Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1
Bienvenue à Konoha High School !
Depuis les événements dramatiques de 2011, beaucoup de choses ont changées... Une étrange bactérie du fond des océans vint semer la zizanie et les humains ne sont plus vraiment pareils... La ville de konoha, 25 ans plus tard, sous le signe du chaos et d'un régime totalitaire, venez vivre l'aventure !
Oserez-vous vivre dans un monde où la normalité n'existe plus ?



 

Partagez | 
 

 Please, don't kill me mister méchant ! [Juda-Arsen Spencer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Juda / Arsen Spencer
Section droit / Section médecine / Kaikis niveau 3

avatar


Masculin Messages : 8

Fiche d'identité
Pouvoir: Aucun
RP en cours:

MessageSujet: Please, don't kill me mister méchant ! [Juda-Arsen Spencer]    Dim 3 Juin - 3:50

○ AVATAR :

○ NOM : Spencer

○ PRENOMS : Juda&Arsen {Arsène}

○ SURNOMS : Ice&Ace [ou Jud', D',J' & Ars', A', N']

○ ÂGE : 18 ans, sont jumeaux

○ DATE DE NAISSANCE : 10 juin

○ LIEU DE NAISSANCE : Paris, France.

○ ORIGINES : Franco-Américaine {Texas}

○ CLASSE : 1er cycle. Droit pour Juda, médecine pour Arsen.

○ ORIENTATION SEXUELLE : Juda est homosexuel, mais ne l'assume pas au point de se faire passer pour un hétéro homophobe. Arsen est comme son père, un trou est un trou, avec une préférence pour les filles.

○ METIER (ACTUEL ou ENVISAGÉ) : Juda veut devenir Procureur ou flic & Arsen veut devenir Procureur ou médecin légiste.

Pouvoir


Type : Physique
Pouvoir : Rapidité de l'éclair Plus&Minus
Comment je me débrouille avec : Juda: J'adore ce truc ! C'est tellement pratique. Il suffit que j'entre en contact avec mon frère, par la main, pour que l'on puisse être plus rapide encore que Flash ! Seul inconvénient, c'est que je dois lui tenir la main >> le toucher quoi. Et puis perso, je le maitrise parfaitement. Sans lui, je cours plus vite qu'un homme lambda.
Arsen: HAAAA >> La peste soit de ce putain de pouvoir de merde. Il me fait gerber à chaque fois. CHAQUE FOIS ! Je déteste l'utiliser. Je suis tellement pas à l'aise. Mais je n'ai pas trop le choix. Mon frère adore. On court super vite, les cheveux au vent...tu parle. C'est mes tripes qui sont contentes
Mes inconvénients : "On peu rien faire l'un sans l'autre. Oui, on court plus vite que les autres de toute manière, mais cela ne nous empêche pas d'être comme une personne normale si l'on ne se touche pas. Autant dire que c'est utile que si on est les deux...Ha et >> t'as intérêt de fermer la bouche ! Sinon c'est les insectes qui sont heureux..."


Physique

« C’est à vous. Monsieur…Spencer. » « Lequel ? » « Ha…oui…heu… » Le docteur, un homme de taille moyenne, plutôt bien foutu pour son âge, une petite quarantaine probablement, remonte ses lunettes de son majeur, pour déchiffrer sa propre écriture sur le calepin qu’il tient dans la main. « Youda… » « On connait pas… » « Jiouda » « On voit pas. » « JUDA !!! » « On s’calme…on arrive » Les jumeaux se regardent et sourient, bien que le Juda n’a pas l’air d’être très ravi, la mine plus renfrognée que son frère. « J’arrive… Se levant à contrecœur, il soupir, le vague à l’âme, trainant exprès des pieds.

Un grand blond s'avance dans le cabinet de l'infirmier. La visite médicale, encore et toujours. Ce n’est pas facile pour lui, car il déteste se faire tripoter par un homme. Mais cette visite mensuelle est obligatoire pour les jumeaux. Ils se ressemblent énormément, mais sont au final si différents.

« Mettez-vous là. »Il lui désigne le mur où est accroché le mètre pour mesurer les patients. « Là ? » Juda accole sa haute silhouette maigrichonne contre le mur froid, frissonnant légèrement et voyant sa pilosité se dresser sur ses avants bras. « Oui...là. Ne bougez pas... » Le gamin ne semble pas à son aise et se trémousse un peu, comme gêner par un vêtement imaginaire. Sa mine toujours renfrognée, il regarde le médecin dans les yeux. « J’ai pas grandi…alors ça ne » Le docteur fait descendre la petite barre de bois sur la tête du géant et regarde, se mettant sur la pointe des pieds pour bien voir le chiffre. « Je ne veux pas vous faire de peine, mais …oui » « Non » « si » Un rire nerveux sort des lèvres bien dessinée du texan, avant qu’il ne regarde le médecin et pose la question assez sérieusement « C’est une blague hein ? » « He…non » « Sisi… » Le médecin semble désolé, secouant la tête, il regarde à nouveau le chiffre qu’il vient de noter sur son calepin « Un mètre quatre-vingt-dix. Vous avez pris…voyons…deux centimètres en un mois. » Il soupir, le jeune, soupir et laisse sa tête aller en arrière contre le mur derrière lui « Shit » « Désolé… » Ses yeux gris se posent sur l’homme en blouse blanche. « C’est pas vot’faute… »

Après avoir sortit une sorte de vieille machine de torture, qui en fait était une ancienne balance avec contrepoids, le doc se tourna vers Juda. « Bien grimpez là-dessus. » A nouveau , le blond soupirait bruyamment, remuant d’un pied sur l’autre. « On ne bouge pas ! » Il cessa, pour recommencer à nouveau « J’ai dit…on ne bouge pas »Le blond essaie, le temps pour les chiffres de s’afficher, mais avant que le docteur ait pu relever, il se remet à se trémousser « STOP ! » « J’ai besoin de pisser putain ! » Le docteur semble se résigner et lui pointe la porte du doigt « Allez-y, après tout, les chiffres seront plus exacte… » Le géant n’attendit pas la fin de la phrase que déjà, il avait disparu dans le couloir.

Au bout d’au moins vingt minutes d’attentes, alors qu’il allait voir où en était le jeune, la porte s’ouvrit, manquant claquer le nez du pauvre japonais.

