Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1
Bienvenue à Konoha High School !
Depuis les événements dramatiques de 2011, beaucoup de choses ont changées... Une étrange bactérie du fond des océans vint semer la zizanie et les humains ne sont plus vraiment pareils... La ville de konoha, 25 ans plus tard, sous le signe du chaos et d'un régime totalitaire, venez vivre l'aventure !
Oserez-vous vivre dans un monde où la normalité n'existe plus ?



 

Partagez | 
 

 C'est c'qui s'appelle être comateux... [Pv Junko K.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: C'est c'qui s'appelle être comateux... [Pv Junko K.]   Mar 8 Fév - 21:18

Jour : 17.
Mois : Janvier.
Année : 2011.


Raaah, ca faisait si longtemps que je n'avais pas vu la façade de notre manoir, celui de Junko, et donc du mien bien sur. Trop occupé à gérer les affaires d'Akatsuki, celles qui me regardaient en tout cas, je n'avais plus eu l'occasion de voir ma petite sœur. Sans trainer, je pris les clés qui étaient dans ma poche, et ouvrit une porte, la refermant juste après mon passage. Mon objectif? Monter dans ma chambre, en attendant le retour de la lycéenne dont j'ai cité le prénom. Contrairement à ce que je pensais voir, ma chambre était propre, toujours aussi bien rangée. Pourquoi perdait-elle son temps à s'occuper d'un lieu rarement visité? Aucune idée. Sur mon bureau en bois, on pouvait voir depuis quelques secondes mon ordinateur portable, et rien de plus. Mon lit était double, quand au meuble où je rangeais méthodiquement mes fringues, et rien de tout ca n'avait bougé. Prenant place sur ma chaise de bureau, ma tête se pencha en arrière.

J'étais défoncé, ayant un peu trop forcé sur la coke pendant le trajet effectué dans le train. J'avais aussi beaucoup picolé hier, ce qui faisait que je ne me souvenais de rien. J'avais mal au crane, ca, c'était une certitude. Mes cheveux blonds pendaient vers le sol, une mèche cachant mon œil invalide comme à son habitude. La bouche ouverte, limite entrain de baver, je me laissais bercer par la musique qui sortait de la machine qui m'aidait à gérer mes affaires et à tuer le temps. Au lieu d'un son mélodieux de guitare, ou d'un rythme créé par une batterie, j'entendais plus des hurlements qu'autre chose, mais bon...

Deux heures étaient passées, et je me réveillais. La cause d'un réveil aussi brutal n'était autre que le bruit d'une porte qui s'ouvrait et se refermait. Ma sœur était arrivée, mon ordinateur affichant dix-huit heures trente. Je me redressais, me levant presque instantanément. Je lançais ma veste en cuir sur mon lit, avant d'entreprendre de descendre les marches, d'une allure moyennement rapide. Je la voyais, elle non. Une fois en bas des marches, je me permis, de ma voix d'homme adulte, de la saluer, non sans la surprendre.

« Je t'attendais, j'ai presque cru que tu n'arriverais jamais d'ailleurs hun... »

Ca ne tient pas la route avec ce que je disais? M'en fous, mon visage exprimant bien que je venais tout juste de me réveiller, mais j'étais là, les bras tendus vers elle, lui faisant voir son grand frère habillé d'une chemise sombre et d'un pantalon de la même couleur. Je souriais, d'une air stupide, mais bon, on sait tous que les blonds ont tous l'air cons quand ils sourient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C'est c'qui s'appelle être comateux... [Pv Junko K.]   Sam 12 Fév - 1:05

~ Allez, sonne, sonne !.. ~

Voilà ce que se répétait mentalement depuis plusieurs minutes une jeune lycéenne de 2° année, assise en cours d'anglais, quelques instants après que leur professeur ait annoncé un exercice d'expression orale dès qu'ils auraient fini de recopier leur cours. Junko, timide comme pas possible, avait en horreur tout ce qui impliquait de prendre la parole en public. Ajoutez à cela le fait que parler anglais n'était pas très facile pour les japonais ... C'est pourquoi la jeune blonde espérait que la fin du cours sonne avant que leur prof n'ait pu commencer les interrogations. Heureusement pour elle, elle fut exaucée car la sonnerie retentit, marquant la fin des cours de la journée, et fut saluée presque immédiatement par un brouhaha général composé de bavardages, de raclements de chaises et de bruits de pas. Soupirant de soulagement, Junko enfila son manteau, prit ses affaires et sortit. Après quelques pas dans la rue qui jouxtait le lycée, il lui vint tout à coup l'idée d'aller se balader un peu plutôt que de rentrer directement. Elle préférait éviter le manoir lorsque son frangin n'y était pas, elle s'y sentait seule, et ce malgré la bonne humeur de sa tante. Elle jeta un bref coup d'œil à sa montre, qui indiquait 17h30 passées, et réfléchit quelques instants afin de déterminer où elle pourrait aller, puis entama tranquillement le trajet jusqu'au lieu choisi.
Lorsque Junko fut devant le manoir, elle y entra après une brève vérification de l'heure à l'écran de son portable, qui annonçait environ 18h30. Elle ferma derrière elle et posa son sac dans l'entrée pour pouvoir s'étirer à son aise, une manière de marquer que son arrivée signifiait le début d'un bon moment de relaxation après les cours de la journée. Avec la mine satisfaite d'un chat qui vient d'étendre ses membres après une sieste, la jeune fille allait se pencher pour reprendre son sac, lorsqu'une soudaine voix résonna, la faisant sursauter :

«
Je t'attendais, j'ai presque cru que tu n'arriverais jamais d'ailleurs hun ... »

Elle ne connaissait que trop bien cette voix et cette façon d'ajouter Hn à la fin des phrases ... Sans pouvoir le contrôler, un grand sourire éclaira son visage, et elle se tourna vers les escaliers, en bas desquels son frère se tenait, lui souriant de son habituel air niais et adorable. Il lui ouvrit les bras et elle s'y jeta avec plaisir, comme une enfant. Après une douce étreinte, elle se sépara de lui et détailla plus attentivement son visage le temps de quelques secondes : il semblait un peu fatigué, ou plutôt donnait l'impression d'avoir piqué un somme avant de descendre à sa rencontre.

