Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1
Bienvenue à Konoha High School !
Depuis les événements dramatiques de 2011, beaucoup de choses ont changées... Une étrange bactérie du fond des océans vint semer la zizanie et les humains ne sont plus vraiment pareils... La ville de konoha, 25 ans plus tard, sous le signe du chaos et d'un régime totalitaire, venez vivre l'aventure !
Oserez-vous vivre dans un monde où la normalité n'existe plus ?



 

Partagez | 
 

 Les entrailles de la Terre. [Shin N.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les entrailles de la Terre. [Shin N.]   Dim 1 Jan - 22:37

Les portes du métro se refermèrent avec un chuintement sonore et la rame s'ébranla lentement. Restée debout, Lyndsay s'agrippa à un anneau afin de conserver son équilibre et profita du fait qu'il y ait peu de monde pour se tourner vers la fenêtre la plus proche. Elle y vit son reflet, qui pour ne pas changer arborait la même tignasse verte, le même chapeau fantasque et la même robe colorée qu'à l'accoutumée. La seule chose qui différait était l'absence de son éternel sourire, à présent remplacé par une moue soucieuse. La raison de cette inquiétude était bien simple : si tout Konoha ne semblait pas s'émouvoir tant que ça des légère secousses en provenance de Tokyo qui secouaient la ville depuis presque deux heures, elle avait en revanche grandi à San Francisco et n'avait absolument pas l'habitude des séismes, aussi faibles soient-ils. De plus, l'une de ses plus grandes phobies était de mourir écrasée sous une masse de décombres. Bien que son affolement paraissait aussi risible qu'infondé pour n'importe quel japonais, la jeune femme n'en menait vraiment pas large. Une nouvelle secousse minuscule et sans gravité lui fit remonter l'estomac dans la gorge, et elle se crispa sur son anneau jusqu'à en avoir les phalanges blanchies. Lorsque le calme revint, Lyndsay déglutit péniblement et sursauta lorsqu'elle vit le minuscule écran télévisé muet situé en face d'elle faire défiler des photos montrant la situation dans la capitale en ce moment même. La jeune femme fut parcourue d'un frisson, priant mentalement pour être rentrée chez elle le plus vite possible. Soudain, l'écran devint entièrement noir et les lumières du wagon clignotèrent dangereusement, menaçant de s'éteindre définitivement à chaque seconde. Avant qu'aucun n'ait pu réaliser ce qui se passait, une secousse d'une violence indéfinissable survint. Lyndsay perdit l'équilibre et s'écrasa durement sur le dos, le souffle coupé. Incapable de se relever, elle ne put que voir sa vue se brouiller, impuissante. Des hurlements de pure terreur emplirent le wagon pendant que les lumières faiblissaient davantage à chaque instant et que le métro perdait de la vitesse. Les vitres se brisèrent avec un énorme fracas, répandant une pluie d'éclats de verre sur les passagers terrifiés qui hurlèrent de plus belle. Le tremblement gagnait en intensité à chaque seconde, accompagné d'un effroyable grondement évoquant un cri rauque montant des entrailles de la Terre. Soudain, la rame de métro s'arrêta brusquement, en déséquilibrant certains pendant que ceux déjà à terre étaient projetés vers l'avant. Lyndsay, entraînée à l'autre bout du wagon, termina sa course en heurtant une des barres de fer verticales qui parsemaient toute la rame. Elle s'y agrippa, tentant péniblement de se relever, quand toutes les lumières s'éteignirent. La rame de métro entière venait d'être plongée dans l'obscurité la plus totale.


Dernière édition par Lyndsay Johnson le Lun 27 Fév - 20:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les entrailles de la Terre. [Shin N.]   Lun 2 Jan - 3:26