« J’ai cru que vous n’alliez jamais revenir… »Juda semble un peu…presque comme honteux semblait-il, les joues légèrement roses, tandis qu’il se frottait l’arrière de la nuque. « J’ai voulu…après j’ai vu mon frère qui m’a fait remarquer que j’étais en…calbute. » « Enfin…remettez-vous en place et ne bougez pas cette fois. Docilement, et peut-être parce qu’il se sentait encore un peu con, Juda se mit en place et se tint tranquille pendant que le doc mettait le chiffre sur son calepin. Il avait l’air si sérieux que cela fit peur à notre texan qui se mit à gesticuler, avant d’oser « Doc ? J’ai perdu….c’est ça ? Il releva les yeux par-dessus ses lunettes, hochant presque imperceptiblement la tête « J’ose me demander si vous vous nourissez…Ou alors est-ce à cause du don ? » « Combien ? » « Soixante-dix-neuf » « C’est pas possible ! Je serais… » « C’est votre poids…pas ce que vous avez perdu ! » « Ca fait quand même hyper…je pense que c’est le don ouep. J’arrête pas de bouffer comme un porc alors… »
Puis le médecin posa son calepin et alla chercher des gants de latex bleus qu’il enfila lentement. Son regard brillait d’une lueur perverse. C’est ce que voyait Juda, alors que la réalité, il ne faisait qu’enfiler les gants pour pouvoir continuer son job. Mais Juda voyait la réalité parfois, de manière légèrement déformée par sa phobie des hommes.

« Bien… » « Merde…t’approche pas mec…sérieux » Méfiant, il lui était même arrivé par deux fois de cogner le médecin, qui laissait couler, car lui aussi avait un don, celui d’encaisser le sale caractère de Juda et les avances de Arsen. Et puis malgré sa petite taille, il était un ancien boxer et finissait toujours par prendre le dessus, quoi qu’il arrive. « La jouez pas cowboy Juda…s’il vous plaît. Rappelez-vous la dernière fois. Je n’ai pas envie de devoir vous refaire des sutures… » Le blond s’était replié derrière la couchette d’examen, où il aurait dût se trouver normalement. « Si vous approchez doc, je vous assure que j’vous bute. Jvous JURE que jle fais. » Le japonais leva les mains en l’air, tentant de calmer le fougueux, comme à chaque fois. « Vous savez bien Juda, que depuis le temps, je n’ai pas de désir envers vous…ni même envers n’importe quel homme. » Juda ne semblait pas être d’accord. « Vous pouvez pas vous contenter de dire que je suis grand, maigre, cheveux courts blonds, yeux gris, grand putain de pif et lèvres rouges ? Sexe masculin et grand même si vous voulez. Mais pitié pas ça ! » Mais rien n’y fit. Après un pourparler de près d’une demi-heure, le docteur finit par perdre patience et attacha le pauvre herse à la couchette, le laissant rager jusqu’à ce qu’il se calme et enfin, il put tâter ses testicules, voir si tout allait bien. C’est un Juda aux joues roses et à la mine encore plus renfrognée qui se rendit vers son frère, replaçant sur son tatouage, le même que Arsen, son t-shirt trop large. Pas un mot ne fut échangé, car Arsen savait pourquoi son frère faisait la gueule et il riait intérieurement.

« Alors Doc ? Il vous a encore fait des misères ? » Il était en train de se dévêtir, ne prenant même pas la peine de fermer le rideau. « Gardez votre caleçon Arsen. La dernière fois, j’ai mis trois heures à calmer ma secrétaire qui n’en pouvait plus de rire et se trémousser comme une adolescente en chaleur » Un rire rauque fusa. L’ado riait. Il avait le même rire que son père et le même timbre de voix, alors que son frère avait un côté plus doux dans la voix malgré son caractère semblable à un volcan. Les doigts du blond lâchèrent donc son boxer qu’il était en train de retirer. Il le remonta sur ses fesses musclées et s’avança vers le mur pour la mesure. Il connaissait par cœur. C’était sa routine. « Dites-moi que je suis plus grand que mon frère ! » C’était important pour lui. Il aimait la compétition et étant si peu doué avec leur pouvoir, il se rattrapait sur le physique, qui se voulait déjà plus musclé, bien qu’à peine, que Juda. « D’un centimètre. Un quatre-vingt-onze….je veux pas dire, mais vous êtes des monstres vous et votre frère…halala… » Il jubilait déjà le second Spencer. Son visage s’illumina « Et plus épais. Quatre-vingt… » Il effectuait une petite danse depuis la balance, avant d’aller s’allonger sur la couchette, jambes écartées. Un soupir de la part du doc et il glissa sa main dans le boxer après avoir enfilé ses gants. Tout allait donc bien pour le second Spencer, qui était si semblable à son frère, à deux trois détails près. La couleur de ses yeux, qui étaient bleu azur, sa musculature plus développée, entre autre. L’un des deux a un grain de beauté sur la fesse droite alors que l’autre c’est la gauche. C’est ainsi que l’on distingue l’un de l’autre. Autrement, mis à part peut-être le comportement, et encore il faut les connaître, ils sont trop pareils…





Caractère

Sérieux doc ? Vous voulez que je décrive mon frère ?

Le psychologue, un petit homme rachitique affublé de grosses lunettes était assis dans son fauteuil et regardait le blond en face de lui. C’était les sempiternels rencontrent entre les jumeaux et lui, lui qui s’assurait qu’il ne risquait pas de perdre la boule et qui gérait parfois leur crise de couple.

J’ai envie de tenter un nouveau truc…vous comprenez ? Un nouvel…exercice.

Arsen parait perplexe, mais finit par hausser les épaules.

C’est vous le doc’

il s’enfonce correctement et attends que son psychologue ne lui dise de commencer.

D’abord, j’aimerais dire que je ne veux pas que mon frère sache…avec son caractère, il va m’en vouloir toute sa vie. Et merde. Je n’aime pas quand il fait son râleur. Enfin…Je dirais qu’à la base, il est très gentil et doux. C’est difficile à croire quand on le voit comme ça. C’est vrai. Mon frère est un putain de rageur. Dès que quelque chose lui fait chier, PAF il rage. Plus que râler, je vous assure ! Et si ce n’était que ça ! Les paroles ne suffisent pas à calmer ses nerfs. Il à la main facile. Combien de fois il à détruit des trucs dans votre bureau ? Combien ? Ha…vous voyez ? On se bagarre rarement, mais c’est uniquement parce que je ne suis pas un violent…enfin pas dans nos rapports en tout cas. Sinon, je pense que l’on se serait déjà entre tué. Je ne sais pas ce qu’il a comme problème parfois. Car si je sais ce qui peux l’énerver par-dessus tout, je persiste à dire que je ne vois pas POURQUOI !