«
Si j'avais su que tu étais là, je serais rentrée dès la fin des cours, s'excusa-t-elle. Alors, comment va mon grand frère ? Et qu'est-ce qu'il fait de beau quand il part du manoir ? » reprit-elle, rieuse.

Évidemment pas au courant qu'il était membre d'une organisation aux manières pour le moins ... radicales, Junko imaginait vaguement que son frangin devait chercher un boulot pour s'absenter aussi souvent. Elle s'amusait parfois à l'imaginer serveur dans un café : le moindre client insatisfait se mangerait le plateau en pleine figure avant même d'avoir comprit ce qui se passait !..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C'est c'qui s'appelle être comateux... [Pv Junko K.]   Sam 12 Fév - 21:58

Décidément, certaines choses ne changeaient pas. Toutes les fois où j'arrivais sans prévenir, un sourire prenait place sur son visage enfantin, ce sourire qui me réchauffait quelque peu tout au fond de moi-même. Avec tout ce que j'avais essayé de faire pour nous deux, enfin, surtout pour elle, la voir me faire la gueule serait plus que surprenant. Bref, l'appel de mes bras ne fut pas ignoré, l'enlaçant une fois à courte distance. Depuis quand je n'avais pas eu l'occasion de voir ma très chère sœur? Je ne sais plus moi-même, bien que j'opterais pour pas loin d'un mois. C'est long, surtout quand on est seul, bien entendu, je ne parle pas de moi, mais d'elle. Je voyais ses yeux bleus semblables aux miens m'observer, comme si quelque chose n'allait pas. Je priais pour qu'elle ne se rende pas compte de ce que j'avais bien pu faire ces dernières heures, puis d'après sa réplique, soit elle ne pouvait envisager que j'avais tendance à me droguer, ou alors elle me croyait vraiment fatigué.

« Si j'avais su que tu étais là, je serais rentrée dès la fin des cours. Alors, comment va mon grand frère? Et qu'est-ce qu'il fait de beau quand il part du manoir? »

« J'rigolais Junko, en fait j'avais quelques trucs à régler avant ton arrivée, » répondis-je, tout en me dirigeant vers la cuisine pour y trouver quelque chose à boire. Une fois sur place, je ne fus pas agréablement surprit. Il n'y avait pas une seule bouteille d'alcool, et dans les placards, non plus. Suis-je bête, j'avais embarqué toutes ces boissons là où j'habitais avec d'autres membres d'Akatsuki, pensant que la plus jeune des deux derniers Kimura n'y toucherait pas. Soupirant, je continuais de répondre à ses interrogations.

« Moi ca va, puis ce que je fais quand je ne suis pas là? Hun... Le boulot que veux-tu... »

Quel menteur, mais je n'avais guère le choix. Je ne pouvais l'impliquer dans nos affaires. Puis mon autre identité ne devait-être en aucun cas dévoilée, moi qui était traqué tout comme les autres, pour divers crimes. Le dernier, hun hun, un beau carnage. Une jeune femme avait osée vouloir me faire sortir de chez elle, de force, ce qui lui avait couté la vie. Une belle maison, une bonbonne de gaz, et voilà un malheureux drame. Je m'en amuse, en imaginant son corps ligoté exploser à quelques centimètres de la bonbonne, jouissif!

« Et toi, qu'est-ce que tu me racontes? Toujours pas de petit copain? Faudrait que tu te trouves quelqu'un, pour combler le vide quand je ne suis pas là hun... »

La savoir avec un autre homme que moi ne m'inspirait pas vraiment. Je n'étais ni jaloux ni possessif, mais il s'agit de la dernière personne de ma famille encore en vie, et je ne voulais pas la voir souffrir. Enfin bon, je n'avais pas réussis à distinguer son étrange comportement, trop occupé à chercher de quoi boire, à part de l'eau et des jus de fruits dans tous les recoins de la pièce. Mon mal de crane ne passait pas, et ma patience commençait à atteindre sa limite.

« Hun? »

J'avais apparemment provoqué un temps de silence. Avais-je touché un point sensible? Jetant un regard rapide vers ma jeune sœur, je fis quelques pas vers la véranda, puis une fois dedans, je sortis mon paquet de cigarettes. Comme toutes les autres fois, j'ouvrais la boite en carton de ma main gauche, utilisant mon index et pouce de la même main pour retirer la tige de tabac enroulée dans une feuille, et la déposais à ma bouche. Je sortis après le zippo de la même poche, et alluma ma dose de nicotine. J'avais également prévu de nous faire sortir ce soir, malgré le froid qu'il faisait, alors que je la regardais, au final pas mécontent d'avoir fait le déplacement de Tokyo à ici.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C'est c'qui s'appelle être comateux... [Pv Junko K.]   

Revenir en haut Aller en bas
 

C'est c'qui s'appelle être comateux... [Pv Junko K.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti-Premier ministre :Il s'appelle Ericq Pierre !
» comment s'appelle les habitants de....?
» comment appelle-t-on ?
» salut je m'appelle billie
» Le nouveau Gandhi s'appelle Sarkozy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1 :: Corbeille V.3/V.4-