Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1
Bienvenue à Konoha High School !
Depuis les événements dramatiques de 2011, beaucoup de choses ont changées... Une étrange bactérie du fond des océans vint semer la zizanie et les humains ne sont plus vraiment pareils... La ville de konoha, 25 ans plus tard, sous le signe du chaos et d'un régime totalitaire, venez vivre l'aventure !
Oserez-vous vivre dans un monde où la normalité n'existe plus ?



 

Partagez | 
 

 Hisagi's life

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Hisagi's life   Dim 11 Déc - 18:45

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hisagi's life   Dim 11 Déc - 21:31

Voilà quelque vingt années passé a vivre dans ce monde, a me développer parmi les autres, a apprendre auprès d’eux pour les remplacer ensuite, ainsi est fait le monde, les gens meurent pour que d’autre vienne a vivre et réciproquement, c’est une spiral que nul ne peut stopper ou même déjouer, c’est bien la seul chose fasse a laquelle chacun de nous y est ego, ou personne ne peut utiliser de subterfuge ou de quelconque moyen d’y déroger, du moins personne n’y est parvenu en quelque siècle d’existence, il n’ont pu que prolonger la compte a rebours présent au dessus de chacun de nous sans pouvoir l’arrêter ou même le réinitialisé, comme une pièce de monnaie que l’on glisse dans un manège pour y faire encore un tour.

Commençons par le début, l’enfance. C’est une période de ma vie dont je ne me souviens que brièvement que l’on m’a souvent plus raconté sans que je ne sache si c’était vrai ou faux. Pour moi c’est comme si je n’étais pas conscient de ce que je faisais, mon esprit vivait les choses sans intervenir, se plaçant en simple spectateur, la place la plus enviable en fin de compte quand on connaît la suite. Un moment dans la vie de chacun de nous ou nous sommes tous mignon, a quelque exception prés, ou tout nous est pardonné par innocence, ou l’on rêve de jouer a papa maman car eux ils peuvent acheter ce qu’il veule, ils sont pas obligé d’aller a l’école, la maitresse leur gronde pas dessus et puis papa maman ils peuvent regarder la tv autant qu’ils veulent ! C’est bien ce que je me disais a cette âge là, je me prêtais au jeu a l’école de jouer au papa, avec les copains copine jouant la maman ou encore les enfants, c’était marrant, c’était l’époque ou la vision d’un adulte nous étais utopique, le moment ou l’on pourrait faire ce qu’on voulait. Les amours, parlons en, ce n’était pas dur, on essayé de faire comme les grand on s’embrassait un peu comme ca juste pour jouer, on n’avait pas conscience de ce que cela représentait, on ne savait même pas ce que ca voulait dire s’embrasser, c’était un jeu, une imitation de notre but, devenir grand comme papa ! Et fort aussi !

On grandit, on passe des classes et nous voilà un peu plus avancé, on sait lire, enfin on apprend pour le moment, quel épreuve pour nous, et écrire, quel boulot pfiou, ah ce que j’aimerais être a la place de papa … vite que cette période passe. On commence à comprendre comment marche le monde, on sait comment obtenir ce que l’on désir, un petit mensonge par ci, un petit par là et hop voilà j’ai ce que je désirais, facile non ? Enfin attention a pas ce faire prendre, on n’aime pas se faire prendre et encore moins punir. C’est le moment ou l’on prend conscience de certaine chose comme lire, écrire, compter, ahhh compter, les tables de multiplication quel épreuve insurmontable, papa maman nous force à les réciter tous les jours, mais a quoi bon compter, je vivais bien sans avant, quel chose inutile l’école moi je peux déjà faire comme papa, ce n’est pas dur, voilà la vision encore trop utopique que l’on avait en ce temps là.

