Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1
Bienvenue à Konoha High School !
Depuis les événements dramatiques de 2011, beaucoup de choses ont changées... Une étrange bactérie du fond des océans vint semer la zizanie et les humains ne sont plus vraiment pareils... La ville de konoha, 25 ans plus tard, sous le signe du chaos et d'un régime totalitaire, venez vivre l'aventure !
Oserez-vous vivre dans un monde où la normalité n'existe plus ?



 

Partagez | 
 

 Oh, doux réconfort [PV Junko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Oh, doux réconfort [PV Junko]   Dim 2 Jan - 17:37

Les jours se suivent, mais ne se ressemblent pas. Ce n'était pas de l'avis de tous, dont Uchiwa Sasuke. Cela faisait quatre jours aujourd'hui que sa dernière rencontre avec son grand frère avait eu lieu. Quatre jours à passer son temps assit sur le canapé, devant la télévision, le regard vide de vie. Son téléphone avait eu beau sonner quelques dizaines de fois, il n'avait pas bougé, pas même une fois. Il ne mangeait plus, regardant par moment la table en verre, enfin, ce qu'il en reste désormais, le verre au sol, en morceaux, avec par endroit, du sang séché.

Trois jours plus tôt, dans un élan de rage, le lycéen avait porté un puissant coup de poing dans le verre, qui lui avait en guise de revanche, tailladé le bras à certains endroit, assez profondément au niveau de l'avant-bras. Ayant préféré mettre en application ses notions en médecine et chirurgie, l'Uchiwa avait refermé les plaies comme il pouvait, à la va-vite, au lieu de se vider de son sang. Depuis, un long bandage se tenait sur son bras droit, cachant sous un pull les taches d'hémoglobine qui était passé en travers du tissus blanc.

Noël arrivant dans la semaine, il se fichait pas mal du reste des courses qu'il avait à faire. La solitude avec qui le jeune homme brun cohabitait allait bientôt faire place à de la compagnie, qui risquait d'être profondément choquée à la vue de celui qui ressemblait en ce moment même, à un être dépourvu de vie à première vue. Le teint pale, des cernes bien appuyées, le ventre vide, le lycéen qui prévoyait de devenir chirurgien attendait son heure, jusqu'à que quelqu'un sonne à la porte, avant de l'ouvrir. Etait-ce Itachi qui venait terminer le travail? Ce n'était pas si mal en définitive...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oh, doux réconfort [PV Junko]   Lun 3 Jan - 20:48


Le matin du quatrième jour, elle s'était réveillée avec une décision prise à la suite des trois jours de réflexion intense précédents : elle avait décidé de commencer à bâtir quelque chose avec lui, en espérant que ce soit sérieux et durable. Bien décidée à aller lui faire part de son choix, bien qu'elle ait mis du temps pour en être sûre, Junko avait dans l'idée de se rendre chez lui l'après-midi même, pour le lui dire et l'inviter s'il le voulait bien au manoir ce soir, en guise de surprise, et saisissant l'occasion pour lui avouer son passé et sa situation actuelle. Elle espérait de tout son cœur qu'il pourrait (ou voudrait) venir, car elle était déterminée à passer la matinée à libérer le palace pour ce soir : elle fit tous les efforts possibles pour persuader sa tante et son oncle d'aller "voir" un couple d'amis cet après-midi et demain. Heureusement, ne faisant presque jamais ce genre de demande, sa tante accepta et partit avec son mari après le repas. Ne restait que son frangin, mais elle ne faisait aucun souci là-dessus : elle n'avait eu qu'à lui donner de quoi payer une entrée dans une boîte de nuit et elle aurait la paix pour toute la nuit. Ces préparatifs faits, elle s'apprêtait à partir pour sa résidence lorsqu'une idée lui traversa l'esprit : l'inviter au manoir était une façon de le remercier de son invitation quatre jours plus tôt, mais il l'avait également invitée dans ce fameux bar ... Qu'offrir pour le remercier ? Cela ternit un peu la bonne humeur qui l'accompagnait depuis son réveil. Après vaines réflexions, elle passa la tête par l'entrebâillement de la porte de la chambre de son frère, qu'elle trouva assit dans l'encadrement de sa fenêtre ouverte, occupé à fumer, et lui demanda :

«
Dei, si tu voulais que je t'offre un truc, ce serait quoi ? »

«
La dernière console de jeux en date, pourqu ... Ah ! fit-il en comprenant. Je lui ai jamais parlé, mais je jurerais qu'on est absolument différents, donc prend un truc que ne penserais jamais m'offrir et ça ira !.. »

«
Elle est nulle ton idée, tu le sais ça ? » ronchonna-t-elle en sortant de la chambre.

Pas plus avancée, elle se promit de réserver cette idée jusqu'au moment où elle connaîtrait mieux ses goûts. Elle attrapa son manteau, et avant de sortir, fit un tour du côté des vestiaires des domestiques où elle laissa un mot les priant de libérer le manoir pour ce soir. L'habitation était bien trop grande pour qu'elle s'amuse à les chercher un par un pour le leur demander ... Junko sortit enfin et, d'une humeur radieuse, parcourut docilement la distance qui séparait son logis de celui de Sasuke. Arrivée devant la porte, elle hésita quelques instants, sa gêne habituelle refaisant surface. Puis elle sonna, et entendit distinctement, dans le silence du hall, un bruit de pas se rapprochant de ladite porte, et cette dernière s'ouvrit sur l'Uchiwa. Junko constata avec surprise qu'il paraissait avoir les traits plus tirés que lorsqu'elle l'avait quitté il y a quatre jours, mais reprenant contenance, elle le salua timidement, préparant les mots qu'elle allait lui adresser dans quelque instants.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oh, doux réconfort [PV Junko]   Lun 3 Jan - 21:31

Des coups sur la porte se firent entendre. C'étaient eux qui avaient sortis l'Uchiwa de ses pensées, ou plus précisément, de son coma éveillé. Que lui voulait-on? Etait-ce la seconde couche après le retour de son grand frère de sa vie? Voyant bien que cette situation n'allait plus, les coups se faisant à répétition, le jeune homme au visage fermé se leva, difficilement, pour arriver à la porte d'entrée de l'appartement, quelques longues secondes plus tard. Ne s'attendant qu'au pire, le lycéen ouvrit la porte, ayant comme surprise pour ainsi dire, l'occasion de voir quelqu'un qui selon lui ne lui voulait pas de mal. Cette personne était Junko, celle qui lui avait fait découvrir à nouveau ce qu'était l'amour après de longs mois. Elle semblait en forme, bien plus que lui, qui se tenait debout, le dos légèrement courbé, le visage manquant encore plus de sentiments que d'habitude, son bras droit pendu vers le sol, immobile depuis quatre longs jours.

"Entres..."

