Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1
Bienvenue à Konoha High School !
Depuis les événements dramatiques de 2011, beaucoup de choses ont changées... Une étrange bactérie du fond des océans vint semer la zizanie et les humains ne sont plus vraiment pareils... La ville de konoha, 25 ans plus tard, sous le signe du chaos et d'un régime totalitaire, venez vivre l'aventure !
Oserez-vous vivre dans un monde où la normalité n'existe plus ?



 

Partagez | 
 

 [EVENT] Noël au balcon, enrhumé comme un con.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean Pierre
@ Kaiki niveau 7 - Concierge / Pedobear, plus qu'un timeout...
@ Kaiki niveau 7 - Concierge / Pedobear, plus qu'un timeout...
avatar


Masculin Bélier Buffle
Messages : 22
Age : 56
Métier désiré : Concierge
Humeur : Vorace!

Fiche d'identité
Pouvoir:
RP en cours:

MessageSujet: [EVENT] Noël au balcon, enrhumé comme un con.   Mar 25 Déc - 4:14




Il faisait froid dehors, très froid. Et l'on pouvait presque sentir la venue prochaine de la neige. Mais le plus important, c'est que c'est noël. La fête des amoureux ! Celle où l'ambiance est aux sorties de couple et aux renfermement dépressifs des célibataires. Parfois même, quelques audacieux, tentaient de trouver un partenaire de dernière minute en cette saison hivernale. Mais ce noël là, était encore plus particulier...! Le gouvernement avait décidé de supprimer cette joie de l'amour aux pauvres Kaikis... Déjà qu'ils étaient interdits de procréer depuis quelques années déjà...

PLUS DE RELATIONS AMOUREUSES !? Non ! Fichtre non ! Cela ne se passerait pas comme ça. Jean Pierre organisa une révolte, dont seul son esprit était témoin. Voulant mener à bien l'esprit de rébellion des jeunes âmes en détresse, il se décida, avec l'aide du patron du bar K-Paradise (sous l'apparence d'une frêle jeune femme à la poitrine opulente), n'oublions pas que notre cher Jean Pierre était avant tout un Kaiki métamorphe. C'est ainsi qu'il déposa dans le casier de tous les jeunes étudiants kaikis de la ville, un mot leur annonçant la soirée de Noël Pirate, réservée uniquement aux Kaikis ou à leur partisans. Bien entendu, il était possible d'inviter d'autres Kaikis n'étant plus étudiant, mais Jean Pierre préférait tout de même les chaires fraîches.

C'est ainsi que se commença la soirée. Un videur contrôlant toutes les entrées dans la boutique servant de camouflage à ce bar de bonne fortune. L'espace était plutôt grand, assez même, dont le plafond était voûté en plusieurs arcs. L'ambiance caverneuse lui donnait son charme. Le bar se trouve en fond de pièce, juste à côté des toilettes. Pour la soirée, les tables ont toutes été poussées sur les murs, pour obtenir la meilleure piste de danse qu'il soit. Pour tous les genres, et tous les goûts, cette soirée semble être de bonne augure !

Vingt-trois heures sonnait déjà, et Jean Pierre (sous l'apparence d'un jeune homme fort et vigoureux cette fois-ci) trépidait d'impatience de voir les premiers invités arriver... Et vous, qu'avez-vous choisit pour votre tenue du jour ?

A) Se choisir une tenue ? Pourquoi donc, je suis toujours sur mon 31 !
B) Bon... On va quand même tenter de faire un effort, sait-on jamais.
C) Ouais. Mais non. J'y vais comme d'habitude, dans un vieux jean troué et un T-shirt sale.
D) Une tenue ? Vous avez été mené de force à cette soirée et vous n'avez rien d'autre que votre pyjama sur le dos..

/!\ Attention vous aurez des choix à faire tout le long de l'évent. Ceci vous conduira à une fin différente des autres... /!\




*Il vous faudra répondre à la question par RP, en expliquant le choix de votre personnage, comment il réagit face à la situation etc. Mais pour éviter de jouer aux devinettes trop longtemps, le Staff vous demandera de préciser en début ou fin de RP (sous spoiler ou non), l'indicatif de la réponse que vous choisirez (A, B, C ou D). Bon jeu :D


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kawazu & Kazuma
@ Kaiki niveau 2 -
Membre des Sleeping Forest

@ Kaiki niveau 2  - Membre des Sleeping Forest
avatar


Masculin Messages : 144

Fiche d'identité
Pouvoir: Feu / Vent
RP en cours:

MessageSujet: Re: [EVENT] Noël au balcon, enrhumé comme un con.   Mer 26 Déc - 3:00

Question 1 : Kazuma : réponse B // Kawazu : réponse A

Dans les couloirs du lycée, après une longue journée de cours, deux têtes blondes firent leur apparition, parmi une foule d'élèves. Se faisant bousculer de tous les côtés, leurs nerfs étaient mis à rude épreuve. Traversant cette masse d'asiatiques pour la plupart génétiquement modifiés, ils purent retrouver un calme plus qu'agréable quand la sonnerie retentit de nouveau. Ouf. Ca y est. Plus personne. Kawazu soupira pendant que Kazuma continuait à avancer tel un espion dans un camp ennemi. Méfiant, sur ses gardes, observant de partout. A force de vivre avec son "cousin", la jeune Kawa s'était habituée à ce garçon bien étrange. Il était... D'un lunatique. Soit il était calme. Silencieux, voir morbide par son "absence" d'esprit et par son visage bien pâle. Soit c'était une vraie bombe, qui explosait contre tout le monde. Surtout contre Kawazu en fait. Autant dire que leur relation n'avait pas beaucoup avancé depuis ces trois derniers mois. Cela faisait aujourd'hui trois mois que sa copie conforme masculine avait fait son apparition. Mais bizarrement, elle n'était pas sur ses gardes avec lui. Alors que bon. Un garçon de 19ans, qui est en 3ème année, qui n'existait pas il y a alors trois mois. Il apparait et oh! Un nouveau cousin sortit de nul part. Qui maniait le feu. Qui avait un sacré retard sur son âge et qui plus est, n'avait pas de code barre. Ah oui, il détient aussi des rollers qui appartiennent à son père et qui sont censés être unique. Non non, à part ça, tout va bien, Kawazu vit avec ce mystérieux et beau jeune homme comme si de rien n'était. Il faisait même parti de son groupe d'ado rebelles kaiki. Enfin, de son "groupe". D'un duo de deux morveux qui n'apprécient pas ce que l'on faisait subir aux kaiki. Vous savez, comme cette dernière règle totalement stupide interdisant les câlins ? Bon, c'est pas que Kawa soit de nature à aller batifoler et perdre son temps avec "l'amouuuuur", mais bon. Normal vous dis-je ! La famille, c'est sacré. Kazuma avait été adopté par sa cousine. Mais le contraire restait encore à voir.

