Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1
Bienvenue à Konoha High School !
Depuis les événements dramatiques de 2011, beaucoup de choses ont changées... Une étrange bactérie du fond des océans vint semer la zizanie et les humains ne sont plus vraiment pareils... La ville de konoha, 25 ans plus tard, sous le signe du chaos et d'un régime totalitaire, venez vivre l'aventure !
Oserez-vous vivre dans un monde où la normalité n'existe plus ?



 

Partagez | 
 

 Montre-moi comment tu peins et je te dirais qui tu es ! [Ringo H.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Montre-moi comment tu peins et je te dirais qui tu es ! [Ringo H.]   Dim 4 Sep - 18:37

Suite de ce RP.

Je perçus une lueur de surprise dans les yeux rouges de Ringo lorsqu'elle eut terminé de lire le texte qui s'étalait sur mon petit écran, l’invitant à se rendre chez moi. Elle garda le silence quelques secondes, visiblement pensive. Peut-être hésitait-elle à accepter, se demandant ce que penseraient ses parents si elle se rendait chez une inconnue sans prévenir ? Ça, je l'ignorais.
Je vis alors Ringo pencher la tête en avant, et ses longs cheveux sombres suivirent son mouvement, dissimulant partiellement son petit visage pâle.

« Merci ... Cela ne peut être que positif ... »

Un sourire étira spontanément mes lèvres. Tout d'abord parce qu'elle avait accepté mon invitation, et ensuite car il me semblait avoir décelé un changement dans sa voix. Je n'en jurerais pas, mais j'avais la nette impression d'avoir perçu comme ... une pointe de chaleur dans sa voix. Un petit quelque chose de difficilement descriptible différenciait ses précédentes phrases prononcées froidement. J'eus presque envie de soupirer nostalgiquement. Est-ce que moi aussi un jour, je pourrais laisser transparaître mes émotions au travers de ma voix, mon ton, mes intonations ? Je chassai ces pensées d'un léger haussement d'épaules. Rien ne servait de s’apitoyer sur son sort ...
Je reportai le regard sur Ringo, étudiant sa tête baissée d'un regard amusé. Et si cette cascade de cheveux de jais était censée cacher son premier sourire depuis le début de notre rencontre ? Cela voulait donc dire que ma proposition lui avait fait plaisir ? Mon doux sourire s'accentua et j'esquissai quelques pas afin de me rapprocher de Ringo. Je posai doucement la main sur sa tête et frottai affectueusement, me passant de mots pour cette fois-ci - mais tout en n'en pensant pas moins. Après tout, je crois que le ah là là, t'es toute mignonne ! que j'aurais aimé murmurer si je l'avais pu était transparu dans mon geste, non ?