Et qu’est-ce qui énerve votre frère Arsen ?

Oh…je…peut-être qu’il vous l’aura avoué dans vos précédents rendez-vous. Je ne sais pas…et après tout. Il est gay. Oui. Gay. Mais ce n’est pas une faute en soi, moi, je m’en tape de ça ! D’autant que mon oncle l’est et que mon père a déjà eu des aventures avec un type. Et même ceux de sa bande. Et même moi, je ne crache pas sur les mecs, bien que je préfère les miss ! Donc. Mon frère est gay. Ouais. Mais ça, il ne le dira jamais. Il ne vous l’a pas dit n’est-ce pas ? Je le savais. N’abordez pas le sujet avec lui surtout…ou alors prenez des gants et ne dites pas que c’est moi qui ai craché le morceau. Donc. Je l’ai su dès qu’on est entré en âge de plaire aux filles et que j’ai moi-même commencé à vouloir plus que simplement jouer au docteur. BAISER quoi. Le premier indice, mon frère ne regardaient jamais les filles avec moi. Et quand je le lui ai fait remarquer, il m’a dit « Oh tu sais, je trouve qu’elles sont trop superficielles à cet âge » Et je ne me suis pas posé plus de question, car c’est vrai que Juda est du genre pas très ouvert à ceux qui ne pensent qu’à leur gueule. Généreux, je n’irais pas jusque-là, mais il n’est en tout cas pas radin. Donc. C’était le premier indice. Ensuite, est venu le jour où une fille, qui était vraiment amoureuse de mon frère, est venue le lui dire. Il l’a envoyée sur les roses. Je vous le dis. Et on se demandait tous pourquoi. TOUS. Cette fille était la plus belle de l’école. Et elle faisait partie de ses rares miss qui étaient naturelles et qui ne supportait pas les prises de tête. En fait, elle s’la pétait pas. Tout simplement. Alors quoi ? C’était quoi le problème. Et son explication vague « Mouais mais non. J’ai pas envie d’me caser » S’aurait pu tenir la route, mais jamais je ne l’ai vu se masturber pour des filles, devant un porno ou même pas de magazine ! Et puis bon…Il aurait bien pu être coincé, tout simplement, vu qu’il est plus réservé que moi qui ait pris, je l’avoue, plus de mon père. Mais lui, c’est…j’en ai parlé à papa et tout ce qu’il a fait, c’est rire. Je l’avais jamais vu rire autant. En fait, il se foutait de moi. Il l’avait remarqué depuis bien longtemps que mon frère aimait les hommes. Il a vu la manière qu’il avait de regarder Kyle. Kyle en plus ! Le type le plus violent que je connaisse. Sérieux. A se demander s’il n’est pas maso…donc ouais, papa savait. Et Benni aussi ! Parce que ce traitre lui avait dit ! Alors qu’à moi, son jumeau, il n’en avait pas par…quoi ? Non je…bon ouais je l’aurais probablement charrié un peu. Vous savez ce que c’est. Donc Juda est homo. Sauf que…hhh je ne sais pas comment dire les choses, mais…il est également homophobe !

Le psy le regarde, un sourcil haussé.

Quoi ? Hooo je ne suis pas con ! Je sais que c’est techniquement impossible, mais…comment dire…shit…ouais en fait mon frère joue l’homophobe pour cacher son homosexualité. Il pousse le vice parfois jusqu’à accepter de coucher avec une miss. Alors que ça le répugne ! Vous voyez le genre ? Et y a pas intérêt à ce qu’un mec ose poser sa main sur lui. Il finirait avec quelques dents en moins, voire pire. Ouais. C’est violent. Je ne sais pas s’il arrivera à passer au-dessus un jour.

Mais il n’y pas que cela chez votre frère ? A croire que c’est une tare que son homosexualité [/color ]

Ha non. Pas du tout. C’est que…ne déformez pas tout quoi ! Ce que je ne supporte pas, c’est le fait qu’il n’assume pas du tout en fait. Mais pas du tout du tout. Et c’est dommage. Avec sa gueule, il se ferait qui il veut sérieusement ! Pourquoi ne pas profiter. Et puis l’homosexualité c’est tellement courant aujourd’hui. Je comprends pas. Enfin bon. Autrement, mon frère, c’est le plus cultivé de nous deux. C’est pas difficile sachant que je passe plus de temps avec les filles qu’en cours. J’assume. Mais donc, il est plus cultivé que moi, moins bavard, plus sobre. On fume les deux, mais il fume moins. On boit les deux, mais il boit moins, voir pas parfois. Le mec idéal. Au lit, je ne saurais dire, mais je pense qu’il est doux. Mon instinct me le dit. Doux et romantique, peut-être un peu gêné au départ, à la limite du coincé, mais lorsqu’il se décoince, c’est quelque chose. Comment je le sais ? Je le sais c’est tout. En vie de couple, je ne connais pas assez mon frère en duo pour le savoir. Mais en tout cas, ce qui pourrait s’avérer dangereux, c’est son côté…heu…je sais pas comment vous dites dans votre jargon, parano ? Psycho…pathétique ? Je sais pas. On s’en fou. Ce que je veux dire, c’est qu’il peut devenir presque comme…dans les films là. Harceleur quand il aime vraiment une personne. Cela lui est arrivé une fois et s’aurait pu mal finir si Kyle n’était pas intervenu. Kyle…ce mec putain.

Vous ne l’aimez pas n’est-ce pas ?

Un geste furieux, chassant l’air d’une main.