Imaginez vous, devoir vivre avec une sale mioche de 16ans, au caractère bien trempé ? Que vous ressemble comme deux gouttes d'eau. Et qui est aussi votre fille. Oui, petit détail à ne pas oublier. Là, il avait vraiment l'impression d'avoir son clone féminin à ses côtés. Il en regretterait presque son frère si docile et calme. Le bruit de ses pas résonnaient. Pas dans le couloir mais dans sa tête, remplie de différentes pensées, morbides, haineuses, embrouillées.Ses yeux scrutaient chaque recoin de la pièce comme s'il venait à peine d'arriver. Sauf que cela faisait déjà un mois qu'il y était scolarisé. Dans la même classe que sa fille. Emo foireux de mes deux. Il n'avait pas perdu sa bêtise ce crétin de Sasuke. Il lui arrivait même de penser qu'il aurait dû le laisser se faire écrabouiller comme une crotte par un pilier géant lors de l'apocalypse. Il passait pour quoi maintenant ? pour un gars qui avait redoublé 3 années. Sans oublier que, les programmes avaient changé. Il n'arrivait même pas à comprendre des cours, alors qu'il était à l'université dans son temps à lui. What the fuck quoi. Sasuke n'avait fait que rajouter une goutte de mal être. Ou peut-être une touche d'amusement en fin de compte.

Pendant que cet être penseur s'arrêtait devant le casier numero 1337, Kawazu, elle, continua jusqu'au bout du couleur devant le numero 69. Leurs portes de casiers grincèrent quand leurs propriétaires respectifs les ouvrirent. Kazu sortit des livres de son sac, d'ou des feuilles froissées et gribouillées dépassaient lamentablement. Il les plaça sans difficulté dans son casier, qui était tout aussi bien entretenu que ses feuilles de cours. Une fois son sac vide, il le mit sur ses épaules et rejoignit sa "cousine", qui elle, prenait tout son temps pour sortir les livres de son sac et la classer par taille. Agenouillit, la petite blonde se releva et se figea quand ses yeux turquoise se posèrent sur une feuille bizarre. Plaçant d'abord ses bouquins, elle recupera la petite feuille et la lut silencieusement. Un sourire naissait pendant que Kazuma l'observait, curieux. Sa curiosité trouva bientôt certaines réponses.

- C'est super !! J'y crois pas !!

Le rider sursauta, tant la voix de Kawazu fut perçante. On aurait dit... UNE FILLE !? Oh mon dieu. Alors cette chose ne serait pas qu'un truc gueulant non identifié ?! D'une curiosité mélangée à une rapidité incroyable, il lui arracha le bout de papier, agacé, à cause de ses tympans endoloris.

- Ca va pas de gueuler ? dixit celui qui en faisait autant en engueulant la blondinette. Il lut le papier pendant que la demoiselle d'à coté... Continuait lamentablement à faire la fille. Ni une ni deux, la main de Kazuma froissa le papier avant de le faire disparaitre dans une rapide flammèche.

- Hé ! Mais ça va pas non ?! Pourquoi t'as fais ça ?!

- Mais tu réfléchis un peu ? Tu comptais vraiment y aller ?

- Ben ouais, attend, on n'a plus le droit de...

- Non mais ça va pas dans ta tête ?! Pas question !

- Quoi ?! Pour qui tu te prend ? T'étais pas obligé non plus de cramer le papier !

- Crétine ! T'imagines un humain lit ça et appelle les flics ?! Le crétin qui a fait cette blague est totalement con ! Tant c'est un piège pour arrêter tous ceux qui ne veulent pas obéir aux règles ! T'y as pensé à ça ?!

- Si on peut même plus s'amuser... Tu n'as pas eu le papier ?

- Personne ne sait que je suis kaiki. Donc je ne l'ai pas eu, normal. réfléchis sombre idiote.

- Roh la ferme un peu !

Deux mots de trop. Une engueulade commença donc. A cause des cris, bientôt, un surveillant arriva pour séparer les deux teignes, qui furent chacun punis de 5 heures de colles. Après une bonne demie heure de cris -en dehors du lycée cette fois-, ils arrivèrent à se mettre d'accord sur un point...


_____________________________________________


Question 2 : Kazuma : Réponse C // Kawazu : réponse B



Kazuma attendait dans la rue sombre, pas très loin d'un magasin d'antiquité encore ouvert. Quelques jeunes rentraient dans la boutique et semblaient s'y entasser. Comment accueillir autant de jeunes d'un coup. Et comment autant de jeunes peuvent être attirés par des vieilleiries ? Adossé contre un poteau electrique, Kazuma baragouinait quelque choses dans sa barbe, les bras croisés, jettant de temps en temps des regard au grand colosse qui surveillait l'entrée. Son sac avec ses ATs aux pieds, il n'avait pas d'autre choix que d'attendre cette idiote de Kawazu qui était en retard. Il ne comprenait pas vraiment comment elle pouvait être en retard. Juste avant, s'était passée une réunion avec la Sleeping Forest. Après ceci, ils devaient simplement aller prendre quelques affaires au cas ou et filer directement à cette petite soirée. Et Kazuma n'avait vu aucun des trois autres membres pourl'instant. Tsss. Habillé d'un habituel jean sombre, troué aux genoux à cause de ses nombreuses chutes -de la journée même-, d'un sweet bleu clair et de son habituel bonnet, il attendait. Belle tenue pour aller faire la fête. Encore plus sur ses gardes que d'habitude, il observait chaque personne qui rentrait. Qui sait, peut-être que cette soirée était vraiment un piège pour attraper tous les kaiki désobeissants ? Voilà pourquoi la Sleeping Forest était là. Pour s'occuper des agents du gouvernement au cas ou. Paranoiaque ? Mieux vaut prévenir que guérir.

Le regard perdu vers un panneau de circulation, le jeune homme ne faisait pas attention à une jeune fille qui marchait dans ses direction. Cheveux bruns, habillée d'une tunique bleue marine et d'un leggins noir, mettant en valeur le peu d'atout féminin qu'elle avait, ainsi que ses fines jambettes. Ce n'est qu'au moment ou cette mysterieuse adolescente s'arreta face à Kazuma que celui-ci sursauta.

- QU'EST-CE T'AS FOUTTU ?!

- T'aimes bien ?

- C'EST QUOI CA ?!

- Une couleur, espèce de rabat-joie ! J'en avais marre que tout le monde me prenne pour ta jumelle... avoua Kawazu, avant de croiser les bras d'un air boudeur.

- Mais t'es pas possible !... Roh et puis zut, tu te feras démolir par les Uchiwa, j'en ai marre, j'suis pas ton p..père.

Devant cette scène désolante, Kazuma se leva du poteau, récupera son sac et observa Kawazu quelques secondes de plus.

- T'as ton matos ?

- Qu'est-ce tu crois.