Sa voix quand à elle, était dépourvue de sentiments. Il ne pouvait faire mieux que de l'inviter à entrer, ne se voyant pas lui demander de partir aussitôt, et d'ailleurs il ne voulait pas la voir s'en aller. La blonde à laquelle il avait pensé lors de son affrontement avec Itachi était très certainement une des rares personnes à pouvoir tenter de l'aider. Mais aider à faire quoi? Lui-même n'en savait trop rien. Sans un mot de plus, il retourna sur son canapé, se posa lentement sur celui-ci, une grimasse de douleur apparaissant brièvement sur le visage sans vie du jeune homme au contact du meuble. La logique aurait voulue qu'il prenne des nouvelles, mais sa voix lui faisait défaut, commençant à ressentir le manque de nourriture et de soif. La nuque quelque peu inclinée vers l'avant, les yeux de l'Uchiwa ne voyaient que la télévision, la seule chose qui avait pu faire du bruit dans l'appartement depuis trois jours. La jeune demoiselle qui venait d'entrer, devait très certainement se poser tout un tas de questions, et allait probablement prendre des devants, n'ayant pas d'autres choix que d'aider celui qui n'avait plus montré un quelconque signe de vie depuis une semaine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oh, doux réconfort [PV Junko]   Lun 3 Jan - 23:38

« Entres ... »

Malgré qu'elle tentait de se donner un air décontracté, Junko n'en pensait pas moins. La voix éteinte avec laquelle il l'avait invitée à entrer l'alertait, il semblait comme déprimer, mais pour quelle raison ? De plus, comme elle l'avait remarqué, il avait les yeux légèrement cernés et les joues creusées d'une personne qui n'a pas mangé depuis plusieurs jours. Elle ne connaissait que trop bien ce dernier aspect, difficilement définissable, elle et son frère ne mangeaient pas à leur fin pendant leur enfance, et cela se voyait sur leur visages, exactement comme le brun actuellement. Après avoir fermé la porte derrière elle, il retourna s'asseoir sur le canapé, sans un mot. Cette fois, la blonde était vraiment inquiète : autant mettre de côté ses belles idées d'il y a quelques instants, et se concentrer sur l'Uchiwa, même si elle ignorait ce qui avait bien pu le mettre dans cet état. Soudain, ses yeux se posèrent sur la table de verre brisée, dont les morceaux jonchaient le sol, taché de sang à quelques endroits. Elle porta la main à sa bouche avec un hoquet horrifié : était-ce lui qui avait fait ça ? C'était de pire de pire et, dans l'espoir de l'aider, elle s'installa près de lui et chuchota la seule chose dont elle était sûre :

«
Ça fait combien de jours que tu n'a rien mangé ? Si tu continues tu vas dépérir !.. »

Elle brûlait de se jeter à son cou, mais le voyant en si piteux état, elle doutait qu'une simple étreinte arrange le problème. Elle agrippa doucement son bras, sans le serrer, et sentit sa peau fraîche sous son vêtement, signe qu'il n'avait pas beaucoup bougé depuis le début de la journée. Effarée, ignorant si elle pouvait faire quoi que ce soit pour l'aider, elle posa sa tête sur son épaule et murmura :

«
Si dans ton cœur il y a des choses qui te rendent tristes, tu peux m'en parler, tu sais ... »


Désolée, j'ai eu du mal malgré que je me sois creusé les méninges x)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oh, doux réconfort [PV Junko]   Mar 4 Jan - 0:15

Je ne te simplifie pas la chose en même temps Wink

Depuis quelques secondes, le jeune homme aux airs de cadavre vivant avait sentit Junko qui s'était assise à son tour, non loin de lui. Que pouvait-elle penser de lui, en ayant vu son état, et celui de la table, qui n'était pas difficile à voir, des morceaux de verre encore accrochés au bois, d'autres au sol, ensanglantés? Pour un suicidaire? Mais rien ne venait à l'esprit de l'Uchiwa, rien qui ne pouvait la rassurer, la seule pensée qu'il avait été le visage de son frère, à quelques centimètres du sien, lui murmurant qu'il était faible.

"Ça fait combien de jours que tu n'a rien mangé ? Si tu continues tu vas dépérir !.."

Il se priva à nouveau de ses mauvaises pensées afin de mieux comprendre la phrase de la lycéenne qui se tenait à sa gauche. C'est vrai, depuis combien de temps durait cette pitoyable situation? Le jeune brun en fit une réponse, avec une intonation toujours aussi peu rassurante, ne bougeant pas d'un millimètre.

"Je sais pas..."

Les journées et les nuits étaient passées si lentement, qu'il aurait voulu dire des mois, mais si cela avait été le cas, il serait mort depuis un long moment. Il s'en voulait de devoir faire assister un spectacle de ce genre à celle qu'il aimait. Sentant la main de la belle blonde sur son bras gauche, il poussa un léger soupire, rassuré, car si elle s'était retrouvée de l'autre côté, un cri de souffrance serait probablement sortit de la gorge du souffrant. Ce n'était pas ainsi qu'il voulait être vu, il n'aurait jamais voulu faire partager cet horrible silence à celle qu'il avait invité une semaine plus tôt, celle à qui il avait volé plus d'un baiser.

"Si dans ton cœur il y a des choses qui te rendent triste, tu peux m'en parler, tu sais ..."

Dans l'impossibilité de montrer qu'elle se trompait, que ce n'était pas de la tristesse, mais bel et bien de la colère, il tenta un mouvement désespéré, tournant lentement, très lentement le visage, ayant comme but de voir la couleur bleue des yeux de celle qui souhaitait l'aider. L'Uchiwa ne pensait pas pouvoir être aidé, bien décidé à rendre des comptes tout seul, au risque de devoir succomber à nouveau à la violence des coups de son grand frère. La tête enfin tournée, cherchant à bouger son bras droit pour toucher celle qui allait pouvoir l'aider à reprendre des forces, il sentit son visage se crisper, sans arriver à bouger la partie du corps qui possédait de nombreuses blessures, cachées.

"Junko..."

Ses yeux semblaient avoir prit une teinte grisée, couleur qu'ils n'avaient plus eu depuis quelques années, quelques heures après avoir apprit le fait que sa famille avait été décimée. Que pouvait penser la jolie blonde, qui n'avait aucun moyen de comparer? Ce n'était que pure supposition, mais le lycéen doutait en le fait qu'une quelconque personne ai pu vivre la même chose que sa sœur et lui. Désirant véritablement poser sa main sur le visage de celle qui était assise à ses côtés, le jumeau continuait à forcer sur son bras déchiqueté, la douleur ne faisant qu'augmenter, faisant par la suite perler quelques larmes sur son visage si blanc. Ne laissant aucun doute vu l'expression sur son visage, la lycéenne aux cheveux blonds ne pouvait plus supposer que le jeune homme était triste, mais qu'il souffrait, détail qu'il allait cacher au mieux.

"J'ai soif..."

Tel un enfant, il allait demander de l'aide sur des choses simples à faire pour quelqu'un de son âge. Le fait de se lever pour ouvrir la porte avait épuisé ses dernières forces, chose qui se fit sentir au niveau de son bras, qu'il ne sentait plus. Itachi avait-il raison sur le fait que son petit frère était faible? Peut-être, mais le cadet comptait bien vivre sa vie comme il l'entendait, et non pas de finir comme un fugitif, repoussant au mieux l'heure de se faire coincer. Si la haine était une force, alors l'amitié, la confiance et l'amour devaient en être une elles aussi. Il suffisait juste de faire un choix, et non pas de se faire manipuler comme un pantin. L'ainé ne le savait probablement pas, mais son jeune frère avait fait son choix trois jours avant leur rencontre, quand il eu l'occasion de découvrir une personne aussi agréable que Junko. Alors que celle-ci était déjà debout, il murmura une phrase, espérant ne pas avoir à la répéter, la gorge tellement sèche que chaque mot était une dure épreuve.

