Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1
Bienvenue à Konoha High School !
Depuis les événements dramatiques de 2011, beaucoup de choses ont changées... Une étrange bactérie du fond des océans vint semer la zizanie et les humains ne sont plus vraiment pareils... La ville de konoha, 25 ans plus tard, sous le signe du chaos et d'un régime totalitaire, venez vivre l'aventure !
Oserez-vous vivre dans un monde où la normalité n'existe plus ?



 

Partagez | 
 

 Mauvaise foi nocturne • Seiji Mokushi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roxane Verlet
Kaiki niveau 3 - Section Droit

avatar


Féminin Messages : 38
Métier désiré : quelque chose qui lui permette de faire valoir les droits des kaikis. Probablement avocate.
Humeur : maussade.

Fiche d'identité
Pouvoir: Magnétisme.
RP en cours:

MessageSujet: Mauvaise foi nocturne • Seiji Mokushi.   Sam 4 Aoû - 19:08


- Putain.

Heureusement qu'à cette heure-là, les seules âmes nocturnes qui traînaient encore dans la ville se concentraient dans les quartiers malfamés et pas du côté de la fête foraine. Parce que le grincement de fin du monde des gonds du portail d'entrée, y avait plus discret quand même. Maugréant entre ses dents, Roxane baissa la main, bridant ses ondes magnétiques qui laissèrent alors le portail inanimé - et silencieux. Bah, de toute manière, le peu que les portes s'étaient ouvertes laissaient assez de place pour passer. Suffisait juste de se baisser pour éviter les chaînes qui entravaient le passage. Désormais de l'autre côté, elle tendit la main vers le portail dont les deux battants se rapprochèrent avec lenteur, lui épargnant cette fois un grincement digne d'une porte de prison. Roxane pivota alors sur ses talons, soufflant sa fumée de cigarette tandis qu'elle contemplait la fête foraine déserte baignée par la lumière des réverbères.
Qui déversaient un peu trop de lumière, d'ailleurs. Elle fronça les sourcils, replaça sa cigarette entre ses lèvres et tendit la main vers le lampadaire le plus proche, le pouce et l'index pressés l'un contre l'autre comme si elle écrasait un insecte. Dès qu'elle eut écarté les doigts, la lumière grésilla faiblement avant de s'éteindre. Il n'y avait qu'à séparer les fils de contact de l'ampoule pour être tranquille. Roxane procéda ainsi avec tous les lampadaires alentours, excepté un qui l'empêcherait d'être totalement plongée dans l'obscurité. Suffisait de penser à remettre les ampoules en état avant de quitter les lieux.
Un coup d'œil à sa montre lui indiqua une heure qui avait dépassé de loin celle imposée par le couvre-feu. Ce qui fit sourire Roxane, qui n'en avait pour ainsi dire rien à foutre. Si elle avait envie de s'entraîner, en dehors des cours, ici, maintenant, seule et à l'abri des regards, ce n'était pas sept foutus commandements stupides pondus par un gouvernement de vieux gâteaux qui allaient l'en empêcher. Elle tira une dernière bouffée sur sa cigarette, jeta son mégot et avisa une pile de sièges métalliques entourée de chaînes. Voilà de quoi commencer. Elle tendit les mains, paumes grandes ouvertes, vers sa cible, et fit appel à son pouvoir. Bien que les contractures que cela provoquait la faisaient grimacer, elle décrivit un grand arc du bras, comme pour écarter un importun sur son passage, et la chaîne, tel un serpent argenté, se défit des sièges qu'elle entourait pour se diriger vers Roxane. Qui, d'un geste, fit se joindre les deux extrémités de la chaîne, lui donnant une forme parfaitement circulaire, et l'éleva à un bon mètre au-dessus de sa tête. Elle allait pointer de l'autre main la pile de sièges, histoire de s'exercer à la maîtrise simultanée de plusieurs objets, quand un fracas dans son dos et des éclats de voix la firent sursauter. La chaîne, libérée de toute influence magnétique, s'écrasa au sol avec un bruit mat. Roxane se retourna et plissa les yeux en direction du portail.

- Qui est-ce qui vient m'emmerder ? grommela-t-elle avec mauvaise humeur.
Revenir en haut Aller en bas
Seiji Mokushi
@ Kaiki niveau 3 - Section Science
@ Kaiki niveau 3 - Section Science
avatar


Masculin Messages : 101
Métier désiré : Biologiste
Humeur : Lunatique

Fiche d'identité
Pouvoir: Créateur d'illusion.
RP en cours:

MessageSujet: Re: Mauvaise foi nocturne • Seiji Mokushi.   Dim 5 Aoû - 12:33



Cette nuit, le bon Seiji laissait place à Mister Fox. Il n’y avait aucune perturbation mentale chez ce jeune homme. Il éprouvait juste le besoin de porter deux masques. L’un pour ressembler à monsieur tout le monde, l’autre, plus excentrique, Monsieur je me fiche de vous. Ainsi, il sortit rejoindre un groupe adolescents qui était composé de deux garçons de son âge et de deux filles à peine plus jeune qu’eux, de deux ou trois années. Monsieur jemefichedevous, était comme à son habitude, aussi beau et préparé qu’un paon près à faire la cour. Dans ce monde, Seiji avait bien comprit que c’était l’apparence qui comptait aux yeux d’une grande partie de la terre. Les médiats étaient si étouffants, les pubs si présentes. Poussant à acheter et à consommer. Toujours plus. Ce monde réel que Seiji – au plus profond de lui- rejetait totalement et n’attendait qu’une chose, sa chute. Ce monde réel était à ses yeux, si artificiel et surnaturel qu’il n’avait plus la foi en celui-ci et encore moins aux gens qui « vivaient bien » dans un tel décor. Pour cause de sociabilité, il créa monsieur Jemefichedevous, qui est la copie parfaite du jeune adulte qui sort à peine de la véritable adolescence. Avec ce masque, il avait fini par devenir une popularité de son établissement et n’avait aucun mal à se faire inviter aux fêtes et sorties. En parlant de sortie, ce soir même, il devait se rendre avec ces quatre jeunes gens à la fête foraine.

Avez-vous déjà vu une fête foraine en pleine nuit ? Certaines attractions semblent parfois étranges, voire même effrayantes. Moult légendes et histoires d’horreur ont été construites sur des parcs d’attractions, des fêtes foraines ou bien encore des stands de gitans. Seiji n’avait pas choisi le lieu au hasard, son but était d’offrir à ses jeunes la plus belle peur de leur vie. Méchant ? Non juste farceur avec une pointe de sadisme aigue. C’est donc avec quelques bonnes bouteilles qu’ils se rendirent devant les portes enchainées de l’espace de loisir. Ils riaient déjà de bon cœur, faisaient quelques blagues pour détendre l’atmosphère, mais cela se lisait sur leur visage crispé. La peur naissait dans leur estomac. Alors que Seiji jouait à la perfection son rôle d’animateur de soirée, bouteille de vodka orange à la main, il fit chuter l’ambiance de plusieurs étages en leur annonçant d’un air théâtrale que la porte était déjà ouverte. Doucement, il poussa alors la porte métallique pour qu’un bruit strident vienne effleurer les peaux de ses invités. L’une des jeunes filles –qui essayait de cacher sa peur avec brio- dit que les forains l’avaient peut être mal fermée de base et Seiji renchéri en disant qu’ou bien, les fantômes étaient déjà au courant de leur visite avec le bruit qu’ils faisaient. Voyant les visages pâlir, il se mit à rire de bon cœur, les autres le suivirent dans un rire plutôt saccadé et crispé. La soirée s’annonçait prometteuse.