Écouteurs dans les oreilles, mains dans les poches de son manteau et écharpe cachant le bas de son visage, Dylan était sagement assit sur un des sièges du métro. Tout au bout. Loin des autres clanpins qui regardaient la télé ou lisaient mollement le journal. D'ailleurs, plongé dans son petit monde, le brun ne savait même pas ce qui se tramait à Tokyo. Derrière ses mèches brunes, le garçon s'amusait à observer les gens. C'était devenu une habitude pour lui, qui prenait si souvent le métro. D'ailleurs, à force, il voyait toujours le même type d'individus. Une adolescente style Gyaru, face à lui, qu'il croisait souvent avec un petit copain différent à chaque fois, ou encore un cinquantenaire dans le genre homme d'affaire satyre qui traînait toujours près des lycéennes. Mais finalement, aussi minables qu'ils étaient, ils amusaient bien le petit gars. En faite....Il avait à faire à un vrai zoo.
C'était d'ailleurs là raison pour laquelle il prenait si souvent le métro. Non pas pour aller en cours ou autre, non, juste pour voir les gens. Le brun ne leur parlait pas, trop asociale, mais il aimait les regarder.
D'ailleurs son regard se posa sur une femme dans le style extravagante, pendue à un anneau du métro. Il lui fallut peu de temps pour réaliser que c'était une de ses prof'. Elle ne lui avait jamais fait cours mais le brun avait eu l'occasion de la croiser brièvement dans le lycée.
Et merde.
Que faire ?
Même si il le voulait, il ne pouvait pas faire mine de ne pas l'avoir vue. Il était face à elle. Seule solution pour ne pas paraître "mal élevé" c'était de se lever...Ce que Dylan fit, à contre coeur. Il traversa mollement l'allée, avant de se retrouver plongé dans le noir. Puis la lumière, et le noir à nouveau. Foutu bug des lumières...Le brun s’arrêta alors net quand il sentit le sol gronder et trembler sous ses pieds, perdant ses écouteurs à cause des secousses. Là, il prit la réalité de plein fouet....Sa musique cessa, son esprit fut assaillit par les cris d'horreur de chaque passager paniqué, et il manqua de tomber, poussé par certains hystériques persuadés que les portes s'ouvriraient par miracle si ils se jetaient dessus.
Il comptait s'aggriper à une barre pour ne pas finir à terre dans les éclats de verre mais n'en eu pas le temps. Le coup de frein du monstre métallique le projeta aussitôt contre l'extrémité du wagon, le faisant percuter violemment la porte. Trop violemment. Le petit brun 'perdit' (conjuguaison de m*rde....) connaissance sur le coup, totalement assommé par la force du choc.
C'est uniquement 5 longues minutes plus tard que Dylan se réveilla, ventre à terre. Les cris de terreurs laissaient maintenant place à des gémissements d'angoisse tout autour de lui. Enfin, il tenta d'ouvrir les yeux, se les frottant longuement sans comprendre pourquoi il ne voyait rien. C'est après s'être mit à genoux qu'il constata que les lumières s'était coupées. Et là, ça n'allait plus....mais plus du tout.
En peu de temps il sentit une boule se former dans son estomac, l'envahir totalement, le faisant trembler de tout son être alors que sa respiration s'accéléra et que ses yeux s'embuèrent bien vite de larmes. Là, le garçon était.... Terrorisé. Plus par le noir total que par l'accident lui même. Et oui....Il avait peur du noir...Pitoyable n'est-ce pas ?
Enfin, tentant difficilement de se calmer, il commença à tâtonner le sol à 4 pattes, cherchant désespérément quelqu'un en suivant les gémissements. Dur à trouvé d'ailleurs, parmi la multitude de débris qui traînait au sol, et dont il fallait se méfié pour ne pas s’écorcher les pattes. Enfin, sa main se posa sur celle de quelqu'un d'autre. Miracle, on lui donnait la main. Il en fallut peu au garçon pour venir se blottir contre cette personne assise au sol dos contre la barre, serrant fortement sa main en fermant les yeux pour tenter de calmer sa panique.
Il ne savait juste pas que la personne qu'il serrait si fort contre lui n'avait pas survécu aux éclats de verre qui avait traversé sa gorge.....
/glauque./
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les entrailles de la Terre. [Shin N.]   Dim 8 Jan - 1:39