La fin de l’école primaire arrive, les premiers amours, les premiers chagrin, oh que ca fait mal promis je recommencerais plus et la semaine d’âpres me revoilà heureux, cette fois c’est la bonne, la seule et l’unique. On s’inscrit dans un sport, on essaye d’imiter les gens a la tv qui gagne leur vie comme ca, quel rêve que de jouer pour gagner sa vie, moi plus tard je veux faire ca ou comme papa si je ne suis pas bon. On essaye d’impressionner ses amis avec les derniers jeux de game boy sortit ou notre Pokémon niveau 100 super puissant ! Et puis on nous demande, que veux-tu faire plus tard ? euh, pompier, policier, médecin, que des métiers noble, normal a cette âge, on commence a prendre conscience de certaine petite chose par exemple quand maman nous dis que il faut choisir un jouet pour notre anniversaire, que l’on peut pas tout avoir ou alors faut travailler, travailler mais c’est nul, c’est dur, c’est fatiguant c’est bien mieux quand mamie vient nous donner un billet.

Le collège passe on rigole pour quelque mot simple comme zizi, nichon, que des mots en rapport avec l’anatomie ou bien l’acte sexuelle, ben oui on découvre, on rigole devant une vidéo érotique sur le téléphone du copain, ben oui le téléphone ce n’est pas donné a toute la famille, ce n’est pas une game boy, ca coute chère et maman nous a dit que l’on en aurait quand on en aurait besoin. Mais si elle savait que j’en avais besoin pour être dans la bande de copains, ceux dont toute les filles veulent, ceux qui sont bien vu, je veux être comme eux, apprécié, aimé, regardé surtout ! Et le temps passe, là plus question de petite amourette, non les filles de nous regarde même plus, mais qu’ais-je de moins que les autres hein ? Un beau téléphone ? Un scooter ? Des sous ? Je comprendrais jamais les filles moi je ne demande qu’a être attentionné, m’occuper d’elle et elle préfère se faire tromper/larguer par ceux qui se la joua beau gosse et coureur de jupon, incompréhensible. Il faudrait peut être que j’arrête d’avoir de bonne note a l’école, ca fait ringard disent les cancres de la classe, enfin les beaux gosses quoi, ceux qui se tape toujours les meilleurs note, enfin les plus basse. On me demande de choisir une section pour mes études, qu’est-ce que je veux faire ? Qu’est-ce qui me plait ? Bon allez on se creuse un peu ca doit pas être dur, on se renseigne, on regarde le nombre d’année d’étude, pfiou je ne suis pas sortit de l’école moi… et pourtant j’aimerais bien faire comme eux, les mecs cool, allez en apprentissage, peu d’école, c’est payé, que demander de mieux ? ah oui mais bon j’ai pas envie de faire partit des dernier barreau de l’échelle, de finir comme la voisine a compter chaque petit sous, a faire du ménage dans le supermarché tout la journée pour espérer s’en sortir un jour, je leur laisse la place, tant pis pour les filles, je vais déjà avoir un bon métier ensuite on y repensera.

Et ainsi passe les années, entre les cours, les amis, l’ordinateur et puis voilà. On grandit, on comprend mieux, on prend conscience que le monde est pas si jolie qu’on le pensait, l’innocence fait place a la réalité, va falloir travailler, faire attention, quitter papa maman, trouver quelqu’un, ben oui la vie seul c’est nul, a quoi bon travailler, gagner de l’argent si au final on ne peut pas en profiter ? C’est bon pour les égoïste, moi je suis généreux, je veux prendre soin de quelqu’un, je veux faire comme dans les films, me marier, avoir des enfants, rentrer le soir embrassé mon amour, mes enfants, partir en vacances, acheter une maison, sortir entre couple d’ami, faire du sport, une vie a la hollywoodienne quoi, une vie parfaite sans embuche, a deux on est plus fort, rien ne fait peur… Mais voilà je suis seul, éternellement seul, j’ai voulu forcer le destin, a tout prix avoir quelqu’un et cela plusieurs fois de suite, et j’en ai payé le prix fort, que d’histoire compliquée, sans aucun sens, qui se sont très mal fini… et si c’était moi le problème, pourtant j’essaye de m’adapter, j’essaye de plaire, de faire comme tout le monde… Quel est le problème mon apparence ? mais pourtant même sur internet ca marche pas, alors bon je dois être maudit ou je ne sais quoi si ca marche pas c’est que c’est ainsi, ras le bol d’entendre des phrases typé façon réconfort du genre « tu trouvera quand tu t’y attendra pas » ou encore « elle sont bête de pas voir le mec génial que tu es », des mots qui ne servent a rien a part combler une discutions, essayer de dire a l’autre que il a des chances de rester seul comme tout autant de trouver quelqu’un. Le temps passe, je vieillis, je vois les autres vivre des histoires, faire des choses en amoureux, prévoir des sortit, et moi je suis toujours au même point, au bord de la route attendant que quelqu’un passe me prendre mais personne a l’horizon, plus d’espoir c’est nul et ca fait souffrir. J’essaye de relativiser, de profiter de ce que j’ai, ce que je gagne, et en mettre plein la vu aux autre juste pour avoir un semblant de satisfaction, une façon de leur dire « tu vois ce que tu manque, tant pis pour toi fallait venir avant ». Et puis âpres tout ca même si quelqu’un se présentait, je ne la verrais pas, je me dirais toujours que ca durera pas, je serais égoïste, radin, tout ce que je déteste mais que voulez vous, j’ai trop donné, j’ai trop rêvé d’un monde qui n’existait pas. C’est sa faute, elle n’avait qu’a venir avant voilà ce que je lui dirais si un jour, par miracle, elle apparaissait, je lui en voudrais tellement que je ne la regarderais même pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hisagi's life   Mar 27 Déc - 1:04