Le groupe s’avançait donc doucement dans le parc, Seiji en tête, confiant et mains dans les poches. Profitant d’être seul devant, il fit naître devant eux une image. C’était l’image d’un lampadaire en forme de sucre d’orge, comme tant d’autres, avec une faible lumière orangée. Ce n’était pas de l’électricité, mais bien une flamme. Elle était dansante et semblait si fragile perchée sur ce lampadaire aux allures délicieuses. Plus bas, dans l’ombre, le jeune illusionniste fit apparaitre un clown progressivement. Il n’y mit pas les couleurs, simplement la silhouette et s’arrêta brusquement devant ses accompagnateur, les mains leurs faisant signe de ne plus bouger. L’un des garçons –qui avait une peur certaine pour les clowns- se mit à crier si fort et si aigue que Seiji cru que s’était l’une des filles et lorsqu’il se retourna pour voir qui provoquait un tel cri insupportable, la petite flamme disparu. Normal, Seiji n’était plus concentré pour la maintenir allumée. Plongeait dans le noir total, Seiji se retrouva en quelques instants, noyé par des corps. S’il avait bien comptait, il y en avait trois sur lui. Un frisson de dégout le parcouru. Il n’était pas très câlin ou du moins, pas avec ce genre de personne. Avec un peu de mal, il réussit à attraper une lampe torche qu’il avait dans sa poche et ordonna aux autres de faire de même au lieu de le coller comme des mouches sur une merde. Oui, s’était très délicat… Il commençait à regretter d’être sortie avec de tels cas.

Plus loin, un lampadaire réel était allumé. S’était le seul. Curieux, Seiji plissa les yeux pour voir s’il pouvait y avoir une raison particulière à cela et en effet, il y en avait une. Une jeune femme était en train de … de quoi faire d’ailleurs avec tout ce métal autour d’elle ? Intrigué, il proposa à la troupe de chiens peureux d’aller voir cette fille. Au début, ils n’étaient pas pour. Une fille seul sous un lampadaire alors que quelques secondes plutôt la même chose s’était produite avec un clown fantomatique … L’idée ne leur plaisait pas vraiment, mais comme Seiji avançait, ils suivirent aussitôt de peur de rester seuls dans le noir. Les yeux du jeune homme roulèrent du sol en passant vers le ciel en les voyants agglutinés à ses talons. Il essaya quand même de les ignorer et d’un ton plutôt curieux, demanda alors :


- Hé ! Tu fais quoi ici ?



Revenir en haut Aller en bas
Roxane Verlet
Kaiki niveau 3 - Section Droit

avatar


Féminin Messages : 38
Métier désiré : quelque chose qui lui permette de faire valoir les droits des kaikis. Probablement avocate.
Humeur : maussade.

Fiche d'identité
Pouvoir: Magnétisme.
RP en cours:

MessageSujet: Re: Mauvaise foi nocturne • Seiji Mokushi.   Dim 5 Aoû - 14:58


Ben voyons. Roxane leva les yeux au ciel en constatant que la source de tout ce raffut n'était autre qu'une bande d'ados en mal de sensations fortes, au vu du cri qui venait de lui déchirer les tympans. Le temps de marmonner un « ta gueule ! » entre ses dents et le silence revint. Pressentant que les évènements qui allaient suivre seraient synonyme d'emmerdes, pour reprendre ses propres termes, elle sortit une nouvelle cigarette qu'elle coinça entre ses lèvres, et, de l'autre main, tendit le doigt en direction de sa poche, de laquelle sortit aussitôt son zippo dont elle se saisit et alluma sa clope avant de le remettre à sa place. Un sourire moqueur se dessina sur ses lèvres lorsque les intrus entrèrent finalement dans la lumière : le seul gars assuré de la bande se retrouvait scotché par tout le reste, qui tremblait misérablement. Pauvre lui.
Sa question ne fit qu’agrandir le rictus de Roxane, qui prit d'ailleurs le temps de souffler sa fumée avant de dire quoi que ce soit.

- Un atelier broderie anglaise, ça se voit pas ? lâcha-t-elle finalement, sarcastique.

Elle balaya longuement du regard la meute de chiens peureux qui lui collaient au train. Pas gaillards. Ils paraissaient prêts à s'enfuir en gueulant au moindre souffle sur la nuque. Ce n'était pas l'envie de les terroriser un peu qui lui manquait, mais déjà qu'on ne pouvait même plus se brosser avec le couvre-feu sans se faire emmerder, manquerait plus qu'ils aillent crier sur tous les toits qu'ils s'étaient retrouvés nez-à-nez avec une folle qui pliait le métal à sa volonté ... Les profs étaient au courant de ses nombreux manquements au règlement, ils devineraient immédiatement que c'était elle. Et là, ce serait le début des problèmes. Alors elle se contenta de souffler à nouveau tranquillement sa fumée, comme si la situation n'avait rien d'étrange, et de lancer sur un ton railleur :

- Un film d'horreur aurait suffi pour mouiller son froc, non ?

Quoique. Vu comme ils avaient l'air vaillants.
Revenir en haut Aller en bas
Seiji Mokushi
@ Kaiki niveau 3 - Section Science
@ Kaiki niveau 3 - Section Science
avatar


Masculin Messages : 101
Métier désiré : Biologiste
Humeur : Lunatique

Fiche d'identité
Pouvoir: Créateur d'illusion.
RP en cours:

MessageSujet: Re: Mauvaise foi nocturne • Seiji Mokushi.   Dim 5 Aoû - 16:50



Un petit sourire se faisait sur les lèvres du blond vénitien. Elle avait l’air plutôt sûr d’elle cette petite pour venir ici. Du moins elle semblait plus maline et courageuse que ceux qui était derrière lui. Dans un petit rire après avoir entendu la dernière réplique de la jeune femme, Seiji se défit avec un peu de mal, des pots de colle et vint poser son bras sur l’épaule de la blondinette. Sans gêne il se laissait reposait sur l’épaule de celle-ci. Après une profonde inspiration il expliqua calmement leur situation, pendant que les deux autres garçons essayaient de retrouver un peu de leur virilité pour les yeux de la nouvelle venue.

- Pas mal Miss Broderie. Mais tu vois venir ici, c’est mieux que les films. Y a pas deux minutes on a croisé un joli petit clown, très souriant. D’ailleurs, tu ne l’aurais pas vu ?

Seiji sifflet près de son oreille comme un serpent. Il testait sa capacité à rester calme et en particulier son sang froid. D’un petit signe de la tête, il désigna ses « amis ».

- D’ailleurs, on pensait se diviser en trois groupes pour le retrouver. N’est ce pas les gars ? Une fille par groupe. Les garçons ont déjà choisi apparemment. Donc nous, on va aller … on va aller par là et vous par ici et là. On se rejoint ici dans une heure ? Si y a un problème, appelez-moi sur mon portable. Ok ? Allez on y va !

Avant même que le groupe est pu réellement bouger, Seiji avait déjà tourné la blondinette en direction du chemin qu’ils devaient emprunter. A l’oreille et dans la plus grande discrétion il lui expliqua calmement.

