Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1
Bienvenue à Konoha High School !
Depuis les événements dramatiques de 2011, beaucoup de choses ont changées... Une étrange bactérie du fond des océans vint semer la zizanie et les humains ne sont plus vraiment pareils... La ville de konoha, 25 ans plus tard, sous le signe du chaos et d'un régime totalitaire, venez vivre l'aventure !
Oserez-vous vivre dans un monde où la normalité n'existe plus ?



 

Partagez | 
 

 Foutu vent. [Sasuke U.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Foutu vent. [Sasuke U.]   Dim 20 Fév - 0:22

Spoiler:
 

Enfin, la sonnerie venait de retentir, marquant la fin des cours pour la matinée. Elle fut saluée d'un brouhaha énorme, composé essentiellement de raclements de chaises et de bavardages. Les lycéens affamés affluaient par groupes dans les couloirs, prenant la direction du self, ou du portail pour ceux qui déjeunaient chez eux. Moi, je me contenterais de déguster mon bentô dans les jardins extérieurs du lycée. Enfin, déguster, le mot était un peu fort, vu mes talents en cuisine ... Bref, je me dirigeais donc vers mon casier pour mettre mes chaussures et y déposer mes affaires. Je pris le paquet qui contenait mon repas et refermai le casier avant de partir d'un pas lent vers les jardins du lycée. Lorsque j'y arrivai, je constatai que plusieurs autres lycéens avaient eu la même idée : un groupe d'amis déjeunait tout en discutant fortement, un couple s'enlaçait un peu plus loin, et une bande de garçons de troisième année sautaient le repas et fumaient négligemment. Je choisis un banc isolé à première vue et m'y installai, puis déballai mon bentô. J'eus la surprise de constater qu'hier soir, dans la précipitation, j'avais glissé des couverts européens et non des baguettes dans ma boîte. C'était ma mère, d'origine allemande, qui m'avait appris à m'en servir et qui avait discrètement mit quelques fourchettes et cuillères dans l'un de mes sacs lorsque je dus partir pour Konoha, les accompagnant d'un petit mot disant que j'aurais certainement à m'en servir. Eh bien, même si je comptais les abandonner au fond d'un tiroir, voilà la preuve qu'avec la fatigue on peut tout faire ... N'ayant plus l'habitude de les utiliser, je saisis maladroitement une fourchette et piquai dans un sushi que je gobai après m'être assurée qu'il ne risquait pas de tomber durant le déplacement jusqu'à ma bouche. Tout en mâchant, je glissai le regard d'un bout à l'autre du jardin, tantôt observant les allées et venues des élèves, tantôt contemplant un papillon, tantôt scrutant le ciel. Au bout de quelques minutes, je remarquai un lycéen assis comme moi dans un coin isolé, un peu plus loin. J'avais un bosquet de fleurs devant moi, et ce garçon se situait pile dans l'alignement, de manière à ce que sa tête et le haut de son torse dépasse des fleurs colorées, offrant un spectacle particulier mais agréable. Ne résistant pas au plaisir de capturer cette scène étrange, je sortis le calepin que j'avais toujours avec moi ainsi qu'un crayon et commençai mon ébauche, en priant pour qu'il ne se relève pas, ce qui gâcherais le point de vue curieux qu'il m'offrait sans le vouloir. Heureusement, il ne parut pas vouloir partir, ce qui me permit de terminer mon croquis. Lorsqu'il fut complètement achevé, je repassai les contours et gommai les traits de construction. J'étais plutôt satisfaite de mon dessin, et j'avais plutôt bien réussi à représenter le garçon sans déformer les traits de son visage. Je posai mon calepin et terminai les quelques aliments qui traînaient encore dans ma boîte, puis après l'avoir rangée, me concentrai afin de séparer la feuille sur laquelle s'étalait mon croquis du reste du carnet. Je pestai intérieurement : il n'y avait pas de ligne prédécoupée ! Un seul mouvement brusque et une déchirure pourrait apparaître. Après quelques instants et beaucoup d'efforts de précision, je parvins à déchirer ma feuille sans l'endommager, puis je la posai fièrement sur mes genoux, contente de ne pas avoir abîmé un croquis réussi. Or, pendant que je refermais mon carnet, un brusque coup de vent emporta ma feuille, l'entraînant vaguement en direction de celui qui m'avait servi de modèle. Zut. Je préférerais qu'il ne voie pas mon dessin. On ne sait jamais, il m'est déjà arrivé de me faire houspiller par une personne que j'avais croquée à son insu, alors je ne préférais pas reproduire l'expérience. D'un bref coup d'œil j'aperçus ma feuille qui s'était posée au pied d'un arbre, quelques mètres derrière le jeune homme. Bien, ne restait qu'à se mettre un mode ninja ! pensais-je en riant intérieurement. Je regroupai mon bentô vide et mon carnet à dessin pour les cacher sous mon banc et commençai à m'approcher furtivement d'un buisson situé à proximité de l'arbre près duquel était ma feuille. Je m'agenouillai derrière le bosquet et après m'être assurée que personne ne pouvait me voir, je rampai à quatre patte vers ma feuille, sortant de ma cachette en espérant y retourner très vite, et priant pour que le garçon, qui qu'il soit, n'ait pas une soudaine de se retourner.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Foutu vent. [Sasuke U.]   Dim 20 Fév - 2:58

- Enfin, pas trop tôt...