Le temps passe, on rencontre des gens, on fait des connaissances plutôt mauvaise enfin tout ceci participe a notre expérience et enrichi notre vie dans un sens, n’importe quel expérience contribuera à nous faire avancer, il suffit simplement de voir le bon coté même si il est vrai que certaine sont très dur a tourner dans le bon sens. Tout cela pour dire qu’au final on vient à connaitre une personne qui se démarque des autres, on avait beau dire tantôt que on regarderait même plus une seul fille ou on ne ferait plus aucun effort pourtant on se dit que cette dernière en vaut la peine et si c’était effectivement la dernière, celle avec qui on pourra se poser, construire une histoire durable, avoir une maison, des enfants, une vie remplit de moment heureux. Enfin on va un peu trop vite en besogne tout de même, il faut ralentir, se poser, réfléchir et surtout ne pas mentir, être soit même, c’est ca qui compte, cela ne sert a rien de faire paraitre ce que l’on est pas pour séduire car tôt ou tard le naturel resurgira et ce sera la rupture, alors pour ne pas s’infliger une tel peine autant être franc des le départ. Du moins c’est ma vision des choses, du haut de mes quelque vingt années alors certes beaucoup me dise que je suis encore jeune, que je n’y connais rien et bla bla bla et bla bla bla seulement moi je sais que j’ai déjà vécu certaine chose, compris d’autre, alors oui je ne sais pas surement autant qu’eux mais j’en sais déjà beaucoup pour mon âge. Sans vouloir me vanter je pense être quelqu’un de plus mature dans sa tête, qui sait ce qu’il veut, qui n’a pas envie de passer par la case « amourette » mais sauter dans celle « relation sérieuse », bon ca n’a pas pour le moment marchait mais je ne désespère pas au final, je garde un petit espoir, c’est ca qui me fait avancer tout simplement. Et puis il y a cette personne, celle pour qui je décrocherais la lune comme on le dit si souvent de façon poétique, celle qui me fait perdre la notion du temps, qui me fait sourire niaisement, qui me fait danser sur des musique devant les autres (enfin j’essaye de rester discret tout de même ><), celle qui me donne une raison de me lever le matin, celle qui me donne un espoir qu’un jour ma situation change. Alors fidele a moi-même, je reprends le bon chemin quelque peu délaissé par désespoir, je redeviens ce que j’étais avant ce grand moment de solitude et de remise en question, je me reprends en main quoi. Je fais mon petit bonhomme de chemin au fur et a mesure de façon a ne rien bousculer, c’est mes expériences passés qui m’auront au moins appris cela, que la hâte n’est jamais une solution, qu’il vaut mieux attendre pour vouloir ce que l’on désire plutôt que de se retrouver vite certes mais sans rien. Ce n’est pas facile je vous avoue, chaque jour qui passe j’ai envie de tourner les feuilles du calendrier accroché au mur, me retrouver 2 mois plus tard, là ou les choses auront avancé, là ou je commencerais à voir un premier résultat enfin j’espère. C’est grâce a ses rêves enfin du moins pensée/espoir que chaque jour j’ai le sourire, bon oui j’ai quelque petite baisse mais bon qui n’en a pas ? L’essentiel c’est que la plupart du temps ca aille n’est-ce pas ?