"Merci d'être là..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oh, doux réconfort [PV Junko]   Mar 4 Jan - 22:12

J'suis dans ma période où j'arrive pas à grand-chose ... ça va vite s'arranger je pense ^^'

«
Je sais pas ... »

Même voix éteinte et plate. Son aspect cadavérique faisait remonter un tas de souvenirs à la surface, elle et son frère ayant eu la même allure misérable et faible quelques années plus tôt, lorsqu'il vivaient dans la rue. Chassant ces pensées sombres, elles s'approcha du canapé où le brun était installé, s'assit près de lui et posa sa main sur le bras du jeune homme, ainsi que sa tête sur son épaule, avant de lui chuchoter :

«
Si dans ton cœur il y a des choses qui te rendent triste, tu peux m'en parler, tu sais ... »

Elle perçut un mouvement léger et réalisa qu'il tournait lentement son visage en direction du sien, puis il prononça son prénom d'une voix faible, presque inaudible. L'intéressée voulut répondre un simple "Oui", mais aucun son ne franchit ses lèvres. Entendre la voix de celui qu'elle aimait aussi rauque, comme si chaque mot était une torture, lui était un supplice.

«
J'ai soif ... »

«
J'y vais !.. » fit-elle précipitamment en se levant.

Décidément, cette situation lui inspirait un sentiment de déjà-vu. Elle se rappela, quelques années plus tôt, lorsque son frangin était sur un lit d'hôpital après une vaine tentative de sauver leurs parents, le même scénario se produisait, lui qui chuchotait faiblement, trop blessé aux bras et à la poitrine pour esquisser le moindre mouvement, et elle qui fonçait lui ramener ce qu'il demandait. Un demi-sourire naquit sur ses lèvres face à la triste similitude des deux situations, et alors qu'elle allait se diriger vers la cuisine, elle entendit l'Uchiwa lui murmurer :

«
Merci d'être là ... »

«
Ce n'est rien ... » répondit-elle, émue, avant d'aller chercher un verre d'eau.

Elle revint très vite, le récipient rempli d'eau dans la main, et s'assit à nouveau près de lui, avant de lui demander d'un ton gêné :

«
Tu vas trouver ça stupide mais ... Tu veux que je t'aide à boire ou ça ira ? Fais-moi un petit signe pour répondre, ne parles pas, tu vas te faire mal !.. » ajouta-t-elle en frissonnant au souvenir de l'effort qu'il devait produire pour parler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oh, doux réconfort [PV Junko]   Mer 5 Jan - 0:38

Sentant celle qu'il désirait tant s'en aller chercher de quoi le rafraichir, l'Uchiwa se rendit compte d'une chose : Il ne faisait rien pour aller mieux, alors que même au bout de trois ou quatre jours sans manger, son état était quelque peu exagéré. Ce n'était pas le vide dans son estomac qui le faisait sembler si faible, mais bel et bien son manque de motivation. Les pensées de plus en plus claires, le jeune homme aux cheveux noirs tenta à nouveau de se lever, tentative qu'il stoppa en voyant la ravissante demoiselle aux cheveux blonds revenir. Attrapant le verre, son regard manquant de sentiments, il désirait à nouveau autre chose, mais qui ne nécessitait pas de bouger, ou alors très peu. Mais ce n'était pas encore le moment, la lycéenne n'ayant pas encore avoué si elle désirait ou pas entretenir une relation sérieuse avec le brun.

"Tu vas trouver ça stupide mais ... Tu veux que je t'aide à boire ou ça ira ? Fais-moi un petit signe pour répondre, ne parles pas, tu vas te faire mal !.."

Stupide, loin de là. Aucun mot n'était assez fort pour exprimer le sentiment de chaleur, et l'envie de sourire qu'eut le cadet d'Itachi. Avant de parler à nouveau, l'Uchiwa porta la boisson à ses lèvres, avec un peu de mal. Le mal de gorge du à l'absence de liquide était d'un coup moins douloureux, et se pencha pour poser le verre sur le bois de la table, ne pouvant pas vraiment poser celui-ci ailleurs. Le simple fait de bouger lui faisait prendre compte qu'il était réellement temps de cesser de jouer la comédie, ou du moins de ne plus en rajouter. La seule chose douloureuse réelle était son bras droit, qu'il sentit à nouveau.

"Ce qui est stupide, c'est de me montrer ainsi devant toi..."

Raclant doucement sa gorge, pour ne plus avoir cette voix caverneuse, le lycéen posa sa main gauche sur la partie du canapé où il était assit, et se redressa, doucement, celle qu'il avait embrassé une semaine plus tôt, debout elle aussi, surveillant d'un œil attentif qu'il ne se passe rien de mal.

"Désolé..."

Il n'avait pas encore récupérer sa tonalité d'il y a quelques jours, mais était sur la bonne voie. Les jambes du frère jumeau de Sachiko tenait sur ses jambes, qui tremblaient malgré tout un petit peu, quand à son dos, il était courbé, mais pas assez pour devenir inquiétant. Il arrivait désormais à voir distinctement celle qui lui rendait visite, pas plus à l'aise que ca, étant donné l'expression sur son visage, qui n'exprimait pas vraiment la quiétude. Et encore, ce n'était rien comparé au moment où elle découvrirait avec horreur le bras droit de son ami.

"Je ne réussis rien dernièrement..."

Entre sa réaction de colère envers sa sœur jumelle, et sa défaite contre son ainé, il ne pouvait nier ce qu'il venait tout juste de dire. Pouvait-il se rassurer en se disant qu'il avait réussit à séduire la lycéenne aux yeux bleus qui le fascinait? Ce n'était pas vraiment le moment d'y penser, faisant en sorte de paraitre en forme, ou presque. Etant partit chercher un paquet de chips dans le placard du salon, et étant revenu à une allure un peu plus rassurante qu'une dizaine de minutes auparavant, une autre épreuve l'attendait. Le sachet étant fermé, et n'ayant qu'une main de valide présentement, un bruit de plastique se fit entendre à ses pieds. L'Uchiwa avait lâché la nourriture, mais sentait bien que ce qu'il comptait cacher n'allait pas rester secret bien longtemps. S'asseyant, il s'était trahit par une grimasse, ainsi qu'un gémissement de douleur, propre à une blessure, et non pas à de la fatigue.

"Ce n'est rien..." dit-il en voyant un regard interrogateur dans les yeux de celle qu'il aurait aimé embrasser encore une fois, usant d'un timbre de voix se voulant rassurant. Mais le futur chirurgien voyait bien qu'elle n'allait pas rester assise à ne rien faire, visiblement décidée à l'aider une fois encore. Quelle serait sa réaction? Un cri de terreur, le silence, un sermon? Il allait le découvrir d'une seconde à l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oh, doux réconfort [PV Junko]   Ven 7 Jan - 0:10

« Tu vas trouver ça stupide mais ... Tu veux que je t'aide à boire ou ça ira ? Fais-moi un petit signe pour répondre, ne parles pas, tu vas te faire mal !.. »

Pour toute réponse, le brun prit le verre avant de le porter à ses lèvres avec des mouvements quelque peu ralentis. Junko, elle, le couvait d'un regard inquiet, observant anxieusement chacun de ses mouvements dans une sorte d'attitude protectrice presque exagérée. Elle le vit poser le verre sur le bois de la table brisée, et machinalement, baissa le regard vers les éclats de verre ensanglantés au sol, avant de relever les yeux en frissonnant intérieurement.