On s’en fou. Je continue, on est pas là pour parler de moi. Mon frère est plus famille que moi. Je le suis déjà pas mal, aimant autant ma maman que Vanina, mais Juda, il ferait tout pour Vanina. C’est notre nouvelle maman. Il l’aime tellement qu’il a dit que si quelqu’un, même papa, lui faisait du mal, il le tuerait. Et je sais qu’il en serait capable. Oui…totalement. Il est aussi assez jaloux. Peut-être même trop. Il a ce besoin sans cesse de savoir que la personne en face l’aime. Je ne sais pas trop pourquoi. Même avec Vanina et papa, il a besoin de sentir leur amour pour lui. Peut-être qu’il n’est pas assez sûre de lui…il complexe sur sa sexualité et il m’a avoué une fois qu’il aurait voulu être comme papa et moi…mais il ne se rend pas compte que c’est pas facile tous les jours ?

[color =blue] Merci…heu…Arsen. Prenez une pause et dites à votre frère de venir me voir


Le jeune homme se lève et s’en va, fermant la porte avec ce semblant de lassitude sur le visage. Quelques minutes après, la copie conforme de Arsen entre dans la pièce, en plus fin et les pupilles d’une toute autre couleur.

Installez-vous. Voilà. On ne va pas passer par quatre chemins Juda. Aujourd’hui, un tout autre exercice. Parlez-moi de votre frère.

Ok. Heu. C’est Jed. Enfin. Papa. Ouais. Ceux qui connaissent mon père verront sans difficulté qu’il est son fils. Un dragueur qui n’a besoin de rien faire, son charisme est tel. Parfois, quand il entre en classe, même en retard, le temps semble s’arrêter. Les miss mouillent, les mecs bandent. J’abuse ? Je crois pas non. Vous connaissez pas mon frère en dehors de ces quatre putains de mur. Et cruel en plus ! Oh pas dans sa manière d’être, mais de faire. Les gens sont des trous. Il n’a pas plus de réel respect pour les autres que ça. Bien que d’apparence, il semble totalement correct. C’est un truc qu’il a dû prendre de maman. Manipulateur, beau-parleur. Il obtient en général ce qu’il veut de qui il veut. Sauf de moi. Mais c’est pas pareil.

Et pourquoi ?

C’est pour vous donner un genre ou vous êtes con ? On est jumeau ! Cela devrait répondre à la question. Amplement. Enfin. Donc ouais, il a pris beaucoup de mon père. Peut-être même trop. Il drague tellement que même Vanina y passe parfois. C’est gentillet, certes, mais il faut dire que merde quoi. C’est comme notre mère ! Mais c’est tout lui. Fille avec copine, mec maqué ou prof, il s’en tape. Il fait même parfois du charme au directeur. Ouais. S’il avait été une miss, on dirait que c’est une pute. Mais c’est un mec alors…je dis pas que je trouve ça plus normal, je dis simplement que dans la société cela choque moins. Oui ! Moi, ça me choque ! Mais si je lui dit, il me répond avec son grand sourire. C’est un de ses défauts. Il prend jamais rien, ni personne d’ailleurs, au sérieux. Même quand mon père nous engueulait, Arsen se marrait. On pourrait le menacer de mort qu’il ne fléchirait pas.

Dire que ces deux là s’aiment…

Mais attendez ! Bien entendu qu’il a de très bon côtés. Il est sportif, ce qu’il tient de notre oncle Siley. Et puis même s’il a de moins bonnes notes que moi en classe, il se défend pas mal. Je pense qu’il me surpasserait s’il ne passait pas tant de temps à courir les filles et les mecs. Mais il fait toujours en sorte d’être dans la moyenne. Vous savez, si mon frère aime quand on le remarque, contrairement à moi qui tente de me faire assez discret, je pense qu’il n’aime pas se faire remarquer pour les mauvaises choses. Et puis son côté un peu trop extraverti, mettant même parfois mal à l’aise, cache son complexe par rapport au fait qu’il ne maitrise pas notre don. C’est dommage. Mais ce don le rend malade. Il l’use, c’est vrai, uniquement pour moi, qui l’apprécie pas mal. Donc dire que mon frère est égoïste serait mentir, bien qu’il préfère parfois faire passer ses fesses avant celles des autres. Ce doti être ce côté étrangement peu familial qu’il possède. Oh. Il aime papa et maman, tout comme Vanina, mais en même temps, il cherche beaucoup plus à s’émanciper que moi qui aimerait que l’on passe plus de temps ensemble. Je crois que le fait que je n’assume pas ma sexualité le débecte un peu. Je comprends. J’aimerais faire autrement, mais je n’y arrive pas.

Puis-je juste vous demander une chose ? Juste une…est-ce que vous pouvez dire que votre frère est un être pouvant se montrer violent ?

Lui ? nan. Il ne l’est pas. Je vous le dit. Comme papa. Papa détestait se battre. Par contre, je n’irais pas le pousser dans ses retranchement, car si c’est vraiment comme notre père, alors il pourra se montrer d’une violence extrême que même et surtout moi, n’arriverais pas à canalyser. Et au lit, j’ai déjà entendu des filles qui disaient que c’était excitant avec mon frère qui savait mettre la dose de brutalité que tant de personnes apprécient. Une dernière chose…ce n’est pas bon d’être sa copine fixe. Car s’il est adorable avec les amantes et coups d’un soir ou ses amies, il peut être tout simplement abjecte avec sa copine du moment, celle dont il est censé être amoureux…

Merci Juda…vous pouvez rejoindre votre frère et je vous dis...à dans un mois.


Histoire

Raconté par leur père Jed Kurt Spencer, déjà bien connu ici, à Konoha.
Dire que mes fils sont des erreurs serait un mensonge honteux. Un putain de mensonge même. Mais leur conception par contre…fut une erreur. Une erreur qui aurait pu m’être fatal et me coûter la seule personne pour qui je ne suis pas retombé dans l’alcool ou la drogue après Tanaka. Comme vous me connaissez déjà pour la plupart, je ne vais pas recommencer et vous raconter mon histoire. De plus, c’est pour Arsen et Juda que nous sommes là. Donc. Ouais, Juda et Arsen, Arsen et Juda…