- T’inquiètes pas, t’es pas du tout mon genre. J’ai juste besoin d’une issue de secours, après j’te fiche la paix.

L’une des filles cria le nom de Seiji qui eu pour seule réponse de lui faire un grand sourire en lui faisant « bye bye » de la main. Son plan ? Faire quelques pas avec sa nouvelle « amie » le temps d’être assez loin, puis la quitter pour continuer de foutre la trouille aux poules mouillés. Après quelques pas dans le noir le plus total, chose qui ne gênait absolument pas Seiji, il finit par lui lâcher les épaules et la laisser se diriger comme elle le souhaitait. D’un regard sournois, il regardait par-dessus son épaule, les groupes avaient fini par faire ce qu’il avait dit, comme de bons moutons. Silencieux, il continua de marcher un peu avec sa nouvelle connaissance, puis décida enfin de briser le silence et de profiter de leur isolement pour la connaitre un peu plus, tant qu’à faire.

- Et tu brodais quoi alors ?

Seiji était un joueur. Il avait reprit son expression simplement pour continuer sur le sujet, sachant parfaitement qu’elle ne brodait pas. C’était une manière comme une autre de lui demander qu’est ce qu’une jeune fille faisait seule ici. Curieux, il l’était à coup sûr. Ce n’est pas tous les jours qu’on voit une fille dans une fête foraine en pleine nuit. Sa bouteille était à moitié vide, sa lampe torche montrant à peine là où ils marchaient. Si Seiji était seul, il l’aurait probablement éteint depuis longtemps. Il aimait l’obscurité. La nuit était le moment qu’il préférait le plus, car elle avait quelque chose qui lui permettait de se dire que tout lui était possible la nuit.




Revenir en haut Aller en bas
Roxane Verlet
Kaiki niveau 3 - Section Droit

avatar


Féminin Messages : 38
Métier désiré : quelque chose qui lui permette de faire valoir les droits des kaikis. Probablement avocate.
Humeur : maussade.

Fiche d'identité
Pouvoir: Magnétisme.
RP en cours:

MessageSujet: Re: Mauvaise foi nocturne • Seiji Mokushi.   Lun 6 Aoû - 1:07


Roxane dirigea son regard vers le chef de la bande (visiblement), qui s'était efforcé de se détacher de ses pots de colle pour s'approcher d'elle. Regard qui s'accompagna vite d'un froncement de sourcils quand elle sentit sa main sur son épaule. Elle n'appréciait pas vraiment qu'un inconnu pose ses pattes sur elle. Un inconnu bavard en plus. Elle ouvrait déjà la bouche pour le rembarrer quand elle l'entendit lui servir une histoire de clown sur un ton railleur à peine dissimulé. Elle lâcha une petite exclamation à mi-chemin entre éclat de rire et dédain avant de rétorquer :

- Si si, juste à côté de moi. Et il va me lâcher l'épaule, d'ailleurs.

Joignant le geste à la parole, elle dégagea sa pogne de son épaule d'un revers de la main toutefois plus brusque qu'elle ne l'aurait voulu. Elle tira une nouvelle bouffée sur sa cigarette et se laissa porter dans la direction que lui indiquait l'inconnu après avoir suivi l'explication de son projet mirobolant de recherche de clown. Lui, il cherchait à planter ses potes ou elle s'y connaissait pas. Elle retira sa main qui s'était de nouveau retrouvée sur son épaule, commençant à le trouver un peu trop tactile à son goût, et l'écouta lui murmurer à l'oreille. Ses propos lui arrachèrent un petit sourire, cette fois plus sincère que railleur.

- Toi non plus, chéri. Je préfère les hommes matures.

Derniers mots qui se rapportaient surtout à leur intrusion nocturne sur le site de la fête foraine, une idée qui semblait être de son crû au vu du sourire joueur qui ne l'avait, lui non plus, pas quitté.
Le silence s'étirait. Pas que ça déplaise à Roxane, qui retournait ses pensées dans sa tête en dessinant des "O" avec sa fumée de cigarette. Une issue de secours, hein ? Elle avait vu juste, il cherchait bien à planter les trouillards qui lui servaient de potes. Ses réflexions s'arrêtèrent là puisque le blondinet brisa le silence, reprenant au passage le sarcasme qui avait servi de réponse à sa vis-à-vis un peu plus tôt. Laquelle souffla un autre "O" dans les airs avant de continuer sur le même ton :

- Une cotte de mailles. Paraît que c'est tendance cet automne.

Il y avait un petit bout de vérité là-dedans. C'était bien pour s'exercer à la maîtrise de ses ondes magnétiques que Roxane était venue. Mais bon, son programme semblait un peu contrarié. Et s'il y avait au moins un commandement qu'elle appréciait, c'était celui qui ordonnait de ne pas se balader avec un badge "kaiki" épinglé sur sa veste. Autant dire qu'elle ne comptait pour le moment pas révéler sa "spécificité" au blondinet. Il n'avait pas l'air méchant, mais s'il lui venait la mauvaise idée de moucharder, ça donnerait la même chose que quand un de ces abrutis du comité des élèves ouvrait un peu trop sa gueule au sujet des manquements au règlement de mademoiselle Verlet. Un sermon professoral bien long et bien pompeux, pour rester poli.
Son histoire de clown lui revint en tête. Roxane n'avait franchement rien capté et serait bien incapable de dire si c'était la vérité ou un prétexte, mais elle était sûre d'une chose, le blondinet paraissait étonnement assuré comparé à ses potes. N'importe quel crétin entré dans une fête foraine la nuit et qui ferait une mauvaise rencontre en serait encore tremblant, pourtant, il avait l'air parfaitement calme. Il semblait même s'amuser de la situation. Son instinct lui souffla que ça cachait un truc. Une idée un peu folle lui vint alors en tête. Et si lui aussi ? Ça expliquerait pas mal de choses. Dont son flegme, son assurance et sa position de leader.
Roxane tapota sa cigarette pour en faire tomber la cendre et demanda, presque amusée :

- Toi aussi tu t'en branles du couvre-feu, je me trompe ?
Revenir en haut Aller en bas
Seiji Mokushi
@ Kaiki niveau 3 - Section Science
@ Kaiki niveau 3 - Section Science
avatar


Masculin Messages : 101
Métier désiré : Biologiste
Humeur : Lunatique

Fiche d'identité
Pouvoir: Créateur d'illusion.
RP en cours:

MessageSujet: Re: Mauvaise foi nocturne • Seiji Mokushi.   Sam 18 Aoû - 1:43





Lorsque Seiji entendit ça réflexion sur le genre d’homme qu’elle aimait, il eut pour réaction de lever les yeux au ciel. Encore une qui se prenait pour une diva. Elle n’avait apparemment pas encore saisit que ce genre d’homme n’existait pas. A moins qu’elle ne vienne d’une autre planète et qu’elle aurait des allures de jeune femme. Bref, la suite de leur conversation ne fut pas très productive. Il lui demandait une nouvelle fois ce qu’elle faisait, elle lui répondait sans lui répondre. Apparemment elle n’était pas du genre à vouloir dire aussi vite ce qu’elle faisait ici. Intrigué devant son refus de coopérer, il l’observa attentivement mais discrètement. A sa place, lui non plus n’aurait pas lâché un mot. Sa question suivante le mit un peu sur la piste, ou du moins sur une hypothèse. Le couvre-feu. Soit c’était une rebelle humaine complètement déjanté, soit elle n’était justement pas humaine. Ou du moins, pas en totalité. Scrutant l’obscurité, il cherchait le petit chemin qui le conduirait sur une hauteur et qui le cacherait en même temps suffisamment pour faire ses coups. L’air préoccupé, il lui répondit d’un air absent.