La journée allait être longue, mais pas pour autant si différente des autres. Si, il y avait un détail qui changeait tout : Je n'allais pas avoir le plaisir de manger avec Junko. Le mois de Janvier était apparemment bien décidé à être ensoleillé, les températures étant bien moins glaciales que le mois passé, ce qui avait permit à la neige de disparaitre des endroits les moins à l'ombre, mais qui n'empêchait en rien le fait qu'un rhume pouvait arriver sans prévenir. C'était son cas, et je me retrouvais donc, après une heure d'histoire, un de langues, et pour finir, deux d'informatique. Avec une mauvaise nouvelle la veille, j'avais joué le grand solitaire, pour ne pas changer me direz-vous, préférant les places les plus éloignées des professeurs afin de m'occuper à dessiner, art auquel j'avais soudainement pris gout.
Mais voilà, il était midi, et il fallait trouver un endroit où manger. Ayant prévu le coup après le coup de fil de la veille qui m'informait que j'allais devoir attendre le soir pour voir cette magnifique tête blonde, je m'étais fais un sandwich composé de beurre et de quelques fines tranches de saucisson, n'ayant qu'une heure pour me remplir l'estomac. Mon choix se porta sur les jardins du lycée, fréquentés à toute heure, qui offraient une vue bien plus agréable que les bâtiments qui se trouvaient à une centaine de mètres d'ici.
Assis sur le dossier du banc, mon sac noir entre mes pieds, j'entamais ce repas de fortune qui était le mien, mon regard se mit à fixer l'horizon. Ne me demandez pas ce que je regardais, à cet instant, j'étais dans mes pensées, me rendant compte que cinq heures de cours allaient suivre cette pause, cinq longues heures qui me séparaient de celle qui, depuis Miki, m'avait redonné une certaine joie de vivre et d'avancer au lieu de rester accroché sans cesse au passé.

- ...

Midi quinze, j'avais donc mangé tout aussi vite qu'en temps normal, ce qui donc allait me faire glander encore trois quarts d'heure. Cigarette fraichement mise à ma bouche, je respirais cette fumée toxique, m'étant tout de même juré d'arrêter ces dépenses inutiles une fois ce paquet fini, en signe de respect envers une non-fumeuse. Décidé à tuer le temps comme je pouvais, j'avais décidé de sortir de mon sac le trieur qui abritait la totalité de mes cours, sortant de celui-ci une feuille blanche, que je fis prendre place sur le dit trieur posé sur mes jambes. Cigarette à la bouche, crayon entre mon index et majeur droits, le pouce de la même main en contact avec la mine, je cherchais la pose que j'allais lui donner. En effet, je savais déjà ce que mes coups de crayon montreraient. Mais voilà, quelque chose n'allait pas. J'avais le don de pressentir certaines choses, dans le cas présent, c'était à proximité.
Sans aucun mouvement inutile, je fis faire à mon buste un début de rotation afin de voir ce qui m'entourait. Une lycéenne était au sol, et se déplaçait à quatre patte, comme les bêtes, juste derrière moi. Je la voyais maintenant distinctement, bien qu'un buisson nous séparait. Elle était celle qui nous avait rejoint Sachiko, Naruto et moi lors du dernier cours de mathématiques, ma foi fort animé par les surprises que le nouveau professeur s'était amusé, car je suis sur que nous voir en proie à une certaine fébrilité devait être pas mal passionnant à ses yeux. Bref, ce genre de position n'était pas commune dans un lieu comme celui-ci, et après avoir posé mes affaires sur le banc, mon sac comme poids supplémentaire par dessus pour ne pas avoir à retrouver mes feuilles au loin, j'entrepris de me lever, un regard interrogatif en la regardant.

- Je peux t'aider?

Sans le savoir, ne pouvant qu'affirmer qu'elle cherchait à récupérer un document au pied de l'arbre voisin, j'avais durant pendant tout mon repas, servi de modèle. La bourrasque ressentie quelques instants auparavant était-elle la cause d'un comportement si étrange? En tout cas, le vent n'en n'avait pas terminé, se faisant sentir une fois encore, emportant la fameuse feuille à mes pieds, provoquant par la même occasion un soudain redressement de la jeune femme aux cheveux blancs. Par politesse, je me baissai pour récupérer l'objet qui semblait si important aux yeux de la muette. J'eus la possibilité, un bref instant, de voir ce qui y figurait. C'était un jeune homme, aux cheveux noirs, de profil. Un sourire à peine visible se dessina sur mes lèvres, reconnaissant immédiatement qui il pouvait être. Ce n'était personne d'autre que moi, ou alors il me ressemblait beaucoup.

- Joli dessin.

Sans attendre, je tendis le document à la demoiselle, cherchant à croiser son regard. En fait, je ne savais rien d'elle, que ce soit son âge, son nom, ou même son prénom. Je savais juste qu'elle n'avait pas la possibilité de se faire entendre, et ce très certainement depuis sa naissance, comme ceux qui étaient dans sa situation. Je ne ressentais ni gêne vis à vis du fait qu'elle allait devoir sortir son clavier personnel pour me répondre, ni colère à cause du fait qu'elle m'avait dessiné sans mon autorisation. A vrai dire, je trouvais cette situation touchante, pour me dissimuler son croquis, elle avait fait en sorte de le récupérer en tentant de ne pas se faire remarquer. Je lui accordai maintenant un sourire plus appuyé, tentant une rapide salutation d'un hochement de tête en avant.

- Sasuke, et toi?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Foutu vent. [Sasuke U.]   Dim 20 Fév - 22:16

Je m'étais donc risquée à sortir de la cachette que m'offrait le buisson situé près de l'arbre où s'était posé ma feuille, m'obligeant à passer derrière le banc de celui qui m'avait servi de modèle à son insu. J'étais toute proche de ma feuille maintenant, et je tendis la main pour la saisir, ayant hâte de retourner d'où je venais, et ce aussi vite que j'étais arrivée là. Alors que mes doigts allaient se refermer sur le précieux bout de papier, j'entendis un bruissement de tissu en direction du garçon, ce qui eut pour effet de me faire stopper tout mouvement. Je risquai un regard vers lui et comme je le redoutais, je le vis s'approcher, une lueur interrogative dans le regard. Je me sentais stupide d'avoir été surprise dans une position aussi inconvenante que la mienne, à quatre pattes, la main tendue vers le croquis de toutes mes convoitises ; et bien que ce ne soit pas dans mes habitudes, je m'empourprais légèrement.