Il pleuvait ce jour là. Avec Kaname, nous en étions arrivé au point mort. C’était dur à encaisser, mais la petite chienne que je m’étais approprié, ce petit trou de japonais, je m’y attachais malgré moi. Malgré le fait que je me sois toujours juré de ne jamais tomber amoureux d’un mec. Je ne suis pas contre les homos, autrement je n’aurais pas fait mouillé le gosse, mais je me croyais bien trop amoureux de Léo’ pour me laisser faire par quelqu’un d’autre, et encore pire, un type. Aussi, je pensais ce jour-là aller le voir pour lui avouer mes sentiments. Moi, le texan si fier, qui faisait bander pendant les concerts, mouiller, baver…on se pissait dessus pendant mes concerts et là, j’étais queue entre les jambes, dans un petit café près de l’école de Kaname. J’avais la boule au ventre. C’était…je sais pas. J’avais l’impression d’être retourné dans l’adolescence. Et j’ai attendu, tout en regardant les gouttes glisser le long de la vitrine du café. Il n’est jamais venu. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être qu’il avait trop peur lui aussi ? Peut-être que…qui sait, peut-être que le fait de le voir m’aurait fait changer d’avis. Ou alors peut-être aspirait-il enfin à une vie totalement normale, comme elle l’avait été si longtemps avant mon entrée fracassante. Je ne sais pas trop et je n’ose pas le lui demander. Donc ce jour-là, lorsqu’il n’est pas venu, j’ai cru que j’allais tout fracasser dans ce petit café, de cette rue loin de mon monde à moi, trop près de son monde à lui. J’ai cru. Comme lorsque, deux mois plus tôt, Leonore venait me demander d’être son témoin pour son mariage qui allait se dérouler bientôt. Je n’ai pas su répondre, ni même à Kaname qui était arrivé en me demandant qui elle était. J’avais fuis, avais tout cassé dans ma baraque avant de me rendre compte qu’il ne me restait plus qu’une chose à faire…et j’ai recommencé. Tout casser et prendre des somnifères pour m’endormir. Somnifères qui avaient d’ailleurs faillit me faire retomber dans la drogue. Putain de drogue de merde. Mais Kana, encore lui, m’avait sauvé la vie. Sans s’en rendre compte, alors que je l’avais rudoyé lorsqu’il m’avait demandé ce qu’était cette boîte, là, dans le tiroir de ma chambre au Texas. Il avait fait tout ce chemin pour moi et moi je l’envoyais se faire foutre. « Ce n’est pas parce que je te baise que tu peux t’immiscer dans ma vie » c’est comme ça que je lui avais répondu. Comme ça que…pauvre Kaname. Il a mieux fait de ne pas venir à ce rendez-vous, dans ce café du coin.

J’ai attendu encore un peu…j’ai bu…j’ai failli en crever. Et elle est apparue. Si j’avais été fou, j’aurais cru à un ange. Mais les anges n’ont pas d’étranges cheveux de couleur rose. Elle est prof, elle est belle, elle a des yeux magnifiques, un visage doux, une voix délicate, des poignets si fins…si belle…si gentille…je lui ai chanté cette chanson tellement de fois… « J’ai attrapé, un coup de Soleil, un coup d’amour, un coup d’je t’aime, chais pas comment, faut qu’jme rappelle, si c’est un rêve, t’es super belle, j’dors plus la nuit, j’fais des mouillages, sur des bateaux, qui font naufrages…jte vois toute nue. Sur du satin…et j’en peux plus de voir demain…mais tu n’es pas là…si je rêve tant pis. Quand tu t’en vas, j’dors plus la nuit mmm mm et tu n’es pas là. Tu sais j’ai envie. D’aller là-bas, la f’nêtre en face et d’visiter ton paradis… » Il m’a fallu cette chanson et pleins d’autres. Un sourire et pleins d’autres. Il a fallu que j’use de tout mon charme, de tout ce que j’avais pour qu’elle m’accepte. Il en aura fallu du temps et de la patience. Et je l’ai eue. Vanina…
Notre relation était celle que je cherchais. Douce, sans prise de tête, bien que parfois, elle se méfiait. Elle avait raison. Je ne la trompais pas, mais je reste Jed. Je ne la trompais pas…jusqu’à ce jour…bordel que je peux être un connard parfois. Je m’étais pourtant juré de ne plus jamais la baiser. Léonore. Encore elle.
Cela faisait bien…6 ans, presque 7 que j’étais avec Vanina. C’était énorme pour moi qui suis ce que je suis. Nous étions le couple rêvé. Un peu de sexe, beaucoup d’amour, pas trop de rose. On ne pouvait se lasser l’un de l’autre, car elle avait sa part de rébellion qui fait qu’elle ne cédait pas tout le temps comme une vulgaire petite chienne à mes caprices. Au contraire, parfois elle me donnait l’impression d’être le clebs. On s’engueulait de temps à autre, histoire de donner un peu de piment à notre couple. C’était souvent les mêmes histoires qui revenaient sur le tapis. Mon ex, son ex, le fait qu’elle complexe et avait peur que je ne m’en aille parce qu’elle ne pouvait pas avoir d’enfant. Mais moi, des marmots, bien que cela ne me dérange pas d’en avoir un jour, je pouvais m’en passer. Et il y avait d’autres méthodes que la voie naturelle ! Mais bornée, elle continuait et moi je hurlais. On se prenait en général la tête pour mieux se réconcilier et s’aimer plus encore, ce qui n’arriva pas ce jour-là. Il faisait encore jour, bien que c’était un début de soirée. Assis dans la cuisine à fumer ma clope, je vis une Vanina toute angoissée rentrer du travail. Je m’étais dit que ce devait encore être un gamin qui lui avait fait chier et je me suis levé pour l’accueillir à bras ouvert. Mais elle m’a esquivé, comme si j’avais la peste et posé sa main sur mon torse pour me pousser. J’ai froncé les sourcils, me demandant ce qu’elle avait. Je ne sais pas si je le lui ai demandé, mais elle me l’a dit. Tout de go. Elle ne pouvait pas continuer comme ça. Comme quoi ? Comme la femme qui ne satisferait jamais les besoins familiaux de son mari. Elle n’allait pas recommencer avec cela ? Si ? Shit. Je la voyais qui avait l’air si perdue, et moi qui restait comme un connard, planté sur ses pieds à fixer son visage déconfit. Je l’aimais trop pour oser prononcer quelque chose. La colère en moi était telle ! Pas contre elle, non, contre la Nature qui lui avait offert cet handicap. Ô combien j’aurais retrouvé cette salope pour lui faire bouffer le bitume. Mais c’est une toute autre salope que j’allais retrouvé.

