Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1
Bienvenue à Konoha High School !
Depuis les événements dramatiques de 2011, beaucoup de choses ont changées... Une étrange bactérie du fond des océans vint semer la zizanie et les humains ne sont plus vraiment pareils... La ville de konoha, 25 ans plus tard, sous le signe du chaos et d'un régime totalitaire, venez vivre l'aventure !
Oserez-vous vivre dans un monde où la normalité n'existe plus ?



 

Partagez | 
 

 Un arbre à moi...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Un arbre à moi...   Ven 26 Aoû - 5:55

La sonnerie retentit, libérant Temari de ces heures déjà interminables qu'étaient les heures de cours. Dans le vacarme habituel des raclements de chaise et des effusions de voix retenues pendant relativement longtemps, elle ramassa rapidement ses affaires et sortit de la salle en évitant de bousculer et de se faire bousculer. Une fois dans le couloir, la jeune fille soupira d'aise, un agréable sentiment de liberté la submergeant enfin. Cela faisait une semaine qu'elle faisait partie des innombrables étudiants de cette prestigieuse école, mais, contrairement à ce qu'elle s'était promis de faire, elle n'avait encore pratiquement parlé à personne. Ayant passé l'intégralité de sa dernière année de collège à s'isoler et à constamment renforcer sa bulle protectrice, elle s'était tellement habituée au silence et à la solitude qu'elle ne trouvait pas la force d'aborder qui que ce soit.

La blonde passa soudain devant la grande porte de verre menant directement aux immenses Jardins du Lycée et s'arrêta, hésitante. Cette vaste étendue de verdure semblait l'appeler, l'attirer mais Temari résistait de toutes ses forces. Elle avait peut-être honte de se l'avouer, mais elle avait peur. Peur de perdre son amour infini envers son désert natal. Elle qui était tant attachée à la surface sèche et aride qui avait constitué à la fois sa terre originelle et son jardin secret, elle craignait plus que de raison que ce déluge de fraîcheur et de couleurs ne s'empare de son coeur, de son âme peut-être, et qu'il n'efface trop facilement sa fidélité envers ses dunes de sable.

Pourtant, après une semaine de résistance, la Sunienne sentait bien que son bouclier tombait, que ses défenses faiblissaient, entraînant fatalement ses pas à travers le chemin de dalle qui marquait l'entrée des Jardins. Son coeur battait la chamade, elle tremblait presque, mais ses jambes marchaient malgré elle, lentement mais sûrement vers ce paradis vert.

*Un enfer, oui ! Je ne serais même pas étonnée que toutes ces plantes inoffensives se métamorphosent en plantes carnivores géantes...*

Tout en imaginant la scène quelque peu au dessus de la réalité, la jeune fille na pouvait s'empêcher de trouver ces labyrinthes végétaux magnifiques. Les arbres se dressaient de chaque côté du chemin, créant un dôme de protection constitué d'ombres dansantes, qui, aidées du souffle de brise fraîche, saupoudraient l'atmosphère d'une douceur particulière. Des rosiers parfaitement entretenus exhibaient fièrement leurs majestueuses progénitures rouges, blanches ou rose pâle, qui s'épanouissaient sous les cléments rayons de soleil. Le son d'une fontaine, le gazouillis de quelques oiseaux chanceux, le chuintement des feuilles, accentués par le silence quasi total de ce jardin, agrémentaient le tout de leur teinte sonore indispensable à la finition de ce tableau vivant. Au milieu de cette harmonie presque irréelle,Temari avait l'impression d'être de trop. Aussi s'appliqua-t-elle à se faire la plus petite possible pour ne pas déranger les indigènes dans cette terre qui n'était pas la sienne.

Elle marcha longtemps, le temps semblait s'être arrêté, de toute manière. Elle s'était calmée à présent, un peu trop même. Elle avait le sentiment d'être plongée dans une sorte de léthargie, toute éveillée, et il lui vint à l'esprit l'espace d'un instant que Morphée lui jouait un tour. Le dieu des rêves continua toutefois son jeu d'illusion, si bien que la promeneuse finit par quitter le chemin caillouteux pour s'enfoncer parmi les trocs protecteurs et rassurants des arbres aux branches basses. Toujours dans une espèce de transe, elle marchait, un peu plus vite, cependant, s'éloignant de la voie principale. Elle en voulait plus, elle voulait essayer de se noyer dans cet océan de nature rempli d'une vie différente mais d'une majesté sans fin. Elle voulait savoir ce qui l'attirait tant depuis son arrivée à cet endroit, ce qui avait eu raison de sa résistance.

Lorsqu'enfin, sa conscience reprit le dessus, elle se trouvait dans une sorte de petite clairière aménagée, entièrement entoure de haies hautes et parfaitement taillées, telles les murs solides d'une forteresse. En plein centre, seul et solitaire, un énorme cerisier se dressait de toute sa hauteur et de toute sa splendeur. Comme c'était le début de l'automne, des pétales de fleurs rosées et orangées tapissaient le sol autour d'un banc lui même noyé sous les fragments de printemps. La jeune fille balaya la surface du banc d'un geste de la main et s'y assit, prudente et timide. A peine fût elle installée, tout contre l'arbre, protégée par ses branches noueuses, sa léthargie reprit. Seulement, cette fois-ci, un allégresse sans fin la saisie jusqu'au plus profond d'elle-même.

*Là, soit je deviens folle, soit j'ai un problème au niveau de la zone olfactive du cerveau, parce que là... J'ai vraiment l'impression de sentir l'air du désert de Suna ! Or cet endroit n'a absolument RIEN de désertique !*

Elle ferma les yeux et prit une grande inspiration. L'odeur épicée du sable dans lequel elle avait tant joué l'emplit de bien-être.

*Ça me rappelle bien des souvenirs... Mais il y a quelque chose de vraiment étrange. Je devrais être nostalgique, voire déprimée en ce moment. Et pourtant... J'ai l'impression d'être guérie...*

Un sourire amusé apparut sur ses lèvres.