«
Je peux t'aider ? »

Aucun de mes muscles de bougea. Qu'est-ce qu'il fallait que je réponde ? "Ah, excuse-moi, je récupère mon dessin de toi, puis je m'en vais" ? Mes pensées bouillonnaient quant à ce que je pouvais bien lui dire (pardon, lui écrire) afin de ne pas passer pour une demeurée, quand une nouvelle bourrasque de vent emporta ma feuille directement aux pieds du lycéen. Si je n'aurais pas crains sa réaction, j'aurais certainement ri de cette situation peu commune ... Bref, il se pencha et saisit ma feuille, puis y jeta un bref coup d'œil, acte qui le fit sourire. Cette fois, j'étais totalement découverte, mais heureusement pour moi, il ne paraissait pas prendre ombrage d'avoir servi de modèle sans le savoir. Soudain, je réalisai que j'étais toujours par terre, n'ayant pas bougé depuis qu'il m'avait surprise, je me relevai donc rapidement et époussetai mon uniforme discrètement.

«
Joli dessin. »

Sur ces mots, il me tendit mon croquis. Je m'en emparai avec un sourire de reconnaissance accompagné d'un soupir de soulagement. Presque aussitôt, j'esquissai un petit mouvement du bras pour faire tomber mon clavier dans ma main, et écrivit dessus à la hâte avant de le lui tendre :
Merci beaucoup.

Lorsqu'il eut terminé de lire, je levai le bras tout en lâchant l'objet afin qu'il glisse dans ma manche, et croisai les mains dans le dos, le croquis toujours dans l'une d'elles, puis plongeai mes prunelles émeraude dans celles couleur onyx du lycéen.
De loin, je ne l'avais pas reconnu, mais je me souvenais de lui à présent : c'était avec lui, sa jumelle et un dénommé Naruto que j'avais fait équipe lors de l'épreuve pour le moins particulière que nous avait imposé Kakashi-sensei durant le dernier cours de mathématiques. Tandis que nous nous observions, il m'adressa un sourire ainsi qu'un hochement de tête amical et se nomma :

«
Sasuke, et toi ? »

Moins gênée qu'auparavant, je lui souris également et m'empressai de ressortir mon clavier. Je tapai quelques mots aussi vite que je le pus et tendis la tablette vers le dénommé Sasuke :
Haruna, enchantée.
D'une main, je replaçai une boucle blanche derrière mon oreille et effaçai le texte figurant sur l'écran de mon clavier pour le remplacer par un autre :
Dis-moi ... Ça te dérange si on passe le reste de la
pause ensemble ? Je n'aime pas tellement la solitude.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Foutu vent. [Sasuke U.]   Lun 21 Fév - 0:22

Je n'avais jusqu'aujourd'hui pas eu l'occasion de regarder plus en détail cette mystérieuse personne, quelque part différente des autres, n'ayant pas le pouvoir de faire sortir un quelconque son d'entre ses lèvres. Ces cheveux blancs et ces yeux d'un vert peu commun ne m'étaient donc pas inconnus, l'ayant eu à quelques centimètres de moi quelques jours auparavant. Mais contrairement à ce que j'aurais pu croire, elle avait une certaine assurance, répondant à mon compliment par un remerciement sans gêne. Ayant ma main droite en évidence, tentant son précieux document sur lequel on pouvait distinctement me reconnaitre, je sentis le papier me glisser entre les doigts, prenant désormais place entre les siens.
Je la vis, peu après m'être présenter, sortir une deuxième fois son clavier de sa manche, en tendant simplement son bras vers le sol. Il faut avouer que je n'avais jamais vu qui que ce soit taper aussi vite sur un quelconque objet électronique. L'habitude devait être la raison d'une telle précision dans ses mouvements, qui firent prendre forme à deux mots.

Haruna, enchantée.

- Enchanté également.

Peu bavard, elle ne m'avait certainement jamais entendu parler. Pour décrire d'une manière simple l'intonation de ma voix, on pouvait dire qu'elle faisait très masculine, le fait que je fumais la rendant encore plus grave. Quelque part, ca me rassurait, elle allait parfaitement avec l'expression de mon visage, sombre malgré moi. Bref, je pensais retourner à mon occupation, semblable à la prénommée Haruna, mais elle marquait à nouveau quelque chose sur son clavier, composant une phrase quelque peu plus longue que les précédentes. Patientant quelques instants, elle retourna l'objet vers moi, me permettant de lire ce qu'elle venait d'écrire.

Dis-moi ... Ça te dérange si on passe le reste de la pause ensemble ? Je n'aime pas tellement la solitude.

- Du tout, en fait je n'avais moi-même pas prévu d'être seul pendant une heure.

Pourquoi refuser? Après tout, je m'ennuyais quelque peu, n'ayant pas prévu que la journée se passerait de cette manière, pouvant à la fois l'aider à avoir de la compagnie, elle remplaçant ou presque celle qui comptait énormément à mes yeux. Je fis un signe de la main lui demandant d'attendre, retournant à mon banc sans trainer, glissant mes affaires fraichement sortit dans mon sac, une bretelle sur mon épaule droite. Sans surprise, elle était restée derrière moi, m'observant. Mes yeux en grande partie dissimulés par mes cheveux noirs, je lui accordais un sourire réconfortant avant de créer un espace entre mes deux lèvres.

- Tu étais où avant de jouer à l'agent secret?

Il n'y avait rien de mal à plaisanter, marchant désormais à ses côtés, en direction d'un banc voisin sur lequel étaient posées d'autres affaires, les siennes. Le vent qui s'était levé, balayant les quelques nuages qui flottaient dans les cieux, allait au final me permettre de me faire une nouvelle connaissance. Je ne peux cacher que je tentais de réduite au maximum mes phrases, ne voulant pas l'obliger à inscrire sur son meilleur instrument de communication trop de mots maintenant que nous étions assit, ayant repris pour ma part ma position d'il y a quelques minutes, ce qui pouvait paraitre impoli aux yeux de certains. Ma main droite glissa dans la poche de mon pantalon bleu foncé, en sortant mon téléphone portable. qui allait me servir dans un premier temps à une utilité que je voulais cacher, voulant aussi avant la reprise des cours envoyer un message à ma bien-aimée.

