pas créer de lien avec les autres ? Qui sait …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Help me.. { Pv Shaolan }   Jeu 18 Fév - 5:35


Les yeux clos, elle attendait tout bonnement qu’il se fâche. Elle attendait que la main du jeune homme touche sa joue avec violence. Elle n’attendait que le sort qu’elle méritait. Les gens ne lui avaient-ils pas assez fait comprendre qu’elle n’était pas la bienvenue? Ils avaient voulu qu’elle aille à l’école. Elle avait refusé, mais ensuite, elle n’avait pas été capable. Quand vos parents vous font des yeux de biche en vous suppliant, comment dire non? Quand ces personnes sont celles qui ont décidé de vous accepter parmi eux? Qu’ils vous font découvrir un nouveau monde? Ils avaient tellement de bons arguments en plus.. Qu’elle pourrait faire de nouveaux liens sociaux. Se faire des amis. Découvrir des sentiments qu’avec eux, elle ne pouvait pas connaître. Détruire sa timidité.. Quelle merveilleuse idée? Et maintenant, elle était pris avec ce problème.. Si elle avait refusé comme au départ, alors ils seraient encore là.. S’ils ne l’avaient pas inscrite dans cette école, alors cette personne n’aurait pas voulu lui faire la peau, elle ne se serait jamais autant renfermée, jamais elle n’aurait souffert. Jamais cela ne serrait arriver. La japonaise soupira lentement..

Elle continuait d’attendre. Autant un coup, une insulte, mais par-dessus tout, le choc de son corps contre la glace. Elle attendait le cri de douleur qui suivrait celui qu’elle avait eu lorsque sa cheville droite avant glisser. Peut-être qu’elle ne marchait pas avec des béquilles, mais cela restait que son pied droit restait tout de même fragile. Elle attendait que son corps se brise encore un peu. Que la douleur lui rappelle comment elle devait souffrir. Que ce n’était pas encore assez.. Qu’elle ne pouvait pas comparer ce qu’elle ressentait à ce que ces parents adoptifs avaient dû ressentir lorsqu’ils étaient rentré en collision avec son corps. Elle revoyait encore cette scène. Celle de sa dernière nuit. Le sang, élément important au corps. D’un rouge âcre et amer. Parfois sucré, parfois dégoûtant comme cette fois là lorsqu’elle n’avait été capable que de regarder la scène sans rien pouvoir faire. L’incapacité. Être un loser à temps plein..

Le cœur sembla lui monter au bord des lèvres, battant un rythme rapide dans ses tempes. Elle avait mal, juste là. Un peu partout, sans place précise en fait. Sa tête souffrait, sa gorge se serrait. Son cœur se brisait de plus en plus rapidement, ses os craquaient. Un jour, elle finirait morte par sa propre faiblesse. Elle ferma les yeux pour se concentrer sur une autre chose, mais l’effet fut inverse. L’épisode défila sous ses paupières rapidement. La voiture frappant le mur, laissant son corps inerte contre le sol, mais toujours en vie et conscient. Le son et les bruits semblaient pris comme dans un verre, arrivant ses oreilles comme si elle était bouchée. Son corps faisait mal, elle voulait hurler à ce moment-là. Pourtant, sa bouche n’avait accepté qu’une chose. S’entrouvrir pour laisser passer son propre sang couler le long de sa gorge. Mais le pire n’était pas ça.. Le pire était la vue qu’elle avait. Sa tête ne pouvait point bouger et ses yeux se fermer. Elle restait a fixé sur la scène plutôt horrible pour elle. Son père l’observant d’un regard vide qui pour la gamine semblait suppliant et à la fois détestable. Elle avait eu l’impression à ce moment-là qu’il regrettait. Sa mère, elle ne pouvait même pas la voir. Juste le sang coulant le bord de son visage. Sa tête était reculé vers l’arrière suite au choc, mais au moins, elle avait les yeux clos..

Elle sentit alors la pression. Ses vêtements collants contre sa peau au niveau de sa taille, quelque chose de dur retenant son maigre corps. Lentement, elle ouvrit les yeux, sans observer le jeune homme. Son regard restait fixé sur le bras de ce dernier qui entourait sa taille. Pourquoi? Pourquoi n’était-il juste pas en train de l’insulter? De lui cracher dessus? De briser encore plus sa personne? Pourquoi n’était-il pas en train de la frapper? Pourquoi ne réagissait-il pas comme tous les autres? Pourquoi brisait-il tous ses fondements? Le fait que l’homme n’accepte pas la différente et que personne ne peut la regarder sans avoir dégoût dans le visage? Pourquoi ne l’avait-il pas laissé tomber pour qu’elle ait mal? Pour qu’elle aille ce qu’elle méritait pour déranger les gens? Pourquoi était-il là à mélanger toutes ses pensées? À lui donner encore plus mal à la tête contrairement à son habitude? Elle leva les yeux vers son regard, le fusillant de mettre ainsi, en quelques secondes, les dernières semaines de sa vie en questionnement. Cependant, il la regardait. Transperçant son regard en elle de ses deux orbes d’un brun caramel magnifique et éclatant. Un bronze plutôt sombre qui semblait ne pouvoir afficher aucun sentiment. Pourquoi les siens avaient-ils cette chance? Pourquoi ses yeux ne pouvaient-ils pas refléter les sentiments comme les siens s’avaient si bien faire pour la trahir?