Alala, je pourrais vous en parlez des heures de celle qui me rend comme ca, mais a quoi bon, ce ne serait que l’image que j’en ai, ce ne serait que barbant pour vous qui ne faites que me lire et puis je suis bien placé pour savoir que pour quelqu’un qui va pas super bien, c’est d’autant plus détestable de lire, d’écouter ou de voir les gens exposer leur bonheur aux yeux de tous, ca a un gout amère on a envie de leur dire merde et leur montrer qu’ils ont de la chance, simplement pour leur faire réaliser ce qu’ils ont, eux qui vont aller se plaindre parce que monsieur regarde un match de foot et madame est indisposé a le satisfaire, franchement il y a bien plus important non ? Enfin bref je m’éloigne de mon sujet, ceci en est un autre ne mettons pas la charrue avant les bœuf comme dise les anciens parce que maintenant ce serait un peu dur a l’heure de la technologie et du tracteur ^^ Pour finir sur le sujet entamé je vous direz simplement qu’il est dur de savoir ce que la personne que vous convoitée (sans pour autant la traiter comme un objet loin de là mon idée, ne vous méprenez point !) pense de vous, si elle fait expert de faire comme si elle n’avait pas compris ou si vraiment elle n’a pas encore eut cette étincelle lui disant « s’intéresse-il vraiment a moi, plus qu’un simple ami ». Dans un sens cela m’arrange pour le moment, bien oui comme dit précédemment je voudrais prendre mon temps cette fois mais dans un autre cela me tracasse et si je faisais tout cela pour rien une fois de plus, et si je me berçais simplement d’illusion, comment savoir a part en tentant sa chance comme on dit ? Il n’y a pas de solution miracle et puis lui poser franchement la question si tôt serait une erreur fatale a mon humble avis. Cependant il n’est pas interdit et plutôt conseillé d’y faire quelque allusion, par ci par là histoire de « baliser le chemin » de façon imagé bien évidemment ^^ la mettre sur la bonne voie pour qu’une fois le croisement atteint elle sache ou elle va. Moral de cette petite note d’aujourd’hui, il n’y a rien de plus complexe que les sentiments humain, il change, apparaisse, disparaisse comme ils sont venu avec souvent un rien, pas vraiment d’explication, simplement parfois car on interprète mal ce que l’on ressent ou parce qu’on a voulu se hâter trop rapidement sans prendre le temps de se demander si ce n’était pas « le feu de l’action » qui nous donnait ce sentiment, je vous laisse y réfléchir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hisagi's life   Mar 27 Déc - 21:57

Aujourd’hui il est l’heure, je me lève, je prend ma douche tout en ayant des tes d’interrogation défilant tel des flèches se pointant dans mon esprit « que fais-je », « n’est-ce pas fou ? », « est-ce utile », « le verra telle ? », « le comprendra telle ? », « ne vais-je pas la décevoir », « ne vais-je pas dire ou faire quelque chose qui lui déplairait ? », « lui dirais-je que je reviendrais le mois suivant ? », voici une ébauche de toutes ses questions qui m’asseyait mais pourtant je résistait. Je sentais chaque goute coulant le long de mon cœur, les frissons de ma peau les affaiblissait un peu a chaque fois pour qu’elle finisse par céder et se retrouver aspiré au fond de la douche. Je m’habillais ensuite avec toujours autant de préoccupations mais j’étais plus éveillé, les idées ses bousculait moins, j’étais plus a même de les effacer, leur répondre, comme si je me devais de justifier chacune d’elle, comme pour me convaincre que j’avais fais le bon choix, que ce ne serait pas inutile.