Lyndsay écarquillait les yeux dans le noir complet tout en s'accrochant à sa barre métallique avec l'énergie du désespoir, tandis que la secousse se faisait plus virulente à mesure que les secondes passaient. Le tremblement faisait s'entrechoquer les éclats de verre qui jonchaient le sol, ce qui répandait un concert de cliquetis malsains et insupportables dans tout le wagon, auquel s'ajoutaient cris d'effroi et gémissements de douleur.
Et le séisme dura quatre minutes. Quatre horribles minutes d'une obscurité empreinte d'une terreur indescriptible ; autant dire une éternité. Quand le tremblement cessa enfin, Lyndsay se sentit revivre. L'étau qui lui enserrait l'estomac s'évanouit avec la secousse, ne persistaient qu'un mal de tête qui lui taraudait les tempes et une étrange chaleur à l'arrière de la tête. En y passant la main, la jeune femme sentit quelque chose d'humide. Elle étouffa un juron en comprenant qu'il s'agissait de son sang : sa violente chute, au début de la secousse, avait certainement dû lui ouvrir la peau, assez en tout cas pour provoquer un saignement.
Soudain, à l'autre bout du wagon, une petite lueur attira son regard. Lyndsay plissa les yeux et mit plusieurs instants à réaliser qu'il s'agissait en fait d'un passager se servant de la fonction lampe-torche de son téléphone portable afin de s'éclairer. Rapidement, d'autres petits rectangles lumineux apparurent de part et d'autre du wagon accidenté, et Lyndsay rejoignit le mouvement. Son portable ne possédait certes pas la fonction lampe-torche - ce qui impliquait de presser une touche toutes les vingt secondes pour conserver un semblant de lumière -, mais cela vaudrait mieux que cette obscurité étouffante.
Perçant au-dessus du brouhaha nerveux qui avait remplacé les hurlements, Lyndsay perçut des voix éplorées qui criaient à la recherche d'un médecin. Incapable de leur offrir une aide conséquente, la jeune professeure tenta de se remémorer les cours de secourisme obligatoires suivis dès l'entrée au lycée et entreprit de parcourir la longue allée du wagon à la recherche de blessés qui nécessitaient des premiers soins. Après quelques pas hésitants, il sembla à Lyndsay apercevoir deux personnes assisses au sol et collées l'une à l'autre. Elle s'approcha, mais l'écran de son portable s'assombrit et elle dut rappuyer sur une touche afin de le rallumer. Au moment où elle parvenait à leur hauteur et s'agenouillait devant elles, sa seule source de lumière lui fit une nouvelle fois défaut. Agacée, Lyndsay pressa une énième fois l'une des touches de son téléphone portable. Et la lumière surgit, faiblarde et tremblotante, éclairant un inconnu dont la gorge lacérée d'éclats de verre répandait une flaque de sang au sol. À la vision de cette face de cauchemar, Leaf ne put s'empêcher de pousser un cri, nullement étouffé par la main qu'elle porta à sa bouche. La lumière disparut une nouvelle fois mais Lyndsay ne s'en préoccupa pas. À tâtons, elle tendait doucement la main vers le visage de cet homme inconnu et ferma avec mille précautions les paupières de ses yeux écarquillés de terreur. Faisant revenir la lumière incertaine de son portable, la jeune femme posa enfin les yeux sur la seconde personne, et sursauta en apercevant un jeune garçon de l'âge de ses élèves, la main glissée dans celle de la victime et étroitement blotti contre elle (la victime). Lyndsay vit des larmes perler au bord de ses paupières et supposa, le plus naturellement du monde, que ce pauvre garçon pleurait la perte de son père. Elle posa doucement une main sur son épaule, la mine triste :

- Je suis vraiment désolée pour ton père. Allons, fit-elle en le prenant par les épaules fin de le relever, ne reste pas là.


Dernière édition par Lyndsay Johnson le Mar 31 Jan - 15:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les entrailles de la Terre. [Shin N.]   Lun 9 Jan - 21:03

Tant que la lumière des néons ne revenait pas, Dylan refusait d'ouvrir les yeux. Quelle victime...Il avait bien trop peur du noir, si peu marqué par les tremblements de terre. D'un côté, tant qu'il ne voyait rien, il se fichait de ce qui l'entourait. Une vraie autruche. Même la sensation d'une humide chaleur sur ses vêtements ne lui fit pas ouvrir les yeux. De toute façon, sans lumière, il ne pouvait pas savoir que ses fringues s'imprégnaient du sang de la personne contre qui il se blottissait. Enfin, persistant à ne pas voir ce qui l'entourait, le petit brun ne fit pas attention aux multitudes de petites lumières de téléphones qui s'allumaient à travers la cabine du métro. Toute l'agitation autour de lui ne le concernait pas, et ne le faisait pas réagir. Rien à faire des autres.
Il serra un peu plus la main de la personne, tout de même étonné qu'elle ne réagisse pas plus que ça. Elle lui avait donné la main, mais ne le réconfortait pas, ne prenant même pas la peine de serrer la main du garçon...Dommage, c'est ce dont il avait le plus besoin pourtant.
Enfin, une lumière en pleine face lui fit ouvrir difficilement les yeux, interpellé par une main posé sur son épaule. Il leva les yeux vers la personne face à lui, et fut bien étonné de voir là le professeur qu'il avait remarqué quelques minutes plus tôt. Étonnement, et surtout gros soulagement. Quoi qu'il fut inquiet en voyant ses vêtements tachés de sang. Merde, elle s'était blessée..?

- Je suis vraiment désolée pour ton père. Allons, ne reste pas là."