Elle l’observait comme lui le faisait, tentant de discerner la moindre émotion de son regard. De ses orbes qui créaient un néant dans la tête de la gamine. Elle détacha son regard, se concentrant sur le reste de son visage. Sur le reste de ce garçon après qui elle éprouvait tant de sentiments. Elle le détestait, en avait peur. Elle le craignait, elle voulait fuir. Pourtant, il la rassurait en même temps. Il changeait l’habituel. Il émanait aucun sentiment ce qu’elle appréciait. Peut-être n’allait-il pas la juger, lui? Elle continuait de l’observer. Ses cheveux d’un brun mi-court, mi-long, cachant légèrement ses yeux dépendant la façon dont il se coiffait. Un visage au trait simple qui restait pour du moins magnifique comme si on l’avait sculpté dans le marbre. Cela restait qu’elle ne pouvait pas l’avouer pour le moment. Elle ne pouvait pas dire que ce garçon était magnifique. Elle ne pouvait se faire à l’idée qu’il était différent. Elle remarqua un mouvement sur son visage, ses sourcils se hausser par étonnement ou surprise.. Avait-il remarqué le fait que ce n’était pas des lentilles dans ses yeux? Que c’était leur couleur naturelle? Elle sentit son bras faire une pression plus forte pour un second le rejoindre dans son dos. Elle sentit ses pieds bougés vers l’avant, son corps se serrer contre celui de l’adolescent. Sa chaleur tentant de traverser le froid de son corps. Son souffle chaud contre son cou. Les joues de la gamine prirent une teinte rougeâtre et l’étonnement l’étouffa. L’air sembla avoir de la difficulté à passer dans sa gorge ou alors, ce gaz avait décidé de la fuir. Elle ferma les yeux pendant quelques secondes, déplaçant ses bras pour le serrer contre lui , mais elle changea à la dernière seconde. Ses bras passèrent entre le corps de l’homme et de Rim et elle le repoussa. La tête basse, les yeux clos, elle continuait de le pousser, dénouant les bras du garçon qui n’était pas assez lié pour la retenir contre lui.


- Ne.. Ne me touchez pas! Je.. Je veux pas.. J’en veux pas de ça.. Je veux pas de pitié venant de quelqu’un comme vous.. J’en veux pas de quelqu’un d’hypocrite.. Je ne suis pas un monstre.. J’ai pas besoin de ça..

Elle se recula un peu plus, son pied droit lui fit serrer les dents. La douleur était là, présente et un peu trop. Mais, elle ne voulait pas qu’il voit qu’elle avait mal. Elle ne voulait pas qu’il voit qu’elle soit si faible. Rim se retourna rapidement, laissant ses bagages près du jeune homme, elle se contenta de courir. Des pas inégaux, douloureux et pour du moins, peu droit. Au tournant de la rue, elle s’arrêta, se laissant tomber par terre. Ses genoux frappant le sol avec violence, son corps s’écroulant dessus comme si elle n’était que chose incomplète, brisé et inutile. Ses écouteurs restaient dans ses oreilles, jouant une nouvelle piste. Froide de Kodiak.. Était-ce l’ironie du sors ou simplement le destin qui voulait la faire encore plus souffrir? Sa tête lui donnait envie de prendre des aspirines, mais elle ne voulait pas. Lui,il ne pourrait pas en prendre. Lui, il avait souffert et était mort sur le coup. Elle, elle pouvait supporter.. Si le choc ne l’avait pas tué, alors elle était capable de résister à la douleur. C’était un domaine connu pour elle. La seule chose qu’elle pouvait peut-être connaître mieux que d’autre. Les larmes commencèrent à couler contre ses joues lorsqu’elle se souvenait de sa présence. De cette chaleur qu’elle avait ressentit. De cette envie de se serrer qu’un peu plus contre lui. De cette envie de pleurer dans ses bras, de se libérer de ce poids. Elle voulait l’affection qu’il était en train de lui donner, malgré que c’était sûrement plus par pitié qu’autre chose. Elle leva la tête vers le ciel, observant les flocons qui commençaient à tomber du ciel. Ses larmes brouillaient sa vue et semblait se multiplier chaque fois qu’elle les essuyait. Pourquoi était-elle née à cette journée là? Pourquoi fallait-il que cette date représente l’amour? Pourquoi .. ?

- Si j’ai les yeux rouges, c’est que je pleure des larmes de sang.. Je marche vers le néant jusqu’à ce que la pénombre me trouve.. Pourquoi ces paroles.. À ce moment-là..