N'en attendant pas plus, Kazuma se rapprocha de ce cher "videur" qui l'avait envoyer balader tout à l'heure. Ni code barre à son coup, ni l'autorisation de montrer ses pouvoirs en public, il s'était fait refouler, ne pouvant prouver sa nature Kaiki. Kawazu passa devant lui et montra son code barre.

- Il est avec vous le gringalet ?

- Que ?! Gringalet?! Je..

- Hein ? Euh... Ouais il parait.

- Bonne soirée mademoiselle !

Laissant cette fois-ci l'entrée disponible, les deux cousins de faufilèrent à l'intérieur, l'un de plus en plus agacé par ce "piège", l'autre, folle de joie de pouvoir montrer sa désobeissante, vis à vis des nouvelles lois.
Revenir en haut Aller en bas
Arata Aya Kitsako
@ Kaiki niveau 2 - Membre du comité des élèves@ Kaiki niveau 2 - Membre du comité des élèves
avatar


Féminin Scorpion Coq
Messages : 825
Age : 24
Métier désiré : Rien pour le moment
Humeur : Cela dépendra de la météo !

Fiche d'identité
Pouvoir: Télékinésie / Aucun
RP en cours:
MessageSujet: Re: [EVENT] Noël au balcon, enrhumé comme un con.   Jeu 27 Déc - 3:22

Question 1 : Ayane B – Arata D
Question 2 : Ayane A – Arata B


La maison semblait calme, bien trop calme pour paraître normale d'ailleurs. Aucun bruit ne se faisait entendre, si ce n'est le souffle régulier et apaisé d'un jeune homme qui dormait. Le remue-ménage habituel s'était déplacé autre part, et profitant de cette rare opportunité de sérénité, il s'était endormi sur le canapé. Il ne rêvait pas, ni ne dormait vraiment. Il se reposait juste, sentant son corps se détendre sur chaque parcelle de muscles et de peau qu'il possédait. Et progressivement, le sommeil plus prenant, vint se mettre en place et l'emporter dans les bras de la douce Morphée qui se montrait clémente aujourd'hui. Si seulement ce repos eut pu être éternel...

- Il dort bien, on dirait...
- Oui... Mais je veux lui parler ! Ça fait longtemps !

De drôles de petites souris s'étaient aventurées près de lui, sans qui ne le remarque bien évidemment... Et le crime accompli, elles s'enquirent à sauter sauvagement sur le ventre de l'endormi, se réveillant d'un cri poussé.

- Mais... Ca va pas !? Je me reposais, merde !
- Mais... Nii-san, on voulait te dire bonjour !
- Oui... On t'as pas vu depuis deux jours à cause du camp avec l'école...

N'ayant plus d'autres alternatives, il se releva en soupirant. Après tout, ce n'était que de bonnes intentions de la part de ses deux petites sœurs. Il entendit le bruit assourdissant des conversations et des pas. Revenaient-ils tous ? Dans tout les cas, elles n'auraient pas pu revenir à la maison seule. La porte s'ouvrit, et il vit son père, sa jumelle et sa grande sœur. Ah... il y en a une qui ne semblait pas être de bonne humeur.

- Arata !!
- … Aya ?
- T'es vraiment pas sympas tu sais !?
- Huh ?
- Il y a une super soirée ce soir en ville, et même pas tu penses à m'inviter. C'est quoi ces manières !?

Un temps d'arrêt. De quoi parlait-elle ? Il n'en avait aucune idée et il était encore trop dans les vapes pour réfléchir avec décence. Et le pire dans tout ça, c'est qu'elle semblait réellement vexée du fait de ne pas avoir été invitée à cette fichue soirée dont il ne savait ri... Son regard se porta alors sur sa main qui renfermait un papier froissé qu'il n'avait même pas prit le temps de jeter en rentrant. Ah, c'est de ça dont elle parlait !

- Euh... C'est une soirée pour les Kaikis, tu sais...
- Et alors !? Il est dit que l'on peut inviter des gens, tant qu'ils ne sont pas contre les kaikis ! Et au vu de ma famille, je ne peux pas vraiment être contre. Tu ne crois pas ?
- Sous ce point de vue là, c'est sûr. T'as qu'à y aller, mais sans moi.
- Et je fais comment ? Faut être invité si on est pas Kaikis ! Rui n'y vas pas, et je ne pense pas que Chizuru et Kaoru puissent y aller
- Tu as vu juste Ayane, ajouta le père, elles sont bien trop jeunes pour ce genre de soirée. Je vous fait plus confiance à ce niveau là.
- Alors c'est vrai, on peut y aller !? Oh, merci papa, je t'adore !

La jeune fille sautilla de joie et chantonna en direction de sa chambre où elle s'enquit de choisir une tenue adéquat. Arata soupira de lassitude, se faisant frotter le dessus du crâne par Rui, sa grande sœur, cherchant à l'encourager, et gracié d'un sourire de son père. Voilà, toute la famille était désormais ligué contre lui. Et sa mère ne serait sûrement pas de son côté, elle qui le force tout le temps à sortir et à se changer les idées...
Le pas las et lent, il se dirigea donc à son tour vers sa chambre, histoire de trouver un truc mieux qu'un vieux t-shirt dégueulasse et son jogging devant être lavé. Pendant sa petite toilette, il se mit à réfléchir à la condition des Kaikis... Les 7 commandements étaient déjà bien rudes, pourquoi devaient-ils encore en rajouter un ? Surtout celui des amours... Dans un sens, il s'en sentait soulagé. Plus besoin de chercher l'amour ou qu'il ne lui tombe dessus sans crier garde. C'est interdit. Il regretta même de ne pas faire parti d'une famille occidentale, où il aurait juste eut à passer les fêtes en famille, sans penser à l'amour et toutes ces conneries de noël dont il ne croyait guère.
Ayane, elle, était toute excitée quant à l'idée de sortir à une grande soirée où le monde sera au rendez-vous. Au lycée, pas grand monde n'ose l'approcher dû à son statut au sein du Comité. Mais elle allait leur montrer qu'elle était avec eux et qu'elle aimait s'amuser comme les autres ! Elle choisit son plus beau débardeur, avec une légère dentelle et un jean noir plutôt moulant, qu'elle n'osait pas spécialement mettre à l'accoutume. Ses cheveux lâchés prirent du volume sous le coup de brosse et une seule petite tinte de maquillage lui suffit à être satisfaite.

Les heures passèrent, et la flemme d'Arata se fit de plus en plus grande. Il avait pourtant prit soin de mettre un jean noir et un chandail de même couleur, entrecoupé de liserais blancs transversaux sur le col et les manches. Sa coiffure étant quant à elle, toujours la même. 22 heures et demi s'affichait sur l'horloge, et allongé sur son lit, le jeune homme commençait à partir vers le pays des songes... Mais ça, ce n'était sans compter sur son grand frère et ses deux petites sœurs, encore.