Quelques temps plus tard me voilà partit, on est passé me prendre comme prévu, je vais bosser avant, ca me fera oublier et m’apaisera pensais-je innocemment, une fois pris dans le boulot je n’y penserais plus avant de me retrouver sur le quai de la gare, le cœur battant, la chaleur m’envahissant. Oui je doutais, je n’était pas rassuré de faire ce voyage, c’était une première pour moi et comme toute première chose je me fais une montage simplement parce que je ne sais pas comment cela va se passer, car il faut que j’arrive a changer une fois a la moitié du parcours, parce que j’ai peur que l’on me vole… tant de frayeur qui n’arrange rien a mon angoisse mais au final je sais que je la trouverais, là je me dirais que je n’aurais pas fais tout cela pour rien, tout ceci prendre alors un sens.

Soudain une sonnerie retenti, j’ouvre un œil, attrape mon téléphone pour désactiver le réveil, je prends document conscience que cela n’était que le fruit de mon imagination, je suis tout de même en sueur. Je me demande alors si chaque nuit avant ce voyage sera ainsi, si chacune d’elle j’aurais autant de peur, autant de stresse. Le temps passe moins vite depuis que j’ai fixé une date, commandé les billets, surement parce que cela devient réel, ce n’est plus une pensée folle qui se ballade dans ma tête. C’est le paradoxe, des que l’on attend un événement celui-ci vient si lentement qu’il nous fait languir davantage, simplement parce qu’on a un but, on regarde l’heure a chaque instant, on compte le nombre de jour restant chaque matin en se levant comme si ce dernier allait changer notre vie. Alors j’essaye de penser a autre chose mais je n’y arrive pas, je dors jusqu'à plus soif pour ne pas penser, pensant que je rêverais un peu d’autre chose a force… Mais pourquoi est-ce que cela m’atteint autant, comment fait-elle pour faire dans de bazar dans ma tete, que devrais-je penser de tout cela, comment mettre un nom sur ce sentiment ?

Quand ca va pas, je pense a elle, ca me redonne le sourire pour un temps mais c’est certainement lui parler, la voir, l’entendre, l’écouter qui me procure le plus grand bien. C’est indescriptible c’est comme si le temps s’arrêter des que je l’entends, des qu’elle est là, presque prés de moi, du moins au sens figuré. Elle seul arrive à dissiper toutes mes interrogations, mes peurs, mes angoisses, je ne pense plus qu’a elle dans ses moments, elle m’est rassurante, comme si tout était possible, comme si l’inimaginable devenait pensable avec elle. Le revers de la médaille c’est son absence, quand elle n’est pas là, c’est là que malgré mes pensées pour elle, tout s’assombri, les doutes reviennent, je me demande si un jour ce sera possible, si mes rêves deviendront réalité, si je serais a la hauteur de ses attentes, même si dans un sens je sais que je ferais tout pour être presque parfait a ses yeux, je serais comme un prince dans un conte pour enfant mais tout ceci n’a d’utilité si la princesse ne vous voit pas, si elle ne partage pas ce conte avec vous. Je lui masque ses mauvais moments, mes doutes, mes angoisses, je ne veux pas qu’elle me voit faible, je ne veux pas qu’elle me voit comme ca. Je veux être fort a ses yeux, intelligent, rayonnant a ses cotés, me laissant pousser des ailes pour être son ange gardien. Quand est-ce que tout ceci s’arrêtera ? Ais-je envie de savoir, d’avoir une réponse négative et perdre le peu que j’ai, perdre tout ceci, ses rêves, ses espoirs, ce sentiment de bien-être ? Apres tout pourquoi je serais mieux qu’un autre, qu’ais-je de différent, d’intéressant, suis-je seulement assez bien pour elle ? ca je peux déjà vous dire que non bien que j’essaye de faire de mon mieux. Alors n’est-ce pas seulement folie que de penser, de rêver ainsi ? C’est plus que possible … Oui vous l’aurez compris je ne crois pas en moi une seul seconde …


+20PRP
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hisagi's life   Mar 15 Mai - 2:57