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Help me.. { Pv Shaolan }   Ven 19 Mar - 2:20


Les images défilaient. Comme un ruban d’image apparaissant sur une toile blanche. Les gestes s’entre choquait dans sa tête, le laissant perplexe et incertain de ce qu’il venait de se passé, mais ce qu’il était sûre d’avoir compris, c’est qu’il venait de rencontré une fille pas comme les autres. Restant fixé sur place, il se repassa dans sa tête ce qu’il venait de se passé. Peut-être arriverait-il a mieux le comprendre. Il verrait peut-être un détail qui lui échapperait jusqu'à présent…

Il avait les muscles contracté, refermé sur cette chose qui lui avait semblé si fragile dés qu’il l’avait aperçu. Sans trop serré fort, il la gardait contre lui. Peut-être avait-il agit par instinct ou avait-il vraiment deviné que celle-ci avait le plus grand besoin de quelqu’un. Quelqu’un sur qui elle pourrait se vidé, ouvrir le robinet et laissé sortir tout ce quelle avait sur le cœur. L’avait-il entendu ? Son cri du cœur ? Son appelle désespéré qui se faisait entendre à ses milliers de kilomètre ? Lui-même, il n’en avait aucune idée, mais il restait tout de même contre elle. Percevant finalement un mouvement de la part de la jeune fille, il sentit ses bras bouger l’un vers l’autre. Allait-elle refermer une étreinte autour de lui ? Seul le temps nous le dira, mais au lieu de sentir ses bras autour de son torse, il perçut un mouvement de recule soudain et, ne voulant pas la choqué, il l’a laissé se défaire de lui, desserrant ses bras et relaxant ses muscles pour les laissé calmement tombé le long de son corps et il lui imposa un regard semblant à celui de quelqu’un qui l’a refusait de la laissé partir. Un pas en arrière, elle se recula. Il resta là, sans vraiment prendre le recule comme un choque. Après tout, que lui avait-il prit de la serré brusquement comme ça ? Ne plus s’attacher. Depuis maintenant prêt de 4 ans, ça avait toujours été la même chose et pourtant, cette fille, seulement elle. La seule de l’école, elle avait réussi à le faire brusquement changée. Vite, dans les record Guinness. La suivant dans ses mouvements, il devina aussi non ce quelle essaya de caché lorsqu’elle recula. Étant expérimenté au combat, il avait apprit à deviner lorsque l’ennemi était en position de faiblesse. Ça pouvait tout d’abord se lire dans le regard de la personne. Une lueur, un frétillement de la paupière mais aussi dans les mouvements. Il l’avait donc tout de suite perçu lorsqu’elle posa son pied sur le sol. Tournant ensuite les talons, celle-ci s’était mise à courir. Courir, courir et courir. Sans s’arrêté, comme si ce n’était pas la première fois quelle fuyait un moment ou… quelqu’un. La suivant des yeux, il l’a regarda jusqu'à quelle quitte son champ de vision.
À ce moment là, comme s’il était entrainer derrière elle, comme attiré brusquement vers un pôle ou comme un chien trainard se faisait ramener au prêt de sa maitresse. Ses pieds de mirent à bouger tout seul. Le cerveau semblait agir à l’aveugle, comme si quelqu’un s’était glissé dans la tête du jeune homme, contrôlant ses fais et gestes, tout comme ses sentiments. Une boule d’amertume venait de se loger dans la gorge du jeune homme. Avait-il mal agit ? Certainement pas, mais au fond, il s’en voulait. Il ne voulait plus de relation. C’était interdit, répugnant et totalement illégal dans son esprit et pourtant, il venait d’enfreindre cette règle qu’il s’était lui-même imposé. Il était devenu un hors la loi de son propre esprit. Délinquant et ne revenant jamais à lui au moment voulu. Un pas derrière l’autre. Rapide, plus rapide. Il ne fallait pas quelle s’en aille. Pas après ce qu’il avait ressentit lorsqu’il avait effleuré sa peau clair et impeccable comme de la porcelaine. Il devait la rejoindre. C’était devenu son but, sa vie, son devoir. Il le devait aussi non, il n’en serait plus digne. Plus digne de quoi ? À vous de voir. Arrivant prêt de où la jeune fille avait tourné le coin, une douleur lui revint aux oreilles. Pourquoi revint ? Et bien, parce que les paroles de la jeune fille était soudain revenu dans son esprit.

- Ne.. Ne me touchez pas! Je.. Je veux pas.. J’en veux pas de ça.. Je veux pas de pitié venant de quelqu’un comme vous.. J’en veux pas de quelqu’un d’hypocrite.. Je ne suis pas un monstre.. J’ai pas besoin de ça..


Une douleur volontaire se fit sentir au niveau de la lèvre inférieure. Une douleur volontaire créé par les dents qu’il s’enfonça lui-même dans la lèvres. Elle avait besoin de quelqu’un. Même si celle-ci disait le contraire, ses paroles n’étaient que mensonge. Elle était une menteuse, une fille qui se pensait seule au monde et faisant croire des choses que pour avoir de l’attention. Une toute autre image de la jeune fille venait de se créer dans l’esprit du jeune Li. Il …il… était en colère. Furieux. Et lorsqu’il tourna finalement le coin, Shaolan alla brusquement la soulever, la faisant quelque instant quitté le sol et il la regarda d’un regard sérieux, retenant la jeune fille en la tenant par les épaules et, d’un voix sérieuse, cachant un brin de tristesse …


" De la pitié, je n'en ai point pour toi, mais voir quelqu'un comme je t'es vue..Ton regard ne voulant rien dévoiler, tes gestes ... je suis désolé mais, je refuse........... "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Help me.. { Pv Shaolan }   Mar 23 Mar - 5:09