- Je ne vois pas de quoi tu parles. Ca existe encore les couvre-feux à cette époque ? Me semble bien que même pas mère n’en avait pas.

Avec un sourire taquin, il ajoutant avant de glisser la lampe torche dans le haut de la jeune femme.

- T’es sûre que tu viens bien de cette planète ? Cadeau, t’en aura plus besoin que moi. Adieu Miss Moyen-Âge. Si je croise un dragon, je t’appelle. Je ne voudrais pas louper ton magnifique cheval blanc…

Il terminait sa phrase mains dans les poches, lui faisant dos, quittant le sentier pour aller gambader dans les buissons et disparaissant peu à peu dans l’obscurité. Il du marcher une bonne dizaine de minutes dans le noir le plus total. Ceci ne le gênait pourtant pas, il connaissait le coin par cœur et était parfaitement capable de le faire à l’aveugle. Une fois arrivé à son point d’observation, il se coucha dans l’herbe, coude contre terre et scruta le paysage à la recherche des couples qu’il avait abandonné. A son grand plaisir, l’un des deux fini par se montrer non loin de la maison hanté. La fille était accroché au bras du jeune homme qui malgré son air preux chevaleresque, tremblait de peur. Le sourire aux lèvres, notre maître des illusions fit craquer ses doigts avant d’exercer son art comme un véritable pro. Avec des petits gestes, il fit réapparaitre son clown avec cette fois ci en main des ballons de couleur à l’une des fenêtres de la maison hanté. Manque de chance, il n’arrivait pas encore à capter leur attention, alors pour les faires réagir il fit apparaitre non loin d’eux un ballon baignant dans une lumière blanchâtre. Quand celui-ci eu attiré l’attention, l’illusionniste posa sa main gauche à plat, le dos de celle-ci vers le sol. Puis de sa main droite superposa deux de ses doigts au dessus de sa main gauche. Enfin, il se mit en mouvement et de quelques coups de poignet, fit monter son ballon fantomatique pour éclairer le visage de son clown diabolique.

L’effet fut comme il l’espérait, totalement hilarant pour lui, effrayant pour le couple qui se mit à courir aussi vite que possible dans le sens opposé à la maison. A côté de lui, dans l’herbe, son portable se mettait aussitôt à sonner. Bien entendu, il ne comptait pas leur répondre. Seiji n’appréciait pas les être dépourvu de pouvoir, tout simplement, car ils étaient ce que lui ne pouvait pas être. Chaque fois il avait le droit à « Mais c’est trop cool d’en avoir ! », « tu te rends compte de tout ce qu’ils peuvent faire ? », « ce sont des monstres ! »… la liste était longue et Seiji les voyait comme des primates. Alors peut être que c’était tout simplement puéril de réagir et de les maltraiter ainsi, mais il avait quand même le droit de rire et s’amuser un peu. A sa manière, certes, mais il ne faisait de mal à personne et s’assurait toujours à ne pas pousser le bouchon à l’extrême. C’était un bon garçon, bien qu’un peu farceur.

Alors qu’il cherchait des yeux le second groupe dans le peu de luminosité qu’il avait, un bruissement de feuilles se fit entendre dans son dos. Suspicieux, il craqua des doigts avant de donner l’illusion d’être absent ou du moins aussi visible que l’homme invisible. Il ne maîtrise que très peu cet art, mais le temps qu’il trouve une nouvelle cachette était largement suffisant pour savoir qui venait donc de le surprendre en plein devoir supplémentaire.







Désolé du retard o:
J'avais oublié...

Revenir en haut Aller en bas
Roxane Verlet
Kaiki niveau 3 - Section Droit

avatar


Féminin Messages : 38
Métier désiré : quelque chose qui lui permette de faire valoir les droits des kaikis. Probablement avocate.
Humeur : maussade.

Fiche d'identité
Pouvoir: Magnétisme.
RP en cours:

MessageSujet: Re: Mauvaise foi nocturne • Seiji Mokushi.   Dim 28 Oct - 0:20


Mmh. Alors elle se serait trompée ? Elle n'était pas tout à fait convaincue. Où était passé son ton railleur ? Roxane préféra toutefois lui laisser le bénéfice du doute et ne pas insister. Elle allait s'en retourner se murer dans son silence qu'il fut sur elle en quelques pas et, avant qu'elle ne comprenne ce qu'il trafique, glissa sa lampe torche dans son haut. Enfin pour être exacte, entre son pull et sa veste à la fermeture baissée. Elle fronça immédiatement les sourcils et serra les dents, toute trace de sourire envolée. Ses doigts la démangeaient. Il avait de la chance d'avoir été vif et de commencer à s'éloigner, parce qu'elle n'aurait pas garanti qu'il ne finisse pas la soirée avec une pommette tuméfiée. Elle pinça les lèvres dans une moue renfrognée. Son côté tactile commençait vraiment à lui sortir par les yeux.

Elle tourna les talons à son tour, tirant amèrement sur sa clope en repensant à ses dernières phrases. Elle eut un geste d'agacement. C'est pas parce qu'elle s'était plantée qu'il devait se sentir obligé de l'ouvrir, celui-là. Est-ce qu'elle venait bien de cette planète ? C'était discutable. En théorie, évoluer sur Terre sur ses deux jambes et être doué de parole faisait de nous un être humain. Mais en pratique, les kaikis étaient plus ou moins des monstres. Les opinions divergeaient. Le tout était qu'elle n'était pas considérée comme totalement humaine. Alors non, peut-être qu'elle ne venait pas tout à fait bien de cette planète. Et le pire dans tout ça, c'est qu'elle ne pouvait même plus continuer à s'entraîner. Avec des couples de trouillards qui se pissaient dessus en cachette quelque part dans la fête foraine, elle ne pouvait même plus s'exercer sans risquer d'être vue. Elle jura. Il avait vraiment niqué sa soirée jusqu'au bout.

Elle cessa brusquement de marcher, les yeux écarquillés. Oh mais non, il n'était pas allé jusqu’au bout. Il pouvait faire encore mieux. Pourquoi est-ce qu'elle ne l'avait pas réalisé plus tôt ? Pestant contre elle-même, Roxane fit demi-tour et se lança approximativement dans la direction où elle et joli-cœur s'étaient séparés. Elle avait eu tellement confiance en sa déduction qu’elle avait bêtement abordé la violation du couvre-feu avec un parfait inconnu. Lequel avait nié être soumis à un quelconque couvre-feu. Mai bordel, pourquoi est-ce qu'elle n'avait pas percuté ?! C'était un humain, rien qu'un humain, comme il le lui avait fait comprendre, mais elle avait été assez imprudente pour lui laisser entendre qu'elle ne l'était pas. Et il avait tout à fait assimilé l'information, c'est pourquoi il s'était montré aussi distant dès qu'elle avait évoqué cette saloperie de couvre-feu. Putain. Il pouvait la dénoncer. Peut-être qu'il voulait la dénoncer. Elle avait intérêt à s'assurer du contraire.