«
Ce qui est stupide, c'est de me montrer ainsi devant toi ... »

Le son de voix l'avait un peu surprise, bien qu'il soit tout à fait normal qu'une fois désaltéré, la raucité de sa voix soit presque effacée. Sur ces mots, elle le vit esquisser un mouvement pour se relever, et ne détectant aucune douleur apparente dans ses gestes, le laissa se mettre debout, à présent à côté d'elle.

«
Désolé ... »

«
Mais non, ce n'est rien » murmura-t-elle.

Les paroles étaient sincères mais sa voix reflétait l'inquiétude, si bien que ses derniers mots ne parurent pas tout à fait convaincants. Les prochaines paroles de l'Uchiwa la rendirent songeuse. Elle ne savait rien de sa vie, de son passé, et encore moins de ce qui lui était arrivé récemment et l'avait probablement mis dans cet état. Mais elle était au moins sûre d'une chose, sa dernière phrase confirmait que quelque chose de négatif lui était tombé dessus. Mais quoi ? Elle brûlait de l'aider, mais comment faire sans savoir ? Prise à ses réflexions, elle ne remarqua tout de suite le brun se déplacer, avec un peu plus d'entrain que tout à l'heure, bien que ce soit pas encore ça. Il revint, un paquet de chips à la main, et s'assit. Le silence inquiet et lourd qui régnait fut brisé par le son de la nourriture tombant au sol et un gémissement de la part du brun. Surprise, elle tourna un regard inquiet vers lui, et perçut une grimace de douleur sur son visage.

«
Ce n'est rien ... » fit-il en percevant sa réaction.

Très vite, l'affaire de quelques fractions de secondes, elle réfléchit intensément : il avait mentionné, une semaine plus tôt, sa sœur jumelle, mais Junko doutait que ce soit elle qui ait brisé le meuble dont les éclats jonchaient le sol. Il avait dit lui-même que presque personne ne venait ici. L'évidence s'imposa dans son esprit : c'était lui, pour quelque raison obscure, qui avait disloqué cette table. Comment n'y avait-elle pas pensé plus tôt ? En toute logique, le bras écorché n'était pas celui sur lequel elle s'était accrochée tout à l'heure, elle s'assit donc du côté du membre blessé et lui dit :

«
Tu ne sais sûrement pas pourquoi, et je te l'expliquerais à un autre moment, mais j'ai l'habitude de ce genre de situation. S'il te paît, ajouta-t-elle en désignant son bras, j'aimerais vérifier que ce n'est pas trop grave. »

Si Dieu existait, il devait aimer l'ironie pour la placer dans pareille situation. Tout depuis qu'elle était entrée lui évoquait des souvenirs du passé, et l'instant présent n'était pas sans lui rappeler son frère qui, quelques années plus tôt, était gravement blessé à la poitrine et aux bras. Il faisait de son mieux pour dissimuler ses blessures à sa petite sœur, mais aucun rictus de douleur n'échappait à cette dernière, qui le forçait souvent à ne pas bouger pour ne pas rouvrir ses plaies.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oh, doux réconfort [PV Junko]   Ven 7 Jan - 1:50

Le moment que l'Uchiwa ne voulait pas voir arriver, arriva. Il vit celle qui lui plaisait tant se lever, décidée à voir ce que cachait son bras qui lui causait tant de douleur, se déplaçant du bon côté, ne perdant pas plus de temps, relevant la manche qui cachait le bandage, qu'elle retira peu de temps après avec douceur, bien que le jeune homme souffrait, le faisant bien remarquer avec des bruits de douleur involontaires.

"Tu ne sais sûrement pas pourquoi, et je te l'expliquerais à un autre moment, mais j'ai l'habitude de ce genre de situation. S'il te paît, j'aimerais vérifier que ce n'est pas trop grave."

Se voulait-elle rassurante? Ce n'était pas vraiment le cas, bien qu'il avait une confiance aveugle en elle, mais celui qui se voyait chirurgien dans le futur venait d'apprendre un léger détail sur le passé de celle qui se tenait pas bien loin de lui. Une question vint à l'esprit de l'Uchiwa, revenu à la réalité depuis peu, enfin sortit de ses pensées haineuses, ou presque, il n'avait plus d'images de sang et de mort dans ses visions, ce qui était quand même pas mal.

"Pourquoi es-tu venue..?"

Son bras présentait quelques fines blessures, à peine douloureuses, ce qui n'était pas le cas de celle qui était située en plein milieu de l'intérieur de son avant-bras, et qui était longue d'une bonne dizaine de centimètres, le verre n'ayant visiblement pas voulu se retirer à cet endroit précis. Bien que désinfectées à l'alcool, la fameuse déchirure qui sortait du lot avait eu droit à un traitement différent, cousue, d'une manière propre. Le lycéen aux cheveux noirs ne prenait pas ses études à la légère, et venait d'en faire la preuve. Ce n'était après tout qu'une future cicatrice parmi tant d'autres, ce qui était bien la dernière de ses préoccupations. En effet, sa question pouvait être prise de diverses manières, la jolie blonde aux yeux bleus étant maintenant observée par le jeune homme, les larmes aux yeux à cause de la récente douleur.

*Itachi... Je ne suivrais plus la voie que tu as voulu me faire suivre...*

Ne bougeant plus, celui qui se voyait chirurgien dans quelques années semblait en apparence bien plus bon vivant que quelques minutes auparavant, la douleur ayant eu un effet immédiat sur son moral. Il ne voyait plus la vie comme il la voyait depuis quatre jours, pourtant bien décidé de se venger de son frère quand il en aurait l'occasion, mais par sa seule présence, celle qui captivait le cadet d'Itachi l'apaisait. Elle était sa motivation, bien que leur situation n'était pas encore réellement claire, sa réponse sur une relation sérieuse n'ayant pas encore été donnée.

"Merci..."

Bien qu'affaiblit par le manque de nourriture, le jeune homme trouva à nouveau la force de se relever. Sa mentalité avait changée, et il était décidé à accomplir ses nouveaux objectifs, pas forcément sans violence pour certains. Ses yeux dans ceux de la demoiselle pour laquelle il éprouvait un certains intérêt, il l'invita à se lever à nouveau, son bras vaillant tendu vers la main de la lycéenne. Il comptait bien lui voler un baiser de plus, pour mettre au clair cette histoire, la seule qui n'était pas réglée. Avec le regard qu'il adressait, le fait de se faire doubler était une possibilité qu'il avait prévu, mais qui n'était pas forcément mauvaise, lui étant sur de ce qu'il voulait par la suite.