Elle sentait le froid piquer ses yeux humides. Ceux qui faisaient glisser de chaudes larmes contre ses joues, des larmes qu’elles ne voulaient pas voir tomber. Celles qui lui rappelaient comment elle avait souffert. Celles qu’elle gardait pour elle-même, qu’elle cachait aux yeux. Les larmes qu’elle ne voulait pas voir, dont elle ne voulait même pas connaître l’existence. Son corps était parcourut de frissons et de sursauts au niveau de ses épaules puisqu’elle manquait d’air. Le front plaqué contre ses genoux qui étaient empreints du froid de la neige mi-fondu sur le trottoir, elle tentait de reprendre son souffle sans succès. Seuls les cris s’échappaient de sa gorge, suivit en arrière plan, d’un souffle court et pratiquement inexistant. La musique jouait en répétition dans sa tête, disant des paroles qu’elle n’avait pas envie d’écouter. Des mots qui formaient des phrases. Des phrases qui formaient la réalité. Elle attrapa les écouteurs sur sa tête et les lança plus loin d’elle, à une dizaine de centimètre à peine, suivit de son Ipod. Sa cheville la faisait souffrir, n’aidant pas à ce que les larmes cessent. Pourtant, ce qu’elle n’aimait pas, c’était simplement la situation..

Les flocons continuaient de courir sur son corps. D’atterrir sur sa chevelure d’un blond semblable aux blés dorés des champs. Sur sa peau d’un blanc qui se rapprochait plus de la neige que de l’ivoire. Sur les parties sensibles au froid, glacés et rouges, ses mains, ses doigts, ses joues, sa nuque. Ils allaient sur son manteau, traversant le mince tissu pour pénétrer le reste de son corps. L’adolescente releva la tête à nouveau vers le ciel, tentant de distinguer des formes dans le ciel. D’approprier un nuage à une silhouette, à une personne, à quelque chose. Elle ne voyait rien, incapable de distinguer ses propres doigts à quelques centimètres de son visage. Sa main figée par le froid vint essuyer ses yeux, même si c’était inutile puisqu’ils étaient inondés quelques secondes plus tard. Rim tenta de se relever, une jambe à la fois. Comme une gamine qui viendrait de faire une chute. Sauf que la sienne, elle continuait depuis toujours. Chaque fond s’écroulait pour lui en faire rencontrer un nouveau. Ainsi de suite, pour toujours.. Peut-être. Son corps faillit retomber contre le sol blanc lorsqu’elle mit du poids contre sa cheville gauche, mais elle réussit à reprendre son équilibre en s’appuyant contre le bord du muret à côté d’elle. Un petit mur, sûrement celui qui entourait l’enceinte de l’école ou d’un autre bâtiment.

Ses bras se croisèrent contre sa poitrine, tentant de réchauffer son maigre corps. Ses mains étaient devant sa bouche où sortaient de petits nuages de bués créés par le mélange du chaud et du froid. Son dos s’appuyait contre le mur de brique d’un rouge délavés, le froid de celui-ci transperçant ses vêtements pour devenir comme un parasite sur ses os, collant contre sa peau, relevant les poils en signe de frisson, lui donnant la chair de poule. Les larmes continuaient de couler, mais en moins grande quantité. Ses joues brûlaient tout comme ses yeux, comme si la température hivernale tentait de glacer l’eau salée que ses orbes écarlates avaient laissée échappé. Au moment où elle sentit que ses jambes allaient l’abandonner, un bruit survint. Que devait-elle se dire? Était-ce la musique sortant de ses écouteurs qui jouaient comme le bruit d’un parasite sur une radio? Plus elle écoutait, plus elle distinguait le souffle de quelqu’un, les bruits de pas écrasant la fine couche de neige. Au coin de la rue où elle était, elle aperçu son corps, toujours aussi beau, malgré ses cheveux légèrement décoiffé par sa course. Rim tenta de s’accrocher à nouveau contre son appui de brique pour repartir, mais avant même qu’elle puisse faire un seul acte, elle se retrouvait élever dans les airs, collés contre le muret, s’étouffant à moitié par la poigne du jeune homme contre son manteau.

Ses pieds touchaient à peine le sol, sa gorge lui semblait étrangler, la pression du jeune homme contre son cou la faisait souffrir. Coupant sa respiration. Lui donnant encore plus de difficulté à respirer. Était-il revenu pour rattraper son erreur de l’avoir laisser repartir sans la moindre blessure? Les yeux mi-clos par la douleur, elle tentait de distinguer le visage du jeune homme. Les orbes caramélisés affichaient un air différent d’auparavant. Ce n’était plus le regard doux et chaleureux.. Que celui qui lui faisait encore plus regretté son existence. Un regard qui était encore plus froid que la température à l’extérieur. Un regard qui fit aussitôt remonté les larmes à la surface, les faisant couler lentement contre ses joues. Il était en colère contre elle.. Ça se voyait parfaitement. Était-ce côté de lui qui faisait si peur à la gamine? Sûrement.. Rim ferma les yeux, plissant les sourcils de peur, tentant de se resserrer pour le coup qu’il allait donner soit moins douloureux. Pourtant, rien de tel n’arriva..