Je dois t'avouer que la solitude ne me plait guère à moi aussi. Mais maintenant on n'est plus seuls, c'est pas mal non?

Je m'étais décidé à communiquer comme elle, lui prouvant à quel point je pouvais être dépassé par sa vitesse, tout en lui faisant découvrir une partie de ma personnalité que je cachais plus que bien. Je ne me moquais pas, bien au contraire, je ne pouvais que respecter son courage d'affronter le regard des autres en étant dans l'incapacité de se faire comprendre sans être obligée d'écrire. Puis l'expression visible sur mon visage démontrait à quel point cette compagnie que je n'avais pas prévue d'avoir me soulageait. J'ajoutais quelques mots en plus de ceux déjà visibles, souhaitant avoir un avis, que nombreux auraient qualifié d'étrange.

Que préfères-tu? M'entendre, ou me voir communiquer avec mon téléphone? Tu dois me prendre pour un fou maintenant...

Je fis entendre un rire, alors que la couleur de ma peau prit une couleur plus rosée que d'habitude. Je n'avais jamais eu à faire à une personne muette, ce qui était au final très étrange. Voulant gagner sa confiance, je me demandais au final si je m'y prenais de la bonne manière en agissant comme elle, alors que j'avais le pouvoir contrairement à elle de pouvoir faire sortir toute sorte de sons à l'aide de mes cordes vocales.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Foutu vent. [Sasuke U.]   Ven 25 Fév - 2:03

« Enchanté également. »

Les quatre phrases que nous venions d'échanger se composaient de bien peu de mots et constituaient un trop court dialogue à mon goût. Joyeuse de nature, j'aurais également été extrêmement bavarde si je n'en serais pas née dans l'incapacité, et faire face à un individu aussi peu loquace que ce Sasuke, le fût-il par nature ou non, me donnait paradoxalement encore plus envie de papoter. S'ajoutait à cela le désir d'avoir un peu de compagnie, moi qui détestait la solitude autant que j'ai dû la subir. Alors, si une possibilité de l'éviter se présentait, je ferais tout pour la saisir. Ne souhaitant tout de même pas contrarier le programme du brun, s'il en avait un, je tenais à vérifier qu'il n'avait pas quelque chose à faire dans les instants suivants :


Dis-moi ... Ça te dérange si on passe le reste de la pause ensemble ? Je n'aime pas tellement la solitude.

« Du tout, en fait je n'avais moi-même pas prévu d'être seul pendant une heure. »

Tant mieux. A vrai dire, ma question était une manière détournée de se renseigner sur le contenu de ses activités durant la pause déjeuner. J'aurais pu le lui demander simplement, mais je n'aime pas les manières et je suis certaine qu'il n'est pas du genre à accepter à contrecœur une quelconque proposition pour faire plaisir. Le lycéen que j'avais côtoyé quelques jours auparavant me fit un signe de main m'enjoignant de patienter, ce que je fis pendant qu'il retournait vers son banc, rangeant à la hâte ses affaires dans son sac dont il posa une bretelle sur son épaule une fois la tâche achevée. Lorsqu'il revint vers moi, il m'adressa un sourire franc, auquel je répondis de la même manière, faisant apparaître quelques fossettes sur mon visage.

«
Tu étais où avant de jouer à l'agent secret ? »

Cette question me fit pouffer de rire : quel piètre agent secret, en réalité, découverte dans les deux minutes ! Je mis ma main devant ma bouche pour réprimer un petit rire, aussi silencieux fût-il, et désignait du doigt le banc que j'avais quitté pour récupérer mon croquis. Nul besoin de mots pour le lui faire savoir, aussi les quelques secondes dont j'aurais eu besoin afin d'écrire furent économisées. Sasuke à mes côtés, nous nous dirigeâmes donc vers mon banc et nous y installâmes. Un petit silence plana lorsque chacun fût assis, dû au fait que je rangeais mon précieux dessin. Une fois chose faite, je me redressai et lissai ma jupe du plat de la main avant de tourner le regard vers Sasuke, qui, à mon étonnement, tapait un texte à l'aide de la fonction SMS de son téléphone portable. J'arquai un sourcil surpris quant à l'attitude à adopter et décidai finalement de le laisser finir. Qui sait, il avait peut-être besoin de communiquer avec quelqu'un en urgence. Quand il eut terminé, il tendit son portable dans ma direction, afin que, visiblement, je puise lire ce qu'il y avait inscrit. Plutôt indécise, je lui jetai un regard interrogatif avant de baisser les yeux vers l'écran :


Je dois t'avouer que la solitude ne me plait guère à moi aussi. Mais maintenant on n'est plus seuls, c'est pas mal non ?

Interloquée, je restai quelques secondes sans réaction devant la manière qu'il avait adoptée afin de communiquer avec moi. Soudain, je compris et commençai à sourire : il souhaitait apparemment me transmettre ses mots par écrit et non à l'oral, comme je le faisais, par obligation toutefois. J'ignorais s'il le faisait par pitié, par humour ou par besoin de me montrer qu'il saurait accepter mon handicap, mais il avait en tout cas de la suite dans les idées, ce qui, je dois l'avouer, ne me déplaisais pas, bien au contraire. Je repris mes esprits et acquiesçai, la mine amusée, en totale opposition avec le visage plutôt déconcerté que j'arborais quelques instants plus tôt. Suite à ma réaction, le brun ajouta d'autres mots à la suite de ceux déjà présent sur l'écran de son portable, ce qui lui prit quelques instants durant lesquels je patientai poliment tout en l'observant se battre avec ses touches.

Que préfères-tu ? M'entendre, ou me voir communiquer avec mon téléphone ? Tu dois me prendre pour un fou maintenant...