- Hihi, vas-y ! Il dort bien !
- Oui, ouii ! Attends ! J'ai presque finit !
- Vous êtes cruelles, petites canailles... Allez, Arata, lève toi ! Ta destinée t'attends !

Sa destinée ? Mais ils ont fumé quoi dans sa famille pour être tous survoltés comme ça ? Parfois il se demandait s'il ne tirait pas plus de son oncle Sasuke, que de son père... Remarque, sa mère n'est pas une survolté aussi, elle est plutôt calme et rangée. La seule dans cette maison, la seule... Arata se réveilla en grognant, n'aimant pas du tout ce mode de fonctionnement. Seulement, se faisant tirer les joues et chatouiller les côtes, il ne pu en être autrement...

- Mais... Lâchez moi, bon dieu !
- Ah, il se réveille enfin !
- Aya, j't'ai rien demandé...

Sa jumelle le tira du mieux qu'elle pu de son lit, qu'il n'eut juste le temps de prendre sa veste rouge posée sur la chaise près de la porte. Sa joue était encore rouge de la trace de l'oreiller et son humeur, des plus massacrantes... Pourquoi avait-il accepté ? Pourquoi ?
Il eut moins de regrets quant il vit sa sœur bien habillée et légèrement maquillée. C'est qu'elle avait donc bien envie de sortir et de profiter du moment... Après tout, ils étaient en vacances, non ? Ayane était fière de son coup, elle avait enfin réussit à le faire sortir ! En plus d'avoir l'ambition de bien s'amuser, elle espérait que son frère puisse se changer les idées. Lui qui est si renfermé depuis la fin du collège et cette histoire avec Fukuto, leur cousin. Enfin, ils arrivèrent à destination, dans l'arrière boutique poussiéreuse d'un magasin de bibelots antiques. Le videur se présenta donc à eux, et demanda leurs codes barres. Arata soupira, en penchant la nuque, soulevant sa pagaille de cheveux. Aya lui répondit non de la tête quant à la présence d'un éventuel code barre sur sa nuque. Le videur eut un sourcil levé...

- Elle est avec moi. C'est une humaine vivant dans une famille de Kaikis, rien à craindre.
- Mh... D'accord, vous pouvez entrer. Bonne soirée jeunes gens !

Ne prenant même pas la peine de répondre, les jumeaux entrèrent tous deux dans la salle déjà peuplé de quelques personnes déjà. Mais la soirée venait tout juste de commencer ! Arata n'avait toujours pas remarqué le petit calembour que ses deux petites sœurs lui avaient préparés... Un joli "Free Kiss" s'affichait sur sa joue gauche.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://yoshiphotograph.tumblr.com/
Roxane Verlet
Kaiki niveau 3 - Section Droit

avatar


Féminin Messages : 38
Métier désiré : quelque chose qui lui permette de faire valoir les droits des kaikis. Probablement avocate.
Humeur : maussade.

Fiche d'identité
Pouvoir: Magnétisme.
RP en cours:

MessageSujet: Re: [EVENT] Noël au balcon, enrhumé comme un con.   Sam 29 Déc - 1:27


Question une : A ▬ Question deux : B.

Roxane souffla sur une mèche de cheveux avec mauvaise humeur, histoire de dégager son visage, et émit un grognement exaspéré lorsque les flocons qui parsemaient sa chevelure voletèrent autour d'elle. Elle détestait la neige, Roxane. D'abord parce qu'elle avait horreur de cailler - le nez qui pique, les doigts rougis, la chair de poule, tout ça, ça avait le don de la foutre encore plus en rogne que d'habitude - et ensuite parce que ça lui rappelait presque douloureusement les Noël qu'elle passait en France, avant. Avant qu'elle se découvre kaiki, se retrouve embarquée au Japon et cloîtrée là-bas par la même occasion. Certes, sa famille prenait l'avion chaque année pour passer la journée du 25 décembre ici, avec eux, à Konoha. Mais ce n'était plus la même chose : maintenant, Roxane ne pouvait plus déguster de marrons chauds au bord de la Seine, faire de promenade en bateau-mouche en pleine nuit ou tout simplement admirer la Tour Eiffel brillant de mille feux. Terminé, tout ça. Et puis, les Noël d'ici avaient une saveur bien fade ... Pour les asiatiques, il s'agissait plus d'une fête commerciale qu'autre chose, une occasion supplémentaire pour les jeunes de passer une nuit de tous les excès. Mais pour Roxane, en bonne française qu'elle était, ç'avait toujours été et serait toujours une fête chère à son cœur, synonyme de convivialité, qui permettait à tous de se retrouver en famille pour passer d'excellents moments ensemble. Et déjà que ça la faisait franchement chier de rester au Japon, voilà qu'en plus l'Empereur venait d'interdire aux kaikis toute démonstration affective ! Autrement dit, voilà qu'il la privait du seul réconfort que lui apportaient les fêtes : pouvoir montrer à sa famille combien elle l'aimait ! Rien qu'à y repenser, Roxane écumait de rage. Et le pire, c'est que cette mesure ne touchait pas seulement les jeunes : sa mère aussi était une kaiki, et à cause de cette loi à la con, elle ne pourrait même pas embrasser ou étreindre son mari le soir de Noël, pas même lui tenir la main. C'était totalement injuste. Mais c'était légal, alors qu'avaient-ils à redire ?

D'humeur massacrante, Roxane traversait les couloirs de l'université comme l'aurait une bourrasque de vent, retournant un regard assassin à quiconque émettait une protestation après avoir été bousculé. Elle n'était pas d'un tempérament très patient, et l'était encore moins en ce moment tant cette histoire de nouvelle loi la minait. Elle ouvrit son casier d'un geste brusque après avoir discrètement usé de ses ondes magnétiques pour en récupérer les clés au fond de sa poche. Le petit courant d'air que cela provoqua fit voleter une feuille de papier d'un jaune douteux qui fini par s'échouer misérablement par terre. Sa présence inexpliquée fit monter d'un cran l'énervement de Roxane, qui la ramassa rageusement, la froissant presque :

- Qu'est-ce que c'est que cette merde, encore ?! maugréa-t-elle entre ses dents.