De surprise, elle rouvrit à nouveau les yeux lorsque ses pieds touchaient le sol à nouveau. Sa poigne avait changé de place, s’attardant plus à ses épaules. En réalité, il la tenait à cette place depuis le début, mais en la soulevant, le collet de son manteau l’avait plutôt étranglé plutôt que de simplement lui cacher le cou. Elle releva lentement les deux iris rubis vers lui, affichant l’air d’une gamine qui effrayé et se sentant sur le point de se faire chicaner. Il la faisait sentir inférieur. Vulnérable. Encore plus faible. Cependant, sa voix retentit. Voix grave et masculine, agréable à l’oreille comme celle d’un chanteur. Une voix à la tonalité sérieuse, mais à laquelle on distinguait un fond de tristesse. Des mots qui auraient plus la blesser, mais qui la réconfortaient en fait.. Il prouvait, en disant cela, que ce n’était pas pitié, mais plus de l’inquiétude qu’il éprouvait pour elle. Il était bel et bien différent des autres. Il était celui qui avait remarqué ce qu’elle était.. Celle qui n’était pas capable de mentir à cause de son apparence, mais qui tentait tout de même. Et simplement le fait qu’il refusait.. N’était-ce pas une preuve qu’il était différent? Tous les autres serraient tout bonnement parti en la voyant partir comme elle avait fait. Aucun ne se serrait expliquer comme lui, aucun ne l’aurait forcé à l’écouter. Aucun n’aurait agis comme lui.

Ses mains allèrent détachés celles du jeune homme de ses épaules, mais délicatement malgré qu’elle tremblait, de froid et de peur. Elle leurs fit retrouver leur place habituel, soit à chaque côté de l’adolescent. Cependant, au lieu de répondre l’une de ses habituelles phrases signifiant qu’elle préfère être seul, qu’elle voudrait qu’il parte, qu’il la laisse tomber là sur le champ. Au lieu de lui faire regretter ses gestes, elle s’approcha de lui. Un pas lent et douloureux pour finir par s’accrocher contre lui. Ses mains s’agrippant à son manteau pour glisser derrière son dos où elles s’accrochèrent à nouveau. Elle approcha son corps un peu plus contre celui du jeune homme, cherchant surtout de la chaleur. Rim se contracta, tentant de se réchauffer en serrant ses bras un peu plus contre elle, ramenant ses épaules au niveau de son cou. Elle enfouit son visage contre le torse du jeune homme, dans son manteau, laissant les larmes refaire surface à nouveau.


- Je déteste cette date.. Elle ne devrait pas exister..Et donc moi non plus Je.. Je ne veux pas changer.. Je ne veux pas changer d’endroits.. Je veux retourner chez moi.. Dans le sombre de.. de ma chambre.. Je ne veux.. je ne veux pas de cette école qui ne me fait que regretter en affichant clairement cette date.. Je veux.. Je veux pas rencontrer des gens comme eux, là-bas.. Je ne veux pas souffrir.. Je ne veux pas de ma vie.. Mais je veux.. je veux rester là.. Je veux rester comme.. comme ça.. Avec toi.. Parce que.. Parce que tu ne me fais pas regretter présentement.. Parce que tu es un chauffage sur patte.. Parce que tu as pas l’air de la remarquer.. Ce qui fait qu’ils ne m’aimaient pas.. Désolé..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Help me.. { Pv Shaolan }   Lun 26 Avr - 5:05

Et le temps s’était un peu plus refroidit. Le vent qui était déjà assez glacial se refroidit d’un coup. Comme si quelqu’un avait manuellement descendu la température ambiante. Foutu thermostat dérégler qu’était la nature qui nous entourait. On aurait dit qu’une ombre s’était discrètement glissée au dessus des nuages, cachant et bloquant l’accès de la lumière et la chaleur sur la terre, à un endroit précis qui était le coin de rue tout prêt du prestigieux collège où se trouvait deux personnes qui ne savait absolument rien l’un de l’autre. Deux parfaits inconnus qui s’était par hasard croisé par ce jour de semi-printemps, la neige recouvrant encore le sol, créant un presque ressemblance avec la toundra vu la végétation qui recommençait calmement mais surement à refaire surface sur le paysage de glace. Le vent avait bien sûre embarqué dans la partie. Je me répète, et alors ? Soulevant une petite couche de neige, c’est une poudre blanchâtre qui tourbillonnait autour de ces deux êtres, se glissant sur leur visage, caressant avec douleurs leur mini engelure qui semblait pourtant être plus évidente sur l’un d’eux. Enfin, l’une.