Cette fois, je ne pus me retenir et éclatai de rire. Aucun son ne sortit d'entre mes lèvres, à part peut-être celui de ma respiration accélérée par le rire. Je me repris bien vite et adressai de la main un signe d'excuse à Sasuke. Ce qui avait déclenché mon hilarité était bel et bien sa façon de vouloir s'adapter à mon aphasie : c'était bien la première fois que je trouvais une personne capable de réagir comme cela, et ce dès le premier contact. Décidément, ce lycéen était une espèce rare qu'il ne fallait pas que je laisse partir sans espoir de se revoir par la suite. Je penchai le bras et attrapai mon clavier tactile, avant d'y écrire quelques phrases aussi vite que je les aurais prononcées :

Je ne te prends pas pour un fou, tu es même le premier à me faire ça. Et pardon d'avoir ri, ta réaction me paraissait si inhabituelle ... Pour ce qui est de communiquer, parles-moi comme à n'importe qui d'autre même si je ne peux te répondre oralement, ne te sens pas obligé d'agir différemment.

Mes derniers mots étaient bien sincères. Pour tout dire, je ne me suis jamais considérée comme étant vraiment différente, je menais et mène une vie des plus normale même sans voix. Alors je préfère qu'à mon contact les gens agissent comme avec une personne tout à fait normale ... Me considérant comme telle, cela m'attriste un peu de voir parfois certaines personnes, le faisant exprès ou non, adopter une attitude différente des autres à mon égard, comme pour me souligner ma distinction. Après qu'il ait lu, je rangeai l'objet dans ma manche et restai songeuse quelques secondes. Je me remémorai en quelques fractions de secondes mes entrevues avec différents médecins, chacun affirmant dans une version plutôt similaire l'une de l'autre qu'en dépit de mon incapacité à parler, mes cordes vocales étaient plus ou moins intactes, ce qui laissait présager qu'un jour, peut-être, je pourrais parler. Or, aucun n'était capable de me dire comment cela pourrait de produire : au contact d'un évènement traumatisant, heureux, en me "forçant", une opération (et encore) ... ? Petite, je croyais à tous leurs beaux discours, mais il y a longtemps que j'ai perdu espoir de pouvoir me servir de ma voix, et j'ai appris à vivre comme cela. Je me tirai de mes réflexions et fit glisser mon clavier dans ma main, inscrivant quelque chose avant de le tendre au brun :

Dis-moi ... Qu'est-ce que tu fais à côté des cours ?

Lorsqu'il eut terminé de lire et répondu, je retournai la tablette vers moi et enchaînai avant de la lui retendre :

Quant à moi, pour t'épargner une longue liste, je touche à tout ce qui permet de créer. Niveau sport, je fais pas mal de patinage artistique, du roller artistique en salle quand il fait trop chaud pour trouver une patinoire.

Je remis en place une boucle blanche charriée par le vent, tout en pensant aux cours qui allaient suivre cette pause peu commune. Enfin, penser aux cours, j'étais plutôt en train d'essayer de me rappeler auxquels j'allais devoir assister ensuite. L'habitude de l'emploi du temps que je possédais à Kôbe m'empêchait de bien retenir celui de Konoha. Et puisque j'avais à côté de moi quelqu'un qui se trouvait dans la même classe que moi, autant lui demander ...

Excuses-moi, mais j'ai du mal à me faire à mon emploi du temps ... Quels cours a-t-on ensuite ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Foutu vent. [Sasuke U.]   Sam 26 Fév - 1:22

Rares étaient les fois où je pouvais me sentir mal à l'aise, presque honteux. Employant un moyen de communiquer différent de celui que j'empruntais si souvent, soit oralement, je me retrouvais à parler à ma voisine avec mon téléphone. Je ne sais pas si le mot "fou" était le plus adapté à la situation. A vrai dire, je regrettais même ma phrase et la manière dont je l'avais formulée. Cette Haruna ne semblait pourtant pas en colère, et bien au contraire, elle riait, en silence, ce que je trouvais assez perturbant, mais ca, je ne pus le supposer qu'après avoir lu la phrase qu'elle venait tout juste d'écrire sur son clavier électronique.

Je ne te prends pas pour un fou, tu es même le premier à me faire ça. Et pardon d'avoir ri, ta réaction me paraissait si inhabituelle ... Pour ce qui est de communiquer, parles-moi comme à n'importe qui d'autre même si je ne peux te répondre oralement, ne te sens pas obligé d'agir différemment.

Ainsi donc, personne avant moi n'avait prit la peine de communiquer comme elle. Mon comportement pouvait sembler idiot, je m'en fichais, la raison n'étant autre que rares avaient été ceux qui avaient su m'aider quand plus rien n'allait autour de moi. Je la regardais, elle qui me paraissait si énergique, et qui était pourtant dans ses pensées. Sur ce coup là, je ne pouvais rien faire, réfléchissant à ce que j'allais pouvoir dire pour briser le silence que j'avais installé. Je pouvais affirmer que quelque part, je pouvais la comprendre, car comme moi, elle avait du se retrouver seule dans le passé, désignée comme n'étant pas comme les autres. Après le massacre causé par mon grand frère, j'étais devenu une autre personne aux yeux des autres. Ce qu'ils pouvaient penser m'importait peu, la peine m'avait juste rendu solitaire, ni plus ni moins. J'avais maintenant de vrais amis, rien ne pouvait être plus important.

Dis-moi ... Qu'est-ce que tu fais à côté des cours ?

Quittant mon attitude absente, adoptée depuis quelques secondes, je me mis à lire la nouvelle question de la jeune femme. M'apprêtant à lui répondre, elle me coupa, effaçant le texte pour le remplacer aussitôt, mon sourcil droit s'était relevé, étonné.

Quant à moi, pour t'épargner une longue liste, je touche à tout ce qui permet de créer. Niveau sport, je fais pas mal de patinage artistique, du roller artistique en salle quand il fait trop chaud pour trouver une patinoire.

Mon visage reprenant sa forme de base, je compris que la couper n'aurait posé aucun problème. A vrai dire, elle avait prévue de me répondre, ses premiers mots le désignant explicitement. Cherchant à croiser son regard, je commençai à répondre à sa question.