Roxane se figea soudain, tel un loup aux aguets. Une petite mélodie très lointaine lui parvient. Une sonnerie de portable. Il y avait des risques que ce soit celui d'un des trouillards qui sillonnent toujours l'endroit à la recherche d'un clown inexistant, alors Roxane se força à se décontracter - bien qu'elle ne parvienne pas à faire disparaître sa mine crispée - avant de se diriger d'un pas vif vers la source du bruit. Elle parvint à un lieu un peu plus en hauteur du site qui offrait une vue sur une bonne partie de la fête foraine. Personne. Il n'y avait absolument personne. Elle serra de dépit la lampe torche entre ses doigts et commençait à rebrousser chemin quand un doute s'imposa à elle. Est-ce qu'il n'y avait vraiment personne ? Tout lui disait que oui. Pourtant une sorte de doute, un petit je-ne-sais-quoi la titillait. Elle se mordit les lèvres, pensive. Ça ne coûtait rien de vérifier, après tout. N'est-ce pas ? Au mieux il n'y avait réellement personne et elle s'en irait chercher ailleurs, au pire elle tomberait sur un des acolytes de joli-cœur et n'aurait aucun mal à le convaincre qu'il avait rêvé - car non, un aimant humain, c'était tout bonnement impossible, hahaha !

- Ha-ha-ha ... marmonna froidement Roxane en écho à ses pensées.

Elle se sentit stupide. Il n'y avait personne ici. Qu'est-ce qu'elle voulait vérifier, qu'elle pouvait étendre son pouvoir sur les ectoplasmes ? Elle n'arrivait pourtant à faire taire ce doute ridicule. Aaah, allez, comme ça ce sera fait, elle pourra regarder les pièces de monnaie perdues par les clients collées au creux de sa main et être pleinement convaincue que l'endroit était désert. Roxane ferma les yeux et se concentra, agacée contre elle-même, et leva finalement la main devant elle. Allez, pas plus de trois mètres alentours. Comme elle le prévoyait, rien ne se passa. Mais elle sursauta brusquement lorsque, sans prévenir, le contact d'un poignet orné d'une montre se fit au creux de sa main sans qu'elle ne voie personne devant elle ! Une petite montée d'adrénaline la submergea, et le propriétaire du poignet invisible se matérialisa soudain, comme sorti de nulle part. Elle n'avait rien compris à ce qui venait de se passer et ne voulait pas comprendre. Elle avait joli-cœur entre les mains, c'est tout ce qui comptait. Elle planta ses yeux froids dans les siens.

- Tiens donc, lâcha-t-elle d'un ton glacial.

Alors il se cachait. Il avait peur qu'elle lui tombe dessus avant qu'il ne puisse la dénoncer, c'est ça ? Eh bien malheureusement pour lui, c'était fait. Roxane lâcha son poignet et, de l'autre main, agrippa violemment son col.

- Écoute-moi bien, toi, vociféra-t-elle. Qu'il te prenne la mauvaise idée d'aller ouvrir ta gueule et moucharder à la police des kaikis, et je te garantis que je te refais le portrait !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Seiji Mokushi
@ Kaiki niveau 3 - Section Science
@ Kaiki niveau 3 - Section Science
avatar


Masculin Messages : 101
Métier désiré : Biologiste
Humeur : Lunatique

Fiche d'identité
Pouvoir: Créateur d'illusion.
RP en cours:

MessageSujet: Re: Mauvaise foi nocturne • Seiji Mokushi.   Lun 29 Oct - 20:04





Lui qui avait espérer passer entre les mailles du filet... C'était pourtant le cas Avant qu'elle ne fasse usage de son don. L'étonnement du jeune homme fût tel qu'il en perdit la maîtrise du sien et apparaissait enfin à ses yeux. Soudain, tout semblait s’enclencher dans sa tête, chaque maillon d'une chaîne pour ne former plus que cette chaîne. Couvre-feu. Cotte de maille. Un code ? Il regardait un instant sa montre qu'elle tenait fermement et lorsqu'il reposait ses yeux dans ceux froids de la jeune femme, elle lui empoignait déjà le col. Qu'elle était bruyante ! La manière dont elle l'avait attrapé ne lui plaisait pas et il lui fit savoir aussitôt. D'un coup de main, il saisit son poignée et fermement il la gardait dans sa main froide. Lentement il se penchait sur elle et lui sifflait quelques mots, des lumières venaient vers eux.

- Fermes la... T'as attirée ces chiens.

Son timbre de voie avait changé, plus qui avait été jusqu'à présent plutôt amical, il avait perdu tout son charme pour dévoiler un côté assez sombre de sa personnalité. Soudainement sérieux, agacé probablement même qu'on vienne perturber ses plans. Il lâchait enfin le poignée qu'il avait attrapé, l'ôtant de son col par la même occasion avec dédain. Avant que les lumières des deux agences puissent arriver jusqu'à eux, Seiji fit de grands gestes avec ses mains, comme s'il essayer de tirer un rideau sur le petit chemin qu'ils avaient utilisés pour venir à cette plate forme naturelle et sur élevée. La mâchoire serrée, il se reculait par la suite de quelques pas pour observer l'étrange drapement léger qui semblait couper ce monde en deux. Probablement que Seiji ne les voyait plus et que eux aussi, mais ils pouvaient encore entendre le bruit des pas et les voix. D'un regard noir, le jeune homme fixait aussitôt la rebelle, si elle ouvrait la bouche à ce moment, il se jurait de lui refaire lui même le portrait. Sans un mot et le plus lentement possible il se dirigeait vers son terrain de jeux pour y faire apparaître quelques produits de sa création. Il avait décidé de laisser le clown au placard et de voir un peu plus sombre. Rien de tel qu'une petite armée de zombies pour faire entendre des cris et attirer l'attention des forces de l'ordre ailleurs qu'ici. C'est alors que ses doigts semblaient pianoter l'air nocturne et que peu à peu le site accueillie de nouveaux occupants à l'allure macabre. L'effet ne se fit pas longtemps désirer, un des couples de tout à l'heure eut la chance de tomber assez rapidement sur un trio d'illusion. Le cris aigu de la jeune fille raisonna dans la zone où ils étaient et Seiji fut ravit de ce qu'il entendu par la suite.

-Tu as entendu ? S'était quoi ?
-Probablement les gamins qu'on cherche. Deux Kaikis. Allez viens, y a rien ici tu vois bien !
-Raah ! Rappelles moi déjà pourquoi c'est nous qui devons chercher ses monstres …
-Peut être bien parce qu'on est vue comme les bleus du service de nuit encore.
-Vivement l'arrivée des nouveaux !
-Ah ça, j'te fais pas dire ! A nous les gâteaux, le café et l'écran plat !


Ils en faillaient apparemment peu pour être heureux à ces deux là, peut être tout autant pour leur faire peur. Sans la regarder et toujours en agitant ses doigts comme un marionnettiste pourrait le faire pour animer ses poupées, notre maître en l'illusion aux yeux et au sourire malicieux voir probablement pervertie par la mauvaise graine qui était dans ses gênes, adressait à la blondine une invitation à venir jouer avec lui.

- T'as envie de t'amuser un peu ? Viens donc jouer au Fais-moi peur... Je paris que je te bats les yeux fermés à ce jeu la Miss Moyen-Âge.