Hrp : Nul à ch*er, j'ai eu beau le refaire deux fois, rien à faire --' A toi de jouer Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oh, doux réconfort [PV Junko]   Dim 9 Jan - 21:54

Ça m'arrive souvent aussi de rater complètement mes posts même en ayant fait plein d'efforts ^^'
C'est donc avec beaucoup de précautions et de douceur que quelques instants plus tôt, Junko avait délicatement relevé la manche de l'Uchiwa afin de retirer son bandage et d'en examiner la blessure, et chacun des gémissements de ce dernier, bien qu'involontaires, la faisaient souffrir autant que lui. Elle détailla le plus rapidement possible l'état de ses plaies : quelques unes, assez fines, parsemaient sa peau, une autre, plus grande d'environ 10 centimètres, s'étirait sur l'intérieur de son avant-bras et paraissait avoir été cousue. Bon, tout semblait en bonne voie de cicatrisation, alors pas de raison de s'inquiéter. Lorsqu'elle eut fini, Junko replaça le bandage du mieux qu'elle pu, ni trop lâche ni trop serré, avant d'adresser un petit sourire d'excuse au jeune homme.

«
Pourquoi es-tu venue ..? »

Surprise par cette question à multiples facettes, elle croisa le regard de Sasuke et réalisa que la douleur lui avait tiré les larmes aux yeux. Bien que triste de l'avoir fait souffrir, elle dissimula ce sentiment pour tenter de répondre de façon naturelle et souriante :

«
Pour plein de choses ... Mais je te dirais tout ça quand tu iras mieux. »

Dans le genre réponse évasive : parfait. Cela faisait quand même deux fois que la blonde esquivait de lui parler de sa vie et de son passé, bien que ce soit avec cette intention qu'elle soit venue chez lui. Mais elle l'avait trouvé préoccupé et abattu, alors autant ne pas l'ennuyer avec ses problèmes. Après un silence où chacun était plongé dans ses pensées et ses souvenirs, Jun entendit le jeune homme la remercier. Les joues roses, un peu affolée, elle s'écria :

«
Mais non enfin, ce n'est rien !.. »

Pour elle, rien dans son attitude n'était louable, elle n'avait, en fin de compte, que ravivé sa douleur en retirant ses pansements. Elle le vit se lever faiblement, puis lui tendre le bras qui n'était pas écorché pour l'inviter à faire de même. Elle se redressa et plongea ses prunelles dans les siennes. Quelque chose semblait avoir changé dans son regard, mais elle n'aurait su dire quoi exactement. La lycéenne décida de profiter de cette occasion pour clarifier ce qu'elle avait décidé à propos d'eux, au moins sûre que cette seule information lui changerait les idées. Elle s'avança vers Sasuke, en prenant garde à ne pas heurter son bras lacéré, et se lova contre lui, puis se porta légèrement sur la pointe des pieds pour atteindre ses lèvres. Après une durée qu'elle n'aurait pu déterminer, elle cessa son étreinte et le fixa, avant de déclarer malicieusement :

«
Maintenant, tu connais mon choix. »

Perso, j'voyais bien la musique avec la scène ... mais faut pas me demander pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oh, doux réconfort [PV Junko]   Lun 10 Jan - 0:12

Hrp : C'est galère quand ca arrive --' Puis tu parles d'une musique, mais... Laquelle? XD

Le temps qu'il faisait à l'extérieur, en l'occurrence neigeux, ce qui n'était pas plus surprenant que cela lors d'une mi-Décembre importait peu au jeune homme ténébreux. En effet, la seule chose qui comptait au moment présent était le regard que porta à son tour la lycéenne aux cheveux longs blonds, qui répondaient sans un bruit au regard de celui qui se tenait devant elle. L'Uchiwa avait refoulé au mieux toute la colère qu'il gardait en lui vis à vis de son ainé, pour mieux profiter de ce qui se passait dans ce petit appartement en plein Konoha. Avec délicatesse, le lycéen sentit les bras de celle pour qui il éprouvait un fort sentiment s'enrouler autour de lui, cherchant ensuite à se retrouver à son niveau en s'aidant du bout de ses pieds. Lui ne pouvait que baisser légèrement la tête pour lui simplifier la tache, pour à nouveau gouter à la douceur de ses lèvres. Les picotements de son bras étaient toujours présents, mais ne gâchèrent en aucun cas ce moment, qu'il avait tant attendu. Le contact entre les quatre lèvres n'avait pas duré bien longtemps, mais avait semblait paraitre des heures aux yeux du jeune homme brun, qui ne sentit bientôt plus les deux bras qui l'encerclaient.

"Maintenant, tu connais mon choix", s'exprima la lycéenne. L'Uchiwa ne pouvait douter, les yeux de la demoiselle le fixant, et le ton de sa voix étant à première écoute bien trop franc pour tenter de dissimuler un mensonge. Encore mal à l'aise d'avoir fait vivre à son hôte actuel quelques minutes assez angoissantes, le lycéen baissa les yeux, qui n'avaient quittés ceux de la jeune femme du moment où il s'était levé à maintenant.

"En effet..."

Comme pour le sortir d'une situation qui n'allait pas tourner en sa faveur suite à une telle réaction, son ventre se mit à gargouiller quelques secondes, effet de plusieurs jours sans l'avoir remplit, faisant s'afficher instantanément une expression de douleur une fois de plus sur ce visage fatigué. Mais ceci n'empêcha en rien le bras qui n'était pas blessé de l'Uchiwa de se lever, pour se glisser dans la chevelure blonde de celle qu'il embrassa en fermant les yeux à nouveau.

"La preuve que je n'ai pas changé d'avis depuis la dernière fois... Et ne t'inquiètes pas pour moi, ca va aller..."

Ce n'était qu'une supposition, mais si le cas avait été plus grave, le jeune homme en connaissait une qui l'aurait probablement trainé jusqu'à l'hôpital le plus proche, ce qui n'était pas arrivé. Enfin bon, à part les promesses qu'il se faisait depuis qu'il était sortit de ses mauvaises pensées, il se rendit compte qu'il serait peut-être bon de manger, et se doucher, n'ayant pas approché la salle de bain depuis quelques jours. Sa main ayant prit place sur la taille de la lycéenne, l'Uchiwa prit la liberté de lui demander une chose, qui allait très certainement les arranger tous les deux.

"Je peux te laisser nous préparer un petit plat? N'importe quoi, juste pour que je puisse avoir le temps d'être présentable..?"

Passer sous la douche n'allait pas être une partie de plaisir, mais il n'avait pas vraiment le choix, ou plutôt disons qu'il ne se laissait pas le choix, trouvant honteux d'être dans cet état, bien qu'il avait fait pire dix minutes plus tôt. Ne laissant guère le temps à la jolie lycéenne d'émettre une quelconque réclamation, le futur chirurgien prit la direction du couloir où se trouvaient les chambres et la salle de bain, s'arrêtant pour se retourner vers celle qui lui avait rendu visite, non sans but.