- Hum, en fait je ne fais pas grand chose à part bosser, bosser, et encore bosser. Je me suis mis en tête de pratiquer un sport de combat, mais je n'ai pas encore pris contact avec ceux qui gèrent tout ca. Enfin, il faut croire que tu t'occupes bien plus que moi, puis tant que ca te plait, continues, je doute pas de tes compétences.

Pour justifier ma dernière phrase, je tendis mon index droit vers son dessin, celui qui m'avait eu comme modèle, ajoutant un sourire. Ca changeait des photos, ce qui n'était d'ailleurs pas si mal.

Excuses-moi, mais j'ai du mal à me faire à mon emploi du temps ... Quels cours a-t-on ensuite ?

Ainsi donc mes suppositions étaient exactes, ou du moins jusqu'à preuve du contraire. Je n'avais jamais vu cette lycéenne avant le cours avec le nouveau professeur de maths, et donc mon hypothèse était qu'elle venait tout juste de faire son entrée dans ce lycée. Prenant la feuille où étaient indiqués ses cours, qui avaient lieu selon les semaines et les groupes, je me mis à lui expliquer ce qu'elle allait avoir l'après-midi.

- Tu vas avoir dans l'ordre, langues, histoire, et dessin pour finir.

Depuis peu, je prenais un certain plaisir à aider ceux qui en avaient besoin. Peu intéressé par l'opinion qu'on pouvait avoir de ma personne, je me rendais utile quand l'occasion se présentait, ce qui me permettait de m'extérioriser un peu plus que d'habitude. Parcourant les quelques cases qui constituaient son emploi du temps, je lui tendis pour qu'elle le récupère, utilisant une voix paisible et curieuse.

- Qu'est ce que tu comptes faire plus tard?

Ayant cru comprendre que ses ateliers étaient ceux de peinture et musique, je me doutais bien qu'elle me répondrait musicienne ou peintre, mais sans pour autant en être totalement certain. J'espérais juste que je ne l'obligerais pas à taper un nombre incalculable sur son clavier, bien qu'elle devait être habituée à pire.

- Et excuses d'avance ma curiosité, mais où étais-tu avant d'arriver à Konoha?

Tout en attendant sa réponse, je me relevai, cherchant dans ma poche mon paquet de cigarettes, en allumant une quelques instants plus tard. Debout face à la jeune femme muette, aux cheveux blancs et aux yeux d'un vert rare, je l'observais, une fois de plus. L'heure avançait, et il ne nous restait plus qu'un quart d'heure. Attrapant mon téléphone situé dans ma poche droite, attendant la réponse de la lycéenne, je posai une nouvelle question, avant de reprendre notre discussion actuelle.

- Je peux envoyer un message? Ca prendra deux minutes, et je suis à toi.

Même si je ne précisais pas à qui était destiné le fameux message, je ne pus retenir la chaleur qui s'emparait de mon visage. Cette histoire était toute récente, et je préférais d'ailleurs ne pas trop en parler à n'importe qui, encore moins sans elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Foutu vent. [Sasuke U.]   Dim 27 Fév - 18:35

« Hum, en fait je ne fais pas grand chose à part bosser, bosser, et encore bosser. Je me suis mis en tête de pratiquer un sport de combat, mais je n'ai pas encore pris contact avec ceux qui gèrent tout ça. Enfin, il faut croire que tu t'occupes bien plus que moi, puis tant que ca te plait, continues, je doute pas de tes compétences. »

Un sport de combat ? Je lui jetai un regard furtif : après tout, il semblait bien avoir la silhouette propre aux pratiquants de ce genre de sport. Le contraire de moi, plutôt frêle, qui me contentais d'une activité sportive qui avait de simples chutes pour conséquences les plus graves. Le brun avait terminé sa dernière phrase en désignant de l'index le croquis à l'origine de notre rencontre, celui où je l'avais représenté de mon mieux en me servant de l'angle de vue particulier dans lequel il se trouvait sans le savoir. Nous nous sourîmes mutuellement, ce qui était, de mon côté, une manière de le remercier quant au compliment qu'il venait de m'adresser. Au fond, je savais que je me situais déjà au-dessus de ce l'on appelle bien dessiner, mais je n'atteignais pas encore l'objectif que je m'étais fixé en terme de talent côté dessin. Il me fallait progresser pour atteindre un niveau bien meilleur, surtout que mon orientation balançait entre deux possibilités, dont le métier d'illustratrice pour lequel il était indispensable de posséder un style de dessin très avancé. Je quittai ces réflexions et mes pensées s'orientèrent vers les cours qui m'attendraient dès la fin de la pause. Impossible de se rappeler quelles matières se trouvaient sur mon emploi du temps, à chaque effort de mémoire, c'est celui de Kôbe qui accourait dans mon esprit. Je demandai donc de l'aide à celui qui était assis à mes côtés, étant donné que nous nous trouvions dans la même classe :


Excuses-moi, mais j'ai du mal à me faire à mon emploi du temps ... Quels cours a-t-on ensuite ?

« Tu vas avoir dans l'ordre, langues, histoire, et dessin pour finir. »

Tout en énumérant les matières, il désignait les cases qui leur correspondaient sur mon emploi du temps qu'il venait de saisir. Ben oui, l'emploi du temps ! Quelle gourde, je n'y pensais plus. Je rangeais le bout de papier lorsqu'il me le tendit et écrivit en quelques secondes un Merci beaucoup sur mon clavier avant de le lui tendre, puis de le poser près de moi, contrariant mes habitudes qui consistaient à le glisser dans ma manche : je pensais avoir à m'en servir davantage qu'à l'accoutumée tant que je serais en compagnie de Sasuke.

«
Qu'est ce que tu comptes faire plus tard ? »

Ah, voilà tout un dilemme. Lorsque je me posais la question à moi-même, impossible d'en tirer une réponse claire. Mes deux hobbies favoris pouvaient déboucher sur un métier, mais étant donné que je les adorais autant l'un que l'autre, je n'arrivais pas à choisir. Pourtant, il le faudrait bien ... La fin d'année approchait, et avec elle le début de l'université, où il me faudrait avoir décidé de mon orientation pour y enter. Les deux métiers entre lesquels mon cœur balançait ? Le dessin ou la conception de vêtements. Deux choses qui me permettent actuellement de gagner quelques yens, et desquelles je peux faire un métier où je me sentirais bien. Le seul problème, c'est de choisir ...