*Cet arbre doit être magique...*

Et, bercée par les lointains souvenirs d'une enfance trop éphémère, elle s'endormit...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un arbre à moi...   Ven 9 Sep - 0:53

Un stylo dans la main, sa tête dans l’autre, Yuna attendait avec impatience que la sonnerie, qui annonçait la fin de cette journée de cours, daigne enfin sonné. Elle jouait avec le stylo, le faisant tournoyer entre ses doigts qui étaient devenus des experts en la matière à force de pratique. Elle ne savait pas pourquoi, mais aujourd’hui, aucun cours n’avait réussi à l’intéresser, et maintenant elle n’espérait plus qu’une chose, la fin de cet ennui. La sonnerie sonna brutalement avec son son d’habitude si brutal, mais aujourd’hui il était doux aux oreilles de la jeune Akabara qui reposa son stylo dans sa trousse et qui rangea soigneusement ses affaires dans sa trousse, et sortit rapidement de la salle. Mais en sortant de sa salle, Yuna rentra dans l’immense foule d’élève qui n’avait qu’un objectif, sortir de l’établissement et rentrer chez eux. Elle vit passer plusieurs têtes qu’elle avait déjà croisées mais sans approfondir, mais en y réfléchissant, la seule personne que Yuna connaissait vraiment ici, c’était Naruto, son blondinet aux yeux azurs. Rien que de penser à lui, la jeune Akabara partit dans les nuages, se laissant entrainer par la vague d’élèves impatients.

Mais elle reprit rapidement ses esprits en recevant un léger coup dans le dos, provenant certainement d’un élève qui courrait pour rentrer chez lui. Yuna décida de sortir de cette vague infernale en changeant de couloir, elle marcha quelques minutes qui furent extrêmement courtes avant de sourire en voyant l’immensité multicolore devant elle. Elle était arrivée dans les jardins de l’école, mais ça ne l’étonna pas énormément de s’y être rendu inconsciemment, ce n’était pas la première fois que ça lui arrivait, et ce n’était certainement pas la dernière.

Yuna aimait ce lieu calme et paisible, idéal pour réfléchir et oublier ses soucis. C’était d’ailleurs dans un jardin qu’elle avait retrouvé son blondinet après être revenue à Konoha, elle avait sécher les cours pour venir dans les jardins et réfléchir, et par chance, Naruto était là aussi. Mais lui c’était tout simplement endormi sur de la musique contre un muret, et alors qu’il venait de se relever, elle lui était rentrée dedans. Et maintenant, la jeune Akabara si rendait assez souvent, histoire d’oublier son passé et ses disputes avec sa mère, de ne plus rien penser qu’à l’instant présent. L’automne débutait et les arbres commençaient à perdre leurs feuilles, et une part de leur beauté, mais ils la retrouveraient lorsque le printemps arrivera de nouveau. Un léger vent souffla, faisant danser les cheveux de Yuna qui s’efforçait de les bloquer derrière ses oreilles afin qu’ils ne la gênent pas. Elle aimait quand le vent commençait à souffler doucement, elle avait parfois l’impression, quand elle était perdue dans ses pensées, qu’il allait la prendre et l’emporter loin d’ici. Elle aimait aussi les nombreux rosiers dont les roses, ses fleurs préférées, étaient de toute beauté, et même si les blanches étaient belles et neutre, elle avait une préférence pour les roses rouges, les Akabara. Coïncidence ? Surement, mais Yuna n’en savait trop rien, elle n’y avait jamais vraiment réfléchie.

Yuna regarda sa montre et remarqua qu’il était encore assez tôt et qu’elle pouvait encore rester ici quelques temps, histoire de ce détendre un petit peu. Mais au cas où elle ne verrait pas le temps passer, elle prit son portable et envoya à son jumeau qu’elle serait peut-être en retard, n’y plus, n’y moins, il la connaissait assez pour savoir où elle était sans qu’elle le lui dise. La jeune Akabara décida de se rendre au cerisier où elle avait l’habitude de se rendre quand elle venait ici. Elle commença à se diriger vers l’arbre en question, regardant au passage la majestueuse végétation qui se dressait tout autour d’elle, et les rares personnes encore présentes en ces lieux à cette heure. Yuna ne mit pas très longtemps à arriver près de son arbre habituel, entouré d’une forteresse de verdure, faisant de ce lieu, un lieu calme et rassurant. Mais lorsqu’elle vit le banc où elle avait l’habitude de s’asseoir, la jeune Akabara fut surprise d’y voir une fille endormie. Yuna la regarda avant d’être confronté à un dilemme, devait-elle la réveiller, ou bien la laisser dormir et rentrer chez elle sans rien faire ? S’il y a bien une chose que la jeune Akabara déteste, c’est d’être confrontée à ce genre de problème.

* Bon…je fais quoi maintenant…est-ce que je la laisse dormir ici ou je la réveille ?.... Bon c’est vrai que je pourrais m’asseoir à côté d’elle sans faire de bruit. Mais le temps commence à se rafraichir, elle va sans doute attraper froid si je la laisse dormir ici…*

La décision était prise, Yuna s’approcha alors doucement d’elle et posa sa main sur l’épaule de la jeune fille, la secouant légèrement afin de l’enlever aux bras de Morphée tout en parlant d’une voix douce.

- Hey…réveilles-toi…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un arbre à moi...   Ven 9 Sep - 2:12

Temari flottait dans un doux nuage de brume. Elle n'entendait rien, ne voyait rien... tout autour d'elle n'était qu'un dense brouillard. Soudain, une forme, floue d'abord, apparut devant elle, néanmoins dissimulée par l'épais rideau qui l'entourait. Temari tenta de s'approcher du seul objet peut-être consistent de cette dimension, mais ce fût en vain. Elle tenta de lui parler, mais aucun son ne sortit de sa gorge. Alors elle se contenta d'observer l'ombre se muer en une silhouette humaine, et au fur et à mesure que la brume se dissipait, elle pouvait aisément constater qu'elle était masculine. Cependant, les traits de son visage demeuraient très imprécis, tellement que la jeune fille n'arrivait à distinguer aucune de ses caractéristiques faciales. Étrangement, cela ne l'empêcha pas d'admirer son petit sourire en coin, clairement dessiné sur ses lèvres. Un sourire qui la fit frissonner...