Ainsi, elle s’en voulait, m’en voulait, en voulait à la terre entière. Je ne sais plus exactement comment, mais je me suis retrouvé à gueuler comme si ma vie en dépendait. J’ai cru que j’allais la cogner. Elle m’a foutu dehors, j’ai erré. Longtemps. Assez longtemps pour me retrouver dans ce bar, avec un whisky en guise d’ami. Quelques glaçons en accompagnement de mon désarroi. Je sombrais dans la perdition et la chose qui entra ne fit qu’aggraver mon état. J’étais un peu saoul, du moins, je commençais. Et la silhouette qui s’approchait, posa sa main sur mon épaule et s’assit. Léonore. Son odeur, son visage, ses formes. Elle n’avait pas beaucoup changé. « Tu vas bien ? » « Voyage de noce ? » « cool » Et puis un verre, un second, un troisième… « Je suis désolé que vous vous soyez engueulé lui et toi… » C’était un imbécile ce mec. Il s’était tellement saoulé qu’il avait été incapable de satisfaire aux désirs de sa femme. Un verre. Un autre verre. Mon foie me faisait mal. Mon portable sonnait, mais je l’ignorais. C’était Vanina. Un verre. Encore un. Les glaçons fondent, le palais s’assèchent et on recommande, ressassant les vieilles histoires qui, de l’enfance innocente ou presque, devient les aventures de deux amants fougueux. Un verre. Un autre verre. La Terre tourne plus vite, les gens sont en double. Je vais rentrer. Elle me retient. De la porte du bar, j’atterris dans un lit. J’ai mal au cœur. J’ai mal au foie. J’ai envie de mourir. En elle. Je suis en elle. Elle gémit, elle crie. S’agrippe. Je crois que je vais mourir. Je me réveille. J’ai jouit, elle aussi. Deux trois fois ? Ce que je sais c’est que le contenu de mon estomac se retrouve dans les toilettes et je disparait de sa vie. Je ne veux plus la voir. C’était sans compter sur mes petits soldats…
Je rentre. Vanina endormie sur le canapé. Cette vision me fait peur. Je pleure comme un gosse lorsque je me laisse tomber dans le lit. Je n’avais pas envie d’aller la voir. Pas envie d’être honnête et lui dire que j’ai passé la nuit avec Léonore. Je suis allé me doucher. Elle m’a rejoint, ensommeillée. Je lui ai fait l’amour comme jamais je ne l’avais encore fait. Entre deux désolé et trois gémissements, un je t’aime est sorti. Un moi aussi. Je n’ai pas osé lui avouer et nous sommes sortis de la douche, emmourachés comme jamais. Petit déjeuner, je suis allé faire une sieste…

A mon réveil. Tout avait repris son cours normalement. C’était très agréable de se rendre compte que la routine était assez puissante pour effacer une mauvaise nuit. J’avais mal au foie. Le docteur m’avait dit que c’était pas bien d’être retombé. Je lui ai expliqué, médicament prescrit, je suis rentré. Il faisait froid. L’hiver arrivait. Un an, presque, que je gardais ce secret, cette nuit que j’arrivais à oublier gentiment. Sans compter sur ce foutu téléphone qui se mit à sonner. Vanina qui décroche, qui semble s’évanouir mais s’appuie contre le mur. Je referme la porte de l’appartement. « Que se passe-t-il babe’ » Elle me regarde comme si j’avais tué sa mère. « Connard. Enfoiré.Salaud » Des mots aussi atroce sortir de ses lèvres aussi… « C’était…elle ? » Pourquoi me cacher. Je ne vois pas ce qui aurait pu la mettre dans un état pareil. « Tu l’as baisée. Ok. Je te pardonne. Mais pourquoi ça ? » ça ? ça quoi ? « Tu m’as dit…c’était un…pas de souci ma chérie. Je t’aime. On pourra adopter si vraiment tu veux des enfants… » Je ne comprends pas. Ou alors mon esprit refusait de comprendre ? Cet instant qui laisse une cicatrice sur mon cœur. « Mais de quoi tu parles bon sang ! » Elle me lance le combiné au visage. C’est ridicule. J’ai envie de rire, mais je la vois qui fuit dans la chambre. Le combiné ne m’est pas arrivé sur le visage, il est relié à un fil. J’ai envie de rire. Mais je me retiens et entend cette voix « Allô ? Vous êtes là ? » Putain de…elle a osé. Appeler chez moi pour tout dire. Mais pourquoi maintenant ? Un an après ? « Pourquoi Leo ? » « J’ai eu des jumeaux Jed. Ils ont ton nez » C’est quoi cette histoire. Un an que… « Pourquoi maintenant ? » « Je me sens seule. J’ai besoin de toi. Tu ne peux pas laisser tes gosses… » « Il t’as quitté ? » « Moi. Il a tout perdu à la bourse. Il ne me servait plus à rien » Cinglant, froid. Tranchant. Trop franc. J’ai envie d’envoyer mon poing dans le mur. Je m’abstiens. Vanina qui sanglote dans la pièce à côté. « Va te faire foutre Léo » Je raccroche. Me rabibocher avec Vanina ne va pas être facile cette fois. Cela ne pourra pas se régler avec un simple baiser, un je t’aime et une réconciliation lové dans les draps.

Et elle m’a pardonné. Mieux, elle veut rencontrer mes fils. Moi aussi je veux rencontrer mes fils. Ils sont mignons. Tout blond. C’est avec le tribunal que nous avons du faire. C’est en promettant une pension alimentaire à cette…leur mère, que nous avons pu aller à Paris pour les rencontrer. Si petit dans mes bras. Si fragile semblait-il. « Ils ont un truc » Qu’elle me dit « C’est pas des enfants comme les autres Jed. Il faut que tu les emmène » QUOI ? Non mais attends. Je viens tout juste de les rencontrer. Et elle me parle. Longuement, de cette histoire de virus. J’en ai entendu parler. Des clients de la boutique de fleur. J’avais cru à une sorte de canular, un peu comme la grippe aviaire. Mais non. C’était pas un canular. Et mes fils en sont atteints. Cette…quoi ? Maladie ? Non. Don. Ils ont un don. Pincement au cœur pour leur mère qui me les confie, promettant de venir les voir le plus souvent possible. « Pourquoi tu ne te trouves pas un appartement au Japon ? » « Je ne supporterais pas de te voir avec elle tout le temps » Adieu, nous repartons à quatre pour Konoha.