Revenir en haut Aller en bas
Roxane Verlet
Kaiki niveau 3 - Section Droit

avatar


Féminin Messages : 38
Métier désiré : quelque chose qui lui permette de faire valoir les droits des kaikis. Probablement avocate.
Humeur : maussade.

Fiche d'identité
Pouvoir: Magnétisme.
RP en cours:

MessageSujet: Re: Mauvaise foi nocturne • Seiji Mokushi.   Lun 5 Nov - 14:25


Roxane écumait de rage. C'est à lui qu'elle intimait l'ordre de se taire et il avait le culot de lui répondre de la fermer ?! Elle n'eut toutefois pas le loisir de s'énerver davantage, la fin de sa phrase la fit effectivement taire. Elle n'avait aucune idée de qui étaient les "chiens" dont parlait joli-cœur, ses potes un peu trop collants ou des abrutis de policiers, mais le résultat de l'équation était le même : problèmes. Elle fit volte-face, sans plus se soucier d'avoir la main sur le col du gêneur en chef de sa soirée, et aperçut des lumières s'approcher au loin. Probablement des faisceaux de lampes torches. Il y en avait deux, ce qui signifiait bien que des policiers progressaient dans leur direction. Les couples de trouillards qui écumaient la fête foraine n'en avaient qu'une pour deux. Quoique ... Ç'aurait pu être eux qui débarquaient à quatre. Enfin, peu importe qui venait, Roxane pressait déjà son pouce contre son index, prête à utiliser sa technique inventée toute gamine pour mettre les ampoules hors service - la même dont elle avait usé pour éteindre tous les lampadaires qui bordaient le terrain. Mais à sa grande surprise, elle n'en eut pas le temps. Elle se contenta de fixer joli-cœur, stupéfaite, qui faisait de grands gestes dans les airs. L'envie de le railler la titilla, mais elle se retint. Les policiers approchaient. Elle allait replacer ses doigts l'un contre l'autre, position que la stupéfaction lui avait faite quitter, quand elle s'aperçut que ... ça ne servirait strictement à rien. Les flics auraient dû les voir à cette distance, et pourtant ils continuaient de fouiller les alentours à la lumière de leurs lampes comme si elle et joli-cœur n'avaient jamais été là. Joli-cœur, d'ailleurs ! Est-ce que c'est lui qui avait fait ça ? Roxane, osant à peine bouger, glissa le regard dans sa direction. Il exécutait d'autres mouvements étranges dans le vide, très vite suivis par un hurlement strident à l'autre bout de la fête foraine. Une diversion, hein ? Bien sûr, les deux abrutis en uniforme foncèrent en direction du cri, les laissant enfin en paix. Roxane laissa passer quelques dizaines de secondes pour être absolument sûre d'être hors de portée d'oreille, et se tourna vers joli-cœur, le dardant d'un regard accusateur. Oh, l'espèce de ... ! Elle jeta rageusement sa clope éteinte par terre. Pourquoi est-ce qu'il avait fait la sourde oreille aux allusions qu'elle avait faites, hein ? Surtout celle du couvre-feu. Pourquoi est-ce qu'il avait feint d'être totalement normal - humain - à ce moment-là ? Il n'aurait pas pu lui montrer d'une manière ou d'une autre qu'ils se comprenaient, non ? Ça leur aurait évité bien des problèmes ! Visiblement, ni l'un ni l'autre ne se comprenaient comme ils l'auraient dû depuis le début, c'était bien ça le problème. Roxane s'était énervée pour rien, et elle détestait ça. Pour la peine, elle ne s'excuserait même pas. Enfin, pas oralement du moins.

L'envie lui prit d'abreuver joli-cœur de toutes ces questions, mais au lieu de ça, elle fourra ses mains dans ses poches et tira une mine renfrognée. Ses soirées se barraient rarement en sucette à ce point-là. Et surtout à cause d'une seule personne. Elle le fixa, mi-lassée mi-agacée, tandis qu'il lui proposait de continuer à s'amuser sur ces deux idiots de flics. Elle secoua la tête. L'invitation se heurtait à un de ses principes élémentaires : la justice. Même s'il lui arrivait fréquemment de s'énerver en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire, comme en témoignait sa réaction quelque peu excessive lorsqu'elle avait cru que joli-cœur cherchait à la dénoncer, Roxane avait toujours pensé que la différence que leur avait octroyé la nature - ou l'ironie divine ! - ne les autorisait en rien à se sentir supérieurs vis-à-vis de ceux qui n'en étaient pas dotés. En bref, elle n'utilisait jamais son pouvoir sur des humains, à part pour se défendre. C'est pourquoi l'idée de profiter de l'avantage qu'ils avaient dans cette situation pour terroriser deux pauvres flics ne l'inspirait en rien. Elle se contenta se tourner les talons et hausser les épaules.

- Non merci. Envie de m'amuser, certes, mais pas comme ça.

Catégorique. Puis Roxane lui épargnait, ainsi qu'à elle-même, des justifications digne d'une première de la classe, genre "c'est injuste et inutile, gnagnagna". N'empêche qu'elle n'en pensait pas moins. Elle fit quelques pas puis s'arrêta, ne pouvant s'empêcher de retrouver un ton railleur malgré la déception de voir sa soirée d'entraînement terminée prématurément.

- Miss Moyen-Âge elle va sûrement aller finir sa soirée ratée au K-Paradise. Alors ... (elle fit semblant de réfléchir) ... elle dit "grouille-toi" à joli-cœur s'il veut se ramener aussi, ou bien elle lui dit "salut" s'il veut rester jouer ici.
Revenir en haut Aller en bas
Seiji Mokushi
@ Kaiki niveau 3 - Section Science
@ Kaiki niveau 3 - Section Science
avatar


Masculin Messages : 101
Métier désiré : Biologiste
Humeur : Lunatique

Fiche d'identité
Pouvoir: Créateur d'illusion.
RP en cours:

MessageSujet: Re: Mauvaise foi nocturne • Seiji Mokushi.   Dim 11 Nov - 0:11





Dans une ambiance macabre, Seiji, l'apprenti maître des illusions s’exerçait à faire naître de la terre sombre de multiple cadavres errants, traînant leur carcasse décharnée entre les lugubres manèges de la fête foraine. Une fois son décor posé, satisfait, il croisait les bras en attendant la réponse de Miss Moyen-Âge qui ne tarda justement pas à se faire entendre. Apparemment elle n'avait pas envie de jouer à ça, Seiji haussait les épaules, de toute façon il n'avait pas prévu de partager son passe temps à la base ce soir. Se retournant légèrement vers elle pour la voir partir, il ne prit même pas le temps de comprendre que sa présence pour la suite de la soirée ne semblait pas déranger celle-ci. Un silence se fit de quelques instants et la suite fit apparaître un sourire sur le visage de « joli-coeur ». Tic maladif. Sa main droite passa dans ses cheveux comme s'il avait envie de chasser des mèches invisible. Geste crétin. Il le savait. Lui même détestait ce geste et pourtant dans ce moment là, celui-ci pouvait passer comme un geste anodin et à la fois caricatural.