Soudain, tout redevint flou. Temari vit avec regret le jeune homme disparaître petit à petit tandis que sa vision devenait de plus en plus sombre. D'abord perdue et agacée, elle réalisa alors qu'elle émergeait du monde des rêves, et ce par l’intermédiaire de petites secousses qu'elle sentait de plus en plus nettement sur son épaule.

"- Hey…réveilles-toi…"

Une voix féminine inconnue acheva de la réveiller, et la Sabaku no papillonna des paupières, le temps d'habituer ses yeux à la lumière, et de dissiper le reste de brouillard de son esprit. Soudain, elle se souvint qu'elle s'était assise sous le cerisier, dans son lycée, et en déduit qu'elle s'était sûrement assoupie par la suite.

*Oh, mon dieu ! Il fait sûrement super tard ! A moins que je n'aie passé la nuit dans le bahut...*

Sur ces pensées quelque peu inquiétantes, la Sunienne se releva d'un bond, avant d'enfin remarquer la jeune fille qui se tenait en face d'elle, la fixant sûrement depuis un bon moment. Il fallut à notre blonde un autre temps de réaction avant de porter sa main vers sa couette basse droite et d'entortiller ses mèches dorées encore plus en bataille que d'habitude, dans un tic gêné.

"- Ah ! Bonj... Heu... Bonsoir ! Je suppose que c'est toi qui m'a réveillée..."

Elle émit un petit rire nerveux en se traitant mentalement de gourde...

"- Je suis désolée pour mon réveil trop brusque, enchaîna la blonde, plus posément. Et merci de m'avoir réveillée... Heu... Je peux savoir quelle heure il est, s'il te plait ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un arbre à moi...   Ven 9 Sep - 21:47

Après quelques instants, la jeune fille inconnue ouvrit doucement les yeux, Morphée l’ayant finalement libérée. Elle cligna un peu des yeux, surement pour s’habituer à la lumière du jour, même si cette dernière se faisait plus faible en ce début de soirée, avant de se lever d’un coup, faisant reculer Yuna surprise d’un pas. Elle ne s’attendait pas, mais alors pas du tout à ce genre de réaction. L’inconnue remarqua l’a remarqua enfin et Yuna put la regarder enfin dans les yeux. Ces derniers étaient d’un magnifique vert sapin, mais ce qui « marqua » le plus la jeune Akabara ce sont ses cheveux blonds attachés en quatre couettes d’une symétrie parfaite, surement acquise après plusieurs années d’essai. La jeune fille posa sa main sur une de ces couettes et se mit à tortiller ses cheveux, sans doute un tic comme Yuna avait, sauf qu’elle, elle jouait avec ses doigts.

"- Ah ! Bonj... Heu... Bonsoir ! Je suppose que c'est toi qui m'a réveillée..."
- Oui, en effet c’est moi…

Yuna ne savait pas trop quoi faire, les rencontres et les contacts avec les gens, ce n’était pas vraiment son point fort, loin de là. Mais à en constater par le rire nerveux de la jeune fille, elle ne devait pas non plus être très à son aise.

"- Je suis désolée pour mon réveil trop brusque, enchaîna la blonde, plus posément. Et merci de m'avoir réveillée... Heu... Je peux savoir quelle heure il est, s'il te plait ?"

La jeune Akabara fut soulagée en entendant les remerciements de la blonde, elle ne lui en voulait pas de l’avoir réveillée. Yuna regarda alors sa montre pour répondre à la question de la jeune fille. 17h30, ce n’était pas très tard pour la jeune Akabara, elle décida de répondre à la question qui lui avait été posée.

- Ne t’inquiète pas il n’est pas très tard, il est 17h30…Et ne t’en fait pas pour ton réveil, j’ai un peu l’habitude.

C’est vrai que Yuna a parfois l’occasion de réveiller son frère, et lorsque c'est le cas, ce dernier se réveille tellement brutalement qu’elle tombe à la renverse certaine fois, malgré le fait qu'elle s'y attende. Un petit sourire apparut sur le visage de la jeune Akabara à cette pensée. Mais rapidement son attention se reporta sur la jeune…Yuna constata qu’elle ne connaissait toujours pas le nom de la jeune fille qu’elle avait réveillé.

- Heu…Comment tu t’appelles ? Je ne t’ai jamais vu dans le coin, tu es nouvelle ?

Deux questions d’affilées, l’un des plus grands défauts de Yuna revenait au galop : La curiosité. Elle savait que ce n’était pas bien d’être trop curieuse, ça lui avait attiré des ennuis par le passé, mais c’était plus fort qu’elle, elle devait poser des questions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un arbre à moi...   Sam 10 Sep - 14:45

- Ne t’inquiète pas il n’est pas très tard, il est 17h30…Et ne t’en fait pas pour ton réveil, j’ai un peu l’habitude.

Temari soupira de soulagement et se détendit. Elle n'avait pas peur de la réaction de son tuteur, loin de là. De toute manière, elle savait qu'il rentrait lui même très tard de son travail, et qu'il passait faire les courses tous les soirs sur le chemin du retour, alors... C'était surtout le fait de laisser Gaara seul à la maison un peu trop longtemps, avec un Kankuro qui ne saurait rien faire en cas de crise, qui l'inquiétait au plus haut point. Soeur poule ? Et alors ?

La blonde ne posa pas de question concernant la deuxième partie de la réponse de son interlocutrice. Elle n'était pas de nature curieuse et préférait laisser les gens s'exprimer plutôt que de leur soutirer des informations personnelles, mais elle ne put s'empêcher d'analyser le petit sourire qui apparut sur les lèvres de la jeune fille devant elle. Apparemment, les réveils brusques devaient être liés à une personne importante à ses yeux pour lui tirer un tel sourire affectueux... C'est alors que Temari eut un petit sursaut en rencontrant enfin les yeux de son vis-à-vis. Des pupilles d'une incroyable couleur améthyste ! Les nuances de rose se mêlaient en un chaos presque étudié, donnant à ses iris une profondeur et une teinte semblable à un tableau peint par un peintre talentueux et passionné. La blonde resta un instant interdite avant de se permettre de détailler la détentrice de ces pierres précieuses, discrètement, pour ne pas la gêner.