Des minutes s’étaient écoulées. Des minutes interminables qui semblait être des jours, des années, une éternité comme si quelqu’un avait pesé sur pause et qu’il avait oublié de repesé sur Play. Plus rien ne semblait bougé non plus. La neige, les gens, le vent, elle. Tout restait de marbre et figé dans un monde qui semblait ne plus existé pendant quelque instant. C’était si effrayant. Si inconnu. Si… Soudain, une pointe de miracle. Un vent glacial. Parcourant le corps qu’était celui du jeune homme à la chevelure caramel, la chose transparente qui nous glaçant le sang lui pénétra dans le manteau, faisait soulever ses poils et un frisson rapide parcourut le long de son corps tandis qu’il attendait… qu’il l’attendait. Oui. La jeune fille qui se tenait devant lui. L’ange je dois dire. Ses cheveux blonds virevoltant au gré de ce vent froid. Quelque peu recouvert de neige, elle semblait scintiller dans le fond recouvert de blanc et neige qu’était la neige. Cependant, elle tremblait. Oui, le froid de l’accommodait pas vraiment. Sa peau d’un blanchâtre semblait devenir craie. Un froid désagréable qui ressemblait à celui des morts. Le jeune homme n’avait vraiment pas cette couleur car elle lui rappelait celle de Sakura lorsqu’elle était morte dans ses bras. Secouant la tête pour s’extirpé cette image, le jeune homme continua de détailler la jeune fille qui n’avait toujours pas réagit à ses paroles. Peut-être qu’elle allait le giflé ? Quelle allait repartir, le laissant de nouveau en plan ? Peut-être qu’il méritait finalement quelle le frappe. Il avait été un parfait indiscret qui s’était imposé dans sa vie privé à elle. Dans son mal qui semblait être présent depuis déjà un long moment. Était-il si directe que ça ? Lui qui l’étais avant, mais qui avait décidé de tout mettre de côté. Vous connaissez déjà cette chanson alors, pas besoin de la répété, mais pourtant, ça l’étonnait toujours autant, lui mélangeant l’esprit sur qui il était réellement. Il se rappelait très bien d’avoir tout enfermé à double tour, dans le plus profond de lui. Il s’était fait discret, même si il avait accepté le poste de président du club de karaté. Il avait tout de même bien créé des liens sans le vouloir avant, mais il les brisait en n’acceptant rien. Aucun numéro, aucune sortie. Les gens ont finit par être ennuyer de lui et ils ont commencé à le considérer comme simplement le président du club, rien d’autre. Et pourtant. Aujourd’hui, tout ça venait de se faire détruire, désintégré par une seule personne. Une personne qu’il ne connaissait même pas. Une personne qui l’avait aveuglé sur son chemin. Je dis aveuglé car il avait eu mal à l’intérieur. Un mal qui avait partie de ses yeux jusqu'à son cœur. Un mal qui n’était pas de la pitié. De l’inquiétude pure et claire comme de l’eau de source. Sans pollution, sans nuage, sans rien. Du cristal. Il l’avait perçu aussitôt que la chevelure blonde s’était étampée sur sa rétine, comme s’il avait réussi à la lire sur le doux visage d’enfant de la jeune fille dont il ignorait encore le nom.

Soudain, un mouvement fit tout revenir à la normal. Les gens recommençaient à marché, laissant leurs traces dans la neige, les voitures poursuivirent leurs chemins, tournant le coin ou non. Les oiseaux recommençait à chanté et etc. Tout cela car la jeune fille avait finalement décidé de réagir. Levant les mains, comme si elle cherchait quelque chose, celle-ci allaient se déposé sur les mains qui jeune homme qui l’a tenait toujours par les épaules depuis qu’il lui avait parfaitement expliqué, exprimé qu’il n’avait pas du tout l’intention de la laissé ainsi, en ce jours. Ses mains étaient d’une telle froideur qu’il voulu les enfermé dans les siennes, mais le geste que la jeune fille fit le laissa figé. Au lieu de le poussé, le faire éloigné comme s’il était un agresseur [Note d’Amber : Presque xD *sors*], au lieu de tout cela, elle les entoura autour de son torse, se collant contre lui. Finalement, il n’avait pas été trop dure ce dit-il. Il n’avait plus peur de la voir réagir mal. Au fond de lui, un gros morceau de stresse s’était envolé. Il avait eu peur que ses mots ai été trop dure, trop directe et blessant. Il s’en était un peu voulu tout de suite après les avoir dit puisqu’il les avait dit sur un coup de colère, mais là voir se collé contre lui, comme une petite créature tremblante venait se blottir contre la chaleur réconfortante du feu. Comme la nuit courant après le jour et ainsi de suite. Lorsque la jeune fille déposa sa tête contre son torse, Shaolan leva les bras, détacha son manteau et alla l’emprisonner de nouveau dans son étreinte, la collant encore plus à son corps chaud et la recouvrant avec son grand manteau, la réchauffant encore plus. Et il resta ainsi. Il désirait, oh oui, il espérait le temps s’arrête de nouveau à ce moment, mais au lieu de sa, la douce voix de la jeune fille revint à ses oreilles.

- Je déteste cette date.. Elle ne devrait pas exister..Et donc moi non plus Je.. Je ne veux pas changer.. Je ne veux pas changer d’endroits.. Je veux retourner chez moi.. Dans le sombre de.. de ma chambre.. Je ne veux.. je ne veux pas de cette école qui ne me fait que regretter en affichant clairement cette date.. Je veux.. Je veux pas rencontrer des gens comme eux, là-bas.. Je ne veux pas souffrir.. Je ne veux pas de ma vie.. Mais je veux.. je veux rester là.. Je veux rester comme.. comme ça.. Avec toi.. Parce que.. Parce que tu ne me fais pas regretter présentement.. Parce que tu es un chauffage sur patte.. Parce que tu as pas l’air de la remarquer.. Ce qui fait qu’ils ne m’aimaient pas.. Désolé..