Son visage changea à mesure qu'elle parcourait les quelques lignes imprimées sur le morceau de papier. Une invitation, hein ? Pour une soirée au K-Paradise le soit du 24 décembre ... Dès 23h en plus, de quoi faire un nouveau pied-de-nez au couvre-feu ! Ou un doigt d'honneur, selon les opinions. En bref, une sacrée belle occasion de se torcher avec la nouvelle loi. Un sourire naquit sur les lèvres de Roxane. Ils pouvaient être sûrs qu'elle y serait. En plus, ça tombait parfaitement bien : chez elle, la veille de Noël se passait un peu différemment que pour les autres familles. Là où tous étaient réunis au coin du feu, devant un bon repas et une émission populaire, ses parents passaient la nuit à l'hôpital - son père choisissait toujours d'être de garde le 24 au soir, seul jour de l'année où le personnel est autorisé à faire son service en ayant ses proches à ses côtés, tandis que sa femme sillonnait l'hôpital et passait de chambre en chambre apporter sourires, petits cadeaux et quelques "guérisons miracles" à autant de gens qu'elle le pouvait -, ils passaient la nuit à l'hôpital donc, et lui laissaient quartier libre pour la soirée. Pour ça, elle les adorait. Et elle avait désormais une idée très précise de ce que serait sa soirée de réveillon cette année.


Le jour J était enfin arrivé. Roxane venait d'embrasser des parents, qui partaient pour l'hôpital de Konoha - sa mère s'y ferait encore agréablement remarquer par sa tenue de fête aussi extravagante que haute en couleurs -, et retournait péniblement dans sa chambre finir d'emballer ses cadeaux. Il n'en restait qu'un, et il était pour la pétasse qui lui servait de cousine : autant dire qu'elle ne pendrait aucun soin à l'emballer joliment. Le dernier bout de scotch posé, Roxane jeta un œil à sa montre et constata qu'il ne lui restait qu'à peine une heure avant le début de la fête. Songeuse, elle se surprit à se demander s'il lui fallait se vêtir de quelque chose d'un peu plus habillé ou non. Avec une moue dubitative, elle ouvrit sa penderie et eut la surprise d'y trouver, posé bien en évidence à hauteur du regard, un col roulé à manches courtes dont le tissu noir était incrusté de paillettes argentées ainsi qu'un élégant sautoir en argent qui s'accordaient tous deux à merveille. Dans les plis du vêtements, un morceau de papier rose fleurant le parfum de luxe lui rapportait ceci : passe une bonne soirée ma chérie - bisous, maman ♥. Roxane secoua la tête sans pouvoir s'empêcher de sourire, prise d'un soudain élan d'affection pour sa mère. Elle troqua en vitesse son sweat et ses mitaines contre le haut et le collier, ainsi que ses baskets contre des chaussures plates. Le temps de se remettre du noir sous les yeux - Roxane avait au moins ça de féminin -, d'attraper sa veste, ses clés, un paquet de cigarettes et elle était dehors.

Parvenue devant la boutique d'antiquités qui servait de couverture au K-Paradise, Roxane préféra ne pas se demander si les organisateurs de la soirée avaient songé qu'une telle affluence de kaikis - voire de "normaux" - dans ce quartier malfamés le soir de Noël risquait de se faire remarquer. Elle éteignit la clope qu'elle avait grillé en chemin et pénétra dans l'arrière-boutique, gratifiant le videur d'un morne bonsoir avant d'écarter ses cheveux de sa nuque pour lui laisser voir son code barre. Celui-ci hocha la tête et s'écarta pour la laisser passer en lui souhaitant une bonne soirée. Elle le remercia et, vibrant déjà au son de la musique qui lui parvenait, pénétra dans la pièce dont toutes les tables avaient été poussées contre les murs pour l'occasion. Après avoir déposé son blouson aux vestiaires, Roxane s'assit sur une table, une nouvelle cigarette pour l'instant éteinte à la main, et entreprit de balayer la salle du regard histoire de voir si elle ne repérait pas quelqu'un qu'elle connaissait. Personne ... Ah, si ! Les "cousins lointains", comme elle les appelait. Rien de méchant là-dedans, elle les aimait même bien, une simple référence au fait qu'ils ne se voyaient que peu. Sa clope entre les doigts, Roxane se dirigea vers eux - ils avaient l'air de venir tout juste d'entrer - et, arrivant à leur hauteur, les salua de sa main libre. Son regard fut aussitôt attiré par l'inscription sur la joue d'Arata, dont il paraissait n'avoir absolument pas conscience. Un petit sourire moqueur sur les lèvres, Roxane pointa la joue de son cousin de l'extrémité de sa cigarette et lui demanda, amusée :

- Dis donc, c'est pas les "normaux" qu'on est censés bizuter ?
Revenir en haut Aller en bas
Shibiru Aono
Kaiki niveau 2

avatar


Masculin Scorpion Cochon
Messages : 20
Age : 34
Métier désiré : Bibliothécaire

Fiche d'identité
Pouvoir: Aucun
RP en cours:

MessageSujet: Re: [EVENT] Noël au balcon, enrhumé comme un con.   Lun 31 Déc - 1:18

Question 1 : réponse D. Question 2 : réponse... A ?

Il fait frais. C'est une belle journée d'hiver, à la veille de noël. Les rues se décorent aux couleurs de l'ambiance hivernale et festive. Des boules colorées de partout, des étoiles, des guirlandes, des sapins un peu partout... Un ravissement pour mes yeux. J'ai toujours adoré cette fête, l'atmosphère inhérente à cette célébration. Même si le message véhiculé a bien changé entre temps, il reste quand même l'occasion de passer un agréable moment, en famille ou avec un amoureux. Mais pas cette année. Des relations amoureuses, je n'en ai jamais eu, et ça ne m'intéresse pas vraiment. Quand je vois les couples autour de moi, tous ces hommes qui ont l'air encore plus bêtes que d'habitude, et les filles qui en rajoutent des tonnes en artifices, je me demande parfois en quoi c'est si bien d'être amoureux. Et en l'occurrence, j'allais passer les fêtes pour la première fois sans ma famille. Cela me rendait un peu triste, je n'avais pas l'habitude. L'odeur de la dinde, le goût sucré d'une bonne bûche glacée, tout cela ne m'était pas forcément interdit, mais... Les aliments n'ont pas la même saveur lorsqu'ils ne sont pas partagés, dans le cas contraire c'est toujours meilleur. Mais je vais quand même appeler mes parents restés en Angleterre, et je sais qu'ils vont m'envoyer des cadeaux pour l'occasion. Ce n'est pas la même chose de ne pas les ouvrir devant eux, mais je n'ai pas vraiment le choix... Je suis ici de mon plein gré, entourée d'autres Kaikis, même si j'ai un peu de mal à me faire des amis, je ne suis pas seule. Je dois être plus forte.

Cela faisait longtemps que je n'avais pas eu mes parents au téléphone, et c'est si bon de les entendre de nouveau, si agréable... Malheureusement, je dois raccrocher rapidement, j'ai un livre à rendre à la bibliothèque. Je n'aime pas dépasser les dates limites, et celui-là, je l'ai fini à pile avant, il me faut donc me dépêcher si je veux le rapporter avant ce soir. Heureusement que tout est encore ouvert, même le 24 décembre... Je revêts donc une jolie robe noire comportant quelques dentelles, rappelant un peu le style gothique lolita, enfile mon manteau, me munis de mon sac, y fourre le livre, puis me dirige vers la bibliothèque. Il neige un peu, c'est si beau ! On dirait un paysage de carte postale, un panorama paradisiaque. La neige recouvre la ville de son blanc manteau, c'est si romantique et si poétique... Mais je n'ai pas vraiment le temps de m'extasier. J'arrive à temps pour rendre l'ouvrage, j'ai enfin le temps de souffler, d'admirer le paysage environnant en sortant du bâtiment. C'est tellement poétique...