«
Et excuses d'avance ma curiosité, mais où étais-tu avant d'arriver à Konoha ? »

Je lui adressai un sourire, le genre de sourire ni trop timide ni trop lumineux, histoire de dire Ce n'est rien et attrapai mon clavier afin de répondre aux deux questions qu'il venait de formuler en très peu de temps.

«
Je peux envoyer un message ? Ça prendra deux minutes, et je suis à toi. »

Mon clavier tactile dans la main gauche, je levai la main droite avec laquelle j'écrivais et levai le pouce en signe d'assentiment. Je repris ma tâche avec un sourire, faisant mine de ne pas avoir remarqué la rougeur apparue sur son visage. Je me tournai vers lui lorsque j'eus terminé, et constatai qu'il n'avait pas totalement terminé avec son message. Après l'avoir attendu quelques courts instants, je lui tendis mon clavier :


Pour te répondre, je suis originaire de Kôbe. Et j'hésite entre deux métiers : illustratrice et créatrice de vêtements. Il va falloir que je me décide d'ici peu ... Et toi, tu as une idée précise de ce que tu souhaiterais faire ?

Réalisant que j'avais oublié de lui retourner sa deuxième question, je retournai la tablette vers moi et y inscrivit rapidement quelques mots à la suite des précédents avant de la lui retendre :

Et toi, tu as toujours vécu à Konoha ?

Avant de reposer mon clavier tactile sur mes genoux, j'en profitai pour jeter un petit coup d'œil à l'heure : il ne nous restait plus qu'un quart d'heure pour profiter de cette pause avant de reprendre les cours.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Foutu vent. [Sasuke U.]   Dim 27 Fév - 21:28

Alternant mon attention sur mon téléphone et sur la lycéenne que je n'avais vu qu'une fois aujourd'hui, je la vis lever son pouce, signe qui voulait très certainement dire que je pouvais écrire mon message librement. Plus concentré sur les mots que j'allais envoyer à Junko, la prénommée Haruna me répondait à son rythme, tout aussi rapide que les fois précédentes. Autant dire qu'une fois le message envoyé, la voir me tendre son clavier n'était pas vraiment surprenant. Me rapprochant d'elle, soufflant la fumée sur ma droite, je reprenais une nouvelle lecture.

Pour te répondre, je suis originaire de Kôbe. Et j'hésite entre deux métiers : illustratrice et créatrice de vêtements. Il va falloir que je me décide d'ici peu ... Et toi, tu as une idée précise de ce que tu souhaiterais faire ?

Mon regard, sombre comme toujours, se dirigea vers le visage de la jeune femme aux cheveux blancs. Je ne répondis pas de suite, risquant de devoir me couper moi-même la parole si elle venait à inscrire quelque chose en plus sur son clavier électronique. J'avais bien fais, la voyant tapoter à nouveau une phrase bien moins longue que la précédente.

Et toi, tu as toujours vécu à Konoha ?

Se poser des questions et y répondre était particulièrement intimidant avec elle. J'avais l'impression de parler tout seul, ce qui était le cas, bien qu'elle me répondait par écrit. Ayant réalisé son handicap quelques jours plus tôt, et ayant provoqué la conversation, j'aurais du m'y faire, mais ce n'était pas le cas. Intimidant, je ne sais même pas si c'était le mot le plus approprié. Angoissant, flippant? Non, ce n'est pas comme si j'avais à faire à quelqu'un d'effrayant. Une chose est sure, c'est que n'importe qui dans ma situation, qui aurait l'habitude de côtoyer d'autres personnes sans difficulté à s'exprimer, se retrouverait rapidement aussi mal à l'aise que moi.

- Je vois. Pour ma part, je veux devenir chirurgien, ou du moins travailler dans un hôpital. Puis oui, j'ai toujours vécu ici.

Même si elle venait à me demander pourquoi ce choix, je ne lui répondrais pas. C'est aussi pour cette raison que je fis en sorte de ne pas trop m'intéresser aux raisons de ses motivations, cherchant à changer aussitôt de sujet. Jetant le reste de ma cigarette au sol avant de l'écraser, j'attrapai mon sac encore posé sur le banc, glissant la bretelle droite de celui-ci sur mon épaule, pour ensuite poser mon regard sur la lycéenne que j'allai devoir bientôt laisser.

- On devrait commencer à y aller.

Patientant, j'attendais qu'elle soit à son tour debout pour emprunter le chemin qui nous mènerait sans détour aux bâtiments où avaient lieu les cours, aussi divers soient-ils. Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas marché si lentement. Il fallait bien, écrire et marcher n'étaient pas vraiment deux choses qui allaient l'une avec l'autre, et je m'en serais voulu de la faire tomber à cause d'un manque d'attention.

- J'oubliais, depuis quand es-tu entrée dans ce lycée? Tu connais du monde?

Je me permettais de supposer qu'elle était arrivée à la reprise des cours qui avait eu lieu à la fin des vacances de Noël, mais je ne pouvais pas l'affirmer pour autant. Mes pas étaient lents, observant bien devant nous. Je n'avais aucune envie de retourner en cours, mais je n'avais guère le choix. Soupirant, je fis tourner ma tête sur le côté, commençant à lire sa réponse.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Foutu vent. [Sasuke U.]   Dim 27 Fév - 23:10

« Je vois. Pour ma part, je veux devenir chirurgien, ou du moins travailler dans un hôpital. Puis oui, j'ai toujours vécu ici. »