Elle avait de longs cheveux bleutés, dont les reflets un peu argentés brillaient sous la douce lumière du soir, et ses traits fins affichaient une petite expression rêveuse qui s'harmonisait avec les traits plutôt fins de son visage d'adolescente, et la Sabaku no la jugea mignonne. Elle se demanda soudain si elle avait le même âge qu'elle, à quelle section elle appartenait...

*Ouais, ben, commence par lui demander son nom, tu ne crois pas ?* ironisa-t-elle pour elle même.

Mais avant qu'elle n'aie pu ouvrir la bouche, son vis-à-vis posa elle-même la question qui lui brûlait les lèvres :

- Heu…Comment tu t’appelles ? Je ne t’ai jamais vu dans le coin, tu es nouvelle ?

Face à la double question, Temari sourit, amusée.

-Je m'appelle Temari, Sabaku no Temari. Et oui, je suis nouvelle, en 1ère année en fait. Et... Et toi ? demanda-t-elle en retour avec un sourire gêné.

La blonde aux couettes faisait un effort pour communiquer, trouvant cette situation idéale pour reprendre contact avec le monde et connaitre son nouvel entourage après avoir passé une année entière recluse dans son coin, seulement accompagnée de regrets.

-Tu... tu es de Konoha ?

Elle avait posé la question un peu trop subitement, et le moment n'était pas très approprié, et, à vrai dire, elle espérait que la réponse serait négative. Elle conservait un certain ressentiment envers cette ville dans laquelle elle se sentait comme emprisonnée, depuis qu'elle avait été, comme elle le perçoit, bannie de sa ville natale.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un arbre à moi...   Sam 10 Sep - 19:19

-Je m'appelle Temari, Sabaku no Temari. Et oui, je suis nouvelle, en 1ère année en fait. Et... Et toi ?

Temari…C’est un joli prénom, et Yuna avait le sentiment qu'li lui correspondait plutôt bien. Temari, était nouvelle à Konoha, un peu comme elle…Bon, Yuna était certes, née ici et y avait déjà vécu deux trois ans, mais elle était partie longtemps et était revenue il y a moins d’un an. Elle se considérait un peu comme une nouvelle, n’ayant pas beaucoup de connaissance, mais si on prenait le temps, elle ne l’était pas. Et, dernière information qu’elle venait de recevoir de la Sabaku no c’était qu’elle était en première année, ce qui faisait un point commun de plus entre elles. Maintenant c’était à la jeune Akabara de ce présenter.

- Enchantée de te rencontrer Temari, moi c’est Yuna Akabara. Et je suis en première année tout comme toi.

Yuna était heureuse de rencontrer une autre personne qui était en première année, mais maintenant, la curiosité de la jeune Akabara repris le dessus et elle voulut en savoir plus sur son interlocutrice. Mais ce fut sans compter l’intervention de cette dernière qui posa une question assez…comment dire…inhabituelle pour Yuna.

-Tu... tu es de Konoha ?

La question l’a surprise un peu au début, mais la fit rapidement réfléchir. D’un côté elle se sentait de Konoha, ayant vu le jour ici. C’est ici aussi qu’elle a passé les meilleures années de sa vie, et qu’elle comptait encore passer avec Naruto, mais au fond de son cœur, le doute persiste toujours. Ayant déménagé tellement de fois, Yuna ne sait pas vraiment d’où elle était. Malheureusement, elle n’eut pas le temps de réfléchir plus sur le sujet, elle pouvait y passé des heures, et Temari attendait une réponse, même si elle pensait que le moment n’était pas idéale pour ce genre de question. D’ailleurs Yuna se demandait pourquoi Temari lui avait posé une telle question, mais aussi pourquoi elle y répondait. Mais ça elle le lui demanderait plus tard.

- Ben…Enfaite, je suis née à Konoha…mais j’ai tellement déménagé dans ma vie que je ne sais pas vraiment…

Yuna était un peu gêné par sa propre réponse, ce n’était pas très clair…même dans sa tête. Elle observa Temari, attendant sa réaction face à cette réponse, encore un des défauts de Yuna, elle observe et analyse tout. Cette mauvaise habitude qu’elle a prise en voulant tout le temps protéger son frère jumeau des garçons qui s’amusait à l’embêter, et depuis cette époque, elle continue d’observé tout le monde.
Tout en observant Temari, Yuna réfléchissait à ce qu’elle allait bien pouvoir dire pour continuer la conversation. Et la réponse à sa question ne se fit pas longtemps priée.

- Et toi Temari ? Tu viens d’où ?

Cette question était tout à fait logique, Yuna avait répondu à Temari alors pourquoi cette dernière n’en ferai pas autant, après tout, c’est elle qui avait commencé sur ce sujet. Bon…il est vrai que Yuna aurait pu changer de sujet, mais sa curiosité qu’elle maudissait la poussé à continuer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un arbre à moi...   Dim 11 Sep - 2:33

Après avoir posé sa question quelque peu bizarre, Temari vit une expression de surprise passer sur le visage de Yuna. La blonde attendait le verdict avec un peu d'anxiété car, il fallait l'avouer, cela lui faisait énormément plaisir de faire connaissance avec une personne de son âge, de son lycée, et de son niveau. A force d'isolement, la Sunienne avait un peu perdu l'habitude de converser avec les gens, en dehors de ses frères et de Baki, son tuteur, qu'elle connaissait trop bien, et auxquels elle était trop attachée pour pouvoir les ignorer. Yuna sembla réflechir un instant, et la Sabaku no se demanda la raison de cette réflexion. D'habitude, les gens répondaient directement, et avec facilité à une question de la sorte, comme pour montrer qu'ils avaient leurs racines, qu'ils connaissaient leurs origines et qu'ils n'étaient en aucun cas des feuilles perdues. Sa réponse ne tarda cependant pas plus que cela.

- Ben…Enfaite, je suis née à Konoha…mais j’ai tellement déménagé dans ma vie que je ne sais pas vraiment…
- Ah...