"Junko... Après manger, je t'offrirais quelque chose en ville..." annonça t-il, avec un sourire à peine visible, avant de disparaitre. C'était le moins qu'il pouvait faire, et il fallait qu'il trouve par la même occasion quelque chose à offrir à sa jumelle pour Noël, ainsi qu'à celle avec qui il tenterait de passer ce fameux jour. Mais il restait encore un peu de temps, et de nombreuses difficultés à traverser, tout comme se retirer ses vêtements. La vitesse à laquelle l'Uchiwa s'était rétablit, ou presque, le surprenait, n'ayant jamais pensé aller mieux en si peu de temps, et de recouvrer la force de se déplacer après quatre jours sans manger quoi que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oh, doux réconfort [PV Junko]   Mer 12 Jan - 18:37

L'instant durant lequel ses lèvres avaient touché celles de l'Uchiwa s'écoula bien lentement aux yeux de Junko, il lui sembla pendant ce doux contact qui avait duré une éternité pour elle que la folle course des flocons s'était ralentie à l'extérieur. Lorsqu'ils se séparèrent - à regret pour la lycéenne -, un bref coup d'œil vers la fenêtre lui confirma que son imagination avait été la plus forte. Elle avait alors déclaré malicieusement qu'à présent, il connaissait sa décision. Puis le jeune homme prononça deux mots d'approbation, et après un silence ponctué d'un vague gargouillement auquel Junko ne prêta pas attention, glissa ses doigts dans sa chevelure dorée et l'embrassa à nouveau. Elle lui rendit son étreinte, émoustillée par une sorte d'agréable frisson qui lui parcourait le corps, une sensation indescriptible mais pourtant si plaisante !.. Lorsqu'il mit fin à ce doux contact, Junko entendit le brun dire :

«
La preuve que je n'ai pas changé d'avis depuis la dernière fois ... Et ne t'inquiètes pas pour moi, ça va aller ... »

Une simple mais affectueuse pression sur son bras valide, comme pour dire D'accord. Bien qu'au fond, elle comptait surveiller la guérison de ses blessures, presque sûre qu'il serait capable de souffrir en feignant de se mouvoir normalement pour ne pas l'inquiéter.

«
Je peux te laisser nous préparer un petit plat ? N'importe quoi, juste pour que je puisse avoir le temps d'être présentable ..? »

«
D'accord !.. » acquiesça-t-elle.

Elle le regarda s'éloigner en direction du couloir, puis ils se tourna vers elle :

«
Junko ... Après manger, je t'offrirais quelque chose en ville ... »

Elle ouvrit la bouche pour le remercier, lorsque, sur cette phrase mystérieuse, il disparut de sa vue. Sans vraiment savoir pourquoi, un sourire éclaira son visage. Peut-être parce que la situation semblait s'être renversée depuis son arrivée ? Songeuse, elle prit le chemin de la cuisine. Elle fouilla un peu pour trouver ce dont elle avait besoin et entama la préparation tout en pensant qu'après cette surprise qu'il lui réservait, il lui faudrait quand à elle l'emmener au manoir. L'endroit était assez éloigné et elle s'interrogeait sur la capacité du lycéen à l'y accompagner à pied : il était encore un peu faible. Chassant ses inquiétudes, elle posa deux bols de riz au curry sur la table de la cuisine - elle était bien partie au salon avant d'apercevoir les éclats de la table en verre - avant de finir ce qui devait les accompagner.

Pas très bon désolée ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oh, doux réconfort [PV Junko]   Mer 12 Jan - 21:28

Hrp : Pas d'mal, j'aurais pas fais mieux, à part en me répétant XD

Après un rapide passage dans sa chambre pour y prendre des vêtements, l'Uchiwa se retrouva dans la salle de bain, retirant tant bien que mal ses vêtements, son bras lui faisant toujours aussi mal. Quelques longues minutes passèrent, aussi bien pour lui, que pour celle qui attendait son retour très certainement, et le jeune homme brun se retrouva face au miroir qui se tenait au dessus du lavabo. Pale, mais sans plus, il tenta de bouger son bras droit, surmontant la douleur, arrivant finalement à le plier à moitié, ne pouvant faire mieux.

" Faudrait penser à se calmer, non? " se se dit-il à lui-même, en voyant son visage affaiblit, en partie par le manque de nourriture. L'affrontement avec Itachi l'avait également perturbé, mais désormais, il devait se concentrer sur d'autres choses, qui devraient faire en sorte de ne plus le faire sombrer dans la solitude et la colère. Motivé à s'excuser dignement du mieux qu'il pouvait auprès de Junko, Sasuke quitta la salle de bain, sentant une odeur qu'il connaissait très bien. L'épice était le curry, sa préférée, qui accompagnait quasiment tous ses repas.

" Tu sais quoi faire maintenant pour me faire plaisir... "

Le lycéen s'était retrouvé contre la porte de la cuisine, observant la jeune femme aux cheveux blonds avec un regard apaisé, qui se voulait également charmeur. Les vêtements qu'il portait, en l'occurrence une chemise blanche à manches courtes, un nouveau bandage couvrant ses plaies, et un pantalon noir à peine trop large, montraient bel et bien qu'il allait un peu mieux. La chemise grande ouverte, faute de pouvoir arriver à glisser les boutons dans les fentes avec un seul bras, il n'attendait plus qu'une chose, de pouvoir manger. L'odeur du parfum était également très forte, désignant que sa motivation à sortir comme il l'avait dit était toujours d'actualité. S'avançant encore un peu pour se retrouver à quelques centimètres de la jeune femme, il déposa délicatement sa main gauche sur la main de celle-ci, la regardant de haut involontairement à cause de la différence de taille, l'air très sérieux.

" Ne parles à personne de ce que j'ai pu faire s'il te plait... "

L'apparence, il s'en fichait, le but de cette demande était de ne pas inquiéter sa jumelle, qui ne devait en aucun cas savoir ce qui lui était arrivé cette semaine. Une fois la demande faite, un rapide coup d'œil sur le repas qui était prêt, il embrassa à nouveau la lycéenne aux yeux bleus, avec un peu plus d'ardeur que les derniers qu'il avait pu lui offrir, le faisant durer bien plus longtemps, ce qu'il attendait de faire depuis une semaine déjà.

" Je te propose pas de manger dans le salon... " , annonça t-il tout en prenant les deux bols, non sans effort pour l'un d'eux, les posant sur la table de la cuisine après avoir stoppé ce doux contact. Un détail le tracassait : Comment dire à celle par qui il avait été séduit, qu'il devait rompre avec sa précédente petite amie? Ce n'était pas faisable, pas si tôt, et pourtant, il devrait bien dire la vérité à l'autre blonde avec qui il avait partagé tant de choses, et ce avant les fêtes.

" Au fait, je t'ai proposé de sortir, mais tu avais prévu quelque chose avant d'arriver? "

Ne sachant pas qu'il était invité à visiter la demeure de celle qu'il n'avait pas attendu de manger, oubliant toutes sortes de politesses après avoir passé plusieurs jours sans manger, il était tout de même important de demander. Il ne restaient que quatre jours avant Noël, et il devait penser en plus à acheter une nouvelle table, des cadeaux, voir Miki pour lui annoncer leur rupture, bref, ce n'était pas simple, et l'Uchiwa se demandait s'il allait véritablement avoir le temps de tout faire.

" Merci encore... Pour ta présence et ce repas... Je ne sais pas ce que j'aurais fais si tu n'étais pas venue... "

Il aurait probablement continué à se laisser dépérir, se fichant pas mal de ce qui aurait pu lui arriver. Le lycéen allait mieux, c'était visible après le repas qu'il avait terminé relativement vite, saisissant donc l'occasion de regarder passionnément sa visiteuse, qui avait redonnée l'envie de vivre à celui qui pouvait se considérer maintenant, comme n'étant pas le plus malheureux sur cette planète.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oh, doux réconfort [PV Junko]   Dim 23 Jan - 18:31

Tandis qu'elle maniait aliments et ustensiles avec attention, Junko était plongée dans ses pensées, qui traitaient des instants passés et à venir, en général. Concentrée sur ses gestes, elle n'entendit pas Sasuke sortir de la salle de bain, elle ne le vit pas non plus s'approcher.