Je supposais que sa moyenne devait être (et demeurer) assez élevée pour qu'il ait choisi une orientation qui requiert autant de connaissances. Bien que sa phrase était en tout point semblable aux précédentes qu'il m'avait adressées, je remarquai que sa réponse se détachait des autres. Ou plutôt, une impression que sa réponse se détachait des autres persistait. Comment et pourquoi, je n'en savais rien, et pour éviter de tomber dans des réflexions aussi tordues les unes que les autres à cause d'une simple impression peut-être infondée, je chassai cette pensée de mon esprit. Dans tous les cas, je sentais une vague sensation de malaise s'installer, ce qui, je dois l'avouer, ne me dérangeait pas le moins du monde. Parmi la liste de mes qualités, qui, je vous rassure, est aussi longue que celle des défauts, figurait la capacité de n'être en aucun cas gênée par une atmosphère un peu lourde. Je suppose que j'ai formé ce trait de caractère par rejet envers toutes les situations de malaise que je provoquais sans le vouloir, lorsque j'étais petite principalement. Peut-être que malgré ses efforts pour s'adapter à mon aphasie au début, Sasuke se sentait au final mal à l'aise ... ? Voilà, je crois avoir mis un nom sur l'impression qu'il me semblait avoir détectée quelques instants auparavant. Pour tout dire, je ne sais plus depuis quand, mais j'ai pris l'habitude, il y a longtemps, d'ignorer la gêne que pouvaient éprouver les gens à qui j'avais affaire, pour ne pas partager cette sensation en me sentant responsable de ce mal-être. Je débattrais avec ma conscience plus tard pour savoir si je suis réellement responsable de ce genre d'atmosphère oppressante, étant donné que je n'ai pas choisi de naître muette, mais je fis actuellement mine de n'avoir absolument pas détecté le léger changement de comportement chez le brun. Ce dernier se leva, après avoir jeté et écrasé sa cigarette, puis accrocha l'une des bretelles de son sac sur son épaule.

«
On devrait commencer à y aller. »

J'acquiesçai d'un hochement de tête, songeant vaguement qu'il devait nous rester à peine dix minutes avant que la sonnerie ne retentisse. Je me levai à mon tour, et posai sur mon épaule gauche la bandoulière de mon sac avant de me diriger, aux côtés de Sasuke, vers les bâtiments abritant les salles de cours de langues. Curieusement, il avait adopté une allure plutôt lente, et je m'adaptai à son rythme de marche sans vraiment chercher pourquoi. Pour ce trajet, aussi court soit-il, j'avais rangé mon clavier électronique dans ma manche, comme à mon habitude, et celui m'avait tenu compagnie jusque-là me donna une occasion de le ressortir :

«
J'oubliais, depuis quand es-tu entrée dans ce lycée ? Tu connais du monde ? »

Je suis ici depuis la rentrée des vacances de Noël, grâce à un concours de circonstances dont je t'épargnerais les détails ... Et non, je ne connaît quasiment personne. Simplement quelques connaissances, et encore.

J'avais quitté quelques instants mon masque joyeux pour ponctuer la fin de ma phrase d'un sourire amer, en souvenir de quelques lycéens, dont le visage s'effaçait déjà, qui avaient tenté de se lier avec moi, et qui s'étaient enfuis presque en courant en réalisant que je n'échangeais pas comme eux. Je glissai mon moyen de communication dans ma manche d'un geste vif, continuant de marcher aux côtés du dénommé Sasuke, évitant habilement le coup d'épaule brutal qu'avait tenté de m'assener un 3e année qui passait près de nous avec sa bande.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Foutu vent. [Sasuke U.]   Lun 28 Fév - 0:01

Plus que dix petites minutes, et c'était partit pour quatre longues et ennuyeuses heures de cours. Mais bon, une chose est sure, c'est que la fin de la pause était bien moins désagréable que ce que j'aurais pu penser, cette rencontre ayant animée la pause que j'avais prévu de passer seul. Celle avec qui je conversais depuis quelques dizaines de minutes me montra à nouveau son écran, sur lequel était écrite sa réponse à la question que j'avais posée quelques instants plus tôt.

Je suis ici depuis la rentrée des vacances de Noël, grâce à un concours de circonstances dont je t'épargnerais les détails ... Et non, je ne connaît quasiment personne. Simplement quelques connaissances, et encore.

Un concours de circonstances? Elle ne voulait visiblement pas m'en parler, ou ne pas en parler à qui que ce soit tout simplement. Je ne pouvais, malheureusement, déceler ni gaieté ni tristesse dans les mots de la nouvelle, ce qui m'obligeait à regarder les expressions sur son visage en permanence. Elle ne me semblait pas aussi enjouée que quelques minutes auparavant. C'était peut-être lié à ce qu'elle venait de m'avouer. Les minutes défilaient, et il y avait de très fortes chances que nos chemins se séparent d'ici quelques mètres. Peu attentif à mon entourage, je réussis à voir dans le regard de ceux qu'on croisait, qu'il n'y avait pas que du bien en eux. Un rapide geste, et voilà qu'on les avait croisé. N'empêche que l'un des lycéens avait tenté un accrochage avec celle qui me semblait si seule depuis son arrivée, m'obligeant à laisser entendre une injure silencieuse par rapport à la suite de ma phrase.

- Connard... Bref, nos chemins se séparent ici...

Je lui accordai un sourire plus appuyé que les précédents, avant de poursuivre avec mes derniers mots.

- Tu ne pourras plus dire que tu ne connais personne maintenant, puis on se reverra, avec Sachiko et Naruto je pense, dans d'autres circonstances que la dernière fois j'espère.

Nous nous saluâmes, puis je la vis partir, cette fois-ci prêt à intervenir si un autre gros lourd venait à la provoquer. Suis-je différent des autres en ayant un comportement presque naturel avec une personne handicapé? Je n'aime pas ce mot en fait, elle n'a juste pas de voix, ce qui ne change en rien la personnalité qui me plaisait bien. Je me mis finalement en route pour aller à mon prochain cours, souriant sans plus, réservant cette attitude joyeuse pour moi-même.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Foutu vent. [Sasuke U.]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Foutu vent. [Sasuke U.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Allez viens j't'emmène au vent || Brooke ♣
» vent malin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1 :: Corbeille V.3/V.4-