Temari ne sut pas comment le prendre. Du fait qu'elle était née à Konoha, elle était indéniablement une Konohienne. Mais la deuxième donnée, celle de ses fréquents déménagement, laissaient planer l'hypothèse d'une personnalité riche et un esprit ouvert, loin de ceux pleins à craquer de clichés et de préjugés de ses camarades de collège. Car c'était bien à cause d'eux, et de ses pensées en noir et blanc, bien sûr, qu'elle avait passé sa troisième coupée du reste du monde.

- Et toi Temari ? Tu viens d’où ?

Elle s'attendait à cette question. C'était l'une de celles qui étaient communément utilisées pour allonger les conversations et faire connaissance en poursuivant le sujet que l'autre avait lancé. Mais aucune pensée négative ne traversa son esprit à ce sujet, loin de là. C'était simplement un constat qu'elle avait fait, presque automatiquement. Oui, Temari analysait souvent le comportement de ses vis-à-vis, leurs réactions, leurs réponses et les techniques qu'ils utilisaient, consciemment ou pas, pour communiquer avec les autres. Elle ne pouvait s'en empêcher, c'était devenu une sorte d'habitude dont elle ne se plaignait pas, loin de là. Grâce à elle, on ne pouvait en aucun cas la qualifier de naïve... La question, cependant, lui arracha un sourire triste et mélancolique, avant qu'elle ne réponde, à moitié submergée par ses souvenirs :

- De Suna... J'y ai toujours vécu jusqu'à il y a un an où j'ai dû déménager ici...

Elle venait du désert, oui, mais appartenait-elle toujours à cette étendue de sable ? Sa ville natale l'avait-elle reniée ? Pouvait-on ne plus la considérer comme une Sunienne à cause de sa filiation ? Temari eut une pensée peu respectueuse pour son père... Ou plutôt, cet homme qui l'avait coupée de ses racines tant chéries. Sur ces pensées amères, son sourire s'effaça, et elle oublia un instant Yuna pour laisser un nuage sombre et orageux embrumer ses iris verts. Ce qu'elle pouvait le haïr, cet homme !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un arbre à moi...   Mar 13 Sep - 0:38

Spoiler:
 

Yuna observait Temari, attendant sa réponse, même si elle essayait en même temps de de deviner la réponse. Elle observait tout ce qui aurait pu lui permettre de deviné la réponse, la couleur de peau, l’accent, mais là elle n’arrivait pas à trouver, elle allait devoir attendre la réponse qui ne se fit pas priée bien longtemps.

- De Suna... J'y ai toujours vécu jusqu'à il y a un an où j'ai dû déménager ici...
- Je vois…

En plus de cette réponse, Yuna remarqua le sourire triste de Temari. Visiblement, sa ville natale lui manquait. La jeune Akabara savait à quel point un déménagement peu faire souffrir, même plusieurs années, ce qui lui permettait de comprendre un peu la Sabaku no. Mais d’un autre côté, Temari avait vécu toute sa vie à Suna, et n’avait jamais déménagé, elle devait avoir des liens fort dans cette ville, contrairement à Yuna qui n’était jamais vraiment resté dans une même ville bien longtemps, et c’est un peu ce qui empêchait Yuna de comprendre totalement son interlocutrice.
Mais rapidement, la tristesse de Temari disparut, laissant apparaître un regard que la jeune Akabara connaissait assez, un regard colérique qu’on lance quand on en veut à quelqu’un. Et si elle le connaissait, c’est parce qu’elle aussi l’utilisait parfois à l’époque, quand on lui parlait de sa mère. Quand elle y pense maintenant, c’est vrai que ça ne valait pas la peine de lancer ce regard, mais elle n’y pouvait rien. Mais a en jugé par le regard qu’elle lançait, Temari devait vraiment en vouloir à la personne à laquelle elle pensait. Il valait mieux changer de sujet, celui-ci commençant à devenir un peu plus délicat, mais il y a toujours l’éternelle question : de quoi parler ? Surtout quand on n’est pas une experte en relation humaine.
Yuna commença à jouer avec ses mains, mais pour une fois ce n’était pas à cause de la nervosité, ou de la gêne, elle réfléchissait et ses mains bougeaient sans qu’elle ne le veuille, encore un de ses nombreux tics…elle en avait tellement que même si elle le voulait, elle ne pourrait pas tous les compter, et encore moins essayer de les contrôler. Quelques secondes après avoir commencé à chercher, Yuna trouva enfin quelques choses à dire à la Sabaku no.

- Heu…Sinon, dis-moi, tu m’as dit que tu étais en première année…tu es dans quelle section ?

Une question qui paraissait stupide aux yeux de Yuna, mais c’était tout ce qu’il lui était venu en tête. Une question sans rapport avec les précédentes, comme un cheveu sur la soupe. La jeune Akabara faisait souvent ça lorsqu’elle ne savait plus trop quoi faire, mais ça se voyait non seulement sur ses paroles, mais le changement total et imprévisible se faisait aussi avec ses émotions. Yuna est capable de passer d’une colère noire à une joie sans limites, ce qui a pour don de perturber parfois ses interlocuteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un arbre à moi...   Mar 13 Sep - 3:46

Toute à ses pensées pas très roses, Temari oublia un instant la présence de Yuna, laissant son corps à la merci des images de son passé qui défilaient en boucle dans son esprit. C'est ainsi que ses yeux s'étaient mués en deux grandes mares de noirceur et de haine, toute dirigée contre son défunt géniteur... Jusqu'à ce que ses oreilles, seules organes encore ouvert au monde extérieur, captèrent une voix étrangère, et la Sabaku no reprit soudain conscience de son présent.

- Heu…Sinon, dis-moi, tu m’as dit que tu étais en première année…tu es dans quelle section ?

Son retour sur terre fut marqué par un léger sursaut, ses yeux s'écarquillèrent et son tic gêné revint instantanément à la charge. Ses mèches blondes torturés sous ses doigts fébriles, elle chassa vite fait bien fait le voile sombre de son regard, et son expression afficha naturellement un air enjoué et un peu honteux. Temari avait compris à la légère hésitation de son interlocutrice que celle-ci avait perçu le changement qui avait eu lieu suite à sa réponse trempée de mélancolie. Elle lui sourit donc, reconnaissante pour cette tentative de changement de sujet, qui, bien que flagrante, avait atteint son but premier : La tirer de ses idées noires.