«
Tu sais quoi faire maintenant pour me faire plaisir ... »

Entendre le son de sa voix aussi soudainement la fit presque sursauter. Elle se retourna et le vit, contre la porte de la pièce, la couvant d'un regard doux. Rien qu'à son visage, il semblait déjà bien mieux que tout à l'heure, à cette simple observation un sourire chaleureux s'étira sur ses lèvres. Elle baissa les yeux pour détailler sa tenue, propre et soignée, et remarqua tristement que la douleur de son bras ne lui avait pas permis de fermer sa chemise. Elle refoula son envie de l'y aider, il devait être affamé. Et puis, nota-t-elle intérieurement, maintenant elle savait effectivement quoi faire pour lui faire plaisir ... Il s'approcha d'elle et posa doucement sa main gauche sur la sienne. Levant le regard vers son visage un peu plus en hauteur que le sien, la jeune femme capta le sérieux de ce qu'il s'apprêtait à lui dire et se fit attentive.

«
Ne parles à personne de ce que j'ai pu faire s'il te plait ... »

«
Bien !.. » acquiesça-t-elle.

Sur ce mot, le brun l'embrassa, faisant durer son geste davantage que les précédents baisers qu'ils avaient échangés. Lorsqu'ils se séparèrent, Junko avait, comme à son habitude, le rouge aux joues. Bien que chaque contact avec l'Uchiwa l'emplissait d'une curieuse et agréable quiétude, il lui faudrait un peu de temps avant de s'habituer à ce lot de sensations nouvelles.

«
Je te propose pas de manger dans le salon ... »

Elle ébaucha un faible sourire au souvenir de la table brisée, puis observa Sasuke poser les bols et s'installa près de lui, préférant attendre avant de commencer à manger. Le regard distraitement posé sur le lycéen qui vidait le contenu de son bol, elle songeait aux jours à venir, aux fêtes de Noël notamment. Elle se demandait bien s'il passait Noël seul ou compagnie, et s'il accepterait de venir au manoir s'il n'avait personne de sa famille avec qui partager ces bons moments. Il avait mentionné sa sœur, mais ferait-elle le réveillon avec lui, elle l'ignorait.

«
Au fait, je t'ai proposé de sortir, mais tu avais prévu quelque chose avant d'arriver ? »

Tirée de sa torpeur, elle reprit vite contenance :

«
Oui, mais c'est une surprise, fit-elle avec un sourire. Nous irons après en avoir terminé avec ce que tu avais prévu. »

Saisissant ses baguettes, elle entama le contenu du bol, alors que le brun avait quasiment vidé le sien. Avalant la nourriture à grandes bouchées pour ne pas être en reste si il souhaitait sortir dès la fin du repas, elle l'entendit déclarer :

«
Merci encore... Pour ta présence et ce repas... Je ne sais pas ce que j'aurais fais si tu n'étais pas venue... »

Gênée par autant de remerciements, Junko secoua vigoureusement la tête tout en protestant :

«
Ah, mais non, ce n'est rien ! Et puis, si ça n'aurait pas été moi t'aurais trouvé, ç'aurait été quelqu'un d'autre ... »

Sentant poindre un début de gaffe, elle changea très vite de sujet :

«
Ah, euh ... Donc, où as-tu prévu d'aller ensuite ? »

Bon. Lamentable. Elle replongea le nez dans son bol tout en écoutant la réponse de l'Uchiwa, espérant que sa phrase stupide destinée à contrer ses remerciements qu'elle ne pensait pas mériter n'ait pas éveillé de sombres pensées chez lui. Même si il l'ignorait, niveau famille, elle gardait la même tristesse que lui au fond d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oh, doux réconfort [PV Junko]   Dim 23 Jan - 20:32

Son ventre ne criant plus famine après quelques jours de jeun, l'Uchiwa s'affala sur sa chaise, sa main droite sur la partie un peu plus bombée, il soupira en fermant les yeux, avant de les rouvrir, offrant un doux sourire à celle qui était face à lui. Même après Miki, et toutes les autres jolies jeunes femmes qu'il avait rencontré jusqu'à il y a une semaine, Sasuke se rendit compte que celle qu'il embrassait sans aucune autre intention en dehors de la faire se sentir bien, était véritablement celle avec qui il voulait une relation sérieuse, avant toute autre. Les yeux bleus de la lycéenne qui avait un an de moins que lui l'apaisait toujours autant, quand à son visage, il était si doux, même sans avoir à le toucher. Comment dire, elle était parfaite aux yeux du jeune homme, sans oublier qu'il avait confiance en elle, sachant très bien que rien ne filtrerait de cette journée à l'extérieur. Puis d'après ses propos, celle dont le lycéen était fou lui avait prévue une surprise, donc il n'en connaissait pas la nature. Ce n'était d'ailleurs pas plus mal, le rendant quelque peu plus motivé à se ressaisir, à sortir après trois jours sans avoir vu qui que ce soit.

« Ah, euh... Donc, où as-tu prévu d'aller ensuite? »

Ayant découvert qu'il n'était donc pas le seul à avoir des projets, Sasuke se demanda s'il pouvait attendre pour l'inviter, au pire, il n'aurait qu'à lui proposer de venir une nouvelle fois chez lui et Sachiko ce soir. Cette surprise semblait importante, et tenait apparemment très à cœur à la blonde. Se creusant la tête pour trouver la nature de ce qui l'attendait, mais n'ayant pas pour autant une idée digne de ce nom, il se leva.

« Hum... Je comptais t'inviter à boire quelque chose en ville, mais je crois que je vais te suivre au final. »

N'étant pas le seul à s'être relevé, l'Uchiwa se rapprocha doucement de sa bien-aimée, et une fois près d'elle, fit monter sa main gauche sur la joue de celle-ci, l'embrassant tendrement, forçant sa main droite à se poser à sa taille. Il se contenter pour le moment que de dévorer ses lèvres, se souvenant très bien de sa révélation une semaine auparavant, comme quoi il était son tout premier véritable amour. Mais rien que ces contacts basiques le remplissait de bonne humeur, qu'il ferait durer des heures entières tellement les lèvres de la jeune femme étaient douces, avec un gout tout simplement exquis.

« Par contre je vais avoir besoin de ton aide pour la chemise... » annonça-t-il entre deux baisers, qu'il faisait durer, gardant toujours la même position. Il allait également devoir faire un peu de rangement au niveau du salon, plus exactement dans les environs de la table qu'il avait littéralement éclatée de rage, sentiment qu'il ne ressentait d'ailleurs plus depuis l'arrivée de la charmante personne contre laquelle il était collé. Doucement, sa main gauche termina dans la chevelure blonde de celle qu'il embrassait avec passion, la touchant et caressant avec délicatesse. Ces quelques longues mais agréables secondes prirent finalement fin, les deux mains de l'Uchiwa prenant toutes les deux places sur la taille de la magnifique jeune femme avec qui il pouvait s'estimer en couple. Il avoua d'ailleurs ce qu'il gardait au fond de lui, des mots qu'il ne disait pas bien souvent.