Quelques instants plus tard, nous nous étions mises en route pour mon studio, Ringo marchant à mes côtés tout en portant l'un des sacs les plus grands. Je me tournais parfois vers elle pour lui adresser un petit sourire ou l'interroger du regard, histoire de voir si elle s'en sortait avec son sac volumineux. Après un petit quart d'heure de trajet, nous arrivâmes enfin devant mon chez-moi. Je souris à Ringo tout en plongeant la main dans ma poche pour y récupérer mes clés, puis déverrouillai, récupérai mes sacs que j'avais posés le temps de l'opération et ouvrit la porte d'un petit coup d'épaule. Celle-ci pivota sans bruit, révélant le petit couloir qui tenait lieu d'entrée. Initialement, ce denier était plutôt large, certainement prévu pour accueillir trois ou quatre personnes à la fois. Mais, admis-je honteusement, je l’avais tellement encombré qu'il restait à peine assez d'espace pour deux. À la droite du tapis coloré posé devant la porte s'étalait une collection de chaussures, bottines et autres sandales qu'une accro du shopping telle que moi se sentait obligée de posséder. Quelques toiles de divers formats encore emballées étaient posées contre les murs, et près d'eux se tenaient un ou deux tableaux achevés couverts d'une bâche, attendant d'être vendus. Sur le mur de gauche était accroché un grand miroir décoré aux feutres posca, et à ses côtés se dressait un porte-manteau couverts de quelques vestes aux couleurs vives.
Après être entrée, je m'effaçai pour laisser passer Ringo, puis refermai la porte de la même manière que celle employée pour l'ouvrir. Je posai mon chargement avec un soupir d'aise et invitai la jeune demoiselle à en faire autant. Je retirai mes chaussures pour me retrouver pieds nus - chose que j'adorais - et désignai du doigt l'enchevêtrement de souliers pour dire à Ringo qu'elle pouvait également se déchausser. Quand ce fut fait, j'indiquais le bout du petit couloir d'un geste théâtral du bras, pour inviter miss Hirokoi à avancer et pénétrer dans mon minuscule salon. Je lui emboîtai le pas et la laissai observer les lieux avant de lui parler - enfin, au sens figuré, évidemment.
La pièce principale de mon studio, qui tenait lieu à la fois de salon et de cuisine, était baignée par la lumière du jour grâce à une imposante baie vitrée couverte de rideaux en perles. Les murs pâles et le parquet de bois blanchi renforçaient cette atmosphère lumineuse. La partie cuisine était séparée du côté salon par un minuscule comptoir où étaient posés serviettes, verres et baguettes multicolores. Une paire de tabourets de bar s'y alignaient, pouvant être rejoints par deux autres, rangés dans un placard, au cas où je recevrais un plus grand nombre d'invités. Le - petit - salon était, quant à lui, à l'image de la cuisine : décoré de façon très ... colorée. Aucun meuble n'était brun, gris ou blanc, ce qui donnait à la pièce un côté assez arc-en-ciel. Sous un grand tapis chatoyant prenaient place un petit canapé installé en face d'une table basse en verre et d'une télévision à écran plat de petit format, le tout entouré de quelques poufs bariolés. Ce serait trop beau si je m'arrêtais là en disant que tout était impeccablement rangé ... On ne va pas se mentir, tout le pêle-mêle utile à une ado était dispatché aux quatre coins de la maison. Des mangas, des romans et des livres de cours étaient négligemment rangés sur une étagère pleine, ceux qui n'avaient pas pu trouver leur place étaient posés en pile sur le sol. Un ordinateur portable reposait sur l'un des poufs, et une DS de couleur vert anis était placée sur la table basse en compagnie de bougies multicolores, d'une télécommande et de magazines. Pour couronner le tout, j'avais oublié de ranger la dernière boîte de pâtisseries que j'avais entamée et cette dernière gisait sur le canapé. Enfin ... Le plus gros du désordre se situait dans mes projets artistiques, pour le dire ainsi, qui traînaient partout dans le studio. Dans un coin du salon, près de la baie vitrée, se tenait un chevalet métallique sur lequel reposait une toile à peine commencée. Autour de lui s'étalait mon matériel de peinture : un petit guéridon supportait une palette de bois, un pot rempli de pinceaux ainsi qu'un vieux chiffon et un verre d'eau pour rincer les pinceaux. Et enfin, mon petit atelier de couture occupait le dernier coin d'espace libre de la pièce. Des monceaux de tissus de toutes les couleurs étaient entassés sur une chaise, près d'un grand miroir posé contre le mur - et non fixé à celui-ci. Des patrons étaient soigneusement pliés aux pieds de la chaise et deux grandes trousses de couture ouvertes étaient disposées sur le sol. La pile de tissus portait un mètre et un petit coussin d'aiguilles posés en équilibre précaire. Un cintre, astucieusement accroché au coin supérieur droit du miroir, laissait voir une robe bleue inachevée.
J'esquissai un petit mouvement du bras pour me saisir de mon clavier tactile et tapait dessus à toute vitesse avant de le retourner vers Ringo :

Je suis désolée pour le désordre, je ne suis pas très organisée ... Mais sinon, installe-toi et fais comme chez toi. Tu veux boire ou manger quelque chose ? Qu'est-ce qui te ferait plaisir ?

Lorsqu'elle eut terminé de lire, je rangeai ma tablette tactile et m'avançai vers le canapé pour le remettre d'aplomb et retirer la boîte de cupcakes à la crème avec lesquels j'avais achevée mon petit-déjeuner avant de sortir pour aller au centre commercial.

Spoiler:
 


Dernière édition par Haruna Shimizu le Ven 30 Déc - 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Montre-moi comment tu peins et je te dirais qui tu es ! [Ringo H.]   Dim 11 Sep - 19:15