- Section Sciences. C'est parce que je suis passionnée de chimie, en fait, expliqua-t-elle afin de chasser cette atmosphère assez lourde qu'elle avait involontairement créer.

Temari se traita mentalement d'idiote. Elle avait enfin l'opportunité de sortir de sa bulle blindée, chose qu'elle s'était résolu de faire en premier, c'est à dire, avant ses frères, question de se donner l'impression d'être une bonne Nee-chan et qu'elle s'était relevée la première pour donner l'exemple. Plan qui avait lamentablement échoué car, si elle avait passé sa première semaine à éviter de croiser qui que ce soit, bien malgré elle, son cadet d'un an, Kankuro, s'était fait une amie en moins de trois jours. Il le lui avait annoncé ce matin-là, au petit déjeuner, avec un air détaché comme si c'était une banalité.

*Peut-être que c'en est une pour lui, remarque* pensa-t-elle, blasée contre sa propre insociabilité.

Aussi fit-elle un effort supplémentaire en utilisant la technique habituelle d'allongement des conversations : le retour de la question :

- Et toi ? Tu n'es pas dans la même section que moi, n'est ce pas ? Je l'aurais remarqué, sinon...

C'est que, mine de rien, elle avait bien passé sa première semaine à observer chacun de ses camarades de classe dans ses moindres détails. Jusqu'à leurs tics et leurs moues et réactions face au discours des professeurs. C'était là la raison principale pour laquelle elle optait toujours pour une place au fond de la salle, place qu'elle choisissait avec soin, pour avoir un angle d'observation optimal et une vue acceptable sur le tableau en même temps. En fait, elle s'était également résolu à se reprendre en main, question résultats scolaires. Ceux de l'année précédente n'avaient rien de glorieux, mais il fallait avouer qu'elle ne faisait absolument aucun effort. D'autant plus que, dans son village natal, elle était toujours parmi les premiers de son école ! Temari Sabaku no ne pouvait se permettre de laisser s'envoler sa gloire sans rien faire pour la retenir...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un arbre à moi...   Jeu 15 Sep - 0:13

Les yeux de Temari s’écarquillèrent et ses cheveux subirent à nouveau une séance d’entortillement. Yuna fut rassurer en voyant les yeux verts se radoucirent, alors que le visage prenait un air à la fois enjoué et quelque peu honteux. Temari ne devait pas se rendre compte de l’expression de son visage, et la question que Yuna lui avait posée l’avait tirée de ses songes.

- Section Sciences. C'est parce que je suis passionnée de chimie, en fait.

Une passionnée de chimie ? Le contraire de Yuna, même s’il est vrai qu’elle s’était toujours bien tirée dans les matières scientifiques, elle préférait de loin l’art aux expériences de laboratoire. C’était encore un des points communs que Yuna avait avec son frère jumeau, même si elle préférait les mangas aux tableaux. La jeune Akabara aimait pouvoir montrer aux autres sa créativité, qui était à la fois, graphique et littéraire. Elle aimait inventer des histoires et des personnages, même si en générale ses histoires finissent assez mal. On peut qualifier ses histoire de tragédie car à chaque fois, le héros sait qu’il va mourir, et il ne fait rien pour l’en empêcher, il accepte son destin sans bronché. Pourquoi ? Yuna n’en savait strictement rien, c’était comme ça et elle n’y pouvait rien du tout.
Temari reprit la parole avec la technique habituelle pour prolonger une conversation, elle retourna la question à la questionneuse.

- Et toi ? Tu n'es pas dans la même section que moi, n'est-ce pas ? Je l'aurais remarqué, sinon...

Ce raisonnement était tout à fait logique et juste, Yuna aussi avait eu ce raisonnement en ce questionnant sur son interlocutrice, et, se doutant que la Sabaku no allait lui renvoyer sa question, elle savait qu’elle devait y répondre. Finalement Yuna se demandait si elle n’avait pas un peu l’esprit scientifique…

- C’est vrai. Moi je suis dans la section art comme mon frère jumeau.

L’Akabara se demandait parfois si les gouts et les habitudes étaient dus à la génétique, c’était vrai qu’elle et Alone avaient un grand nombre de points communs, même s’il est vrai que au niveau caractère ce n’était pas trop ça, niveau gout les jumeaux se ressemblaient beaucoup. Ils aimaient tous les deux l’art, ils aimaient les mêmes nourritures et détestaient les mêmes. Il y avait vraiment de quoi se poser des questions.
Soudain, Yuna se demanda une chose : Que faisait Temari dans les jardins alors que les cours étaient finis, en général tout le monde cherchait à rentrer au plus vite chez lui, et ne restait pas là. Bon, c’est vrai que Yuna était là, mais elle avait besoin de venir ici pour se reposer et réfléchir en paix, même si aujourd’hui elle avait plutôt envie de chanter que de réfléchir.

- Au faite Temari, pourquoi tu t’es venue dans les jardins alors que les cours sont finis ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un arbre à moi...   Jeu 15 Sep - 1:51

- C’est vrai. Moi je suis dans la section art comme mon frère jumeau.

Alors comme ça, elle avait un frère jumeau ? Temari se prit à se demander si elle était une Nee-chan aussi, comme elle, et si c'était le cas, quelle sorte de Nee-chan elle était. La Sabaku no se savait un peu trop protectrice envers Gaara et Kankuro. Elle n'y pouvait rien, c'était instinctif ! Elle leur avait offert tout l'amour qu'elle n'avait pu donner à aucun de ses parents, sa mère étant trop vite partie et son père n'ayant jamais rien fait pour le mériter... Elle les aimait plus que tout au monde et serait prête à faire tout un tas de sacrifices pour leur bonheur, mais dans sa situation, la seule chose qu'elle pouvait faire pour le benjamin était de le veiller lors de ses crises et faire comme si rien ne s'était passé après, et pour son cadet d'un an le conseiller et le couver de temps en temps lorsqu'elle en ressentait le besoin. En cela, Temari se sentait désagréablement impuissante...

- Au faite Temari, pourquoi tu es venue dans les jardins alors que les cours sont finis ?