Et puis j'entends une voix me héler. Je me retourne, surprise, et m'aperçois qu'il s'agit de London, un élève du même établissement que moi, un peu plus âgé cependant. Il est avec ses trois frères, trois jumeaux, qui ont chacun leur personnalité, leur caractère bien trempé. Il m'en a déjà parlé un peu, et j'ai eu l'occasion de les rencontrer une fois ou deux avant cela.

« - Bonsoir, London, comment vas-tu ? Tu fais une promenade avec tes frères, à ce que je vois ?
- Effectivement. Ils ont tenu à sortir voir les décorations de noël ce soir, je pouvais difficilement le leur refuser. Ils sont incorrigibles ! Mais ça va. Et toi, que fais-tu là ?
- Je venais rendre un livre avant que la bibliothèque ne ferme. Bonsoir, vous trois !
- Bonsoir !!!
- J'allais les ramener pour les coucher, tu veux nous accompagner ? Je te ramènerai ensuite.
- Hum... Pourquoi pas, je n'ai rien prévu de toute façon. »

C'est ainsi qu'après une rencontre fortuite, j'accompagne London et ses frères vers leur domicile J'apprécie sa compagnie, c'est un jeune homme charmant, bien élevé, qui prend soin de ses frères depuis l'abandon de leur père. Il est assez calme, et aime la lecture, tout comme moi. Il nous est arrivé de passer quelques heures à discuter d'un ouvrage que nous avions aimé tous les deux, par exemple. Le trajet retour se passe sans accroc, les trois petits courent un peu partout, mais comment leur en vouloir ? C'est soir de fête, après tout. S'il y a bien un soir de l'année où l'on peut laisser un peu de liberté aux enfants... Même si en temps normal, ils ne sont pas si terribles qu'on pourrait parfois le croire. Une fois arrivés, il les met au lit comme il me l'a dit, puis nous nous mettons en route vers mon appartement. Même s'il y a peu de chances qu'il m'arrive quelque chose, les rues ne sont pas toujours sûres. Mais sa présence me rassure. Il est plus grand que moi, et semble plein de confiance, je sais que je ne risque rien avec lui. Même si en temps normal, il n'y aurait pas eu de problème, selon moi.

Alors que nous marchons, tout en discutant de choses et d'autres, j'aperçois le concierge de notre établissement, debout sous la neige hivernale. Alors qu'il s'approche de nous et nous contourne, je trouve son comportement suspect, mais n'y prête pas plus d'attention que cela. Grave erreur... Il en profite pour nous menotter, London et moi. Mais qu'est-ce qui lui a pris ? Tout en s'éloignant rapidement, il nous informe que la clé se trouve à l'endroit désigné par la lettre que j'ai reçue dans mon casier. Effectivement, j'ai reçu une missive, à laquelle je n'ai pas prêté plus d'attention, mais il va falloir retourner dans mon dortoir pour la retrouver, et ainsi pouvoir me détacher de mon compagnon d'infortune. Mais pourquoi a-t-il fait ça ? Nous nous dirigeons donc à pas accélérés vers l'endroit où j'ai laissé ledit message. Grand bien m'en a pris de ne pas le jeter de suite... Il s'agit d'une soirée organisée en opposition à la nouvelle loi interdisant les relations avec des Kaikis. Ce genre d’événement ne m'intéresse pas vraiment, mais je n'ai pas vraiment le choix, si je veux me détacher. C'est ainsi qu'avec London, nous avançons à pas lents vers le K-Paradise. Étant attachés, nous n'avons pas pu nous changer pour enfiler une tenue plus confortable, seyante, ou plus classe, même si nous l'avions voulu. Il va donc falloir que j'entre comme cela... Et retrouver Jean-Pierre pour qu'il nous passe la clé. Le souci est qu'étant métamorphe, il va nous être difficile de l'identifier. Mais au pire des cas, je pourrai faire apparaître un chien, faire renifler les menottes, pour trouver la trace de leur ancien porteur... J'espère. Une fois arrivés à l'entrée, le vigile sourit en nous voyant attachés, et nous laisse entrer...
Revenir en haut Aller en bas
Seiji Mokushi
@ Kaiki niveau 3 - Section Science
@ Kaiki niveau 3 - Section Science
avatar


Masculin Messages : 101
Métier désiré : Biologiste
Humeur : Lunatique

Fiche d'identité
Pouvoir: Créateur d'illusion.
RP en cours:

MessageSujet: Re: [EVENT] Noël au balcon, enrhumé comme un con.   Jeu 3 Jan - 4:11

Question 1 : Yoshiko: B – Sashiko: C - Seiji: A
Question 2 : Yoshiko: A – Sashiko: B - Seiji: A


Un Noël pas comme les autres.
Évent de Noël


Quelle joie se fut pour les Mokushi de voir qu'une fête allait se faire pour la Noël ! Alors que Maman était en voyage, sur son beau nuage, Seiji et ses sœurs avaient bien prévus de se rendre à l'invitation qu'ils avaient reçus dans leur cassier respectif. A vrai dire, ce fut Sashiko qui avertie son frère de l’événement. En effet, Yoshiko avait préféré ignorer l'invitation, elle n'était pas du genre à chercher des ennuies avec les autorités. Quant à Seiji, il ne prenait que très rarement le temps d'ouvrir son cassier. Alors qu'ils étaient assis dans le sofa devant la télévision en écoutant sagement les informations -Yoshi se faisant les ongles, Seiji jouant sur se roulant une cigarette et Sashi écoutant réellement les actualités- la promulgation de la nouvelle loi pour les Kaikis les stoppait aussitôt dans leur activité. Leur mère, assise dans une balancelle, fumait son opium en observant leur jardin. Lorsque le grincement de la balancelle cessa, Seiji tendit l'oreille et appelait sa mère. Elle aussi était une Kaiki, néanmoins ses enfants ne savaient pas exactement de quoi elle était capable et avait rapproché son don à de la voyance. Elle ne répondait pas et soucieux de son état, Seiji se levait du sofa pour aller la voir quand la balancelle se remit à grincer. L'aîné regarda ses sœurs, leur demandant d'un simple regard s'il devait quand même allait jeter un coup d'oeil pour être sûr. Yoshi, préférait éviter la question et se reportait à sa manucure, tandis que Sashiko se levait pour aller chercher l'invitation et la donner à son frère. Lorsque Seiji dépliait le papier, il s'attendait à tout sauf à une invitation au K-Paradise. Avant même qu'ils eurent le temps d'en informer leur mère, celle-ci décidait de faire entendre sa voix au moment où Seiji posait ses yeux sur l'heure et le lieu.