C'était la première depuis un moment que la jeune fille aux cheveux corbeaux ne sentit pas en danger, et se laissa dirigeait sans rien dire.
Alors que depuis près d'un an elle n'avait suivit les indications de personnes, elle envoyé balader inconnus comme professeurs, à près tout ce n'était pas parce qu'elle devait supporter leurs regards de pitié, qu'elle devait leurs montré un certain respect. C'est vrai quoi, ils étaient des êtres humains comme les autres, ils n'avaient rien faire vraiment de leurs vies et maintenant ils devaient se retrouvés à apprendre à des sales gosses des choses complètement idiotes.
Pff.. Rien d'y pensé elle était légèrement énervé...
Pas le temps de reprendre une respiration normal, elle fut déjà dans l'appartement de la jeune fille sans voix, qui s'excusa du désordre. Ringo regarda un moment ce petit espace qui était plus grand que chez elle, et qui était.. Étonnant. Cette vaste surface était remplis d'une énergie très agréable, c'était .. Euuh.. Quel était déjà ce mot ? Ah oui ! Chaleureux ! Son appartement était chaleureux, puis il était propre !
La jeune fille se dit qu'elle devait nettoyer un de ces jours son mini chez soi. Et peut-être essayé de le rendre .. Plus agréable ? Non.. C'était une idée stupide, elle n'avait pas besoin de la rendre agréable, elle ne l'aimait déjà pas, elle n'allait pas utilisé le peu d'argent qu'elle avait pour pouvoir le rendre plus vivant. Puis qui entrerais chez elle ?
Bref, ce n'était le sujet de discutions. Ringo se retrouva donc dans l'appartement, où par politesse elle avait enlevé ses chaussures, et s'était dirigeait vers le salon.
Pendant qu'elle observait un peu ces toiles cachaient par un draps, elle vit la jeune fille prendre un paquet de cup-cakes qui traînait sur le canapé pour le rangeait. Mhm.. Elle avait une petite envie de dire que ces choses étaient composé essentiellement de sucre et de graisse.. Mais bon, déjà qu'elle était invité quelque part, elle n'allait pas se la ramenait comme à son habitude.
Puis Rin' se dirigea vers le coin couture, où elle prit un morceau de tissu dans sa main, c'était doux, cela devait être sûrement très agréable à porter.
Oui, car un truc très énervant ce sont les vêtements qui grattes, piques, démanges.. Et étrangement ce sont des vêtements assez chers et de marques.
Puis elle posa la majorité de son attention sur une robe bleu accroc sur un cintre. C'était elle qui l'avait faite ? Waouuh.. Pour une fois elle était assez impressionné. Donner lui une aiguille, et la Hirokoi se blessait plus qu'autre choses, et elle pouvait même blessait les autres.
La jeune fille hésita un moment, puis prit le bas de la robe et regarda les finitions, et les ourlets. C'était bien fait, Haruna avait dût avoir l'habitude de faire ce genre de chose, puis elle de tourna vers elle.

«Tu fais ça depuis longtemps ?»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Montre-moi comment tu peins et je te dirais qui tu es ! [Ringo H.]   Ven 23 Déc - 23:19

N'obtenant aucune réponse de la part de Ringo, j'en conclus qu'elle n'avait ni faim ni soif. Je ne lui tint pas rigueur de son mutisme, bien au contraire : je peinais à dissimuler un petit sourire amusé en la voyant détailler mon petit chez-moi d'un regard presque subjugué. Je ne parvins pas à m'expliquer la cause de cette quasi-fascination, mais peu m'importait. En léchant mon doigt que j'avais trempé par inadvertance dans la crème en rangeant ma boîte de cupcakes, je regardai Ringo poser les yeux sur mon petit coin couture et effleurer quelques morceaux de tissu en désordre avant de se tourner vers moi :

« Tu fais ça depuis longtemps ? »

Un nouveau sourire étira mes lèvres tandis que je m'emparai de ma tablette tactile.

Oui, tellement longtemps que j'aurais du mal à te dire depuis quand ! Je me souviens juste que déjà toute petite, j'adorais dessiner des vêtements par-dessus les mannequins des catalogues. Plus tard, ma grand-mère m'a appris à coudre et ça m'a tellement enchantée que je passais plus de temps à concevoir des tenues pour mes poupées qu'à jouer avec ! Puis vers douze ans j'ai commencé à coudre quelques vêtements pour des anniversaires. Depuis, j'ai beaucoup progressé et je crée même des vêtements sur mesure (principalement féminins) pour me faire un peu d'argent.