- Joli-coeur, hein ? Hum. Je sais pas. J'aime pas …

Que ne savait-il pas ? Qu'aimait-il pas ? L’appellation « Joli-coeur » ou bien la proposition d'aller traîner dans un repère de jeunes gens dans le même cas qu'eux, c'est à dire des non-humains. Seiji n'était pas le genre de garçon à traîner dans ce genre de lieu. Peut être le genre un peu trop solitaire qui sourit et se force à rester avec des individus qui n'ont rien en commun avec lui. Après tout, en général, il traînait avec des simples humains en s'arrangeant pour paraître comme eux. Souci d'identité ? Fantaisie étrange ? Manque ? Conscience distordue ? Non. Juste une envie de vivre dans un autre monde. Chose idiote avec le don qu'il avait, Seiji pouvait faire ce qu'il voulait de sa vie et pouvait perdre qu'il voulait. De plus, il était bon en ce domaine, arrêter, renier ce don pour être un simple humain ne rimait à rien. L'espèce humaine rêve toujours d'avoir ce qu'elle n'a pas, bien rare ceux qui sont sage et sont satisfait du peu qu'on leur donne. Seiji faisait donc parti de ces jeunes aveugles et mal dans leur peau à cause de leur différence. Si seulement il n'y avait que ça... Tout était si compliqué. Chassant c'est idées noirs, il fit claquer sa langue à son palais tout en regardant Roxane.

- Tu crois vraiment que j'vais suivre une fille que je viens de rencontrer dans une fête foraine la nuit ? Qui parle à la troisième personne en plus... Avec en bonus le fait que je connais même pas son nom ? Ah ah... Laisse moi rire...

Se frottant la nuque, intéressait par la proposition de la jeune femme, Seiji hésitait néanmoins à la suivre. Aller au K-Paradise ? Pour faire quoi ? S'asseoir dans un sofa rouge dans une ambiance sombre avec de l'alcool et de quoi fumer ? Seiji savait très bien comment il serait au bout de quelques heures dans un tel lieu. Il serait tellement à l'aise que la présence féminine lui donnerait envie de faire quelques dérapages. Quelques dérapages avec des filles Kaikis ? Un frisson le parcouru et une image de femme lézard sur lui fut probablement l'image la plus horrible qu'il pouvait avoir à cet instant. Glissant les mains dans ses poches, avec une petite moue il préférait décliner l'invitation pour ce coup là, bien que si on le forçait un peu, Seiji aurait probablement suivit Roxane par pur curiosité.

- Une prochaine fois peut-être Miss Moyen-Âge. Je suis pas à l'aise avec les autres Kaikis.

Depuis qu'elle avait révèle son don, Seiji avait gardait une certaine distance avec elle. Pas très grande, pourtant elle était là, d'un ou deux mètres, probablement même trois. Maintenant qu'il savait très clairement qu'elle était une Kaiki, il avait bien envie de lui demander de l'oublier, qu'il n'avait rien à lui offrir que ce soit un simple service entre Kaikis ou bien une amitié. Énervé, il lui aurait probablement dit aussi clairement qu'il l'avait fait taire quelques minutes auparavant. C'était quand même un drôle de garçon qu'elle avait devant elle, la jeune Roxane. Il lui demandait de participer, puis décliner son invitation et enfin commençait à bouillir pour presque rien. Comportement typique d'une personne instable qui ne sait pas encore où est sa place. Un nouveau cri déchirait l'ambiance nocturne et Seiji, dans un pauvre sourire lassé de tout amusement mit fin à l'invasion des zombies d'un claquement de doigts. Adieu Dame Illusion, bonsoir belle désillusion... Le dos légèrement voûté à la manière d'un faussaire, le jeune homme descendait de son podium pour gagner la limite du parc pour quitter celui-ci. Tout en s'allumant une cigarette, il laissait son esprit divaguer et dans un dernier regard vers la jeune femme, il lui indiquait une sortie plutôt proche et sécurisée.

- Viens si tu veux. Y a une sortie par là, tu croiseras pas ces zozos. Mais c'est la dernière fois que j'te sauve les fesses.




Revenir en haut Aller en bas
Roxane Verlet
Kaiki niveau 3 - Section Droit

avatar


Féminin Messages : 38
Métier désiré : quelque chose qui lui permette de faire valoir les droits des kaikis. Probablement avocate.
Humeur : maussade.

Fiche d'identité
Pouvoir: Magnétisme.
RP en cours:

MessageSujet: Re: Mauvaise foi nocturne • Seiji Mokushi.   Dim 11 Nov - 18:23


En attendant qu'une réponse lui parvienne, Roxane plongea la main dans sa poche à la recherche de son paquet de cigarettes déjà bien entamé. Elle en glissait une entre ses lèvres quand les premiers mots de joli-cœur lui parvinrent. « Joli-coeur, hein ? ». Ouais. Joli-cœur. Lui l'appelait bien miss Moyen-Âge, alors elle n'avait aucune raison de se priver de cette fantaisie. Puis de toute manière, le surnom lui allait plutôt bien. Elle alluma sa troisième clope de la soirée en tendant l'oreille à la suite. Et profita d'être encore dos à lui pour tirer la langue en levant les yeux au ciel.

- Bah on pourra pas me reprocher de pas avoir voulu m'excuser. Puis t'as qu'à continuer à m'appeler miss Moyen-Âge, ça à l'air de bien te brancher.

Sans trop savoir pourquoi, elle se retourna pour lui faire face, bien qu'elle était initialement partie pour quitter les lieux. Elle plissa les yeux en l'étudiant autant que l'obscurité le lui permettait. Il avait l'air d'hésiter, joli-cœur. Sincèrement, elle ne comprenait pas son revirement. Ça sonnait quand même mieux d'aller prendre un peu de bon temps au milieu de ses semblables plutôt que de rester là pour le plaisir de terroriser une bande de bouffons, non ? Et pourtant, il ne semblait pas très chaud à la perspective de ce programme. Bah, songea Roxane en haussant les épaules, c'était son affaire. Elle avait autre chose à penser. S'il ne voulait pas, elle rentrait chez elle et ce serait tout. Pas de quoi se prendre la tête. À moins que ce ne soit l'idée des possibles excès tabagiques ou alcooliques de la soirée qui le repoussaient. C'est sûr qu'elle, elle n'était plus vraiment familiarisée avec cette notion-là. Quand on a une mère dotée de la capacité de guérison instantanée, on peut fumer trois paquets par jour ou s'enfiler une bouteille cul sec sans plus de soucier du raccourcissement d'espérance de vie que ça pourrait entraîner. Elle y était si accoutumée qu'elle en oubliait parfois que ce n'était pas le cas pour le monde.

Mais ce n'était pas ça le problème. C'était justement la proximité de leurs semblables, d'après ce que venait d'entendre Roxane. Ça l'étonnait franchement, et ce serait mentir que de dire que ça ne mettait pas son côté réflexionniste philosophique en marche. Mais bon, l'heure n'était pas aux dialogues du genre et si sa décision était prise, ce n'était pas elle qui allait perdre son temps à essayer de le faire changer d'avis.

- Comme tu voudras.