La vie est inexplicable elle nous fait vivre les pires moments comme les meilleurs, elle nous bouscule, nous bouleverse mais jamais elle ne nous laisse indifférent. Elle ne nous aide pas dans nos choix ni nos décision elle ne fait que nous proposer des opportunités sans nous dire quelles sont les pire ou les meilleurs. C’est nous et nous seul qui décidons de ce que nous faisons et c’est ce qui détermine qui nous somme. Peu importe ce que l’on peu dire, croire ou encore penser, chaque chose a une utilité, chaque personne que l’on rencontre, chaque événement que l’on créé ou subit, chacun a sa façon amène sa pierre a l’édifice et nous défini. Alors oui certaine fois on est au plus bas, on pense qu’on a plus rien à apprendre de cette vie, on se laisse aller a croire que mourir est une meilleur chose mais âpres tout on se trompe complètement. Qui sais si demain elle ne nous proposera pas une opportunité, si l’on ne fera pas le bon choix, si notre vie ne sera pas idyllique dans 1 mois, 1 ans, 10 ans, comment pouvoir se dire, penser qu’on ne peut plus rien apprendre, qu’elle n’a plus rien à nous offrir alors que tant que notre cœur bat et notre esprit pense la vie continu. Le temps s’écoule comme un sablier et tout comme se dernier, chaque seconde qui passe est une possibilité de plus que le sablier bascule et que notre vie change, seulement on ne connait jamais cette seconde là que quand on la vit.

On fait tous des erreurs mais c’est ce qui nous fait avancer, jamais reculé, chacune d’elle constitua notre avenir et contribua à ce que nous devenons chaque jour. Sans elle nous ne serions que parfait et la perfection est bien l’une des choses si ce n’est la plus ennuyante en ce monde elle ne laisse pas de place au hasard, aux échecs, au surprise bonne ou mauvaise. Si l’on faisait toujours le bon choix, on prendrait toujours les bonnes décisions alors ou serait l’intérêt ? Ou serait cette sensation d’aventure, d’incertitude, d’espoir qui nous fait vivre chaque jour comme celui qui apportera cette seconde qui fera tout basculer.

On dit qu’il vaut mieux avoir des remords plutôt que des regrets, il vaut mieux tenter et se ramasser que ne rien faire et s’en vouloir a jamais car si cette énième tentative était la bonne si cette décision, ce choix était celui qui ferait tout basculer ? Il ne faut pas croire ni même penser que le sablier basculera sans que l’on ne bouge, bien au contraire, c’est a nous de vivre et non a la vie de nous faire vivre. C’est a nous de faire des tentatives, de réaliser des projets, de voyager ou même plus simplement de se bouger pour espérer rencontrer ce grain de sable qui renversera la balance, qui nous bousculera et changera notre présent. Ce n’est pas en regardant derrière et encore moins devant que l’on trouvera ce grain de sable, c’est en regardant prés de nous que nous l’apercevrons, que nous le verrons. On dit qu’il faut être patient, attendre que la vie nous apporte ce dont nous rêvons mais au final ce n’est qu’idiotie, il ne faut pas rester attendre dans son canapé ou bien cloitré chez soi que quelqu’un vienne frapper a notre porte et dire « coucou je suis ton grain de sable » non ! Il faut prendre les choses en main, sa vie en main et profiter de l’instant présent sans regarder trop devant ni derrière. Avoir un rêve est une chose mais rêver sa vie au lieu de vivre ses rêves en est une autre. C’est peut être la seule chose qui pourrait nous perdre, a trop vouloir quelque chose ou quelqu’un on fini par en oublier l’essentiel : la vie. Vivre pour nous, vivre pour découvrir des choses, des sensations, des sentiments voilà l’essentiel car ce n’est pas une fois que notre cœur s’arrêtera que l’on pourra commencer à le faire, bien au contraire ce sera la fin de note histoire, le livre se refermera et ira se ranger parmi les autres dans l’immense bibliothèque du passé.

Vivre dans le présent, voilà le secret de la vie, vivre dans le présent pour ne pas s’apercevoir trop tard que ce que l’on avait, ce que l’on possédait était ce que nous voulions. Vivre dans le présent pour ne pas rater ce qui aurait pu être ce grain de sable, ce choix qui aurait pu être la chance de connaitre autre chose, de réaliser ses rêves, de concrétiser nos pensées. Alors quoique nous choisissions, quoi nous fassions il ne faut pas le regretter, il ne faut pas regarder derrière mais avancer avec que nous avons choisi ou fait et essayer d’en faire une meilleurs chose qu’elle n'y paraissait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hisagi's life   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hisagi's life

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1 :: Corbeille V.3/V.4-