Oh oui. On était toujours le jour de la Saint-Valentin. À croire qu’il y avait vraiment plusieurs mois qu’il s’était écoulé depuis [Sarcastique *sbaf*] qu’il en avait perdu la notion du temps. Alors comme ça, elle était née le jour de la Saint-Valentin. De demandé par, il faisait une hypothèse. Restant silencieux, l’écoutant calmement, ses dernières paroles le touchèrent. Une petite flamme qui lui réchauffa agréablement le cœur. Cela faisait tellement longtemps que quelqu’un lui avait dit se genre de chose. Il l’es avait fuit pendant tant de temps que ça en devenait presque nostalgique et pour exprimé de la meilleurs façon ce qu’il ressentait par rapport à ses paroles, une expression de tendresse absolu se dessina sur son visage, agrémenté par un long et beau sourire remplit d’amour et de joie. Il était heureux. Remplis de joie. Il avait rencontré quelqu’un d’extraordinaire. Ce genre de personne qui vit dans le même monde que nous. Quelqu’un qui nous est destiné. Âme sœur ? Nous en reviendrons plus tard.

Après un moment ainsi, l’un contre l’autre, une idée vint à l’esprit de Shaolan. Glissant une main le long du dos de la jeune fille, elle l’a quitta pour aller s’enfoncé dans le sac et ressortit une petite boite qu’il alla porter devant les yeux de la jeune fille.


" Bon bin, tant qu’on y est " dit-il en rigolant avant de posé les yeux sur le mur délavé. " Ça te dirais de rentré ? On va finir par mourir congelé si on reste ici "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Help me.. { Pv Shaolan }   Mar 27 Avr - 4:34


Elle avait l’impression que le temps s’était arrêté. Que le monde avait cessé de tourner. Les autres continuaient de marcher, mais entre eux, l’espace s’était figé. Non pas la température qui avait congelé leurs corps sur place, ni un malaise qui se serait installé. Un simple bonheur timide d’un côté et bien présent de l’autre.

Les larmes roulaient sur ses joues pour quitter la peau de l’enfant et glisser sur le manteau du jeune homme. Elle était terrifié, tremblante de peur et par ce froid, vilain parasite qui infiltrait sa peau et ses vêtements. Elle craignait qu’il le rejette, que cette attitude ne soit qu’un mensonge. Qu’un coup de spectacle. Qu’un personnage qu’il avait pour avoir la gamine dans ses bras. Elle hésitait à croire ses pensées. Certains lui avaient déjà fait le coup, mais toujours pour la blesser encore plus. Pourtant.. Il était le premier à la suivre après qu’elle coure. Parce que ce n’était pas la première fois qu’elle agissait ainsi. Quand on est aussi faible que l’enfant, que notre seule force est inexistante. Qu’on ne peut compter que sur ses yeux qui font fuir les gens de malaise, alors on fuit. La japonaise était bien doué pour fuir. Elle s’opposait. Parfois étant capable de se défendre, d’accepter de se retourner et d’observer la terreur face à elle pour le regretter, parfois apeurée et sachant que fuir. Elle était capable de la faire avec une grande agilité et une grande discrétion surtout lorsque le seul chemin possible était les arbres, les murets ou les toits de maison. Cependant, sa maladresse finissait toujours par la rattraper. La fuite n’est pas toujours physique. Dans son cas, elle agissait également de façon psychologique. Lorsqu’elle tentait de se cacher de ses peurs, de ses souvenirs. De la simple réalité. Elle est dure et elle devra s’y faire, mais elle ne veut pas.. Peut-être que le niveau est trop élevé dans son cas?

De petits nuages de fumées apparaissaient pour disparaître rapidement. Et si sa vie ne serait que de cette durée? Et si elle avec moins d’importance que ce petit nuage? Si son existence se résumait à cela? Si le monde n’était qu’un simple nuage de fumée. Si tel était le cas, alors tous perdaient leur importance.. C’était dans de telles pensées qu’elle se cachait. Pensant à autre chose que la réalité. Tentant de casser les chaînes de sa douleur. Et peut-être qu’elle avait finalement trouvé la clé.. Ses mains étaient toujours liés dans le dos du jeune homme, d’une façon au cas où il la rejetterait. Son front restait appuyé contre son manteau pour tenter de faire tomber les larmes sur le sol directement plutôt que sur les vêtements du jeune homme. La crainte la faisait pleuré, mais les pensées qui défilaient dans sa tête également. Comment allait-il prendre ses mots? Le début n’était pas ce qui était de meilleur à dire à quelqu’un, mais que penserait-il de la fin? Allait-il simplement rire d’elle? Lui lancer l’un de ses regards colériques? Ses mains se serrèrent derrière le dos du jeune homme, sans grande force, mais preuve qu’elle espérait qu’il ne la laisse pas tomber.