Sur le coup, le brun ne pensa qu'à se relever, difficilement, trop assommé par les évènements. Pas blessé, mais juste perturbé. Il accusait le choc comme il pouvait mais les tremblements de terre, les cris et l'obscurité l'oppressait. Après tout, il avait un sacré tempérament, mais il n'en restait pas moins qu'un gosse. Enfin, Dylan ne fit pas attention aux paroles de la femme et haussa alors un sourcil en sentant que la main de l'individu glissa hors de la sienne, se tournant alors vers lui. Merde. Il n'aurait pas dût. Il s'était blottit contre un cadavre. Il avait serré sa main, et avait espéré un réconfort qu'il n'aurait jamais pu lui apporter. Gros choc là. Merde. Finalement il était mieux dans le noir. Sur le coup il recula, bousculant la prof avant de se détourner de la vision d'horreur. Le brun faisait maintenant face à la prof, tentant de calmer son envie de vomir. Inspire, expire. Dylan devait se calmer, ce n'était pas le moment de paniquer. Il leva alors les yeux vers elle, tentant de ré freiner son angoisse.*
-"Vous allez bien, vous n'êtes pas trop blessée....? "

Attendant la réponse, le brun sortit en même temps un mouchoir à lui en tissus, l'humidifiant de sa salive. Un mouchoire propre, qu'il n'utiliisait d'ailleurs pas en faite. Une sorte de porte bonheur appartenant à son père. Une connerie me direz vous ? Pas pour lui. Il s'approcha alors de la jeune femme et commença à nettoyer le sang qui tachait sa peau, histoire de l'arranger un peu. Ouai, geste....gentil. Une marque de gentillesse de la part du brun...! Evenement à marquer dans le calendrier. Mais là, il savait bien qu'il devait mettre sa fierté et son égoisme de côté, et qu'ils allaient tous devoir se serrer les coudes pour s'en sortir.*

[Désolé, post minable, mais dur de rp sans pc D:']
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les entrailles de la Terre. [Shin N.]   Mar 31 Jan - 17:20

Lyndsay raffermit sa prise sur les épaules du garçon et tira vigoureusement pour le hisser sur ses pieds. Elle sursauta l'instant d'après, quand elle le vit, à la lumière faiblarde de son téléphone portable, se détourner du cadavre avec un hoquet de terreur. La jeune femme comprit alors qu'il ignorait que la personne à laquelle il s'était accroché n'était plus, et qu'elle venait de le lui annoncer avec assez peu de tact. Percevant sa respiration irrégulière, Leaf posa une main sur le sommet de son crâne dans un geste de réconfort maladroit. Quelques instants s'écoulèrent dans l'obscurité avant que Lyndsay n’entende le son de sa voix, ce qui la força à ramener la lumière qu'elle gardait éteinte pour ne pas lui imposer la vision du corps.

- Oh non, tout va bien, fit-elle d'un ton rassurant tout en secouant la main avec désinvolture. Je me suis juste légèrement ouvert la nuque en tombant et j'ai même réussi à me mordre la lèvre dans ma chute !

Tout en parlant, elle le vit sortir de sa poche un mouchoir en tissu. D'abord indécise, elle comprit vite en le voyant humidifier le carré de tissu et l'approcher son visage pour essuyer le filet de sang qui tachait son menton. Lyndsay ne put retenir un sourire, touchée par ce geste. Quand le garçon eut terminé, elle lui ébouriffa les cheveux avec reconnaissance avant de lui lancer :

- T'as pas vraiment l'air d'être en pièces détachées non plus, alors tout va bien !

Elle marqua une courte pause avant de poursuivre :

- Bon, tu vas rester avec moi, d'accord ? fit-elle en passant un bras par-dessus ses épaules pour l'entraîner avec elle. Viens, on va parcourir le reste du wagon pour essayer de porter secours aux blessés.

À peine avait-elle fini de parler qu'elle surprit un mouvement suspect et braqua sa seule source de lumière vers une des fenêtres brisées qui jouxtaient les portes de la rame de métro :

- Eh vous ! s'écria-t-elle à l'adresse d'un quatuor de jeunes gens qui tentait de s'extirper du wagon en passant par la fenêtre. Qu'est-ce que vous fabriquez ?!
- On se casse ! s'entendit-elle répondre nerveusement. Pas question de rester ici ! On va se débrouiller pour rejoindre la prochaine station et on s'enfuira de cet enfer !
- C'est totalement hors de question ! explosa Lyndsay. Vous avez vu la puissance de ce séisme, non ? Eh bien à votre place, j'aurais envie de tout sauf de remonter à la surface pour attendre qu'un immeuble me tombe sur le coin de la figure ! Et c'est dangereux, ce n'est pas avec vos portables que vous pourrez voir les crevasses qui se sont ouvertes dans le sol, à part peut-être quand vous serez tombés dedans !