« Je t'aime Junko... »

Ces paroles étaient sincères, le brun ne quittant pas les yeux de celle à qui il s'adressait. Son visage devint rouge, loin d'être honteux, à vrai dire, il n'aurait lui-même pas pu expliquer pourquoi son teint avait changé brusquement de couleur. Etait-ce la chaleur qu'il ressentait au fond de lui en mettant à nu ses sentiments? C'était un poids en moins qui amena d'ailleurs à le faire sentir bien plus léger. Puis juste pour ne pas avoir à sentir le regard de celle qui le faisait se sentir aussi bien, il lui vola un baiser de plus, fermant les yeux comme toutes les autres fois.

« Faudrait songer à se bouger pour que tu puisses me faire la fameuse surprise... »

Venant tout juste de quitter les lèvres de la jeune femme, Sasuke se mit en tête de ranger ce qui avait été utilisé pour faire ce délicieux repas, ainsi que de nettoyer un peu le carnage qu'il avait causé dans le salon, le brun ténébreux attendait l'aide pour refermer sa chemise. C'était une excuse pour sentir les mains de celle qu'il aimait contre sa peau? Oui et non, la douleur au moment de forcer était toujours présente, bien que moins forte, mais c'était également un moyen de savourer un dernier baiser avant de se mettre au travail. A part elle, plus rien n'était important à l'instant présent, et il compter bien profiter de ces quelques instants passés à deux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oh, doux réconfort [PV Junko]   Dim 30 Jan - 14:07

Désolée pour le retard ... J'ai eu du mal à écrire ce post, c'est d'essayer de le refaire plusieurs fois qui m'a pris du temps mais finalement je suis arrivée à rien ^^

Lorsqu'elle eut terminé son bol, Junko s'essuya rapidement la bouche du revers de la main et porta un œil attentif sur l'Uchiwa qui venait de s'affaisser sur sa chaise, comme pour marquer la fin de des quatre jours sombres qu'il avait passés seul, immobile, blessé et affamé. Il perçut son regard et lui offrit un doux sourire, auquel la jeune fille répondit de la même manière. Chacun détaillait amoureusement le visage de l'autre, dans un silence qui s'étirait et paraissait faire ralentir le temps. Junko ne se lassait pas d'admirer le visage de Sasuke, qui était bien sûr magnifique, raison pour laquelle toutes les filles du lycée (ou presque) lui couraient après. Ce qu'elle préférait chez lui c'était ses yeux noirs et fins, qui depuis son arrivée c'étaient éclairés d'une lueur nouvelle, bien qu'elle ne sut pas réellement pourquoi. S'arrachant finalement à ses pupilles ensorcelantes, elle se leva pour retirer son bol de la table et entendit la voix du brun briser ce court mais curieux silence qui s'était immiscé dans la pièce.

«
Hum... Je comptais t'inviter à boire quelque chose en ville, mais je crois que je vais te suivre au final. »

La jeune blonde acquiesça d'un hochement de tête, et vit Sasuke se lever. Elle lui jeta un petit regard interrogatif, et le voyant approcher, comprit lorsque la main du brun toucha sa joue et que ses lèvres entrèrent en contact avec les siennes. Chacune de ces douces étreintes lui procuraient une sensation intense et indescriptible, mais pourtant magnifique, et les mots lui manquaient pour décrire ce qu'elle ressentait lorsqu'elle était près de lui. Elle ne pu s'empêcher de remarquer, à chaque baiser qu'ils échangeaient, à quel point il paraissait expérimenté. C'était évident qu'avec un minois pareil, il ne devait pas en être à sa première petite amie, mais elle, totalement ignorante en la matière, se sentait un peu bête face à lui. Refoulant cette pensée, elle goûta à nouveau aux lèvres de l'Uchiwa, qui, entre deux embrassades, lui annonça qu'il aurait certainement besoin de son aide afin de boutonner sa chemise, son bras endolori ne le lui permettant pas. Elle acquiesça, avant que le brun ne dépose encore l'un de ses doux baisers sur ses lèvres. Lorsqu'il y mit fin, elle le vit poser ses mains sur sa taille, et lui dire dans un souffle une phrase qui la fit rougir :

«
Je t'aime Junko ... »

A l'instar de la jeune fille, le teint du lycéen semblait avoir également changé de couleur, chose sûrement provoquée par les mots qu'il venait d'adresser à Junko. Cette dernière, trop émue pour parler, s'appliqua à mettre tout l'aplomb qu'elle put dans son regard et dans le baiser qu'ils échangèrent pour lui faire comprendre que ses sentiments étaient partagés.

«
Faudrait songer à se bouger pour que tu puisses me faire la fameuse surprise... » déclara-t-il quelques instants après s'être séparé de Junko.

Sur un hochement de tête, elle s'approcha du brun qui, visiblement, attendait qu'elle mette à exécution sa demande concernant sa chemise. Boutonner le vêtement ne lui prit que quelques instants, et après cela et un dernier baiser, elle commença à ranger ce qui lui avait servi à préparer le repas et aida de son mieux Sasuke à ramasser les éclats de verre qui parsemaient le tapis. Un fois leur tache terminée, Junko se tourna vers le brun, et, après avoir vérifié d'un coup d'œil que leur derniers gestes n'avaient pas ravivé sa douleur, proposa :

«
On y va ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Oh, doux réconfort [PV Junko]   Dim 30 Jan - 15:11

Motivé à effacer les traces de ces derniers jours, l'Uchiwa prit la direction du salon après avoir délicatement glissé ses doigts sur la paume de son amie, embarquant par la même occasion le sac en plastique qui allait contenir les débris de verre. Le plus dur n'était pas de se baisser et de ramasser les morceaux tranchants, mais bel et bien d'être éloigné de sa bien-aimée. Il l'avait bien mérité après tout, mais l'agréable sensation de savoir qu'elle avait accepté son offre était la seule chose qui occupait son esprit. Au bout de quelques minutes, le jeune brun termina sa tâche, et tout en se relevant, vit qu'il était attendu par cette magnifique tête blonde, qui le voyant refermer le sac, posa sa dernière question avant de quitter l'appartement des Uchiwa.

« On y va ? »

Sans plus tarder, le lycéen prit sa veste, l'enfila, puis acquiesça d'un signe de tête, montrant à nouveau un sourire qu'il ne montrait que trop rarement.

« Oui. »

Puis ils prirent tout deux la direction du lieu surprise, dont Sasuke n'avait véritablement aucune idée de la nature. Peu importe l'endroit, le jeune homme avait confiance, décidé à se reprendre en main, ne voulant en aucun cas inquiéter ses proches, et ce à quelques dizaines de jours de Noël.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Oh, doux réconfort [PV Junko]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Oh, doux réconfort [PV Junko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cheveux doux et brillants
» Après l'effort, le réconfort ! (Épreuve d'immunité)
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Sentir son corps se détachait du sol .PV Doux Cauchemar.
» Le doux calme de la pluie torrentielle [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Konoha Gakuen [Next Gen] 2.1 :: Corbeille V.3/V.4-