L'interrogée sourit à Yuna en réfléchissant à une réponse logique et rationnelle. Elle opta finalement pour la vérité :

- Je n'en sais absolument rien, avoua la blonde en riant. Je me suis retrouvée ici presque malgré moi, en fait... Tu ne saurais pas si cet endroit serait enchanté ? Ou alors il abrite une fée, qui sait ! Ajouta-t-elle d'un air complice et joueur.

Un petit rire enfantin lui échappa lorsqu'elle prononça ces mots sans queue ni tête. Elle aimait tellement les histoires d'êtres magiques lorsqu'elle était enfant qu'elle les lisait en cachette derrière une dune de sable lorsque son père était occupé. Elle avait un vague souvenir de sa mère lui lisant un conte de fée, mais elle ne se souvenait plus lequel... Elle avait pourtant maintes fois essayé... En bonne Nee-chan, elle avait essayé d'initier ses frères à ces épopées fantastiques, en vain. Aucun des deux ne l'écoutait lorsqu'elle leur racontait ses passages préférés, ils avaient toujours quelque chose à faire lorsqu'elle voulait leur faire une séance de contes, et lorsqu'ils en eurent l'âge et le courage, ils lui dirent clairement que ces messieurs, je cite "n'en avaient rien à cirer de ses histoires à dormir debout", selon une jolie formulation de Kankuro. Et petit à petit, elle avait fini par abandonner elle-même ses livres, s'intéressant de plus en plus aux choses plus concrètes et plus réalistes : La science.

- Comment ça se fait que tu sois seule alors que tu dois être dans la même classe que ton frère ? demanda-t-elle par curiosité.

*Elle en a de la chance, d'ailleurs...* ajouta Temari pour elle-même.*Raaagh ! Vivement l'année prochaine que Kankuro me rejoigne !*

A peine une semaine qu'elle était seule dans l'établissement qu'elle en avait déjà assez ! Il est vrai que la seule idée de la séparation de ces trois-là mettait la lycéenne en état d'alerte. Se séparer de ses frères adorés ? Impossible !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un arbre à moi...   Jeu 15 Sep - 22:28

- Je n'en sais absolument rien, je me suis retrouvée ici presque malgré moi, en fait... Tu ne saurais pas si cet endroit serait enchanté ? Ou alors il abrite une fée, qui sait !

Temari avait dit ça d’un air joueur, ce qui fit apparaitre un sourire sur le visage de Yuna, un sourire doux que l'on lance quand on pense à un souvenir heureux. Mais ce qui fit le plus sourire Yuna c'est le fait qu'elle avait pensé la même chose à son retour. C’était près de cette arbre qu’elle avait revu pour la première fois Naruto après avoir déménagé, et depuis, elle venait souvent ici sans savoir pourquoi, c’était comme ça. Mais rapidement Temari la tira de ses pensées.

- Comment ça se fait que tu sois seule alors que tu dois être dans la même classe que ton frère ?

C’est vrai qu’en temps normal elle aurait été avec son frère, mais cela faisait plusieurs jour qu’il était malade et qu’il ne pouvait pas quitter son lit avec la fièvre qu’il avait. Tout ça parce qu’il voulait peindre en pleine lune, mais la vue qu’il avait de sa chambre ne lui plaisait pas, alors il était sorti dehors pour peindre, et manque de chance, il est tombé malade à cause du froid. Mais ce n’était pas faute de l’avoir prévenu, plusieurs fois Yuna lui avait dit de mieux se couvrir quand elle le voyait sortir, mais il n’en a fait qu’à sa tête et voilà le résultat. Yuna était, ce qu’on pouvait appeler une nee-chan surprotectrice, et elle en était très fière quand elle était plus jeune. Bon elle l’était toujours maintenant, mais c’était différent…Peut-être parce que Alone n’était plus le seul homme dans sa vie. Yuna n’en savait trop rien, elle passait moins de temps avec lui récemment, mais ça ne gênait pas trop son frère qui pouvait désormais respirer un peu plus. Mais malgré ça, elle était quand même assez souvent derrière lui, en cours notamment pour continuer son rôle de grande sœur.

- Enfaite, il a attrapé froid et il ne peut pas quitter son lit depuis quelques jours. Résultat je me retrouve seule en cours.

En plus, se retrouver seul en cours ne plaisait pas beaucoup à Yuna. A l’extérieur, ça ne la gênait pas tellement, mais elle trouvait les cours assez souvent ennuyeux. Ce qui la sauvait, c’était qu’Alone arrivait à parler tout en suivant le cours, comme elle, encore un point commun entre eux. Bon c’est vrai qu’elle voyait Naruto à certaine pause et à certain repas du midi, mais sinon elle était seule.

- Et toi tu as des frères ou des sœurs ?

Yuna voulais savoir si son interlocutrice avait des frères ou des sœurs, et si c’était le cas et qu’elle était en plus l’ainée, si elles étaient aussi protectrice l’une que l’autre. Car Yuna se demandait depuis quelque temps si d’autres personnes couvaient leurs cadet ou cadettes comme elle le faisait avec Alone. Enfaite elle voulait savoir si elle devait moins le protéger, si c’était normale qu’une grande sœur, même de quelques minutes seulement, couvait son cadet autant qu’une grande sœur de plusieurs années.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un arbre à moi...   Lun 19 Sep - 15:50

- Et toi tu as des frères ou des sœurs ?

Temari sourit à la question, et adopta un ton fier et tendre pour présenter sa petite famille qu'elle aimait tant.

- Oui, j'ai deux petits frères. Le plus âgé des deux s'appelle Kankuro. Il est plus jeune que moi d'un an. Même s'il est paresseux, prétentieux et souvent casse-pieds, il a un sens de l'humour particulier et me fait beaucoup rire. Et le bébé de la famille, enfin... Il a treize ans, maintenant, ce n'est plus un bébé ! Bref, Gaara est un peu réservé et assez timide. Il ne parle pas beaucoup, mais il est très intelligent. En fait, je crois même qu'il est un peu surdoué... ajouta-t-elle avec un grand sourire.