Dépités, tous lâchèrent l'encadrement de la fenêtre et s'assirent avec lassitude sur un banc qui avait résisté au choc. L'un d'eux enfouit le visage das ses mains tandis que quelques murmures approbateurs se répandaient dans la foule des voyageurs. Se détournant des quatre irresponsables, Lyndsay fit quelques pas et entendit un son étrange qui lui fit tendre l'oreille. Quelque chose tapait, apparemment sur le sol, de manière lourde et irrégulière. Intriguée, la jeune femme s'avança, et l'auréole lumineuse de son portable éclaira soudain une jeune demoiselle couchée sur le dos et prise de violentes convulsions ; le bruit qu'avait entendu Lyndsay était celui de son corps heurtant le sol.

- Dis-moi que tu sais quoi faire quand quelqu'un convulse devant toi ! s'écria-telle à l'adresse de son protégé, complètement affolée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les entrailles de la Terre. [Shin N.]   Ven 24 Fév - 23:14

Encore une journée passé et comme d'habitude en compagnie de mon frère, aujourd'hui j'ai dû le surveiller encore une fois de plus, d'ailleurs je m'en serais bien passer. Mais bon je me devais d'obéir à mes parents car oui se sont eux qui me l'on imposé, à peine suis-je arriver chez eux qu'il m'on imposé mon frère. Donc pendant l'après midi on a étaient à son endroit préféré qui était sa boutique de fringue gothique/punk le nom du magasin était Punk Rave. A l'intérieur des tonnes et des tonnes de vêtements, accessoires mais vraiment tout cela est hors de prix, franchement rien qu'un pantalon coûte entre 6000 et 9000 Yens. Mais bon on y est pas rester tellement longtemps, 1 heure c'est tout, après il a visité de font en comble le centre commercial ce qui nous a prit toute l'après midi. En fin d'après midi je l'ai ramené chez mes parents qui d'ailleurs voulaient que je reste ici ce soir, mais j'ai dû refuser car je n'avais pas trop la tête à rester chez eux et ..... une autre raison. Après avoir saluer mes parents ainsi que mon frère je me suis mis en route en direction du métro. J'attendis le prochain, les portes du métro se refermèrent derrière lui, je me suis agrippé à un anneau pour me tenir, en regardant par la fenêtre les lueurs que l'on pouvait apercevoir me faisais pensé à autre chose, mais tout à coup des légers tremblements se font sentir, ses secousses je l'ai connaissaient, les mêmes mais plus le temps passé plus les secousses étaient fortes. Se séisme n'est pas comparable aux précédents, les personnes présentes dans ce wagon hurlaient. Le chaos s'installé de plus en plus, les ténèbres aussi, mon portable était la seule source de lumière et en le pointant dans une direction précise une personne avait plusieurs bout de verre planté dans le cou, le sang il y en avait. Je me déplacé, j'ignoré où j'allé puis plus je m'avancé et plus j'entendais une voix, une voix de femme.

-"Dis-moi que tu sais quoi faire quand quelqu'un convulse devant toi !"

Une personne qui convulse, bon j'ai quelques bases de médecine grâce à mon père et aussi mon frère alors si je me souvient de ce qu'il a dit en cas de convulsion il faut le mettre sur le côté et lui coincé les dents pour évité qu'il ne se morde la langue. Je me suis donc précipité vers la femme qui était complètement paniqué et je me suis mis à genoux pour la retourné et la mettre sur le côté et je lui ai bloqué ses dents avec une genre boite en plastique, c'est pas vraiment le top mais c'est tout ce que j'avais sous la main. Passé quelques minutes elle s'arrêta de convulsé et je me suis donc relevé en regardant l'autre femme et je l'ai éclairé légèrement avec mon portable pour voir son visage.

-"Lyndsay c'est toi?"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les entrailles de la Terre. [Shin N.]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les entrailles de la Terre. [Shin N.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Entrainement dans les entrailles de la terre [Oniri & Milly]
» Dans les entrailles de la terre (interdit au - de 18 ans)
» Event #2 - Et alors grondèrent les entrailles de la Terre...
» HISTOIRE DU CHIEN RILEY REVENU DES ENTRAILLES DE LA TERRE
» Probabilité d’un nouveau tremblement de terre 5.0 avant 21 février

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1 :: Corbeille V.3/V.4 :: Event :: Konohapocaliptik' 5#-