- Vous devriez y aller... Avant que l'Empereur ne nous empêche de sortir ou ne s'amuse à nous gazer... Amusez-vous bien. Profitez.

Les paroles de leur mère était lente et posés, et bien que les propos puissent paraître effrayant, Seiji sentait une certaine légèreté dans ceux-ci. Seiji avait toujours refusé d'aller là-bas et pourtant cette fois ci, il prenait cette invitation comme un événement à ne pas rater. Lui qui n'avait jamais voulu sortir avec une Kaiki pour diverse raison comme celui de mener une vie difficile à celle qui partagerait son existence, cette loi venait lui briser tout espoir d'avoir un semblant de vie normal pour un garçon de son âge avec une fille totalement dépourvue de pouvoir. Son choix venait d'être prit, il se rendrait à cette fête et en tant que célibataire. Aussitôt ceci en tête, il prit son portable et envoyé un message de rupture à sa copine du moment, du moins son ex, une étudiante dépourvue de pouvoir, en droit. Étrangement celle-lui répondait aussitôt qu'elle comprenait et lui demandait de ne plus jamais essayer de la voir de nouveau. C'était radical. De toute évidence, il ne tenait pas à elle et elle l'avait deviné depuis longtemps. D'un regard faussement provocateur, il observait ses sœurs en attendent de savoir si elles l'accompagnerait. Yoshi le regarda un court instant puis haussa les épaules, après tout, elle n'avait pas envie de rester ici toute seule et avec son frère au moins elle était sûre d'être plus ou moins en sécurité. Sashiko, quant à elle, ne voulait pas si rendre et elle lui fit bien comprendre en lui lançant un regard noir en biais. Pas question qu'elle risque sa peau là bas et encore moins pour une fête... Elle n'était pas très fan des sorties de ce genre, voir des sorties tout simplement.

_______________________________

Lorsque le jour J arriva, Seiji avait sorti son magnifique bonnet rouge et n'avait pas touché à sa tenue, trouvant que celle-ci lui allait parfaitement bien. De plus, il pouvait bouger à son aise à l'intérieur ce qui était parfait. Yoshiko s'était juste un peu maquillait, avait enfilé l'une de ses jolies jupes en jeans qui lui arrivait légèrement au dessus des genoux, un top noir à paillette, ses bottes à talons aiguilles qu'elle mettait chaque week-end et son éternelle blouson en cuir noir. A croire que dans la famille Mokushi, le cuir était un vêtement de prédilection. Comme disait leur mère, c'était une bonne peau solide et qui avait beaucoup de charme. Malgré les supplications de sa sœur, Sashiko ne changeait pas d'avis et elle les laissait donc partir devant, car pour ce soir, elle avait d'autres plans. En effet, elle ne comptait pas se rendre à cette fête, du moins sous sa véritable identité et à vrai dire, elle n'avait pas eu l'envie d'y aller jusqu'à ce que ça mère lui dise qu'à chaque moment important, il fallait bien au moins une personne pour faire le guet. Au début, elle ne comprit pas vraiment le sens de ses paroles et ce ne fut qu'en montant dans sa chambre qu'elle vu sur son lit une tenue de mère noël à côté de ses rouleurs. Au début elle ne comprit pas, elle ne se souvenait même pas les avoir sortis ou même envisagé telle tenue. Puis, en réfléchissant bien, ceci pouvait être une bien bonne idée de s'y rendre ainsi déguisé pour mettre un peu de désordre à la ville.

- Mam' ! Je sors ! Y a une fête au...
- Je sais... Amuses toi bien...


Ses rolleurs une fois chaussés, elle fila libre comme l'air dans les rues de Konoha en direction du lieu de rencontre. Perchée en haut d'un toit, elle ne venait pas ici pour s'amuser, mais pour faire le guet. Pendant ce temps là, un peu plus bas, venait d'arriver Seiji et Yoshiko qui d'une manière plus ou moins décontracté montrait leur nuque au vigile pour passer et rejoindre la petite fête. Une fois à l'intérieur, on pouvait clairement voir que Yoshiko avait ses habitudes et après avoir reconnu quelques visages, avait quitté son frère pour rejoindre quelques amis. Seiji, la mine plus froide, observait les invités. Il était venu ici pour s'amuser et défier une fois de plus les autorités mais pour le moment il cherchait plutôt un visage familier avec qui il pourrait s'amuser et faire ses coups. Que ne fut pas sa surprise de voir au loin, à l'autre bout de l'espace caverneux, Miss Moyen-Âge ! Décidément, elle était de partout celle là. Et ce n'était pas véritablement pour lui déplaire.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kazuma Mikura
@ Section Sciences -
Idole & Serveur

@ Section Sciences - Idole & Serveur
avatar


Masculin Messages : 100

Fiche d'identité
Pouvoir: Aucun
RP en cours:

MessageSujet: Re: [EVENT] Noël au balcon, enrhumé comme un con.   Mar 8 Jan - 15:28

Reponse 1 : A

Réponse 2 : D

Des décorations lumineuses, des vitrines de magasins décorés, des pères noel à tue-tête dans la rue. Et bien sûr, des gosses qui crient à ne plus finir. Voilà l'ambiance à laquelle était habituée London en ce moment, surtout avec trois jeunes de 12ans à la maison. Bon, ils ne croyaient plus au père noël, certes ! Mais la magie de noël, des cadeaux et de la bonne cuisine était restée intacte. A peine était-il rentré de sa journée de cours, que trois diablotins lui sautèrent dessus. Ni une ni deux, les quatre frères étaient à terre. London s'efforçait de garder le sourire, de rigoler comme les trois derniers, mais impossible. Dur de fêter noël sans aucun parent. Bizarrement, cette pensée n'était venue que lorsqu'il toucha la poignée de la porte. Rester souriant et oublier ce léger détail, pour les enfants. Après avoir martyrisé leur ainé, le trio décida de continuer leur bagarre dans le salon, laissant London seul dans ses pensés. Secouant la tête pour chasser toutes les mauvaises pensées, il se releva et trouva avec un certain soulagement un repas prêt à être réchauffé. Il remercia les Uchiwa de lui faciliter sa tâche "paternelle" et alluma le four, s'occupant de mettre la table.