Roxane voulut tourner les talons pour quitter définitivement l'endroit mais se ravisa une seconde fois. Voilà que joli-cœur lui conseillait une sortie qui lui permettrait de s'en aller d'ici sans être vue. En revanche, la fin de sa phrase lui plut nettement moins. Elle fronça les sourcils, tout son énervement revenant au galop. Il était culotté, celui-là. Certes, c'était un peu de sa faute si les bleus du service de nuit de la police des kaikis était venu faire un tour dans leur direction, mais elle ne savait même pas qu'ils étaient là - si ça avait été le cas, elle se serait abstenue d'entraînement pour ce soir. Et puis il ne l'avait pas vraiment laissée faire, non plus, quand ils avaient failli se faire prendre. Elle lui proposait d'une manière un peu détournée quelque chose pour s'excuser, il déclinait l'invitation et en plus il croyait qu'elle était dépendante de lui ? Roxane serra les dents. Il se fourrait le doigt dans l'œil. Elle s'était introduite ici sans l'aide de personne, et se tirerait d'ici sans l'aide de personne.

- Tu sais pas ce que tu veux, toi, grinça-t-elle, un peu agacée. En tout cas sache que je n'ai besoin de personne pour me "sauver les fesses", je sais très bien me démerder toute seule. Et puis j'ai déjà une dette envers toi, alors j'aimerais autant m'arrêter là pour ce soir.

Elle lui souffla sa fumée au visage, histoire de le provoquer un peu, avant d'achever :

- Sur ce, à la revoyure, joli-cœur.

Et, sans attendre de réponse et sans plus se soucier de la sortie qu'il lui avait conseillée, elle piqua un sprint vers le grillage le plus proche, situé à une douzaine de mètres de là. Quand l'écart entre elle et la structure métallique ne fut plus réduit qu'à deux mètres, elle sauta ; et, d'un bond surhumain, elle atteignit le haut du grillage. Ses ondes magnétiques y étaient pour beaucoup dans ce pied-de-nez à la gravité : sans elles, elle n'aurait pas pu parvenir aussi haut. Elle se balança de l'autre côté du grillage et atterrit lourdement. Enfin sortie de cette fête foraine à la con. Roxane fourra ses mains dans ses poches et s'éloigna d'un pas tranquille, prenant la direction de chez elle. Si joli-cœur prenait ses habitudes ici, elle allait devoir trouver un autre terrain d'entraînement nocturne. Elle espérait bien que toutes ses soirées ne ressembleraient pas à celle-ci.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Seiji Mokushi
@ Kaiki niveau 3 - Section Science
@ Kaiki niveau 3 - Section Science
avatar


Masculin Messages : 101
Métier désiré : Biologiste
Humeur : Lunatique

Fiche d'identité
Pouvoir: Créateur d'illusion.
RP en cours:

MessageSujet: Re: Mauvaise foi nocturne • Seiji Mokushi.   Mer 28 Nov - 13:00



Levant les yeux au ciel, il faisait mine d'écouter la jeune fille, déjà lasse de l'entendre. Non pas qu'elle était inintéressante, car jusque là elle avait quand même une assez bonne poigne, mais le blabla qu'elle était en train de déverser ressemblait plutôt au discours commun que sortait la majorité des filles de caractère du coin. Lorsqu'elle l'appela par une nouvelle fois « Joli-coeur » il laissait un sourire amusé étirer ses lèvres tout en soufflant un petit nuage de fumée. Un courent d'air vient attirer son attention et le poussa à regarder une nouvelle fois en direction de la jeune fille. Du moins, il n'eut pas besoin de tourner la tête, car celle ci passa à grande vitesse à côté de lui, sauta et passa avec une facilité déconcertante le grillage. Seiji en fut tellement surprit qu'il en perdit sa cigarette et se brûla maladroitement en voulant récupérer celle-ci. Une fois celle-ci de nouveau en main, placé au pied du grillage, il tira une nouvelle fois sur sa cigarette avant d'observer plus attentivement le grillage, puis la jeune fille qui s'éloignait du lieu. Plissant les yeux dans l'obscurité, il laissait échapper de ses lèvres quelques mots qui laissaient présager qu'ils se recroiseraient.

-Alors toi. Miss Côte-de-maille, tu caches bien ton jeu...

Il comptait par la suite filer à son tour, mais une voix féminine dans son dos l'appela et lorsqu'il se retourna, il eut la bonne surprise de voir l'un des couples qu'il avait égaré. Ne pouvant faire autrement, il les suivit et finir par retrouver le dernier couple. Ensemble, ils reprirent la sortie qu'ils avaient emprunté pour entrer ici. Les jeunes gens étaient plutôt calme et peu disposait à parler jusqu'à ce que l'un des garçons commença à parler des deux agents qui zonaient dans le coin.

-Vous aussi vous les avez vu ?
-Oui ! Ils ont failli nous coincé à cause de cet idiot !
-Hé ! J'y peux rien si cette canette a grincé... Puis qu'est ce que fout une canette parterre ?!
-Pfff...
-Que veux-tu y as des anomalies... La nature t'as bien laissé sans mutation toi.
-Ah ! Ah ! Si ça se trouve ils étaient venus pour toi !
-Vous êtes lourds avec ça, c'est une excroissance, rien de plus !
-Ah ! Ah ! Tu pourrais nager plus vite avec !
-Ah ! Ah !
-Mais fermez la vous deux et laissez le tranquille ! Seiji ? Ça va ? Tu dis rien... Elle est où la fille qui était avec toi ?


Un silence s'installa et Seiji fit comme s'il n'avait pas entendu la question de la jeune lycéenne. Puis les gens, surpris qu'il ne réponde pas s'arrêtèrent de marcher et la jeune fille qui lui avait posé la question lui attrapa le bras. Avec un air faussement surprit, Seiji la regarda, puis ses yeux posèrent en revu les gens derrières elle. Il prit alors la cigarette qu'il avait en bouche et fit comme s'il avait été ailleurs.

-J'y pense, les gars, ils étaient peut être venu pour elle... Elle était bizarre.
-N'importe quoi ! Bizarre en quoi ?
-Mais si j'te jure, elle était super pâle !
-Et ? Tu crois que s'était un vampire ?!
-Ah ! Ah !
-Pfff... Vous êtes bêtes !
-Sei l'a mangé alors !


Blasé d'entendre telles bêtises, il prit le temps de terminer sa cigarette avant de reprendre la route et de leur dire tout simplement.

-C'était une fille banale. Elle avait juste envie de se faire une petite frayeur toute seule. Elle est déjà bien plus courageuse que vous. Elle venait de partir quand vous m'avez rejoint. Elle commençait tôt demain et on a rien vu d’intéressant.
-Comment ça plus courageuse que « VOUS » ?! T'es compris dans le lot !
-Il se colle pas aux filles lui quand il a peur ! Pas comme toi !
-C'est vrai ? Vous avez rien vu ?! Nous on a vu de sacrés trucs...
-Ouais... J'aurais juré voir des zombies...
-C'était des zombies !

Alors que la discutions avec les jeunes gens avaient reprit, Seiji s'emmurait de nouveau dans son silence. Songeur, il n'avait pas la tête à jouer encore avec eux et n'avait qu'une hâte, s'était retrouver son lit. Peu à peu, chacun rentrait donc chez lui et Seiji n'eut pas trop de mal à regagner sa chambre pour si jeter et terminer sa nuit.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mauvaise foi nocturne • Seiji Mokushi.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mauvaise foi nocturne • Seiji Mokushi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Sidney est une mauvaise fréquentation.
» Escapade nocturne [Galyana]
» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]
» Combat nocturne ou dans des lieux plus que sombres.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1 :: Corbeille V.3/V.4 :: Sujets divers-