Soudain, elle se rendit compte de l'exposé qu'elle avait fait à sa nouvelle amie alors que sa question ne demandait pas tant d'informations d'un coup. Elle fit un sourire gêné.

-Oh ! Excuse-moi, tu n'en demandais pas tant... Je me suis laissée emporter par mes instincts de grande soeur poule !

Elle avait aussi volontairement omis la situation psychologique de son plus jeune frère. Pas qu'elle n'appréciait pas Yuna, mais elle avait appris à ses dépends qu'il ne fallait jamais faire confiance trop vite. D'autant plus qu'elle venait à peine de la connaître, il ne fallait pas précipiter les choses, au risque de tout faire rater... Elle qui se réjouissait à l'instant de renouer des liens avec son entourage, elle ne voulait en aucun cas tout ruiner par elle même, ce serait vraiment trop bête !

Soudain, elle se rendit compte que, toute à ses bavardages enthousiastes, elle avait complètement oublié le temps qui passait, et qu'il faisait à présent presque noir alors qu'elles étaient toujours dans l'enceinte du bâtiment du lycée. Écarquillant les yeux en réalisant qu'elle serait vraiment en retard, elle s'écria :

-Oh ! Kankuro et Gaara doivent déjà être à la maison depuis longtemps ! Et vu que l'autre incapable ne sait rien faire, il doit être en train de gémir de faim vautré sur le canapé ! devina Temari, comme pour elle même.

*En espérant qu'il ne soit pas en train de paniquer devant un Gaara en pleurs...* ajouta-t-elle pour elle-même.

Un éclair de malice traversa ses yeux verts et elle se mit brusquement à courir en prenant au passage le bras de Yuna. Elle riait d'amusement, savourant le mouvement continu de ses jambes dans la fraîcheur du soir qui commençait à s'installer, et la compagnie qu'elle commençait un peu à apprécier. Elle sortit du jardin, puis du bâtiment, pour s'arrêter à la porte de l'établissement, essoufflée d'avoir couru et rit en même temps. Ses yeux se posèrent sur la jeuen fille aux yeux améthystes et la Sabaku no lui sourit amicalement.

-Je vais à droite. Tu prends quel chemin, toi ? demanda-t-elle avec insouciance.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un arbre à moi...   Jeu 22 Sep - 21:01

- Oui, j'ai deux petits frères. Le plus âgé des deux s'appelle Kankuro. Il est plus jeune que moi d'un an. Même s'il est paresseux, prétentieux et souvent casse-pieds, il a un sens de l'humour particulier et me fait beaucoup rire. Et le bébé de la famille, enfin... Il a treize ans, maintenant, ce n'est plus un bébé ! Bref, Gaara est un peu réservé et assez timide. Il ne parle pas beaucoup, mais il est très intelligent. En fait, je crois même qu'il est un peu surdoué...

Yuna fut, au début, quelque peu surprise par le « monologue » de Temari, elle ne s’attendait pas à une réponse aussi longue de la part de la blonde. Un sourire gêné apparut sur le visage de cette dernière lorsqu’elle se rendit compte de tout ce qu’elle venait de dire.

-Oh ! Excuse-moi, tu n'en demandais pas tant... Je me suis laissée emporter par mes instincts de grande soeur poule !

Yuna sourit en entendant « grande sœur poule », elles étaient toutes les deux un peu pareils, deux grandes sœurs qui aiment beaucoup leur cadet. Et vu le monologue qu’elle venait de faire sur ses deux frères, la Sabaku no devait énormément tenir à eux.

- Ne t’inquiète pas pour ça, je suis aussi une grande sœur poule alors je sais ce que c’est.

La jeune Akabara afficha un grand sourire pour accompagner sa réponse. Elle était heureuse d’avoir rencontré une autre grande sœur qui lui ressemblait un petit peu, mais surtout d’avoir un nouveau lien dans cette ville. Mais rapidement Temari écarquilla les yeux.

-Oh ! Kankuro et Gaara doivent déjà être à la maison depuis longtemps ! Et vu que l'autre incapable ne sait rien faire, il doit être en train de gémir de faim vautré sur le canapé !

Yuna pris un air surpris, c’est vrai qu’elles n’avaient pas fait attention à l’heure pendant qu’elles parlaient et que le soleil commençait déjà à disparaître à l’horizon. Alone allait surement s’inquiéter de ne pas voir renter sa sœur, car même s’il est vrai que Yuna rentre assez souvent tard, elle rentrait toujours avant le coucher du soleil. Si ce n’était pas le cas, elle prévenait toujours son frère avant. Yuna n’eut même pas le temps de regarder l’heure qu’il était que Temari l’attrapa par le bras et se mit à courir afin de sortir des jardins en riant. Cette scène fit remonter de bon souvenir dans l’esprit de la jeune Akabara, lorsqu’elle et Alone parlait tranquillement et que Naruto apparut dont ne sais où et qu’il attrapait les jumeaux pour les emmener dans différents endroit de la ville. Les deux jeunes filles se retrouvèrent rapidement devant l’entrée de l’école, plus vite que Yuna ne l’aurait pensé.
Elles reprirent leurs souffles avant que Temari ne se retourne vers Yuna.

-Je vais à droite. Tu prends quel chemin, toi ?
- Moi je vais à gauche…désolé

Yuna pris une mine un peu désolé, mais il fallait bien mettre un terme à cette rencontre et elle était heureuse d’avoir enfin fait une nouvelle rencontre. Elle prit un bout de papier qui trainait dans sa poche et nota son numéro de portable avant de le tendre à la blonde avec un grand sourire.

- Tiens c’est mon numéro, si jamais tu veux me joindre tu peux, dit-elle en faisant un clin d’œil à la Sabaku no. Allez, à plus Temari.

Elle fit un petit signe de la main et se retourna pour rentrer chez elle, un large sourire aux lèvres, sourire qu’elle n’avait que très très rarement.


Topic fini

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un arbre à moi...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un arbre à moi...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Je plante en ta faveur cet arbre de Cybèle... {Victoire}
» Sous les frondaisons d'un arbre [PV : Papillon Etoilé]
» Saule Newell (l'arbre sadique!) [validée]
» arbre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1 :: Corbeille V.3/V.4-