Ils grandissent trop vite. Vanina est comme une maman pour eux. Benni et Kyle font partie intégrante de leur vie et j’en suis heureux. Nous formons une belle petite famille, ici, à Konoha. Tant de chose se sont passés depuis que j’y ai foutu les pieds. Arsen et Juda. Ils se ressemblent tant tout en étant si différent en somme ! Arsen se fait très vite pleins d’amis. Il ne peine pas. Je demande une dérogation au gouvernement, histoire de pouvoir envoyer mes fils au Texas, chez mes parents, pour qu’ils apprennent à maitriser leur don, pour qu’ils puissent courir dans le ranch. Il y a de la place. Ils iront à l’école avec les autres enfants, pour qu’ils se socialisent et apprennent à maitriser. Je pense que cela leur a permis de s’épanouir. Ce qui me gêne c’est que lorsque nous avons vu que Juda était gay, mes parents et moi avons tout fait pour qu’il ne fasse pas comme Silley, qu’il se sente mal dans sa peau. Mais rien à faire. Et Arsen semblait renforcer son frère dans son mal être, lorsqu’il se promenait avec un groupe de filles, qu’il en ramenait à la maison. Et le malaise de Juda n’allait pas arranger les choses. Je vais y venir.
La scolarité des deux garçons se passa à merveille. Plutôt futé les gosses, ils parlent trois langues, français, anglais et japonais. Alors c’est clair qu’ils ne pouvaient pas avoir de soucis en classe. Par contre, Arsen était plus dissipé, passant plus de temps avec des filles de tous horizons, qu’en cours. Je n’avais rien à dire pour ça. Qu’aurais-je pu faire ?

Les enfants grandissent si vite. A peine savent-ils marcher que déjà, ils sont adolescents, avec les crises qui vont avec. Et celle que me fit Juda restera à jamais dans ma mémoire.
Oui, ils auraient pu rester là-bas. Au Texas. Leur don n’était pas trop visible et tant qu’ils n’entraient pas en contact, ils ne risquaient rien. Mais voilà. Arsen avec une petite amie. Une fille du coin, plutôt sympa, bien que trop…comment dire….oh je dois surement me faire trop vieux, mais je la trouvais un poil trop débauchée. Enfin. Arsen se pavanait donc au bras de cette gamine au comportement de…fin voilà. Juda, lui n’avait toujours pas ramenée de copine ni même de copain d’ailleurs. On en était arrivé à se demander s’il n’était pas tout simplement Monosexuel. Kyle m’aura même fait la remarque « Il est ptet comme-moi ton ptit Jed. Il préfère se faire des putes » Heu…ouais, non, pas rassurant. J’ai donc eu une petite discussion avec mon fils. Beaucoup vont trouver cela stupide, c’est vrai. Mais mettez-vous à ma place. Sans jouer la carte de l’arrogance, ou peut-être un peu quand même, en tant que chanteur d’un groupe, qui a fait des émules chez les filles et les mecs ! Qui a un fils qui est identique en tout point, que pensez du second ? Et ce n’est pas comme si sa mère était une sainte ! Alors ? Ouais. J’ai donc discuté avec mon fils. Et il s’avérait qu’il était amoureux d’un de ses professeurs.

Jusque-là, pas de souci. Jusqu’à ce qu’un coup de téléphone me fasse déchanter. C’était le professeur en question. Il me demandait d’arrêter d’appeler chez lui pour raccrocher tout de suite après. D’arrêter. Qui que je sois. Et bien évidemment, ce ne pouvait être moi…au départ, j’ai bien faillit l’envoyer se faire foutre avec ses conneries, et puis je me suis souvenu. Ainsi, Juda était harceleur. Je ne pouvais pas y croire. Il avait stalker son professeur, l’avait suivi, pendant plusieurs semaines, plusieurs mois et appelait souvent chez lui. D’ailleurs, cela aurait pu aller très loin, sa femme ayant menacé de partir. C’est là que je me suis rendu compte que peut-être, il serait préférable que tout ce petit monde ne nous revienne, au Japon.
Et c’est ainsi que mes deux fils arrivèrent à Konoha. Je ne sais pas trop pourquoi je reste ici moi également. C’est que je me suis probablement attaché à ma petite boutique de fleur et Vanina, je crois qu’elle aime bien l’endroit malgré les bouleversements qui s’y sont produit. Arsen et Juda ne vivent cependant plus avec nous, ayant décidé d’emménager dans un studio en dessus du bar de Benni. Je crois qu’ils voulaient se retrouver un peu livrés à eux-mêmes. Bah…ce n’est pas comme si je ne les voyais jamais. J’espère que Juda apprendra à ménager sa sexualité et qu’il fera avec…je n’aimerais pas qu’il fasse comme son oncle Silley…


Famille

Dad: Jed Kurt Spencer, connu pour son groupe les Shit'kid. Âgé aujourd'hui de 54 ans. Marié à Vanina. Frère de Silley, Samantha et Elizabeth. Texan d'origine. (Il tient toujours sa boutique de fleur)
Mum: Léonore Dupont, connue comme mannequin en France. Âgée aujourd'hui de 53 ans. Ex petite amie de Jed.
Belle-Maman: Vanina, 50 ans, professeur à Konoha, femme de Jed. N'a pas d'enfants, ne peut pas en avoir.
Oncle&tante: Elisabeth Spencer, âgée aujourd'hui de 33 ans, modèle et styliste de renom en Amérique. Mariée à Theodore D'ambroise. Texane.
Silley Spencer, 57 ans, en couple avec un avocat vivant tous deux à New-york. Il est également avocat. Texan.
Samantha Spencer, jumelle de Jed, 54 ans, possède sa propre boîte de nuit. Vit à New-York. Texane
Parrain de Juda: Kyle, 55 ans, ancien guitariste du groupe de Jed, directeur d'une banque à Konoha. Texan
Parrain de Arsen: Benni, 57 ans, ancien batteur du groupe de Jed, propriétaire d'un bar. Origine inconnue.
Grand-Parents: Bartley Spencer, rancher texan, 74 ans. Marié à Marie Elisabeth, rancher texane, 72 ans.


Derrière l'écran

○ Prénom / Pseudo :
○ Âge : 21 ans
○ Présence : 5/7
○ Ancien Pseudo : Jed Kurt Spencer
○ Code : Kitsa'Validation o//
○ Autre : Trololo ?