Je lui adressai un petit regard d'excuse pour me faire pardonner du temps que j'avais mis à écrire. Être bavarde n'est pas un réel défaut en soi, excepté à l'écrit ! Lorsque Ringo eut terminé de lire, je rangeai ma tablette et lui adressai un petit sourire signifiant ne bouge pas, je reviens avant de me diriger vers l'entrée. J'avisai les toiles posées contre le mur couvertes d'un drap et m'efforçai de me rappeler où avais-je bien pu mettre mon dernier paquet de toiles vierges. J'arrivai finalement à les dénicher dissimulées derrière un large tableau représentant un ciel étoilé inachevé, et revint au salon avec une toile immaculée de trente centimètres sur trente entre les mains. J'ôtai une toile couverte de croquis de mon chevalet pour y placer celle que je venais d'apporter et me tournai vers Ringo avec un sourire radieux :

J'aimerais bien voir comment tu peins maintenant, enfin si ça ne te dérange pas bien sûr !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Montre-moi comment tu peins et je te dirais qui tu es ! [Ringo H.]   Jeu 23 Fév - 21:54

Lorsqu'elle voyait avec ses yeux rougeâtre tout ces vêtements parfaitement réalisés, avec une découpe, et une texture agréable, c'était fou de se dire qu'il y avait des personnes comme cela. Qu'ils faisaient ce qu'ils aimaient quelques choses de primordiales dans leurs vies. Du matin au lever jusqu'au soir au coucher ils pensaient, réalisaient ce qu'ils aimaient. Sans aucune contrainte, et un plaisir immense ils passaient des heures, des journées entières à prendre du plaisir en cousant, lisant, écrivant, jouant à un instrument, chantant, s'entraînant à n'importe quel sport, ou encore en peignant. Et lorsqu'ils effectuaient ce loisir, ils étaient tous heureux. 
Vraiment, qu'elle fille capricieuse elle faisait ! Tout ce qu'elle faisait, était le contraire de ce qu'elle aimait (ou presque). Elle se comporter comme une gamine immature, qui ne voulant pas avancer, voulant rester prisonnière du passé, en se créant un mur pour que les gens ne l’entourent pas. « Je sers à rien » « Je porte malheur à toute les personnes qui m’entourent » « Je n'aurais jamais dût naître » c'était se genre de pensées qu'elle avait eue depuis la mort de son père, et depuis elle était plongée dans ses propres ténèbres, elle votait le mal de partout, même là où il n'y en avait pas.
C'était fou, qu'une personne comme Haruna avait put, ne serait-ce qu'un instant lui montrait le bon côté des choses, des gens, de l'innocence, un simple sourire naturel, avait réussit déjà à refaire revenir un peu de lumière dans son cœur, certes ce n'était pas encore assez pour qu'elle change définitivement, mais c'était déjà cela. Elle ne pouvait pas non plus devenir quelqu'un d'autre, mais elle sentait déjà qu'elle pouvait déjà dégager un peu plus cette ombre sinistre qui la suivait de partout.
Lorsqu'elle vit la chaleur que la jeune fille muette dégageait, elle ne s'en put de la remercier à sa façon, enfin, en essayant de faire un effort, elle avait eue une idée.

« ..C'est sympa.. Tu voudrais bien...hm... m'apprendre ? »

C'était le genre de chose qu'une copine disait à une autre non ? Enfin, des personnes du sexe féminin dont les liens d'amitiés venait de naître non ? Car, une chose était sûr, Haruna était devenue sa première amie depuis plusieurs années, et ça, c'était déjà le début d'un nouveau départ pour elle.
Ne bougeant pas, comme elle l'avait demandé du regard, elle en profita pour regarder de nouveau les vêtements réalisés qui était un peu de partout.
Puis quand elle revenue, elle donna à Ringo une belle toile toute blanche, un pinceau et des tubes de peintures... Elle voulait vraiment qu'elle peigne ? Euuh... Mais.. Quoi ? C'était bien beau, mais même si elle venait d'être au club de peinture, elle n'avait pas d'imagination pour l'instant.
Réfléchis, réfléchis, n'arrêtait-elle pas de penser. Puis elle eut une idée, enfin si c'était une idée.
Elle commença faire des exquises sur la toile, avec le crayon, elle savait faire en général assez bien les paysages, bon certes, le résultats ne sera pas celui de De Vinci, mais bon, elle aura essayé.

« Euuh... je sais pas combien de temps ca va me prendre.. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Montre-moi comment tu peins et je te dirais qui tu es ! [Ringo H.]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Montre-moi comment tu peins et je te dirais qui tu es ! [Ringo H.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Une amie penses-tu, une bien mauvaise amie tu t'es fais mon beau. »
» Le Mini-jeu : Comment élever un monstre
» Comment contrer un mumak?
» comment peindre des orientaux
» L'enfant et le mur. (acrylique 41cm X 51cm)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1 :: Corbeille V.3/V.4-