Elle sentit un mouvement provenant du jeune homme. Un bruit sourd du déplacement du tissu de son manteau. Finalement, il avait fait le choix de la repousser? De lui redonner la monnaie de sa pièce lorsqu’elle l’avait elle-même séparé de son corps, de sa bulle, de son espace de vie? Un autre bruit fit ouvrir les yeux de l’enfant. Attirant la curiosité de cette dernière. Un simple son sourd qu’elle n’eut le temps d’identifier puisque son corps se retrouvait déjà serré contre celui du jeune homme, encore plus brûlant que ce que son manteau laissant sortir comme température. Le courant d’air frais se referma dans son dos lorsque l’adolescent l’entoura de sa veste afin de les emprisonner tous les deux dans l’épais veston. Ses mains se glissèrent vers le torse du jeune homme pour finalement aller vers son visage, essuyant les larmes de ses yeux qui semblaient encore plus rouge qu’avant. La gamine releva son regard vers lui, observant son visage et ses traits. Son expression laissa apparaître un petit sourire en coin à l’enfant ce qui était déjà un petit miracle. Ses traits étaient tendus. Nullement de stress ou d’une pression, mais simplement de joie. Dans ses yeux d’un brun bronzé, la gamine voyait cette petite lueur de tendresse, de bonheur soudain. Ce sourire que l’on ne pouvait manquer, donnant un air simple et un peu plus jeune à l’adolescent. Elle préférait cette expression à celle qui lui avait jeté lorsqu’il l’avait rattrapé. Si simple et si magnifique.

Rim sentit la main du jeune homme parcourir son dos. Malgré que le contact fût faible à cause de son manteau, l’enfant frissonna en rougissant. Lentement, elle prenait conscience. Elle se rendait compte que son souffle caressait le torse de ce garçon. Que celui du jeune homme glissait près de son front vers sa nuque. Qu’elle était collée contre une personne dont elle ne connaissait même pas le nom. Son cœur se mit à battre plus rapidement, prouvant qu’il existait. Pour une fois, il ne la faisait pas souffrir. Ce n’était pas un étrange pincement de douleur. Ni un autre sentiment qui refaisait surface lorsqu’elle pensait à sa famille adoptive. Un simple tambourinement bien puissant dans sa poitrine qu’elle ne serait même pas surprise de savoir que Shaolan l’a remarqué. Elle s’était ses joues brûlantes et imaginait sans problème son visage coloré qu’un rouge tirant vers le pourpre. Rebaissant son visage, elle recula légèrement pour se décoller de quelques centimètres, craintive à l’idée que ce contact le déplaise, malgré le fait qu’il lui avait pourtant fait l’accolade. Une odeur sucrée vint piquer sa curiosité, faisant grogner son ventre affamé qu’elle refusait de nourrir par manque d’appétit. Elle plaqua ses mains contre ce dernier, voulant le faire taire malgré qu’il ne semble pas de cet avis. Son pied avança vers l’avant et elle huma avec subtilité l’odeur qui émanait de la boîte avant que son ventre ne fasse encore du bruit, montrant lui aussi qu’il existait. L’arôme sucré qui en émanait donnait faim à l’enfant qui avait un grand faible pour toutes friandises et sucreries. Ce jeune homme tentait-il de faire grogner encore plus l’estomac de la petite? De lui donner l’eau à la bouche, malgré que ce fût déjà fait? Elle remarqua qu’il la gardait à sa hauteur, sans l’ouvrir ni y touché. Les mains tremblantes de peur de faire une gaffe, l’adolescent prit l’objet entre celles-ci, regardant le garçon d’un air incertain.

À nouveau, la voix du jeune asiatique résonna à ses oreilles, d’une tonalité qui rappelait son humeur soudainement joyeuse. Rigolant, elle eut d’abord peur qu’il lui dise que la boîte n’était qu’à lui, mais plutôt, il lui proposait d’aller ailleurs, prouvant ainsi qu’il voulait resté avec la gamine ou partir.. Elle préférait croire qu’il voulait rester avec elle. La gamine attrapa la main du jeune homme, voulant réchauffer la sienne et le guider vers un lieu qu’elle avait vu dans le petit dépliant que son oncle lui avait passé sur la ville puisque Rim n’était sorti que rarement de leur demeure, préférant la noirceur de sa chambre à la vie sociale. Un endroit qu’un garçon comme lui aimerait sûrement et qu’elle aussi. Rougissante encore plus en sentait la chaleur du jeune homme sur sa menotte, elle lui jeta un petit sourire en coin en se libérant de son manteau pour l’amener vers ce fameux lieux où elle avait vu sur la photo du dépliant, Plusle et Minun dans une machine où l’on insérait des Yens afin de contrôler un petit bras mécanique pour attraper les petites peluches. Rim garda la boîte dans son autre main, toujours hésitante à l'ouvrir.


- Dites-moi.. Euh.. Vous voulez aller un Game Center? Il semblait y avoir plusieurs types de jeux intéressants.. Au fait.. Quel est votre nom.. ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Help me.. { Pv Shaolan }   

Revenir en haut Aller en bas
 

Help me.. { Pv Shaolan }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Shaolan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1 :: Corbeille V.3/V.4-