Dernière édition par Juda / Arsen Spencer le Jeu 6 Sep - 21:26, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kazuma Mikura
@ Section Sciences -
Idole & Serveur

@ Section Sciences - Idole & Serveur
avatar


Masculin Messages : 100

Fiche d'identité
Pouvoir: Aucun
RP en cours:

MessageSujet: Re: Please, don't kill me mister méchant ! [Juda-Arsen Spencer]    Ven 29 Juin - 12:44

Up! Wink ça date un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Kazuma Mikura
@ Section Sciences -
Idole & Serveur

@ Section Sciences - Idole & Serveur
avatar


Masculin Messages : 100

Fiche d'identité
Pouvoir: Aucun
RP en cours:

MessageSujet: Re: Please, don't kill me mister méchant ! [Juda-Arsen Spencer]    Sam 28 Juil - 21:33

Attention. Cette fiche date. Nous vous donnons jusqu'au 31 Aout pour TERMINER la fiche. Si elle n'est pas finie, votre compte et votre fiche seront supprimés le 1er Septembre.

Excuse de la "flemme" non acceptée.
Revenir en haut Aller en bas
Juda / Arsen Spencer
Section droit / Section médecine / Kaikis niveau 3

avatar


Masculin Messages : 8

Fiche d'identité
Pouvoir: Aucun
RP en cours:

MessageSujet: Re: Please, don't kill me mister méchant ! [Juda-Arsen Spencer]    Ven 31 Aoû - 19:22

Je préviens juste que n'étant pas dispo ce soir, je poste mes deux fiches demain ! Me manque que l'histoire et ici et ensuite je m'attèle à celle de Temperance. Désolé encore, je ne pensais plus à ça avec les déménagements d'une amie et tout ça. Enfin. Pas d'excuse, donc je termine demain. Juste pour pas que vous oubliez et me laissiez à la trappe (Demain dans la nuit cela dit, car je me co toujours très tard ^ ^ merci de votre compréhension)
Revenir en haut Aller en bas
Arata Aya Kitsako
@ Kaiki niveau 2 - Membre du comité des élèves@ Kaiki niveau 2 - Membre du comité des élèves
avatar


Féminin Scorpion Coq
Messages : 825
Age : 24
Métier désiré : Rien pour le moment
Humeur : Cela dépendra de la météo !

Fiche d'identité
Pouvoir: Télékinésie / Aucun
RP en cours:
MessageSujet: Re: Please, don't kill me mister méchant ! [Juda-Arsen Spencer]    Ven 31 Aoû - 20:39

Sans soucis ! =) Comme dit le MP tu as jusqu'au 6 septembre, dernier délais ! Bonne finition en tout cas ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://yoshiphotograph.tumblr.com/
Kawazu & Kazuma
@ Kaiki niveau 2 -
Membre des Sleeping Forest

@ Kaiki niveau 2  - Membre des Sleeping Forest
avatar


Masculin Messages : 144

Fiche d'identité
Pouvoir: Feu / Vent
RP en cours:

MessageSujet: Re: Please, don't kill me mister méchant ! [Juda-Arsen Spencer]    Mer 5 Sep - 22:54

Dernier message avant la suppression !

Ta fiche et ton compte seront supprimés le 06 Septembre 2012 à 22heures passés !


PS : allé, il te reste peu de choses! Wink la famille (4 lignes) et le IRL! =)
Revenir en haut Aller en bas
Juda / Arsen Spencer
Section droit / Section médecine / Kaikis niveau 3

avatar


Masculin Messages : 8

Fiche d'identité
Pouvoir: Aucun
RP en cours:

MessageSujet: Re: Please, don't kill me mister méchant ! [Juda-Arsen Spencer]    Jeu 6 Sep - 2:12

J'ai fini en plus xD en fait j'étais en train de corriger quand j'ai vu ton message UeU vilain vilain
Revenir en haut Aller en bas
Arata Aya Kitsako
@ Kaiki niveau 2 - Membre du comité des élèves@ Kaiki niveau 2 - Membre du comité des élèves
avatar


Féminin Scorpion Coq
Messages : 825
Age : 24
Métier désiré : Rien pour le moment
Humeur : Cela dépendra de la météo !

Fiche d'identité
Pouvoir: Télékinésie / Aucun
RP en cours:
MessageSujet: Re: Please, don't kill me mister méchant ! [Juda-Arsen Spencer]    Jeu 6 Sep - 14:23

Pour être validé, il te manque encore une partie du code ! :) Bonne fiche sinon, j'aime la relation entre les deux !
Revenir en haut Aller en bas
http://yoshiphotograph.tumblr.com/
Juda / Arsen Spencer
Section droit / Section médecine / Kaikis niveau 3

avatar


Masculin Messages : 8

Fiche d'identité
Pouvoir: Aucun
RP en cours:

MessageSujet: Re: Please, don't kill me mister méchant ! [Juda-Arsen Spencer]    Jeu 6 Sep - 21:26

Voilà !
-Quel idiot
-Tais toi !!! C'est toi aussi qu'aurais duuu >>
-...non
-Pourquoi ?
-Je suis trop beau...
Revenir en haut Aller en bas
Arata Aya Kitsako
@ Kaiki niveau 2 - Membre du comité des élèves@ Kaiki niveau 2 - Membre du comité des élèves
avatar


Féminin Scorpion Coq
Messages : 825
Age : 24
Métier désiré : Rien pour le moment
Humeur : Cela dépendra de la météo !

Fiche d'identité
Pouvoir: Télékinésie / Aucun
RP en cours:
MessageSujet: Re: Please, don't kill me mister méchant ! [Juda-Arsen Spencer]    Jeu 6 Sep - 21:42

Validé Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://yoshiphotograph.tumblr.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Please, don't kill me mister méchant ! [Juda-Arsen Spencer]    

Revenir en haut Aller en bas
 

Please, don't kill me mister méchant ! [Juda-Arsen Spencer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bien taux un chant-bardement jeux nez ralle !
» Fraise Tagada et Mister.Joachim vous demande d'applaudire ♥ /SBAF/
» Le héros le plus crédible en "méchant"
» Born to kill all lives...
» Se moquer de la tête du Grand Méchant Masqué

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1 :: Corbeille V.3/V.4 :: Anciennes présentations validées-