Après un repas bien anîmé et des ventres bien remplis, London crut avoir droit à une fin de soirée calme. Il irait se coucher après avoir regardé un film ou deux, et pendant la nuit, tel un frère exemplaire, il aurait garnit le dessous du sapin avec des tas de cadeaux pour les gosses. venant de partout. De leur mère... De la famille Uchiwa, des oncles, tantes, cousins et cousines. De London aussi, évidemment. Mais non. Les triplés avaient déjà organisé la soirée : une balade nocturne. Il était près de 19heures et l'escadron Tsumi était dehors. Oui, déjà. Les petits étaient tellement pressés que ça ne semblait pas les déranger de manger deux heures avant l'heure normale... Bonnets, écharpes et gants. Colliers et laisses aussi. Voilà, les gamins courraient dans la neige et s'amusaient à s'attaquer à coup de boules blanches dans la figure. C'est fou comme c'était reposant cette ambiance : un silence hivernal, agréable, brisé par des cris de joie d'enfants. Les lumières qui clignotaient idéalisaient la scène. On se serait presque cru dans une publicité de noël.

- Lonlon !

- Lonlon !

- Lonlon !

- Hm ?


Désespéré par "l'alarme" des trois agneaux, il soupira, les observant. Loki pointa du doigt une jeune fille devant eux, qui était de dos.

- C'est pas Shibinu ?

- Shibinu.. Ah, Shibiru ? En effet.
fit-il, hôchant la tête, toujours aussi étonné par la mémoire visuelle du farceur de la bande. Alors qu'il ne l'avait vu qu'une fois, il était capable de la reconnaître de dos. Ce que n'avait pas fait le jeune homme de 21ans.

- Elle est toute seule ?

- Shibiru !

Cette dernière se retourna. Après une bref discution du pourquoi du comment, elle se joignit à cette joyeuse troupe, après une invitation à la raccompagner chez elle. Le retour ne fut pas de tout repos. Les monstres étaient encore plus déchainés que d'habitude, au point d'en utiliser leurs pouvoirs sans le faire exprès. Entre Loki qui utilisait sa super vitesse "sans le vouloir" pour échapper à Pâris... Qui lui, pour éviter une rencontre douloureuse avec un arbre, avait profité de son don de passe-muraille... Pour se retrouver le pied bloqué dedans. Le dernier lui, attirait subitement des tonnes d'animaux, chiens, chats, oiseaux... Bref, cette fin de soirée fut bien mouvementée. London était desesperé et gêné de leurs comportements devant la demoiselle. Ce ne fut qu'au 3ème rappel à l'ordre que tout se calma. Une fois qu'ils étaient rentré dans le quartier Uchiwa quoi. Près d'une heure se passa dans la maison Tsumi. Il devait les mettre au lit avant d'appeler un cousin du quartier, qui viendrait alors les surveiller. Brossage de dents, pyjamas, dernière bagarre pour la soirée. Il envoya un message à son cousin, alla embrasser les petits une dernière fois, puis les deux étudiants sortirent de l'appartement.

- Désolé de l'attente, les garçons ont été assez lents ce soir. ne put-il s'empêcher de dire.

La marche reprit. Avec un fond sonore beaucoup plus doux. Ils parlaient de tout et de rien, sans être dérangés par des "Lonlon" ou encore des "Shibibi". Il trouvait cette ballade très plaisante, cette jeune fille était vraiment charmante , intéressante également. Après de longues minutes de conversation, cette dernière s'arrêta quand un objet froid emprisonna le poignet de London. Sursautant au contact du métal gelé, il releva sa main... Entrainant la main de Shibiru avec. Un sourire s'afficha sur le visage du Tsumi, qui eut même un petit rictus. Sacré JP. Après de multiples réactions, les deux étudiants finirent par suivre le conseil de JP : aller à cette soirée. Et ce fut parti pour l'épreuve ! Retourner sur les lieux où se trouvait l'invitation : Check. Trouver la soirée : Check. Arrivés là-bas, London jetta un rapide coup d'oeil dehors. Quelques kaikis stationnaient dehors, fumant sous la neige, ou attendant d'autres personnes. Bon. Trouver JP. Oui, super simple. C'est pas comme s'il était mélangé à on ne sait combien d'élèves. Et c'est pas non plus comme s'il pouvait prendre la forme qu'il désirait. Au moins, ce noël ne serait pas totalement banal. Il sortit son telephone de son jean sombre et pianota sur le clavier quelques secondes, prévenant son cousin de son absence indeterminée. Réajustant sa veste blanche et son écharpe noire, d'un commun accord, les deux étudiants rentrèrent dans le K-Paradise, après que Shibiru ait dévoilé son code barre au videur.

- Bon... On commence maintenant à chercher le vieux grigou ou on attend qu'il ait assez bu pour se démasquer ? demanda-t-il, timidement, rangea la partie inferieure de son visage dans son écharpe, intimidé par tout ce monde et par la présence des menottes.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Pierre
@ Kaiki niveau 7 - Concierge / Pedobear, plus qu'un timeout...
@ Kaiki niveau 7 - Concierge / Pedobear, plus qu'un timeout...
avatar


Masculin Bélier Buffle
Messages : 22
Age : 56
Métier désiré : Concierge
Humeur : Vorace!

Fiche d'identité
Pouvoir:
RP en cours:

MessageSujet: Re: [EVENT] Noël au balcon, enrhumé comme un con.   Mer 9 Jan - 23:43

La fête bat déjà son plein, alors que 23h30 vient seulement de sonner ! Ça danse, ça se bouscule, ça se drague, de la chaire fraîche ! Quel bonheur pour notre cher Jean-Pierre qui se balade à travers la foule, esquivant plusieurs élèves à qui il a joué de mauvais tours. Du beau jeune homme, le vieillard décida de changer de nouveau d'apparence. Du coin de l’œil, il voyait déjà des élèves le fixer, le pointant du doigt d'un air accusateur. Hop. Un petit tour aux toilettes et moins de 10 secondes plus tard, une jeune femme avec de sérieux atouts se joignit à la fête, vêtue d'une robe rouge peu couvrante. Saluant quelques garçons et filles au passage d'un clin d’œil, ni vu ni connu, le voilà qu'il reprenait la soirée là ou il l'avait laissé. Son regard, aussi maquillé que celui d'une barbie geisha, dévisagea le patron qui ornait le buffet de différents mets, qui satisferont bientôt les papilles de ces jeunes insouciants. A manger seulement ? A boire aussi...

Question 3 : Vos pas vous amènent vers le buffet... Rien d'intéressant. Ah si, du punch !

A. Du Punch ? Mais c'est que du jus de fruits ! Plus d'alcool dans ça, je suis là pour faire la fête !
B. ... Ouais, ça va, tant que c'est que du punch.
C. J'ai pas soif. Je sais même pas pourquoi je suis là!.
D. Un sérum étrange s'est glissé dans votre verre. Vous voilà hors de contrôle !



_______________________________________________________________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [EVENT] Noël au balcon, enrhumé comme un con.   

Revenir en haut Aller en bas
 

[EVENT] Noël au balcon, enrhumé comme un con.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» chien laissé sur un balcon
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1 :: Corbeille V.3/V.4 :: Sujets divers-